Livre moto : trois décennies de collectors BMW


Motoculture

A travers l’ouvrage sobrement intitulé Motos BMW 1938-1969, l’éditeur ETAI entend faire une photographie, en grand angle et de précision, sur trois décennies primordiales de la marque bavaroise. Les BMW fabriquées entre ces années 1938 et 1969 sont en effet devenues des collectors très cotés.

La meilleure raison à cela est qu’elles sont, parmi les motos anciennes, les plus fiables et les plus utilisables en usage tourisme. Leur prix élevé implique qu’il vaut mieux bien les connaître et ne pas acheter à la légère.

Aide précieuse, ce livre précis voire minutieux, et très bien illustré, raconte leur histoire et celle de leur mécanique. En dehors de quelques approximations de correction, c’est un ouvrage bien édité, et très documenté, comme le montre ce somptueux “éclaté” de moteur de R 51/3, donnant tout son sens à la mécanique du flat twin.

Aussi sérieux et passionné que l’étaient les ingénieurs BMW de cette époque, l’ouvrage, encyclopédique, est à recommander à tous les vrais amateurs d’histoire de la moto.

L’auteur, Constantin Parvulesco, a également signé chez ETAI le livre remarqué “50 ans de motos russes”, chroniqué dans le numéro de février 2006 de Moto Magazine (n°224).

Grand reporter mais aussi motard, il a parcouru des milliers de kilomètres à travers l’Europe, au guidon de ces deux-roues qui le fascinent, qu’ils soient de marque Ural, Dnepr ou BMW.

Livre : « Motos BMW 1938-1969 », par Constantin Parvulesco, Éditions ETAI, 160 pages, 26,7 X 25,5 mm ; 39 €.

A découvrir, la page Livres de la Boutique Motomag.com

Peinture : la moto de ses rêves dans son salon


Motoculture

La moto de ses rêves dans son salon, c’est possible grâce aux peintures de Mechanics Art. Après de longues années passées dans la pub comme «roughman», Franck Stephan a décidé de replonger dans le monde de l’illustration. Pour notre plus grand plaisir, Franck vient de s’attaquer à la réalisation de machines mythiques : Triumph X75, Triumph T150 Trident, Kawasaki 750 H2 et Vincent HRD en noir et blanc.

Chacune de ces images nécessite une centaine d’heures d’un travail de bénédictin ! Ce diplômé d’Arts-déco peint à l’huile, à l’aquarelle ou plus simplement, dessine au crayon pour restituer les belles matières telles l’alu poli, le chrome, la tôle émaillée, le cuir ou le bois. Un parti-pris hyperréaliste qui sied parfaitement à la mécanique moto.

Franck peut travailler sur commande, réalisant la peinture d’un véhicule précis, mais il propose également des reproductions de ses toiles, imprimées avec grand soin sur un papier 320 g à la texture très fine. Ces illustrations sont disponibles en tirage limité (100 exemplaires) et signé. Mechanics Art peut même se charger de l’encadrement si le client le désire.

Infos et commandes sur www.mechanicsart.com

Tarif pour la France : format 30 x 40 cm : 90 € TTC + 9 € de port ; format 20 x 30 cm : 60 € TTC + 8 € de port ; format 30 x 40 cm (au crayon noir) : 45 € TTC + 9 € de port ; format 20 x 30 cm (au crayon noir) : 30 € TTC + 8 € de port.

Livre illustré : « Les sportives cultes » ne le sont pas toutes…


Motoculture

Amusant, sympa, bien illustré et bien documenté, ce petit recueil. A une nuance près, le titre aguicheur. Car, dans ce livre illustré, attention « Les sportives cultes » n’en sont pas toutes, des sportives !

Mais revenons d’abord à la genèse de l’ouvrage : l’éditeur Vents d’Ouest a récemment récupéré le catalogue des éditions 12Bis, après le rachat de ces dernières par Glénat, la maison-mère de Vents d’Ouest. 12Bis qui, au passage, avait été fondé par un ancien de Glénat… Vous suivez encore ?

Enfin bref, on s’en fout des histoires de fusion-acquisition… L’important, c’est que VO re-publie le fonds 12Bis possédant un certain un potentiel commercial. Dont cette œuvre du tandem Bar2 – Fane, auteurs du Joe Bar Team. Ce qui rentre d’ailleurs dans une certaine logique, puisque c’est ce même éditeur qui publie le JBT.

Mais rentrons dans le vif… ce mélange encyclopédique mâtiné de dessins à la mode Joe Bar présente « 60 motos mythiques des champions de quartier », millésimes 55 à 85. On l’aura compris, c’est hétéroclite et 100 % subjectif : si la XT 500 est une sportive alors moi, je pilote comme Eddie Lawson.

Le titre est donc un brin racoleur, et une fois plongé dans l’ouvrage, on n’arrive pas à se départir de cette impression trouble : « j’ai déjà lu ça quelque part… » dans un Joe Bar, peut-être, ou dans les pages du confrère MJ ?

Mais enfin passons, la documentation sur les motos reste réaliste, et l’on apprécie l’ambiance JBT. Toujours copiée, jamais égalée !

Livre BD : « Les Sportives Cultes », par Bar2, Pierre Vedel et Fane au dessin ; éditions Vent d’Ouest ; 128 pages, 21,5 x 16,8 cm, 12,50 euros.

A consulter, la page remplie de BD moto de la Boutique Motomag.com 

Cinéma : les « Young Ones » aiment la moto


Motoculture

Bitza : « Engin construit à partir de pièces de différentes motos (cadre X, moteur Y, etc.) » ; cette définition, dégotée dans le dictionnaire de l’argot et du langage familier du site www.languefrancaise.net, est totalement appropriée à la moto qui circule dans le film « Young Ones » actuellement au ciné, avec un certain Flem au guidon, le bad boy ricain par excellence.

Sa moto, un bitza donc, même dotée de pneus à tétines, n’est absolument pas appropriée aux pistes sableuses du désert. Guidon bracelet, selle monoplace café racer, fourche inversée et deux disques à l’avant non protégés, cadre… cadre quoi au fait ? Le moteur semble être un bicylindre, sans certitude… si un internaute avisé l’a identifié, merci de partager !

Un bitza, une prépa qu’on dirait presque pas terminée, digne d’un rassemblement hipster type Wheels’n’Waves. Elle est conduite par Flem, donc, campé par l’acteur d’origine britannique Nicholas Hoult qui, à Los Angeles, se déplace sur une bien plus sage Harley-Davidson à sacoches.

« Young Ones » est un atypique western d’anticipation, un ovni cinématographique comme on les aime. On y croise Ernest qui défend sa famille (son fils Jerome et sa fille Mary), dans un bout de désert que l’on imagine aux confins des States (mais ce n’est pas précisé).

La particularité de l’époque à laquelle se déroule le récit, c’est qu’il n’y a plus d’eau, et qu’on est capable de tuer pour défendre une citerne remplie du précieux liquide. Ernest, lui, se bat pour que les siens survivent, et c’est pas facile. Il défend également l’honneur de sa fille, qu’il estime un peu jeune pour fondre dans les bras du motard Flem, un voisin entreprenant. Ernest aura maille à partir avec Flem, mais on n’en dit pas plus pour pas déflorer l’histoire.

L’ambiance de ce western d’anticipation est totalement décalée : on ne se situe pas à l’époque des chevaux et carrioles d’un autre siècle, mais bien au début du 3e millénaire, si l’on s’en réfère aux engins qui circulent dans le désert : le bitza de Flem, donc, mais aussi les pick-up familiaux américains, aussi incontournables que les armes à feu dans le pays de l’Oncle Sam. On imagine un futur proche de notre époque, donc, subissant les conséquences de nos errements écologiques. Le manque d’eau, imparable…

Ce qui contribue à l’ambiance de ce film, c’est la photo très épurée, avec de magnifiques images du paysage désertique. Et tout est à l’avenant : la maison familiale n’est qu’une accumulation de containers ; les dialogues sont réduits au strict minimum ; le scénario tient sur quelques feuilles de papier ; la moto de Flem, idem : un moteur, un cadre, un guidon et une selle mono pour s’asseoir. Point barre.

Le désert, un homme seul qui défend sa famille, le manque d’eau… Tout cela ferait presque penser à Mad Max (le manque d’essence…), sauf qu’on n’est pas en Australie mais aux USA, et finalement, rien n’est identique : point de course-poursuite, de bandes de freaks ici, tout est lent, terriblement lent, comme un jour sans un verre d’eau.

Cette construction minimaliste constitue un cadre parfait aux propos de l’auteur, la relation entre un père et ses enfants, la tenacité dans un univers brutal, mais aussi une réflexion sur les démons de l’Amérique, où tout conflit même banal se règle à coup d’arme à feu et où la violence n’est jamais contenue.

“Young Ones”, un film de Jake Paltrow avec Michael Shannon, Nicholas Hoult, Elle Fanning ; en salle depuis le 6 août 2014.

La bande annonce en VOST :

Dans la boutique de Motomag.com, tous les films moto sont dispo !

Cinéma : le motard est-il « Le Grand Homme » ?


Motoculture

Alléché par l’affiche, présentant un homme et un enfant circulant sur une moto, nous avons vu « Le Grand Homme », film de Sarah Leonor avec Jérémie Renier, Surho Sugaipov et Ramzan Idiev, sorti au cinéma le 13 août. Nous pouvons donc répondre à la question : le motard est-il « Le Grand Homme » ?

C’est confirmé, l’un des trois héros de ce drame chevauche une moto, une Triumph Bonneville, pour laquelle le légionnaire a un coup de cœur en visitant une concession.

Ce long-métrage n’est pas un film « moto », dans le sens où ce véhicule n’est pas au coeur du récit. Pour autant, notre machine préférée a son importance : elle contribue à dessiner le caractère viril, sportif et dynamique du personnage d’Hamilton, que joue Jérémie Renier, un légionnaire, gravement blessé en Afghanistan, sauvé de justesse par son ami Markov (Surho Sugaipov).

Hamilton est un jeune sans attaches, qui a du mal à trouver sa place dans la société une fois rétabli de ses blessures de guerre. Il semble s’être engagé dans la légion par goût pour l’action, mais aussi parce qu’il s’y sent en sécurité. Sa maison est la caserne… Il conduit une moto, véhicule atypique, en marge par rapport à la voiture.

La réalisatrice Sarah Leonor mène une réflexion sur l’amitié, la mort (l’un des trois personnages principaux disparaît) et la reconstitution d’une cellule familiale en dehors de la filiation génétique au sens strict. Il est question, en toile de fond, de problèmes de société tels l’intégration, la situation précaire des sans papiers et la difficulté d’être quand on n’a plus ses parents.

« Le Grand Homme » n’est pas un film d’action, ni un polar ou un thriller, comme pourrait le laisser croire l’affiche, une scène dynamique, un motard et son passager semblant en fuite.

Mais la moto est bien traitée, bien filmée, car Sarah Leonor est attentive aux détails. Jérémie Renier saisit le guidon équipé de gants de protection, il enfile son casque avant d’enfourcher la Triumph et zippe un blouson typé café racer, d’un noir et blanc élégant, soulignant le corps musclé de l’ancien légionnaire. L’acteur semble conduire le véhicule sans doublure.

Oui, Hamilton dispose d’un équipement complet. C’est rare au cinéma, où l’on filme souvent un conducteur équipé d’un jet au rabais, car l’intégral empêcherait de voir le visage du conducteur. La solution trouvée par l’équipe technique, ici, est d’utiliser un modèle crossover de Nolan, qui dispose d’une visière très large, et  laisse donc apparaître les expressions et les traits du conducteur.

Le jeune garçon, assis derrière, lui, a été doté d’un casque beaucoup moins récent, ce qui est souvent le cas dans la vie réelle : on prête au passager occasionnel un heaume usagé que trouvé au fond d’un placard…

Bref, pour en revenir au film : « Le Grand Homme » n’est pas le motard, mais l’homme derrière la visière. Ils sont trois grands hommes, d’ailleurs, et c’est aussi un grand film.

« Le Grand Homme », réalisation Sarah Leonor, avec Jérémie Renier, Surho Sugaipov et Ramzan Idiev ; 1h47, au cinéma le 13 août 2014.

Voici la bande annonce

Dans la boutique de Motomag.com, tous les films moto sont dispo !

Polar : chapitres sanglants sur le chapitre boulonnais


Motoculture

On a dégoté ce polar, intitulé Boulogne K et publié en 2012, qui ravira les amateurs de chapitres sanglants sur un étonnant chapter de bikers, le chapitre boulonnais en l’occurrence.

Truands dessoudés, prostituées équarries, flics ripoux, hommes de main psychopathes, came mortelle… Boulogne-sur-mer n’en a sans doute jamais autant vu ni entendu que depuis qu’un club —un chapitre— de motards vient de s’y installer…

À côté de la violente avalanche qui s’abat sur le lecteur dans Boulogne K, Sons of Anarchy relève du roman photo pour dames patronnesses. Ce polar le prendra au collet et ne le lâchera plus jusqu’à une fin apocalyptique dont nul ne sort indemne. Aucun cliché ne lui est épargné. Prenons les styles des grands auteurs du genre et… touillons !

Le récit fonctionne malgré tout très bien, mais il est usé et abusé d’un argot avec lequel contrastent des descriptions, trop pédagogiques, des motos.

L’auteur, Michel Vigneron, est en poste au commissariat de Boulogne-sur-Mer depuis 2005, où il est chargé des équipes de nuit. Il connaît bien le milieu qu’il décrit et s’inspire du quotidien vécu par ses collègues pour écrire des polars hyper réalistes. « Après Marilyne de Boulogne paru en 2008, voici le roman le plus violent de la collection polars en nord », prévient l’éditeur en 4e de couverture.

Roman noir : « Boulogne K, la sanglante histoire du chapitre boulonnais », par Michel Vigneron, éditions Ravet-Anceau, collection Polars en Nord ; 256 pages, 10 €.

Polar “Un mensonge explosif” : le flic était motard


Motoculture

Quel rapport avec la moto dans le polar “Un Mensonge Explosif” ? Le flic était motard… Clovis, l’un des héros de ce roman qui oscille entre policier et espionnage, circule en effet sur une Ducati Monster. Ce qui aura, d’ailleurs, une conséquence sur sa santé…

Sinon, il s’agit d’une fiction basée sur des faits réels, selon la formule consacrée. L’auteur fouille dans le drame d’AZF (31 morts et 2 500 blessés), à Toulouse en septembre 2001. Il met en cause les conclusions de l’enquête officielle (l’accident chimique) et écrit un récit policier gigogne documenté, mené à fond de sixième. Parmi les protagonistes imaginaires, Clovis, policier à l’Antiterrorisme, qui circule entre Paris et la ville rose au guidon d’une Ducati 600 Monster, donc.

“L’affaire AZF m’avait, comme à beaucoup de gens je pense, laissé un arrière-goût d’enfumage, l’impression qu’on avait pris les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages”, explique l’auteur dans un entretien publié sur le site un-polar.com. “Je me suis dit que de la traiter comme une fiction serait en quelque sorte lui rendre la monnaie de sa pièce”.

Technique, complexe, l’enquête ici livrée perd parfois le lecteur dans de multiples considérations autour du pouvoir, de l’espionnage, du terrorisme et de l’antiterrorisme. Ce policier motard évolue dans un cloaque peu propice aux belles envolées à dos de Monster…

Mais AZF a marqué la France des années 2000 et, avide de connaître une théorie alternative sur l’origine de ce désastre, on s’accroche comme un passager à la poignée (inexistante !) d’une Ducati… Pris dans l’intrigue, on parviendra à ne pas chuter avant la fin du voyage.

Roman policier : « Un Mensonge Explosif », par Christophe Reydi-Gramond, éditions Liana Levi, 14 x 21 cm ; 368 pages, 19 €.

A découvrir, tous livres traitant de moto disponibles dans la Boutique motomag.com

Mad Max Fury Road : les motos devraient être au rendez-vous


Motoculture

Après 30 ans d’absence, Mad Max s’apprête à faire son grand retour. Le nouvel opus, intitulé “Mad Max Fury Road”, réalisé par Georges Miller en personne, sortira dans les salles de cinéma (françaises), le 13 mai 2015. De l’action, une histoire d’amour, un décor apocalyptique et des motos… On a hâte de le voir !

D’autant que c’est Miller lui-même qui mettra à nouveau en scène le héros solitaire paumé dans le désert. Le même réalisateur, qui avait œuvré sur le Mad Max number one, proposant aux cinéphiles estomaqués, en 80, ce long-métrage apocalyptique, mélange sans concession de punk et de violence, de furie mécanique et de désespoir, le tout dans un paysage grandiose.

On peut donc présager que ce retour ne sera pas qu’une pâle copie. Pour tourner ce nouvel opus, il a fallu trouver un remplaçant à Mel Gibson qui a qui fait vivre le personnage pendant les années 80 (Mad Max 1, 2 et 3). Ce dernier, inconnu à l’époque, est par la suite devenu une star internationale.

La production a choisi Tom Hardy (“The Dark Knight Rise”, “La Taupe”, “Inception”) pour incarner le rôle du héros. Il sera épaulé par la sublime Charlize Theron (“Monster”, “Hancock”, “Braquage à l’Italienne”…).

Et voici le trailer :

Les trois premiers volets de Mad Max sont disponibles à la vente dans la Boutique Motomag

BD : Angles Morts et… Motards en Colère !


Motoculture

Les ingrédients d’un polar, un homme en Hayabusa accusé à tort, la communauté qui se mobilise, le circuit Carole et un soupçon de FFMC… Dans la BD “Angles Morts”, transparaît l’esprit motard, voire même à certains moments, Motards en Colère. Alors forcément, nous l’avons lue, et voici ce qu’on en pense…

L’histoire

Will, un motard au passé trouble, est injustement soupçonné d’un meurtre survenu lors d’un braquage par un gang de motards. Il devra prouver son innocence… Pour une fois le gang de bikers ne circule pas en Harley mais en Hayabusa (le fameux « faucon » de Suzuki), et le trio qui sème la mort a les yeux bridés, ce qui ne l’empêche pas de rouler débridé.

La critique

Le scénario de cette BD de facture policière est un brin facile, pas toujours réaliste mais l’ambiance motarde est omniprésente. Ainsi, les lieux de rencards : des bars imaginés qui ont tout du coupe-gorge pour ceux dont la tête n’est pas casquée. Le circuit Carole figure en bonne place dans le panthéon de ces auteurs,

qui connaissent également leur bréviaire du militant FFMC sur le bout des doigts gantés. On ne peut qu’apprécier !

Le scénariste

Le scénariste, Xavier Bétaucourt, est un motard. Il en parle, dans une interview publiée dans Moto Magazine n°309 (juillet-août 2014) : “L’expression « esprit motard » a un vrai sens pour moi : elle est à la base de l’histoire. J’ai laissé transpirer ce que l’on ne peut expliquer, mais qui parle à ceux qui roulent sur deux roues. J’ai un 1200 Bandit. Je peux donc être plus ou moins sage… Maintenant, vu mon âge (50 ans), je penche plutôt vers la catégorie « apaisée ».”

BD : « Angles Morts, le Gang des Hayabusa », par Xavier Bétaucourt et Laurent Astier, éditions Paquet, 48 pages, 23,5 x 31,5 cm, 13,50 euros.

Commander la BD “Angles Morts” dans la Boutique Motomag.com

Commander le n°309 de Moto Magazine (juillet-août 2014) dans la Boutique Motomag.com

Toutes les BD disponibles dans la Boutique Motomag.com

Jeu MotoGP 14 : dans la peau de Valentino Rossi !


Motoculture

Le jeu vidéo MotoGP14 met dans la peau des pilotes les plus rapides du monde, ce qui permet à tout un chacun de se prendre pour Valentino Rossi ! MotoGP14 est sorti le 20 juin sur de nombreux supports. Petit tour d’horizon de la licence officielle du championnat du monde…

Se mettre dans la peau de Rossi, Lorenzo ou Márquez, c’est possible en virtuel depuis la sortie, le 20 juin, du jeu vidéo MotoGP14. Disponible sur PC ainsi que sur les consoles Xbox 360, PS3, et PS Vita, ce jeu sera également sur la nouvelle plateforme sortie cette année : la PS4.

Déjà auteur du MotoGP13, l’éditeur italien Milestone a repris les mêmes ingrédients de cette licence réussie pour sortir cette version 2014.

On retrouve plusieurs modes déjà connus de la version précédente. Par exemple, le mode « carrière » qui met le joueur dans la peau d’un jeune pilote, débutant en Moto3, ayant pour objectif de devenir champion du monde en catégorie reine. Le joueur retrouvera également les modes coursecontre la montre ou encore les real events, où il est possible de rejouer les actions marquantes de la saison MotoGP 2013, à découvrir !

Au programme également, un excellent mode dans lequel le joueur a la possibilité de jouer des pilotes de légende comme Mick Doohan, Wayne Gardner, Freddy Spencer… au guidon des machines de l’époque !

Sans changer fondamentalement le jeu par rapport à l’année dernière, les développeurs ont apporté des améliorations comme par exemple le tout nouveau motorhome pour le mode carrière ou encore la possibilité de faire quelques tours de piste avec le Safety car.

Jeu vidéo : MotoGP14, édité par Milestone, disponible sur PC, Xbox 360, PS3, PS Vita et PS4 ; en téléchargement sur Fnac.com au prix de 39,99 euros.

Pour accompagner la sortie du jeu, Milestone a dévoilé trois vidéos. De quoi vous donner l’eau à la bouche.