Rando MotoMag, Jean-Marc teste la Yam Super Ténéré : “J’aime les motos simples”


yome

Même notre « chef-oui-chef » de cette rando s’y colle. Jean-Marc, co-organisateur des Randos, a abandonné son 600-Ténére-1985-démarrage-au-Kick-s’il-vous-plait. Il nous parle du modèle de 30 ans pile-poil son ainée…

©G. de CROP/Motomagazine

Que t’inspire cete 1200 SuperT au repos ?

Au niveau du look, je la trouve sympa. Elle a un p’tit goût d’aventure à part son pot d’échappement que je trouve franchement horrible. Quand on s’assied dessus (sur la moto, pas le pot…), il faut déjà découvrir tous les boutons par rapport à un 600 Ténéré où y n’a… rien ! Globalement, c’est assez pratique. Même moi qui ne suis pas féru d’informatique, j’ai assez rapidement trouvé le fonctionnement des différentes fonctions. La position de conduite est vachement bien et surtout le réglage de la selle très pratique. Le tableau de bord est très lisible, ce qui permet de quitter la route des yeux moins longtemps.

©G. de CROP/Motomagazine

Et en action ?

J’ai commencé à l’utiliser en mode « Tourisme ». J’ai trouvé que c’était un veau ! Par contre, en mode « Sport », c’est carrément plus amusant. Elle offre une bonne reprise sur tous les régimes moteur. C’est signe de couple. Même en reprenant assez bas dans les tours, elle part bien. J’ai beaucoup aimé les réglages de suspension : sur routes propres, tu peux passer en « Hard » alors que dès que tu attaques de la « dégradée », vu le nombre de réglages possibles, il y a forcément celui qui te convient. Elle s’inscrit super bien en courbe et ne bouge plus de sa trajectoire. Elle est sécurisante. A des vitesses inavouables qu’elle atteint très facilement, elle a peut être juste tendance à s’alléger de l’avant. Coté boîte, je ne sais si c’est cette moto en particulier ou la série, j’ai eu parfois du mal à passer la 4 à haut régime. La protection bulle est parfaite, surtout qu’elle est réglable. Dommage que ce soit un réglage manuel. Une grosse critique tout de même, sa selle : c’est un bout de bois ! Même celle d’origine de mon 600 Ténéré est plus confortable

Tu es acquéreur ou pas ?

Non, je n’achète pas. Quand je fais de la moto, j’aime bien faire de la moto. Et pas passer mon temps à tripoter des boutons, pour certains inutiles comme le régulateur de vitesse, comme dans un avion de chasse. Si je veux pas avoir toucher l’accélérateur, je prends le train !

Rando MotoMag, Jocelyne et Jean testent la Yam Super Ténéré : “Vive les hybrides”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

©G. de CROP/Motomagazine

Honneur aux dames. Jocelyne, c’est l’amoureuse de Jean. Alors elle le suit partout. A moto. Logique non ? Plus de 100 000 kms sur 15 ans à bord d’un 900 Diversion, d’un BMW R1200 R 2007 et enfin d’un R1200 RT liquide de 2014. Elle nous fait logiquement part de ses impressions de passagère concernant la Super Ténéré 2015.

Alors, confort cette Ténéré ?

Je craignais un peu de monter dessus car il n’y avait pas de top case. J’avais peur d’avoir à me cramponner exagérément en permanence. Finalement, je l’ai trouvée souple d’où ma surprise. A tel point que je ne me suis même pas rendu compte du changement de cartographie moteur effectué par Jean. On est bien assis même si le confort de selle n’équivaut pas celle de notre BMW, équipée d’une selle avec gel. La position générale est bonne et les poignées de maintien OK. J’ai apprécié sa bonne protection générale. Je n’ai pas aimé le système de fermeture/verrouillage des valises. Il demande de l’habitude quant au sens de rotation de la clé. Je sens que Jean est à l’aise à sa conduite, presque plus à l’aise qu’avec la BMW, en tout cas lors des manœuvres lentes. Et Je ne sais pas si j’aimerais continuer à être passagère de ce Super T, mais ce qui est sûr, c’est que ce serait avec un Top case en guise de dossier.

Maintenant à lui. Pierre, c’est l’amoureux de Jocelyne. Alors il part tout le temps avec elle. A moto. Logique non ? Son avis sur la Super Ténéré 2015 en duo.

©G. de CROP/Motomagazine

Elle t’inspire ?

C’est une moto assez sympa, un joli trail, néanmoins classique dans son genre. J’avais un peu d’appréhension quant à sa hauteur et en fait j’étais très bien dessus. La selle doit être étroite, tout comme cette moto de manière générale. A l’arrêt, j’ai donc mes 2 pieds parfaitement posés au sol. Pour les commandes, c’est une fioriture de boutons, et de prime abord, on ne s’y retrouve pas. Tous étant de couleur noire, rien ne les différencie sur leurs fonctions. A tel point que je n’ai même pas approfondi l’aspect ordinateur de bord. J’ai réglé mes suspensions en mode « Standard » et la précontrainte ressort en mode passager + bagages avant de partir.

Contact !

Là je vais faire de la pub à Yamaha ! Comportementalement parlant, c’est un vrai vélo, très stable une fois inscrite sur sa trajectoire. Elle est dotée d’un tonus moteur important en mode « Sport » mais qui peut devenir inconfortable pour le passager. Un vrai bonheur en solo ! J’ai été épaté par la souplesse générale de ce moteur dès 1000 tr/min. Et que dire de sa boite de vitesse : souple, nette, silencieuse et précise. L’étagement est peut être un peu plus court sur les 1 ou 2 premiers rapports que ma BM. Mais c’est bien adapté au moteur. C’est capable d’aller très vite, beaucoup plus que la loi ne le permet. La bulle est ridiculement petite comparativement à celle de BMW mais elle protège bien. En conduite, le tableau de bord demande à être travaillé en lisibilité. Le contraste noir sur gris ne va pas à des yeux vieillissants. Les pare-mains pas très larges ne m’ont pas paru très efficaces.

Alors t’achètes ?

En fait, j’aimerais trouver une BMYAM’ : le confort et le moteur de la BM et la maniabilité et la boite de vitesse de la Yamaha.

Rando MotoMag, Nathanael teste la Yam Super Ténéré : “Facile et maniable”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

Nathanaël avec ses  37 ans, c’est le « gamin » de cette Rando Motomag Balkans. Un coup de Trafalgar de sa Triumph 1200 Tiger Explorer l’a poussé sur le Super Ténéré 2015. La parole à ce salarié de la FFMC…

©G. de CROP/Motomagazine

Quelles sont tes premières impressions ?

C’est une moto fine qui « fait agile ». Le tableau de bord propose plein de fonctionnalités mais qui ne sont pas forcément intuitives à mettre en œuvre. Cela demande une certaine adaptation notamment sur les réglages amortisseurs : le passage de « Soft » à « Standard » ou « Hard » est facile à trouver. Mais l’affinage de chacun de ces modes nécessite une manipulation moins intuitive. Je trouve la béquille trop petite donc difficile à choper avec le pied. Et elle me donne une sensation de déséquilibre quand on descend de la moto, béquille latérale dépliée. Sinon la position de conduite est bonne. Les comodos sont bien placés, notamment celui du régulateur de vitesse à la main gauche. Celui de ma Triumph, étant main droite, m’oblige à lâcher l’accélérateur. Les rétros offrent une bonne vision.

Et sur la route ?

La moto est légère, facile et agréable à basse vitesse pour les manœuvres. Avec mon mètre 73, je touche les deux pieds par terre. Donc sa hauteur et forme de selle me correspondent. Je trouve perfectibles les deux cartographies moteur. Le mode « Tourisme » est assez mou et le « Sport » me donne l’impression d’être trop vif. Le couple permet tout de même de reprendre dès les bas régimes, y compris sur le cinquième ou sixième rapport. La boîte est précise. Idem pour la direction : tu lâches le guidon et tu la mets où tu veux « rien qu’au regard ». L’anti-patinage est assez efficace et permet même sur route glissante d’avoir une conduite assez sécurisée.

Alors, tu troquerais ta « Trumpf » contre cette Yam’ ?

J’achèterai pour me déplacer dans Paris mais pas pour des voyages plus longs. Je préfère le gabarit imposant et rassurant de ma Tiger… Et aussi son autonomie de 450km sur trajet identique.

Rando MotoMag, Patrick teste la Yam Super Ténéré : “top maniabilité”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

Patrick, Patou pour les intimes, est un rigodrole. Toujours le mot pour rire. A 43 ans, il roule en XJR attelé Produc’side Joker 2 qu’il engage au championnat de France des rallyes routiers depuis l’année dernière.

©G. de CROP/Motomagazine

Alors, quelle impression t’a fait cette nouvelle Super Ténéré 1200 ?

Elle plait à voir et elle me parait légère. En gros, c’est comme si elle me demandait « Essaye-moi ! ». Les commandes me vont bien. Il faut juste une petite habitude pour se familiariser avec l’ordi de bord. Je trouve les serrures de bagagerie perfectibles. J’ai peur que les clés ne supportent pas longtemps l’ouverture répétée des valises. Ca sent le SAV rapidement à plein nez tout ça. Sinon, un p’tit vide poche sur les trails serait appréciable pour y coller lunettes de soleil ou carte bleue.

Et en roulant ?

C’est du top question maniabilité avec une mise sur l’angle super simple. Le guidon large me va nickel. Je l’ai bien senti. Tu prends cette bécane une journée et t’es chez toi. Le moteur va très bien aussi. Faut être sur le bon rapport au bon moment. En tout cas en solo. J’demande à voir en duo, valises pleines. Peut être qu’il y aurait un manque de couple en bas. Le freinage est pas mal. J’ai à peine senti l’action de l’ABS dans la pédale. Et l’avant est aussi efficace. La boîte de vitesses est bien mieux comparée à mon side Yam’. Malgré le réglage suspension « soft » pour le confort, la selle est plutôt raide . Cela présage de problèmes sur long trajet autoroutier.

©G. de CROP/Motomagazine

Alors t’achètes ?

Cela dépend : si j’avais des tunes, je m’en prendrais une pour « aller faire le con ». Par contre, je ne partirai pas avec maman sur de grands trajets.

Rando MotoMag, J.P teste la Yam XTZ 1200 : “partie cycle extra”


yome

LES LECTEURS DE MOTOMAG’ DEVIENNENT ESSAYEURS…

Jean-Pierre, 59 ans, possède une BMW 1200 R NineT. Il se définit comme « Motard depuis que je suis né ». Mais surtout il pratique l’enduro et le Super-Motard sur 450 Sherco et taquine la piste avec un Daytona 675. Pluralité dans sa pratique de la moto au service d’un essai de la dernière SuperTénéré 1200 de Yamaha.

©G. de CROP/Motomagazine

Alors, comment t’as vécu la prise en main de cette machine ?

Esthétiquement, elle me plait même si je ne suis pas habitué aux valises. Je trouve ce bleu de fourche et de jantes très beau. La hauteur de selle est parfaite pour une accessibilité au plus grand nombre. Toutes les commandes tombent bien sous les mains. Quand tu es assis dessus, même sans rouler, elle ne me parait pas lourde.

Et tes premiers tours de roues ?

J’ai tout de suite été impressionné par la partie cycle : précision, légèreté, maniabilité et stabilité même à basse vitesse. Il est très facile de passer de la position assise à debout. Cela donne des envies de pistes. Je l’ai essayée d’abord en mode « Sport ». Le moteur remplit parfaitement son rôle de Trail. Il manquerait juste un petit quelque chose en haut. Par contre, je n’ai pas aimé le petit à-coup à la remise des gaz. Celui-ci disparait en mode « Tourisme ». Et c’est finalement celui qui convient parfaitement pour une utilisation de tous les jours. Mais qui dit « Tourisme » dit réglage de suspensions « Soft ».

©G. de CROP/Motomagazine

Ce n’est pas le cas en mode « Sport » ?

Non, là je favoriserais la position « Standard » à minima des amortisseurs. La boite 6 est bien. Rien à dire. J’ai adoré la neutralité de la partie cycle. S’il y a un problème dans un virage, il suffit de pencher sans crainte, elle tourne. Ah oui, après une longue journée de voyage, on peut envisager d’avoir un peu mal aux fesses.

Tu serais acheteur ?

Cela dépend de l’utilisation que tu en as. Pour la personne qui ne veut qu’une moto, avec des intentions de grand voyage sur route et en tout terrain, je prends. Pour moi elle est aussi bien que d’autres concurrentes. Même les réputées meilleures ont leurs petits défauts.