Luxe : le livre moto à 550 euros !


Motoculture

Un livre de motos à plus de 550 euros, c’est l’incroyable découverte faite sur Internet, sur le site d’Assouline, éditeur anglo-saxon de luxe qui cultive l’art de la publication raffinée depuis deux décennies. “The Impossible Collection of Motorcycles” recense, en 172 pages, des machines iconoclastes produites par l’industrie motocycliste à travers les âges, et chevauchées, pour quelques unes d’entre elles, par d’illustres personnages.

Vu le prix de vente, on se doutera qu’il nous fut impossible de disposer d’un exemplaire “papier” ; nous avons donc feuilleté l’ouvrage en ligne. La photo semble de qualité, la mise en page irréprochable. L’album finement relié prend place dans un coffret en caoutchouc noir fermé par une couverture métallique à clapet. Ultime attention, soin du détail, l’éditeur précise qu’il est livré dans un sac en toile Assouline, ce qui semble être le comble du luxe.

Intéressons-nous maintenant au contenu, à savoir les motos présentées ; on débute la lecture par le magnifique prototype BMW R7 de 1934, trésor de l’art-déco, jamais produit.

En feuilletant les pages virtuelles avec des gants de cuir pour ne pas tâcher on découvre à la suite une Vincent 1948 avec laquelle Rollie Free a battu un record de vitesse, l’emblématique Captain America conduite par Peter Fonda dans “Easy Rider”, la non moins emblématique Harley-Davidson XR750 de 1973 qui inspire une grande partie des préparateurs vintage du moment, mais également la célèbre Norton 500 de 1949, baptisée la Poderosa (la Vigoureuse), motocyclette avec laquelle le jeune Che Guevara parcourut l’Amérique du Sud, avant de rejoindre Fidel Castro et de mener la révolution cubaine.

Autres collectors ornant ces pages : Werner Motors 1900 , Norton Emergette 1902, Harley-Davison Single 1908, Indian V-Twin 1911, Triumph Model H 1915, Ducati 750 Super Sport 1973, Suzuki Nuda 1988, Honda NR 750 1992, Suzuki GSX 1300R Hayabusa 1999… L’incontournable icône Steve Mc Queen orne ces pages qui oscillent entre mode et moto.

Un mot sur les auteurs : Ian Barry artiste et designer, travaille sur le projet The Falcon Ten, collection de dix prototypes bâtis autour de dix moteurs phares de la production motocycliste.

Dans ce livre, l’artiste a choisi les modèles présentés, tandis que Nicolas Stecher a mis l’ouvrage en musique. Ce rédacteur est un vétéran du journalisme auto-moto, éditeur du magazine Intersection mais aussi de DUB Magazine. Il contribue également à Wired, AskMen, Popular Mechanics et Red Bulletin.

Du beau monde, donc, des motos hors normes et de très belles photos, à un prix que l’on pourrait qualifier d’explosif. Bien évidemment, on trouvera de beaux livres traitant de moto, avec de belles photos en illustration, à des prix beaucoup plus raisonnables. On ne peut pas dire que le choix des modèles, des personnalités, soit des plus originaux ou surprenants. Mais il y en a bien qui achètent des casque jet sans même une visière à plus de mille euros. Alors…

“The Impossible Collection of Motorcycles”, par Ian Barry et Nicolas Stecher, Assouline éditeur ; 172 pages, 35,5 x 42,0 cm, en vente aux prix déraisonnable de 695 $ (554 €).

Dans la Boutique Motomag on trouve des ouvrages traitant de moto à tarif abordable. Pour les découvrir, cliquer ici.

DVD : le jour où Voxan a été victime de Ben Laden


Motoculture

On en apprend beaucoup en regardant l’enquête de Thierry Cazenabe, “Voxan l’espoir déçu”, éditée en DVD. Par exemple, si on sait ce qu’il est advenu de l’aventure industrielle de la moto française Voxan, on se souvient moins que la marque auvergnate a été victime indirecte de Ben Laden…

Dans le film de Thierry Cazenabe, le fondateur de la marque française Jacques Gardette raconte que Harley-Davidson était prêt à soutenir Voxan. Il y a eu des négociations poussées entre Gardette et la marque américaine, pour que cette dernière fasse de l’usine d’Issoire (Puy-de-Dôme) une base avancée de recherche et développement en Europe.

« Ils sont allés jusqu’à tester des moteurs aux USA, durant l’été 2001. Mais les événements du 11 septembre ont complètement cassé toute relation, ils se sont repliés sur le marché américain et nous n’avons pas eu le temps de survivre », regrette le patron, filmé par la caméra de Cazenabe. « Voxan a été victime de Ben Laden », s’émeut  Alain Chevallier, qui assistait à l’entretien.

Quel aurait été l’intérêt pour Harley-Davidson de s’associer à Voxan ? Gardette explique que l’Américain aurait eu la volonté de se servir des moteurs Voxan pour les motos de marque Buell, et éventuellement pour « européaniser » Harley. C’est un peu flou, surtout quand on sait ce qu’il est advenu de Buell. Ben Laden a bon dos…

Voilà, en tous cas, un épisode méconnu de l’histoire de la marque française. Une histoire que Thierry Cazenabe, passionné de moto tricolore (il anime le site Vadimof.fr) et « voxaniste » lui-même (sur un Scrambler) signe à compte d’auteur, menant une enquête fouillée. A force de rencontres et de déductions, l’homme réussit à reconstituer le puzzle qui a mené d’abord à la gloire de la dernière marque de moto française de série, puis à sa chute.

L’amateurisme de la réalisation ne nuit pas à ce travail rigoureux. Le seul point faible pourrait être la difficulté qu’a l’enquêteur à prendre du recul sur sa propre passion : Thierry aurait presque voulu que tout motard français s’implique en achetant une Voxan… A défaut, tout motard français peut acheter ce DVD pour connaître sur le bout de ses doigts les affres de la moto française.

DVD : « Voxan, l’espoir déçu », par Thierry Cazenabe, Moi-Même Editions, 1h30 ; 20 € ; en vente dans la Boutique Motomag.com