Rendez-vous à Bali

Avant de partir, nous avions invité les copains à nous retrouver à Bali. Pourquoi Bali ? On trouvait ça suffisamment éloigné, dans le temps et géographiquement, pour laisser le temps à ceux qui le souhaiteraient de s’organiser. Et puis Bali, on imaginait ça à la fois exotique, facile et attrayant pour un automne…

en avant pour Bali

en avant pour Bali

Dans un tout autre registre, depuis notre entrée en Indonésie, nous avons repris contact avec les transporteurs qui nous avaient fait parvenir des devis pour effectuer le transfert de la moto vers l’Australie. Et, il a bien fallu se rendre à l’évidence, les informations récoltées plus de six mois en amont sont devenues caduques. Nous voulions rouler jusqu’au Timor et y effectuer un transfert maritime vers Darwin. Mais les compagnies sont devenues la compagnie, celle-ci en a profité pour doubler ses prix, et enfin, le transit passe désormais par Singapour. Soit un délais de 3 semaines auquel il faut ajouter une semaine (et des frais) de sortie du port et de dédouanement. Un mois sans moto pour un voyage de six mois nous a semblé excessif. Après avoir épluché les différentes solutions, il apparaissait que le point de sortie serait Bali.

Donc : rendez-vous à Bali !

nord de Bali

nord de Bali

Pour l’heure, les quelques copains qui ont répondu à l’invitation, ainsi que nos enfants, débarqueront dans quelques jours. Nous serons 10 et irons tous ensemble à Lombok, l’île « à coté » de Bali. Mais, pourquoi Lombok ?

routes de Lombok

routes de Lombok

Et bien nous avons parcouru en long et en large Bali, et figurez-vous que désormais je vis avec une vraie question : pourquoi tant de touristes du monde entier fantasment sur cette destination ? Le sud de l’île (Kuta, Seminyak, Denpasar) est infesté de boutiques à touristes, de complexes hôteliers, de restaurants, de loueurs de scooters, mais aussi de boutiques de fringues, de bijoutiers, de bars de plage, de fast food, etc. il ne reste pas 1cm2 de libre pour accéder à des plages qui n’ont rien de paradisiaque… Le centre et la côte Est sont bien plus sympas, mais les points de chutes ne sont pas très attirants.

Bref, je ne comprends pas !

Lombok

Lombok

plage de Lombok...

plage de Lombok…

2 réflexions au sujet de « Rendez-vous à Bali »

  1. Nous avons reçu un commentaire d’un ami, voyageur et amoureux de l’Asie. Il n’a pas réussi à se connecter pour le poster, alors je le fais pour lui. Je vous laisse apprécier la qualité de ses propos :

    Alors, pour Bali je comprends votre perplexité, puisque moi-même j’avais des doutes la première fois que je m’y suis rendu (en 2008). C’est effectivement un lieu horriblement touristique, qui peut concentrer le pire des ravages du tourisme de masse. Mais ce n’est heureusement pas que ça, et c’est un endroit fascinant qui récompensera ceux qui prendra la peine de gratter sous cette hideuse surface, de fouiller, de faire des recherches en amont, d’enquêter, et de sillonner sans relâche les petites routes peu fréquentées. Le voyageur tenace (et qui a le temps de l’être !) découvrira pour commencer ce qui est à mes yeux la culture la plus riche, la plus élaborée, la plus vivace et la plus fascinante de toute l’Asie du SE. Du système d’organisation politique « tribal » régissant la vie du village, à la subdivision de ce dernier en unités regroupant 400 familles environ, au complexe système d’irrigation (qui passe par les temples et est contrôlé par les religieux, dans une union entre le céleste et le terrestre), aux innombrables rites religieux, en passant par les arts (le gamelan balinais, les danses d’une grâce et d’une complexité ahurissantes, la sculpture extrêmement détaillée, les textiles finement brodés d’or, et j’en passe), tout tout tout est d’une incroyable sophistication. C’est une culture très riche et complexe, « unifiée » (couvrant tous les aspects de la vie), et que les balinais réussissent à maintenir étonnamment vivace au 21e siècle. Certes, il y a bien les beach boys de Kuta et les kékés en tout genre qui portent shorts et débardeurs « Bintang Beer », mais les jeunes balinais sont nombreux à porter le sarong et à arborer l’udeng, la coiffe traditionnelle. Et ils ne manqueront pas l’une des innombrables fêtes religieuses. Bali, c’est une culture et une tradition très fortes, qui restent actives malgré la modernisation et le tourisme. Ensuite, Bali c’est, à la bonne saison (à mon sens septembre et octobre sont trop secs – fin de saison sèche), une orgie de végétation tropicale de toute beauté, de couleurs éclatantes, de rizières scintillantes et de contrastes entre le ciel et la terre. L’île compte déjà de nombreux paysages de rizières en terrasse et de cascades spectaculaires, mais il y en a encore beaucoup, beaucoup d’autres qui ne sont référencées nulle part, sur aucune ressource électronique ou papier. Ces merveilles, pour les découvrir, il faut procéder à un quadrillage méthodique (de préférence à deux roues). Lors de mon dernier voyage sur place, j’ai roulé plus de 1100 km, et vraiment l’exploration est largement récompensée. Zéro touriste, zéro boutique de souvenirs, des locaux authentiques et pas bouffés par le tourisme, et des merveilles de la nature. Alors oui, Bali, moi aussi premier voyage j’avais été perplexe, mais pour le second j’ai logé chez une famille, dans un village loin des touristes (et pas dans un pseudo-gîte chez l’habitant à Ubud), et j’ai passé deux mois à explorer l’île. Croyez-moi, sous la couche de boue touristique et derrière les hordes de jeunes touristes australiens aussi avinés que décérébrés, la merveille est toujours là. Bali, c’est une destination de rêve pour le voyageur culturel amateur de paysages inoubliables…

  2. Bonjour,

    Un pays est rarement monolithique et il est difficile d’en avoir une vision à la fois globale et juste en seulement quelques semaines, voir quelques mois. Par ex. et pour ce que nous Français connaissons le mieux, La bute Montmartre, Le Larzac, St Tropez, le Queyras et la Sologne sont tout autant représentatifs de notre pays…. chacun à leur manière et ils sont pourtant si différents.

    Bonne route à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*