Militante FFMC, c’est quoi ?

Zib21
Zib21

Un petit aparthé sur ce blog dédié à mes balades à moto, sur mon investissement à la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère).

En juin 2011, j’ai participé à une manifestation contre toutes les mesures que Monsieur Guéant voulait mettre en place et j’en ai profité pour faire un peu plus connaissance avec les gens de la FFMC, que je ne connaissais que de nom. J’ai adhéré ce jour là, estimant que cette association, créée en 1980 serait surement celle qui saurait le mieux défendre ma passion pour le deux roues motorisé.

A force de discussions, participations à des réunions, j’ai été sollicitée pour entrer dans un bureau d’antenne locale (le territoire de Belfort à l’époque). Et de 2012 à 2016, j’ai été successivement chargée de communication, trésorière adjointe puis coordinatrice de l’antenne FFMC90.

En 2016, soutenue par plusieurs militants, je postule pour intégrer le Bureau National, composé de 9 membres élus provenant de la France entière. Et je fus élue pour un mandat de 3 ans en mai 2016. Fin 2016, j’ai déménagé en Côte d’Or et j’ai été sollicité pour être chargée de communication à la FFMC locale (FFMC21), poste que m’ont confié par élection des adhérents de cette antenne.

Etre militante à la FFMC m’apprend énormément, tant au niveau associatif que personnel. Les rencontres et les échanges avec d’autres motards, mais aussi des élus locaux, des non motards sont une formidable occasion de voir d’autres personnes, que l’on ne fréquenterait pas forcément dans notre vie “ordinaire”.

On me demande parfois ce qu’est être une fille, motarde et militante à la FFMC.

Il faut savoir que je ne me suis jamais considérée différente des autres motards, ni mis en avant le fait que je sois une femme à moto.J’ai souvent dit que je suis un motard comme les autres, avec mes difficultés de femme (taille, force notamment).

Je n’ai aucun problème avec les évènements “spécial fille” car je sais que certaines motardes en ont besoin, pour être rassurées ou par envie d’être entre filles tout simplement. Ce n’est pas ma tasse de thé, mais c’est lié à mon caractère et puis, même dans ma vie de tous les jours, je suis plus souvent entourée d’hommes que de femmes. Mais je peux comprendre ce besoin.

Vu que la FFMC59 m’a posé quelques questions sur ce sujet, je vous propose de voir cette interview en cliquant sur la photo ci dessous.

Et pour en savoir plus sur le monde de la FFMC, RDV sur le site www.ffmc.asso.fr !

juin 2016 : la descente à Velleron par les petits chemins

Zib21
Zib21

Mardi 14 juin, j’arnache Choupette et je pars sous une pluie battante direction le Sud. Y’en a marre de cet été qui n’arrive pas, alors je vais aller le chercher ! Je fais la route en 2 temps, en m’arrêtant chez Fabien et Sylvie le soir.

C’est parti pour 360 kms en solo avec la moto !  Clik clik !

La pluie ne m’arrêtera pas, je pars.  Je prends l’itinéraire habituel pour descendre, jusqu’aux Rousses où je m’arrêterai prendre un café, il fait froid en hauteur ! Le tenancier a eu pitié de moi qui restais (volontairement) dehors sous le auvent pour pas pourrir son bar et m’a fait entrer tout en étant aux petits soins !

 pour la période, il y a beaucoup d’eau partout en Franche Comté…
 

Je repars par Lamoura, avec une pensée pour les copains FFMC, le lieu étant riche de souvenirs.

Du coup, je décide de prendre vers St Claude. Après tout il pleut, allons voir un peu les quelques cascades sur le bord de la route. Effectivement elles sont bien chargées pour la période. La seule que j’ai pu prendre en photo, est celle appelée “Le chapeau de gendarme”.

 

Je redémarre ensuite, et en passant un lieu dit “La Gaieté”, je retrouve enfin des routes sèches et un timide soleil… Choupette est ruinée, ma combine de pluie aussi…. Pas grave, je poursuis pour retrouver Bellegarde s/ Valserine,  Seyssel et aller en direction de St Genix où je suis attendue chez Fabien et Sylvie. Ca promet des discussions sur la FFMC !

Je profite du soleil une fois chez eux pour faire sécher mes petites affaires. J’ai notamment des bottines qui sont bien étanches… une fois l’eau rentrée…

Le lendemain, après avoir mangé avec Sylvie et les enfants, je reprends la route à 13h pour tâcher de ne pas arriver trop tard.

Environ 300 kms m’attendent : Clik Clik !

Je m’arrête comme souvent au bar à Serres, qui permet de faire une bonne halte. A savoir qu’il propose à toute heure de la journée des sandwiches.  Pratique pour les motards descendant des Alpes et se dirigeant vers les Gorges de la Méouge, que j’aurai plaisir à refaire à nouveau. Elles sont tellement belles que je ne m’en passe pas !

 Vercors
 Les Gorges de la Méouge

Le soleil est présent, la température idéale. Je prends le temps dans les Gorges de profiter de la nature, car je ne croiserai qu’une seule voiture. S’en suit ensuite la route vers Velleron en passant par le Col de l ‘Homme Mort où un cycliste essayera de m’échanger ma moto contre son vélo (bien tenté), puis Sault et enfin la maison…

Bar restaurant “la Grange” aux Rousses (39). Je n’ai testé que le bar, accueil chaleureux et sympathique La grange
Brasserie “du Commerce” à Serres (05)

Quand la Bourgogne vient à la rencontre de la Franche Comté

Zib21
Zib21

A la faveur d’un long Week end j’ai accueilli à la maison Flo, qui roule sur CB1300, avec qui nous avions convenu une découverte de mes routes lors d’une de nos rencontres FFMC.

Cédric était également présent avec son CB SevenFifty et me voilà encadrée de 2 Honda (enfin plutôt suivie, faisant la maman canard). Quelques petits virons par chez moi, mais surtout un parcours d’environ 250 kms que voici dans les grandes lignes : clik clik
En terme de cols nous aurons fait : Hundsrück, Col amic, Vieil Armand, Grand Ballon, Markstein, Hohneck, Schlucht, Le linge, Ballon d’Alsace et plein de virolos en tous genres. Une bonne partie de la Route des Crêtes.
Etant intéressés par les histoires de nos grandes guerres, j’en profite pour les emmener au Vieil Armand ainsi qu’au col du Linge. Notre région est en effet bien fournie en lieu de Mémoire. Le col du Linge permet d’être sur un haut lieu de bataille de 1915, avec un musée intéressant et complet et surtout le lieu est entretenu par des bénévoles et laissé en l’état. Il est impressionnant de s’y rendre et de se rendre compte de ce qu’on pu vivre les soldats de l’époque. Plus d’informations ici : http://www.linge1915.com/
Entre découverte des paysages, pause dans les hauteurs à la fraîche, découverte des virages pavés et farceurs, nous avons eu la chance de profiter de la route des Crêtes sans trop de circulation, ce qui est assez exceptionnel vu la saison !
On aura peu fait de photos, mais pour en avoir, il suffit de reprendre les articles précédents sur les Vosges !
 Vue sur les Crêtes
 Lac Vert
 Flo admire la vue. Au fond à droite Le Grand Ballon
Une Suz pour 2 Honda ! Crédit photo Frosteffect