Dans la vallée

À l’Est de l’Ouzbékistan, la platitude du territoire est soudainement bousculée par des reliefs, qui prendront toute leur ampleur du coté du Kirghizistan puis de la Chine. Car, par ici, il faut dire que la géographie physique trouve matière à s’exprimer. Ainsi, après les steppes arides de l’ouest, les hautes montagnes du Pamir et de la chaine des Tian shan (toutes deux prolongement des Himalaya) laissent place à une vallée isolée, fertile et fortement peuplée : la vallée de Fergana.

Fortement irriguée, la vallée est le siège d’une monoculture imposée par le gouvernement, celle du coton. La récolte commence en Septembre et, chaque année, des travailleurs réquisitionnés dans tout le pays viennent prêter main forte aux agriculteurs. Période de travail obligatoire, personne n’y échappe. Un scandale a d’ailleurs éclaté, il y a quelques années, laissant apparaître à cette occasion un travail forcé pour les enfants…

Lors de notre passage (fin juin), les champs de coton étaient tout verts et c’est une autre vallée que nous avons traversé. Un peu par hasard, nous avons atterri chez une petite famille pour y passer la nuit. Les mots en commun étant limités, ce sont sourires, attentions et gestes tendres qui ont pris le dessus. Une belle tranche de gentillesse supplémentaire à ranger dans notre boite à souvenir…

Alors parfois, je m’inquiète ! Ces élans de gentillesse spontanée vont finir par nous rendre un peu niais. Tout le monde est gentil, ça devient louche, non ? !

nos hôtes

nos hôtes

nos hôtes

nos hôtes

nos hôtes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*