Arrivée en Malaisie

Quitter la Thaïlande est une affaire qui demande du temps. D’abord parce que le pays est grand (au départ de Bangkok, la frontière Malaisienne est à plus de 1000 km), ensuite …parce que nous avons trainé !

bye bye koh samui

Nous sommes passés voir des copains qui ont un club de plongée à koh Phangan et koh Samui alors, bien entendu, le temps s’est distendu… Agréablement, soit (deux très belles plongées !), mais après 5 semaines passées en Thaïlande, nous avions hâte de voir à quoi ressemble la Malaisie.

un petit tour de ferry

un petit tour de ferry

Les formalités d’entrée se sont résumées à un coup de tampon sur le passeport, sans descendre de la moto, ni même retirer nos casques ! Il faut dire que les Malaisiens sont organisés : une file spéciale pour les deux-roues et donc un guichet dédié, derrière lequel officie la souriante Mariam. L’agent de police est en uniforme mais ses cheveux sont couverts par un voile, car avec l’entrée en Malaisie, nous sommes de retour en terre musulmane. Puis, pas de guichet de douane, pas de barrière à lever, non plus. Bref, après ce coup de tampon, nous roulons en direction de Kuala Lumpur. Difficile de faire plus simple et rapide !

Nous avions prévu de faire escale à Georgetown, sur l’île de Penang et, sans le vouloir, nous nous sommes retrouvés sur une autoroute, au revêtement parfait, et gratuite pour les deux-roues.

en route vers Georgetown

en route vers Georgetown

Penang est une île toute proche du continent, pour y entrer il faut soit prendre un ferry (toutes les 15 minutes) soit emprunter le plus long pont d’Asie (13 km !). Georgetown en est la capitale régionale. Une ville agréable dont les vieux quartiers coloniaux  datent du XVIII ème siècle (du temps de la « Compagnie des Indes occidentale »).

À peine arrivé dans le Chinatown local, nous avons rencontré Atul. Un motard indien qui voyage (ce qui est rare) en Royal Enfield (ce qui est normal). En quelques minutes, il nous apprend que le bateau de Mr Lim part le lendemain, avant une pause de 3 semaines.  Mais qui est Mr Lim ?

Explications : la Malaisie est globalement séparée en deux. La partie péninsulaire, moderne et peuplée, et la partie insulaire (Bornéo) avec notamment la forêt primaire du Sarawak. À l’ouest de la partie péninsulaire, juste de l’autre côté du détroit de Malacca, commence l’Indonésie avec l’île de Sumatra. C’est par là que nous voulons entrer en Indonésie.

Or, depuis quelques temps, les ferry à destination de Medan (nord Sumatra) n’existent plus. D’où M. Lim, qui effectue la liaison chaque semaine avec un vieux cargo en bois qui transporte des oignons, des salades et…des motos !

un petit tour dans les airs en super T

un petit tour dans les airs en super T

Nous avons donc rendez-vous avec Mr Lim dès le lendemain matin pour expédier la moto à Sumatra. Nous n’avions, évidemment, pas prévus un tel enchaînement mais quelque fois, le voyage semble nous mettre un coup de pied aux fesses !

Soit. Nous volerons donc le dimanche suivant (jour d’arrivée du bateau) pour récupérer la moto le lundi. D’ailleurs, avec un billet d’avion à 20 €, je comprends mieux pourquoi les ferrys n’existent plus…

En attendant notre départ, nous profitons de Georgetown et prévoyons un A/R à Kuala Lumpur pour un grand rassemblement de motards…

À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*