Rando MotoMag, Corine et Joël testent la Yam FJR 1300 : “Elle inspire la sécurité”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

Tous les 2 ont 3 enfants. Tous motards ! Corine use les gommeux d’une 1000 Fazer 2002 avec son mari Joël depuis plus de 10 ans. Elle s’exprime sur la FJR 1300 2015.

©G. de CROP/Motomagazine

Comment est traitée la passagère sur cette FJR ?

On a eu la chance de démarrer cet essai par des virages. Et ma première impression a tout de suite été celle de sécurité. En roulant, cette Yam’ colle au plancher. L’enchainement des virages m’est apparu plus coulé que sur la Fazer. La souplesse des amortisseurs y est pour quelque chose. C’est vraiment confortable. La position « Standard » est très bien pour le duo. La protection est évidemment bien meilleure comparée à la Fazer,. Logique. Par contre, je trouve la position des cale-pieds beaucoup trop haute. C’est inconfortable et pas réglable. Dommage. J’ai l’impression d’avoir la circulation coupée au point où, lors d’arrêt, j’ai mis mes jambes en l’air sur celles de Joël. Autre aspect négatif : elle est bruyante. On a l’impression de toujours être en sur-régime.

Quid de son achat ?

Si nous changions de pratique moto avec des longs voyages, la FJR est attractive. On pourrait faire le pas de l’achat. Par contre, je ne retrouve pas le coté ludique de la Fazer, sympa pour les petites balades.

©G. de CROP/Motomagazine

Lui a fait ses premiers tours de roues dans les années 80. Sur une Z650 et une Kawa 400KH prêtées par ses potes. Sympa…

Alors Joël, que penses-tu de cette FJR 1300 ?

Il y a évidemment plein de différences entre ma Fazer et tout ce que cette moto propose. Question de génération : les commandes et options, le moteur, etc… Tout me tombe bien sous les mains. Une similitude toutefois qui concerne la position de conduite de cette FJR qui est très proche de ma Fazer. Le tableau de bord est lisible, la disposition des cadrans impeccable. Il m’a fallu une heure et demi de roulage pour mieux appréhender tout ça. Mais une fois la prise en main faite, je trouve cela bien. J’ai trouvé les poignées de commandes de frein et d’embrayage plus courtes que sur ma moto mais ça me va pas mal.

Et en roulant ?

J’appréhendais son poids. Mais aux dires d’amis qui ont des motos semblables, ils m’ont convaincu de l’essayer. La boite 5 est plus longue que la boite 6 de ma Fazer. Le mode « Sport » du moteur est vraiment dynamique et offre un couple assez important. Par contre en « Standard », c’est mou. Ce couple disparait. C’est vraiment fait pour rouler pépère ou sous la pluie. Sa géométrie est bien équilibrée. Son centre de gravité plutôt bas me convient. Elle se met sur l’angle toute seule. Tellement tout seule que j’ai mis un petit peu de temps pour correctement enchainer les virages. Ma Fazer réclame d’être plus franche sur le guidon. Pour le réglage des suspensions en duo, c’est le mode « Standard + 1 » qui nous a vraiment convaincus. Tous les défauts de la route sont bien gommés tout en conservant la cohérence de l’ensemble moto/motard(e)/bagagerie. J’aime rouler visière ouverte et sa bulle en position basse protège très bien jusqu’à 80. Au-delà, on la remonte et le bruitage aérodynamique disparait bien. Dommage que le moteur génère ce sifflement peu agréable.

Vous achetez ou pas ?

Oui, je pense. Avec ce que l’on veut faire avec ma femme, évoluer vers plus de voyages longs, cette machine me met en sécurité. La Fazer demande plus de force, de courts temps de réaction. Et moi vieillissant, je commence à penser à son changement.

Rando MotoMag, Jocelyne et Jean testent la Yam Super Ténéré : “Vive les hybrides”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

©G. de CROP/Motomagazine

Honneur aux dames. Jocelyne, c’est l’amoureuse de Jean. Alors elle le suit partout. A moto. Logique non ? Plus de 100 000 kms sur 15 ans à bord d’un 900 Diversion, d’un BMW R1200 R 2007 et enfin d’un R1200 RT liquide de 2014. Elle nous fait logiquement part de ses impressions de passagère concernant la Super Ténéré 2015.

Alors, confort cette Ténéré ?

Je craignais un peu de monter dessus car il n’y avait pas de top case. J’avais peur d’avoir à me cramponner exagérément en permanence. Finalement, je l’ai trouvée souple d’où ma surprise. A tel point que je ne me suis même pas rendu compte du changement de cartographie moteur effectué par Jean. On est bien assis même si le confort de selle n’équivaut pas celle de notre BMW, équipée d’une selle avec gel. La position générale est bonne et les poignées de maintien OK. J’ai apprécié sa bonne protection générale. Je n’ai pas aimé le système de fermeture/verrouillage des valises. Il demande de l’habitude quant au sens de rotation de la clé. Je sens que Jean est à l’aise à sa conduite, presque plus à l’aise qu’avec la BMW, en tout cas lors des manœuvres lentes. Et Je ne sais pas si j’aimerais continuer à être passagère de ce Super T, mais ce qui est sûr, c’est que ce serait avec un Top case en guise de dossier.

Maintenant à lui. Pierre, c’est l’amoureux de Jocelyne. Alors il part tout le temps avec elle. A moto. Logique non ? Son avis sur la Super Ténéré 2015 en duo.

©G. de CROP/Motomagazine

Elle t’inspire ?

C’est une moto assez sympa, un joli trail, néanmoins classique dans son genre. J’avais un peu d’appréhension quant à sa hauteur et en fait j’étais très bien dessus. La selle doit être étroite, tout comme cette moto de manière générale. A l’arrêt, j’ai donc mes 2 pieds parfaitement posés au sol. Pour les commandes, c’est une fioriture de boutons, et de prime abord, on ne s’y retrouve pas. Tous étant de couleur noire, rien ne les différencie sur leurs fonctions. A tel point que je n’ai même pas approfondi l’aspect ordinateur de bord. J’ai réglé mes suspensions en mode « Standard » et la précontrainte ressort en mode passager + bagages avant de partir.

Contact !

Là je vais faire de la pub à Yamaha ! Comportementalement parlant, c’est un vrai vélo, très stable une fois inscrite sur sa trajectoire. Elle est dotée d’un tonus moteur important en mode « Sport » mais qui peut devenir inconfortable pour le passager. Un vrai bonheur en solo ! J’ai été épaté par la souplesse générale de ce moteur dès 1000 tr/min. Et que dire de sa boite de vitesse : souple, nette, silencieuse et précise. L’étagement est peut être un peu plus court sur les 1 ou 2 premiers rapports que ma BM. Mais c’est bien adapté au moteur. C’est capable d’aller très vite, beaucoup plus que la loi ne le permet. La bulle est ridiculement petite comparativement à celle de BMW mais elle protège bien. En conduite, le tableau de bord demande à être travaillé en lisibilité. Le contraste noir sur gris ne va pas à des yeux vieillissants. Les pare-mains pas très larges ne m’ont pas paru très efficaces.

Alors t’achètes ?

En fait, j’aimerais trouver une BMYAM’ : le confort et le moteur de la BM et la maniabilité et la boite de vitesse de la Yamaha.