Point de non retour pour Richard Sarafian

Le cinéaste Richard Sarafian est décédé, le 18 septembre 2013 à Santa Monica (USA), des suites d’une pneumonie à l’âge de 83 ans. Le réalisateur culte a atteint son point de non retour…

Sarafian, c’est l’homme d’un film, et quel film ! Le monstrueux « Point Limite Zéro » (« Vanishing Point » en version originale), un road-movie tourné sous amphét’ en 71, qui a bluffé les amateurs de la culture ricaine version muscle-cars et autres Harley Davidson soulevant la poussière du désert. A commencer par l’un des plus inspirés, Quentin Tarantino, auteur d’un « Boulevard de la Mort » (2006) influencé par le maître.

Le point névralgique du « Point », c’est la Dodge Challenger Supercharger que conduit l’acteur Barry Newman alias Kowalski. Il doit traverser les States de Denver à San Francisco en 15 heures. Pour tenir sans dormir, le « driver » (ça ne vous rappelle pas un bon vieux jeu vidéo des familles ?) se gave de pillules. Soutenu par le DJ Supersoul d’une station de radio dans sa quête mécanique et son combat contre le temps, Kowalski croise des flics en Harley, bien sûr, mais aussi des personnages originaux comme il en traînait plein l’Amérique au début des seventies.

Citons cette lady in the sky without diamonds aimant à se balader nue dans le désert au guidon d’une Honda 350 Scrambler, après avoir ingéré quelque substance illicite. « Vanishing point, the maximum trip at maximum speed », explique la bande annonce. Speed, dans tous les sens du terme…

Tarantino rembauchera une Challenger sur le Boulevard de la Mort, conduite par un Kurt Russell inquiétant, pas la fille à poil sur la moto. Même si ce film Grindhouse était digne d’intérêt, son traitement genre humour noir n’atteignait le Vanishing Point au nirvana de la série B.

Chez Sarafian, la tension tenait le spectateur en haleine grâce à la simplicité du scénario, la sobriété des dialogues, l’efficacité des cascades, l’hommage à la musique soul et la galerie de portraits post-hippie de ce début des seventies. A l’issue du récit, aussi, sans concession.

Richard Sarafian a livré au monde l’un de ces films de genre qu’il convient d’inscrire au panthéon du road-movie, non loin de « Duel » et « Easy Rider ». Il a cassé sa pipe quatre décennies après son conducteur désabusé, mais reste bien présent sur nos écrans de contrôle.

A voir : le DVD culte de « Easy Rider »

BD : « Harry Octane » s’inspire de l’univers muscle-cars cher à R. Sarafian

Une réflexion au sujet de « Point de non retour pour Richard Sarafian »

  1. Ce film est géant ! Musique, liberté et superbe course de voiture contre les cops en moto ! Sans compter les babas cools qui aident notre fugitif ! Le thème principal n’est pas la moto, mais en tant que motarde, je m’y suis bien retrouvée. Attention quand même, c’est un film des années 70, n’attendez pas la même qualité d’image que de nos jours,. Mais c’est un vrai bon moment de ciné a regarder ce film !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*