La 3ème étape des Randos, de Leòn au Portugal


admin
Après la ville de Leòn en Espagne, le royaume des cigognes s’étend sur des dizaines de kilomètres.
Entrée au Portugal par une superbe route de montagne.
Premier village Portugais après le passage de la frontière.

Ici, les bonnes affaires immobilières ne manquent pas.
Nuit et petit déjeuner en Espagne, déjeuner au Portugal chez O JAVALI, un resto familial spécialisé dans le sanglier et plusieurs fois nominé lors de concours culinaires. Le patron super sympa et accueillant est tout excité à l’idée de voir son parking envahi de bécanes.
Si il vous reste de la place, on vous a trouvé LA charcuterie locale. Et comme on tente de bien faire les choses, elle est à deux pas de notre étape du soir.
Et en parlant d’étape du soir… mais on ne vous en dit pas plus…

Les recos sur les routes de la côte nord de l’Espagne


admin

Au départ d’Hendaye, nous suivrons la côte espagnole.

En traversant des forêts de pins

5 000 kilomètres nous séparent du continent américain, ce qui laisse le temps aux vagues de se former.

Qui dit beau temps dit aussi beaucoup d’insectes. Note 1 : prévoir de quoi nettoyer les visières.

Les Randos MotoMag mettent le cap sur le Portugal en 2017, les reconnaissances ont commencé


admin

C’est parti pour les reconnaissances de la prochaine Rando MotoMag.

Notre point de ralliement sera à Hendaye. Le départ sera donné pour une jolie boucle de plus de 3000 kms. Nous sommes impatients de découvrir ces nouveaux paysages…

C’est à l’Hotel Ibaïa que les participants passeront leur première nuit.

Il y aura déjà moyen de profiter de la piscine

Trois 3 départs sont prévus cette année, avec un maximum de 30 équipages par voyage, il reste encore deux places pour chaque édition de juin, dépêchez-vous :

- du 3 au 16 juin
- du 17 au 30 juin
- du 9 au 22 septembre

Tous les renseignements sont sur Motomag.com

http://www.motomag.com/Rando-Motomag.html

Promis vous aurez quelques photos pour patienter…

MotoMag dans les Balkans : Jour 04, Le Tyrol


yome

ON L’APPELAIT DÉSIRÉE !

Désirée en effet, elle l’était, cette première journée de roulage sans pluie.

Le premier coup d’oeil par la fenêtre est souvent un révélateur, en ce qui concerne la journée d’un motard en goguette. Et bien ce matin, ce premier coup d’oeil matinal, il file la banane : on a enfin du bleu en ligne d’horizon. YYYYYYYEEEEEESSSSSSSSS !!!!!!!!!!

Les groupes se reforment lorsque les motards hébergés dans l’hôtel des « solo » retrouvent ceux en couples à leur hôtel. Au revoir Bolzano, à nous la montagne !

A peine extraits de la ville, nous attaquons les lacets, et, rapidement, gagnons les hauteurs par des petites routes typiques des paysages Tyroliens, aussi exiguës que géniales à rouler.

©G. de CROP/Motomagazine

Pour qui aime le chemin des écoliers ou les routes pittoresques, les itinéraires que nous parcourrons la journée durant, sont un appel permanent à faire le grand écart entre la promenade bucolique matinée de régalade visuelle, et le plaisir du pilotage d’un deux roues en milieu « je débranche tout ».

A flanc de montagne, surveillés par la masse des sommets des Dolomites (c’est pas comme les stalag ? Y’a pas les « mites » qui montent, et les « tites » qui tombent?), nous nous enfonçons plus avant dans le cœur du Tyrol.

©G. de CROP/Motomagazine

Ca tournicote dur, et on tricote du sélecteur. Mais quel plaisir de pouvoir prendre de l’angle et de « jouer » un peu, après ces deux jours de pluie, d’adhérence précaire et de conduite sur des œufs (Isa from Sicilia, on pense à toi et on t’embrasse!).

Les groupes se doublent et se repassent en fonction des pauses panoramas, des arrêts rafraîchissement et des haltes photos, maintenant que la météo donne l’envie de prendre son temps.

Le repas du midi est assuré dans un cadre superbe, dans une auberge nichée dans les hauteurs, l’Oberegger Alm, avec des paysages étourdissants de beauté et des spécialités locales fort prisées par la troupe.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Départs échelonnés, comme de tradition, malgré une incitation à la digestion sur place, les fesses dans le gazon, les yeux perdus dans les sommets des Dolomites (Jacky, réveille toi !).

Et c’est reparti pour un tour de manège, sous le soleil !

Routes qui serpentent, trafic limité, bonne adhérence, autant de facteurs pour goûter sans retenue aux plaisirs du deux roues.

Les km défilent avec un enthousiasme non feint, et le passage de l’ex poste frontière autrichien ne change rien à l’affaire : italien ou autrichien, le Tyrol à moto c’est du bonheur en barre !

La preuve en est, c’est que nous ne sommes pas les seuls, et que c’est par paquets que souvent nous croisons des motards de tout poil.

©G. de CROP/Motomagazine

Puis, nous redescendons dans la vallée, à une soixantaine de km de notre but du jour, Villach. Les nuages jusqu’ici oubliés refont leur apparition, et une halte permet à tout le monde de s’équiper.

©G. de CROP/Motomagazine

Heureusement, nous filons plein cap vers le soleil, et après quelques dizaines de km placés sous le signe de l’humidité, tout le monde retrouve le soleil à quelques encablures de Villach et de l’hôtel Globo Piazza, terme de notre étape du jour.

Pas de chute ou d’incident majeur à déplorer ce jour, malgré un terrain de jeu pourtant incitatif, et tout le monde s’en porte pas plus mal.

MotoMag dans les Balkans : Jour 03, le Stelvio


yome

Mac Mahon ? TA GUEULE !!!!

Pour paraphraser le célèbre militaire : « Que d’eau, que d’eau ! ».

Réveil matinal pour tout le monde. Le pli semble pris, et il y a des kilomètres sur les parcours du jour rentrés dans les TRIPY des ouvreurs.

Néanmoins, à la sonnerie du réveil , les « tsccccchhhhhtttt » sonores émis par les voitures passant dans la rue, ne laissent guère planer de doute : les combinaisons de pluie rangées au fond des valises pour la fin du parcours d’hier, vont retrouver tout leur prestige ce matin.

Le temps du petit déj’ n’y change rien : la pluie s’est installée pour de bon. J’en ai même entendu tenter de soudoyer le grand chef-chef-oui-chef pour différer le départ de quelques heures !

Hélas, pas d’échappatoire, avec le chef, l’heure c’est l’heure.

C’est sous une vraie pluie battante que les hommes-grenou… heu, les motards, prennent l’asphalte, pleins d’espoir quant à la clémence du Dieu préposé à la météo.

Les kilométres défilent, les paysages changent, mais une donnée reste inamovible : il pleut à seaux.

Dans un tel contexte, on roule, et tout le monde s’abstient de réclamer, qui une pause clope, qui un shoot photo, qui un arrêt pour se dégourdir les jambes… On trace, en espérant que, sans pause, on finira par trouver le soleil plus rapidement.

A mi-parcours de l’étape du matin, quasiment tous les groupes se sont arrêtés au bord d’un petit lac, dans un café accueillant, dont le patron sympa n’a même pas tiqué en voyant des vagues successives de motards dégoulinants, saloper son établissement. Bel esprit d’hospitalité chez les Helvètes !

©G. de CROP/Motomagazine

Ce qui ne nous empêchera pas de faire remarquer à Jacques & Gigi, nos habitués suisses en BMW, qu’ils auraient pu faire quelques efforts niveau météo, pour une fois que la rando MotoMag’ se déplace sur leurs terres.

Gilles ayant fait « tomber son bout de pain dans sa fondue », il échappe de peu à la sanction locale : balancé dans le susdit lac avec des chaînes. Mais en contrepartie, il adopte les coutumes du cru, niveau costume, en enfilant de seyants sacs plastiques « made in Jean Luc » pour assurer l’étanchéité de ses membres inférieurs menacés de mycose imminente !

©G. de CROP/Motomagazine

Il a bien fait : moins de 10 minutes plus tard, le soleil tant espéré pointe son nez. D’abord timidement, puis de façon plus marquée en montant jusqu’au Julienpasse (2284m). Les routes ne sont pas encore sèches, mais d’un coup les sourires refleurissent.

©G. de CROP/Motomagazine

On en profite pour hausser légèrement le rythme et reprendre un peu d’angle : plaisirs de base du motardus moyennus.

Hélas, cette griserie sera de courte durée, et en nous rapprochant de la frontière italienne, nous profiterons, en plus de notre amie la pluie retrouvée, d’un brouillard épais digne d’un épisode de fog Londonnien !

©G. de CROP/Motomagazine

C’est un troupeau de Bob l’éponge qui se précipite goûter à la douce chaleur prodiguée à l’intérieur du refuge Tridentina au col Forcola. Les oripeaux sont jetés au plus près des radiateurs, et l’arrivée de la pitance fumante est signe d’un réchauffement des anatomies.

On est bien au chaud, et la pause se prolonge.

Le cérémonial du ré-enfilage des gants, bottes, blousons et vêtements de pluie détrempés, est un grand bonheur que chaque motard ne manque pas de savourer dès que l’occasion se présente. Nous ne nous en privons donc pas.

La pluie semble s’être calmée, et nous profitons d’une route en partie sèche pour avancer un peu (173 km au programme, cet après-midi).

Il ne faut toutefois pas abuser des bonnes choses, et c’est sous la pluie revenue et dans une purée de poix des plus opaques, que nous repassons un second poste de douane.

Le brouillard se dissipe peu à peu, mais pas la pluie, et l’attaque des premiers lacets du mythique col du Stelvio, nous rend amers de ne pas profiter de ces lieux sous un soleil motard.

©G. de CROP/Motomagazine

Col technique avec ses lacets en épingle et ses relances de régime incessantes, le Stelvio nous accueille avec une température de 3°, et un vent à décorner une vache des Highlands.

©G. de CROP/Motomagazine

Je prends quelques minutes pour immortaliser la montée du Stelvio côté Pile, au guidon de ma Guzzi …1200 Stelvio (l’occasion était trop belle !).

Puis c’est la redescente côté face avec de nouveau une impressionnante série de virages serrés sur près de 15 km.

©G. de CROP/Motomagazine

Particularité étonnante, chaque virage est numéroté (pour faciliter l’accès des secours?).

Et justement les secours, on va les tester de façon tout à fait improvisée, puisque Yann, un copain du groupe des « Noirs », se rate dans la descente et effectue un plongeon hallucinant dans la pente du ravin ! Heureusement, à cet endroit, les arbres sont nombreux, et vont freiner sa chute vertigineuse.

Prévenus par un local qui a vu la scène, les secours sont sur place en un minimum de temps. Remonté de l’endroit où il git trente mètres en contrebas, pris en charge, puis évacué par hélicoptère, Yann a tout du miraculé !

©G. de CROP/Motomagazine

Les nouvelles du soir seront on ne peut plus rassurantes : une simple petite fêlure à une vertèbre, avec pose d’un corset et rapatriement chez lui d’ici deux à trois jours. Ouf ! Le port d’une dorsale de qualité se justifie une fois de plus par les faits.

Pour la Suzuki Vstrom par contre, descendue 30 mètres plus bas que son pilote, les délais d’hospitalisation risquent d’être légèrement plus longs !

Impuissants, nous reprenons la route, secoués, et anxieux, dans l’attente des nouvelles de Yann. 20 km plus bas, dans la vallée, le soleil est enfin revenu, et, cette fois ci, ne nous lâchera pas jusqu’à l’arrivée.

Nous retrouvons les charmes du roulage italien, avec beaucoup de trafic et peu de possibilités de dépassement, sur les grands axes, avant de prendre des voies moins chargées pour gagner Bolzano, la capitale historique du sud Tyrol, où la troupe se scindera, les couples étant logés à l’hôtel Post-Gries, et les solo à l’hôtel Chrys.

Il est des jours où la douche du soir se mérite, et d’autres où elle est la récompense d’une journée de roulage ardue.

©G. de CROP/Motomagazine

Demandez aux participants : celle de la journée du Stelvio 2015 a toutes les chances de rentrer dans la seconde catégorie…

Et pour clore cette journée chargée, les (bonnes) nouvelles concernant Yann, nous permettent d’aller dormir les neurones pas trop agitées…

MotoMag dans les Balkans : Jour 02, la Suisse


yome

MOÏSE ÉTAIT MOTARD

Tout le monde est debout à l’heure. L’envie de « bouffer de la borne » est affichée sur les visages.

Petit déj’ expédié, et tous les groupes prennent leurs marques avec ce premier départ.

La météo vient toutefois tempérer largement l’enthousiasme général : il pleut en continu, la température avoisine péniblement les 10°, et le plafond nuageux est des plus bas.

Qu’importe ! La pluie n’effraie pas le motard décidé, et les premiers kilomètres jusqu’à la frontière Suisse se font à un rythme piano, sur une chaussée à l’adhérence très moyenne.

Une fois passée en Helvétie, la troupe, disséminée sur le parcours, traverse la vallée du Valais, rectiligne mais ornée de multitudes de plantations d’abricots. Sympa et original (surtout pour les nordistes comme moi ! ).

Il pleut dru, et personne ne réclame de s’arrêter pour prendre en photos les paysages majestueux d’Alpes noyées dans les nuages.

©G. de CROP/Motomagazine

Même trouver un café d’ouvert, histoire de réchauffer la troupe, est compliqué : ils sont tous fermés le dimanche, contrairement aux concessions de motos que l’on constate ouvertes au fil de notre progression.

©G. de CROP/Motomagazine

Ceci plus cela, fait qu’avant midi, tous les groupes sont présents (et mouillés!) à la taverne Breiten à Brig (pour la plus grande satisfaction d’un Jean Marc toujours un peu nerveux lors de la première).

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Repas local assuré par une équipe rodée et performante. Un grand bol de chaleur et de convivialité qui vient regonfler le moral de ceux et celles qui ont pris l’eau toute la matinée.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Le départ des groupes se fait échelonné, mais rien n’y fait : la pluie est toujours là et semble s’être invitée pour toute la journée.

La pente augmente peu à peu, la route s’élève, devient technique, et sous une pluie qui ne nous lâche pas, nous passons le col de Furka, à 2436 mètres avec une température de 4° affichée sur le tableau de bord de ma machine.

©G. de CROP/Motomagazine

Autant vous dire qu’en l’absence de barrières de sécurité, avec des membres passablement engourdis, et une adhérence somme toute pas tip-top, personne ne songe à jouer les Marc Marquez ou Valentino Rossi sur les pentes au menu.

Nous basculons ensuite sur l’autre versant, et la vision au loin d’un village enfoncé dans une vallée illuminée de soleil, nous ragaillardit unanimement et immédiatement.

La fin de journée, avec un soleil retrouvé et des routes enfin sèches, sera l’occasion pour nombre d’entre nous de lâcher un peu les chevaux en goûtant au plaisir de prises d’angles dignes de ce nom et de trajectoires soignées.

©G. de CROP/Motomagazine

Un premier moment de plaisir qui fait du bien après une journée aussi arrosée (et quel bonheur de pouvoir redécouvrir les sommets alpins enfin débarrassés de leur épais manteau nuageux).

Une ultime portion de régal jusqu’à Flims, dans la vallée des Grisons, avec une arrivée sous le soleil, largement dans les délais et sans problème recensé.

©G. de CROP/Motomagazine

Aujourd’hui, c’est Pierre qui avait troqué son FJR perso pour essayer la nouvelle … 1300 FJR prêtée par Yamaha : les lecteurs/randonneurs de MotoMag deviennent essayeurs !!! Impressions et compte rendu par l’intéressé demain.

MotoMag dans les Balkans : Jour 01, présentations


yome

NOM DE ZEUS !!!!!

Déjà un an depuis le retour de Sicile… Incroyable comment ça file !

La mémoire encore pleine des souvenirs de la virée italienne, voilà qu’il nous faut déjà plonger la tête la première dans la nouvelle aventure concoctée par l’équipe bien rodée de Motomag.

Mais avant d’aller plus avant, je réalise que je manque à tous mes devoirs.

Je me présente, je suis Arno, coordinateur de la FFMC 76, l’ouvreur du groupe des mauves cette année (et les deux années précédentes) et, depuis hier, responsable de la tenue du blog de la rando des Balkans, parachuté d’office sur ce périlleux exercice, par notre grand chef-chef-oui-chef, Jean Marc, le Boss de cet événement.

©G. de CROP/Motomagazine

Je vais donc avoir la charge, quasiment deux semaines durant, de tenir la planète entière (suspendue aux news en provenance des Balkans) au courant de l’évolution de nos pérégrinations.

Hier, samedi 12, pendant que chez les journaleux, on mettait la main à la pâte pour les derniers préparatifs de l’orga, c’était le grand flux migratoire des motards de tout poil, depuis tous les coins de l’hexagone (et même d’au delà, vu la présence d’helvètes et de monégasques), direction l’hôtel Le Prieuré à Chamonix, où était donné le départ de la rando 2015.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Après un trajet bien arrosé pour certains, à 18h30, c’est l’ensemble du staff de l’organisation et des participants, qui prenait place dans la salle de réunion pour le briefing d’accueil mis en place par Jean Marc et Isabelle.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Retrouvailles pour certains, présentation pour les nouveaux venus, description détaillée du programme des hostilités, précision des modalités d’organisation, remise du lot de cadeaux de notre partenaire Motul, présentation de l’opération d’essai des 1200 XTZ et 1300 FJR en partenariat avec Yamaha, présentation également du staff, composition des groupes, et, le plus important, l’apéro-grignotage préparé de main de maître par l’équipe très sympa du Prieuré (le boss est un motard occasionnel), tel était le programme de ce début de soirée.

©G. de CROP/Motomagazine

©G. de CROP/Motomagazine

Puis ce fut un premier repas en commun, et après les habituelles discussions de comptoir, tout le monde filait sous les draps, conscient que demain il faudrait être en forme.

©G. de CROP/Motomagazine

Palerme, Corleone, l’Etna, Syracuse…Le programme en bref


Dominique, accompagnateur et pilote de rallye

Le 15 septembre à 20 heures nous avons rendez-vous à Gênes (Italie) pour prendre la mer vers la Sicile. Ce sera l’occasion de prolonger un peu plus l’été et ses températures agréables.

Soleil, mer et petites routes sont au programme pour toute la semaine.

En huit étapes et environ 1 200 kilomètres, nous découvrirons les charmes de cette ile, mélange de culture et d’histoire.

Voici la liste des villes par lesquelles nous passerons et que nous vous présenterons tout au long du déroulement du voyage : Corleone, Sciacca, Enna, Agrigento, Caltanissetta, Cesaro, Brolo, Taormina, Letojani, Augusta, Syracuse, San Michele.

Un premier groupe se mettra en route au départ de Paris ce samedi 13 septembre. Il sera composé des accompagnants. Des participants nous rejoindront sur la route qui nous mènera jusqu’à Genes.

Nos partenaires


Dominique, accompagnateur et pilote de rallye

TRIPY : Le GPS de vos balades inoubliables

Motards useurs de bitume, fans de tout-terrain ou amoureux de belles élégantes, fiez-vous au GPS Tripy II et vous allez parcourir des balades de rêves. Avec Tripy, c’est toujours l’itinéraire qui prime sur la destination.

Choisissez maintenant votre univers et découvrez une nouvelle liberté de rouler !

http://www.tripy.eu/fr

Pour ceux qui sont intéressés pour acheter un Tripy, Moto Magazine vous propose un tarif préférentiel avec une remise de 8 % dans note boutique par ici :

http://boutique.motomag.com/produits-moto/796-tripy-gps-road-book-digital.html

MOTUL : une entreprise d’exception dans le secteur des lubrifiants

Motul est une entreprise française présente dans le monde entier et spécialisée dans la conception, l’élaboration et la distribution de lubrifiants pour moteurs ainsi que pour l’industrie à travers son activité Motul Tech.

MOTUL met à votre disposition une gamme très large de produits pour protéger et entretenir votre moto 4-temps ou 2-temps. Du lubrifiant compétition 300V 4-temps ou 800 2-temps au nettoyant chaîne, huile de fourche ou un additif carburant, MOTUL vous offre par ses produits tout son savoir-faire et sa passion de la moto.

https://www.motul.com/fr/

MOTO RACING PARIS : 25 ans d’expérience

Patrick de Moto Racing assurera la mécanique et le dépannage pendant le voyage. Son magasin a ouvert ses portes en 1988 à Montreuil et s’est agrandit en se relocalisant à Paris 20ème. C’est toujours avec le même plaisir et la même passion de la moto qu’il vous accueille du mardi au samedi de 10h00 à 19h00 sans interruption.

http://motoracingparis.free.fr/

MUTUELLE DES MOTARDS : liberté assurée

Spécialiste reconnu et leader technique sur le marché de l’assurance 2-roues, la Mutuelle des Motards est aujourd’hui le seul assureur européen dont 80% du chiffre d’affaires repose sur l’assurance moto et scooter.

http://www.mutuelledesmotards.fr/