En Inde, encore…

Rishikesh

Nous avons passé quelques jours chez les Beatles (à Rishikesh), mais nous n’avons pas vu de gourous. Pourtant, il semble que bon nombre de « routards » viennent ici dans l’idée d’une retraite spirituelle. C’est à dire pour pratiquer le yoga, manger des graines, et se « rapprocher » de leur yoga teacher… C’est assez drôle à observer.

Il y a aussi beaucoup de singes, qui eux nous observent avant de venir fouiller dans les poubelles ou de piquer quelques ingrédients dans les cuisines des hôtels. Et puis, bien sûr, il y a les indiens, qui observent les étrangers et virent les singes à coup de lance-pierres. Les rares avec lesquels nous pouvons échanger sont souriants et, du coup, nous les trouvons sympas. Pour la majorité, ils se contentent d’observer. Longuement et posément afin, semble-t-il, de ne rater aucun détail.

un passant

Ainsi, lorsque la soucoupe volante (la moto) s’arrête quelque part, c’est avec une curiosité non dissimulée que les extra-terrestres (nous) sont méticuleusement observés. Un peu comme un naturaliste observerait les tortues ou les iguanes marins des Galápagos. Il y a donc, sans doute, quelque chose de « Darwinien » là dedans… Cela peut être amusant ou fatiguant. C’est selon l’humeur. Quoi qu’il en soit, le premier qui s’approche semble autoriser les autres observateurs, plus timides, à s’approcher également jusqu’à ce que, en tant qu’objet de l’observation, se sentir subitement au centre monde. Enfin, il arrive que le moins timide (encore lui) se hasarde à interviewer l’extra-terrestre, en anglais. De fait, il devient également traducteur et interprète en hindi pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare.

observateurs

Les questions étant toujours les mêmes (d’où venez-vous, quelle est la cylindrée de la moto, combien elle coûte, quelle est sa vitesse maxi ?), nous essayons de ponctuer l’échange par une pitrerie afin d’allumer des sourires ou des rires dans les centaines d ‘yeux observateurs… Pas gagné, mais quand nous y parvenons, nous ne sommes pas peu fiers d’avoir fait rire un indien !

observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*