Rando MotoMag Portugal (jour J) : réveil matinal…


ffmc-paris

Il a fait chaud cette nuit et il parait que ça a pété. De l’eau sur le carrelage de la cour extérieure nous confirme que c’est bien tombé.

 Le soulagement général c’est de constater que rien de fâcheux n’est à déclarer concernant les camions.

Tout est en ordre.

Ouf général.

On prend le petit déjeuner dans un hôtel qui s’est rempli soudainement d’une clientèle apparue d’on ne sait où…

Puis on sort les motos de leur cache nocturne, et gaz vers le sud ouest !

Juste avant Bordeaux, le plafond peu engageant nous incite à perfectionner notre équipement avant de prendre le ruban d’asphalte jusqu’à Bayonne.

Rien à dire sur les heures qui suivent, si ce n’est que Noé sur son arche n’a pas du voir beaucoup plus d’eau que ce qu’on s’est ramassés sur la hure !

 On fait l’impasse sur le repas du midi (quel sacerdoce, la rando MotoMag !!!), et les km défilent à mesure que le niveau de refroidissement liquide dans mes chaussures “étanches” s’élève irrémédiablement.

 Le déluge finit par se calmer, et chacun met à profit cette acalmie et utilise ses techniques personnelles pour tenter de faire sécher un maximum d’affaires en roulant.

 Ça ne dure qu’un temps, et on termine sous un crachin soutenu qui nous prive de la jouissance de l’océan Atlantique.

On file à l’hôtel Ibaia à Hendaye, histoire de mettre la main aux préparatifs d’accueil des participants, l’heure du briefing étant calée à 18 heures.

Finalement on est dans les temps, ce qui nous autorise à passer la vitesse supérieure dans l’opération “séchage des frippes de bikers” et “suppression des champignons indésirables”, l’élément liquide ayant eu une tendance insidieuse à s’insinuer par tout ce qui présentait l’apparence d’un orifice.

18 h.

Quasiment tout le monde est là.

De nombreux redoublants, quelques nouveaux.

20 motos,

6 couples,

1 pilote féminine.

 Plaisir de retrouver des têtes connues, traque des prénoms oubliés, identifications des changements de machine depuis la dernière rando…

La glace est vite rompue.

Pendant plus d’une heure Jean-Marc, not’ chef-chef-oui-chef, va présenter le menu des réjouissances, préciser certains points propres à notre destination, rappeler quelques conseils élémentaires, présenter l’équipe d’organisation, remettre le sac des présents offerts par les partenaires de l’évènement (MotoMag, la Mutuelle des motards, Kawasaki, Tripy, Motul), et anoncer la composition des différents groupes (Jaunes / Bleus / Rouges / Mauves), avant que d’inviter tout le monde à se retrouver auprès d’un apéro de bienvenue (les cahuètes eurent beaucoup de succès auprès des membres de l’orga, privés de repas le midi…).

1er repas en commun, l’occasion pour les anciens de se remettre en mémoire quelques souvenirs oubliés, et pour les nouveaux de se faire leur petite place dans la troupe.

A 23 heures, tout le monde a filé dans sa chambre, histoire de se préparer au mieux pour les premières heures de demain…