Rando MotoMag, Corine et Joël testent la Yam FJR 1300 : “Elle inspire la sécurité”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

Tous les 2 ont 3 enfants. Tous motards ! Corine use les gommeux d’une 1000 Fazer 2002 avec son mari Joël depuis plus de 10 ans. Elle s’exprime sur la FJR 1300 2015.

©G. de CROP/Motomagazine

Comment est traitée la passagère sur cette FJR ?

On a eu la chance de démarrer cet essai par des virages. Et ma première impression a tout de suite été celle de sécurité. En roulant, cette Yam’ colle au plancher. L’enchainement des virages m’est apparu plus coulé que sur la Fazer. La souplesse des amortisseurs y est pour quelque chose. C’est vraiment confortable. La position « Standard » est très bien pour le duo. La protection est évidemment bien meilleure comparée à la Fazer,. Logique. Par contre, je trouve la position des cale-pieds beaucoup trop haute. C’est inconfortable et pas réglable. Dommage. J’ai l’impression d’avoir la circulation coupée au point où, lors d’arrêt, j’ai mis mes jambes en l’air sur celles de Joël. Autre aspect négatif : elle est bruyante. On a l’impression de toujours être en sur-régime.

Quid de son achat ?

Si nous changions de pratique moto avec des longs voyages, la FJR est attractive. On pourrait faire le pas de l’achat. Par contre, je ne retrouve pas le coté ludique de la Fazer, sympa pour les petites balades.

©G. de CROP/Motomagazine

Lui a fait ses premiers tours de roues dans les années 80. Sur une Z650 et une Kawa 400KH prêtées par ses potes. Sympa…

Alors Joël, que penses-tu de cette FJR 1300 ?

Il y a évidemment plein de différences entre ma Fazer et tout ce que cette moto propose. Question de génération : les commandes et options, le moteur, etc… Tout me tombe bien sous les mains. Une similitude toutefois qui concerne la position de conduite de cette FJR qui est très proche de ma Fazer. Le tableau de bord est lisible, la disposition des cadrans impeccable. Il m’a fallu une heure et demi de roulage pour mieux appréhender tout ça. Mais une fois la prise en main faite, je trouve cela bien. J’ai trouvé les poignées de commandes de frein et d’embrayage plus courtes que sur ma moto mais ça me va pas mal.

Et en roulant ?

J’appréhendais son poids. Mais aux dires d’amis qui ont des motos semblables, ils m’ont convaincu de l’essayer. La boite 5 est plus longue que la boite 6 de ma Fazer. Le mode « Sport » du moteur est vraiment dynamique et offre un couple assez important. Par contre en « Standard », c’est mou. Ce couple disparait. C’est vraiment fait pour rouler pépère ou sous la pluie. Sa géométrie est bien équilibrée. Son centre de gravité plutôt bas me convient. Elle se met sur l’angle toute seule. Tellement tout seule que j’ai mis un petit peu de temps pour correctement enchainer les virages. Ma Fazer réclame d’être plus franche sur le guidon. Pour le réglage des suspensions en duo, c’est le mode « Standard + 1 » qui nous a vraiment convaincus. Tous les défauts de la route sont bien gommés tout en conservant la cohérence de l’ensemble moto/motard(e)/bagagerie. J’aime rouler visière ouverte et sa bulle en position basse protège très bien jusqu’à 80. Au-delà, on la remonte et le bruitage aérodynamique disparait bien. Dommage que le moteur génère ce sifflement peu agréable.

Vous achetez ou pas ?

Oui, je pense. Avec ce que l’on veut faire avec ma femme, évoluer vers plus de voyages longs, cette machine me met en sécurité. La Fazer demande plus de force, de courts temps de réaction. Et moi vieillissant, je commence à penser à son changement.

MotoMag dans les Balkans : Jour 11, l’Italie


yome

LA MONTAGNE…. CA VOUS GAGNE !

Pour les petits chanceux qui vivent au quotidien dans un milieu à fort relief, ouvrir ses fenêtres au petit matin pour découvrir le spectacle des massifs imposants, n’a rien de transcendant.

Pour les autres par contre, c’est un spectacle exceptionnel qui se renouvelle à chaque occasion.

Le départ sous un soleil des plus prometteurs, de la vallée verdoyante protégée d’impressionnantes chaînes montagneuses où se niche Bovec est un moment de plénitude que beaucoup tentent de prolonger au maximum, en adoptant un rythme des plus paisibles, et en s’imprégnant autant que possible de la beauté du décor.

©G. de CROP/Motomagazine

Nous bifurquons rapidement vers les sommets. Début d’une journée placée sous le signe des lacets, épingles, courbes et virages par paquets de 100…

Les paysages sont toujours aussi grandioses, et plus nous nous approchons des hauteurs, plus le plafond nuageux devient menaçant. Résultat des courses, la température descend à 7°. Ceux qui ont fait le choix d’un équipement « light » doivent bien vite plonger dans les valises pour récupérer quelques couches plus caloriques.

Nous accrochons une nouvelle frontière à notre palmarès de la quinzaine, en posant nos roues en terre italienne : Fini le règne du chou, à nous les pâtes et les pizzas (debout les anciens de la Sicile!).

©G. de CROP/Motomagazine

Les degrés font le yoyo en fonction des versants, de l’ensoleillement et de l’altitude, mais ça tournicote toujours à foison, et il faut attendre d’avoir basculé dans la vallée menant vers Udine pour retrouver des températures supérieures à 20°.

Les bars sont pris d’assaut, et chaque groupe cherchant à garder précieusement l’exclusivité du territoire conquis, repousse le groupe impudent qui prétendrait partager son espace. La guerre des gangs pour obtenir la meilleure terrasse !

A ce jeu là, les groupes de Jacky (les noirs) et de Jean Jacques (les jaunes) qui frayent souvent en avant garde, possèdent un avantage indiscutable.

Tout le monde finit toujours par trouver l’endroit idoine, mais pour certains il faut parfois s’armer de patience !

A Forni Di Sopra, dans l’Albergo la Stube, nous nous régalons d’une cuisine typique des plus appréciées. Assiettes copieuses, roulages denses et répétés, soirées qui se prolongent, autant de bonnes raisons pour certains de s’adonner à une sieste réparatrice avant de reprendre la route.

L’AM n’est qu ‘une succession de courbes à motards et de pauses photos. Assez peu de monde dans les bars. L’étape est longue, 130 km, ce qui, ajouté aux 110 km de matin, et de son profil, donne une journée vraiment bien remplie.

Le barnum du sponsor Motul est monté à l’étape pour que tous ceux qui le souhaitent puissent refaire le complément d’huile, la pression des pneus, et tous les travaux nécessaires sur leur machine.

Le soir, le directeur de l’hôtel, un charmant monsieur de 72 printemps, ressemblant à un Jean Rochefort sans moustache, nous fait part de sa joie d’avoir autant de motards dans son établissement.

Nous apprenons qu’il a roulé très longtemps sur des BMW avant que, l’age aidant, ses enfants ne lui en interdisent la pratique.

©G. de CROP/Motomagazine

Il a récemment refait l’acquisition d’un Scrambler Ducati, et roule en cachette.

Quand la passion est là…

Mais le plus étonnant reste à venir. Ce monsieur a couru avec Giacomo Agostini quand celui ci faisait ses premières armes en cross puis en course de côte avant de passer à la piste. Ils sont restés très amis et se voient très régulièrement dans le cadre d’un club d’anciens pilotes auto-moto.

Une ovation lui fut bien évidemment réservée par l’ensemble du groupe.

Par contre, le bulletin météo pour demain, à savoir pluie et risques de neige, a nettement moins déclenché l’enthousiasme des participants.

Faits du jour : les faits du jour en fait, remontent pour partie à hier soir.

C’est tout d’abord Monique (l’épouse de Jean-Luc) du groupe de Jacky, qui fit la une de notre rubrique « faits divers », en se faisant une très belle foulure de la cheville en glissant sur un morceau de peau de pèche, dans la salle de restaurant.

Elle eut droit de ce fait à un massage appliqué par notre bon chef-chef-oui-chef.

Mesdames, si le charme latin aux origines italiennes et les rouflaquettes de maréchal de l’empire vous font chavirer, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire…

Aux dernières nouvelles, Monique boîterait encore bas. Souhaitons lui un bon rétablissement, même si pour reprendre son pied on aurait pu lui trouver un GO moins bonnet de nuit que not’ antique Jackynou.,

Dans le même temps, Patrick l’homme au CB 500 sans frein avant s’est retrouvé pris dans une embuscade de première bourre. Ayant copiné avec le serveur du bar de l’hôtel, il a été embarqué par celui ci et ses copains dans une tournée dans un village quelque part dans la montagne, où il a fait la connaissance d’Egyptiens et d’Egyptiennes parlant parfaitement le français. Il s’est retrouvé à 4h du matin rapatrié dans sa chambre avec la cabane sur le chien.

Abus de chou ces derniers jours, stationnement prolongé au soleil sans sa casquette Moto Mag, consommation excessive en roulant de liquide de frein ???

Le corps médical se perd en conjectures, et nous avec.

©G. de CROP/Motomagazine

Toujours est il qu’on a le nom du gazier qui n’a pas lâché le transat de tout le repas du midi.

Signalons également à tous les amateurs de beaux gestes, le somptueux gadin réalisé par Eric (1250 Bandit) du groupe des jaunes, qui s’étala brillamment de toute sa hauteur, en ratant une marche du camion mécanique au restaurant ce midi. Nous avons frôlé la note technique maximale, le jury ôtant quelques dixièmes de point pour une malheureuse main sortie à la réception. Quel dommage, une erreur de débutant.

Néanmoins, l’artiste promet, et nous avons hâte de le revoir bientôt avec une figure un peu plus travaillée.

Nouvelle figure, comment éluder celle de Jean Luc des mauves ?

©G. de CROP/Motomagazine

Charmant garçon, à la bonne humeur inaltérable et au lever de coude bien huilé, animateur des fins de soirée et chambreur de première, il a pour caractéristique de devenir impulsif et généreux sur le caoutchouc droit, dès lors que l’asphalte perd son aspect rectiligne.

Il se trouve que cet AM, alors qu’il suivait de près Hélène sur son 1200 XTZ, il fut pris de court par un ralentissement de celle ci.

S’offraient à lui deux possibilités : rentrer vigoureusement dans le verso de Madame, ou aller embrasser le mur qui bordait la route.

Toujours gentleman et chevaleresque (et peut être aussi un peu retenu par le quintal bien dépassé de Dom, la moitié de Madame, qui roulait également sur son XTZ quelques mètres devant), notre Jurassic-man (il est du 39) choisit l’élément solide pour préserver la réputation de notre compagne de virée.

Grand bien lui fit ! Il put ainsi conserver intacte, outre l’arrière du XTZ, sa notoriété de héros, au prix de sérieuses estafilades sur sa fidèle monture.

Quelle noblesse, quelle grandeur d’âme, quelle générosité…

Mais à l’avenir, les mauves, j’aimerais bien que vous ne fassiez plus le mur sans m’en parler avant !

Les bons samaritains de l’équipe.

Sur le tableau des employés modèles, j’appelle aujourd’hui « Félikssssss » et « Zézette », euh…. je voulais dire Pat et Corinne.

Aussi inséparables que des siamois, ce sont nos St Bernard.

On prend la route toujours confiants, sachant qu’à l’arrière il y y aura inévitablement le camion mécanique de Pat & Coco pour nous venir en aide, en cas de problème sur le trajet.

Lui à la conduite du bahut, et elle au guidage, telle est la formule magique.

©G. de CROP/Motomagazine

Exceptionnellement cette année, on a vu Pat prendre le guidon d’une moto une après midi, suite à des problèmes d’encombrement de motos non roulantes dans le camion. Coco a donc pris le volant.

Et le soir à l’étape (ou au bord de la route en cas d’urgence), le duo est bien rodé : Pat ausculte, diagnostique, démonte, remplace, répare, et Coco à l’intendance lui prépare les outils, lui donne un coup de main et repousse la cohorte envahissante de paparazzi.

©G. de CROP/Motomagazine

Parce que ce qui est énervant, c’est qu’ils finissent (sauf pièce HS ou panne définitive d’électronique of course) toujours par réparer l’embrouille.

Et là, évidemment, c’est le rituel : il faut baiser les doigts de sa seigneurie, et lui marquer la reconnaissance éperdue du petit peuple dénué de tout savoir.

Pas le dernier à entretenir l’anti-sinistrose ambiante de l’équipe, le binôme Pat & Coco doit cependant faire face à une problématique d’importance.

©G. de CROP/Motomagazine

Chargés de fermer la route, il leur incombe donc très souvent de ramasser le groupe de queue arrêté dans un bar. Et évidemment, pour se fondre dans le paysage, ils doivent eux aussi consommer (avec modération).

L’abus de potion magique est il le secret du redoutable coup de volant de mister Pat, jamais à la traîne dans son bahut aux couleurs de Moto Mag ?

Mis sous la lumière des projecteurs ce jour, les Jaunes et leur multi centenaire (c’est un contemporain de l’invention de la roue) GO de choc : Jean Jacques.

©G. de CROP/Motomagazine

Spécialiste du « jardinage » au Tripy, et des km parcourus en rab, notre maréchal des logis chef emmène sa troupe dans la bonne humeur et la fermeté au guidon de son FJR antédiluvien.

Et de fermeté justement, il est question, puisque les années aidant, notre bon JJ n’a plus toutes les dispositions physiques dont il disposait par le passé.

Outre une prostate farceuse le contraignant à transformer le moindre sapin ou bosquet en réceptacle à mictions (le terrain couvrant la zone de la Suisse, l’Autiche, La Slovenie, La Bosnie et la Croatie est désormais imprégné de sa forte odeur, et pas même un vieil ours mâle se risquerait à en revendiquer le contrôle), Pépère se ramollit à vue d’oeil.

La preuve, le tuteur qu’arbore sa Rosalie, niveau rétroviseur côté gauche, depuis que notre Gigi l’amoroso l’a laissée choir au gré d’un béquillage hasardeux.

©G. de CROP/Motomagazine

Et justement, des nuits sur la béquille, il n’en passe plus beaucoup l’ancètre, et il est à redouter que la pratique de la mise sous tuteur soit appelée à se générer, dixit Jackynou l’autre Bonobo du couple.

Si le vent d’un redressement de la situation s’amorce, nous ne manquerons bien évidemment pas de vous en faire part de la plus urgente des façons.

Quoiqu’il en soit tout ceci n’entame pas sa légendaire bonne humeur, et les salles de restaurant résonnent souvent de son rire sonore et communicatif.

©A. MORTREUIL/Motomagazine

Ici, la photo de la visite à l’hospice de toute la petite famille à Pépé, avec, de gauche à droite : Eric, Marie Sophie, Robert, Jean Jacques , Josiane, Jean-Jacques, Joël, Corinne , Guy, José, Chantal

PS : correctif de dernière minute. On m’apprend qu’en fait, ce n’est pas Jean Marc qui a massé Monique après sa foulure à la cheville (avec sa douceur proverbiale de sculpteur de menhirs à mains nues), mais Isa qui maîtrise incomparablement la gestuelle de cet art.

Néanmoins, mesdames, apprenez que si les rouflaquettes sont votre fantasme, le tuyau refilé précédemment reste valable.