Le port des gants


ferdinand

L’Article R431-1-2 du code de la route impose le port des gants:
En circulation, tout conducteur ou passager d’une motocyclette, d’un tricycle à moteur, d’un quadricycle à moteur ou d’un cyclomoteur doit porter des gants conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle.

Lorsque cette contravention est commise par un conducteur tenu de détenir un permis de conduire à points pour conduire ce véhicule, elle donne lieu de plein droit à la réduction d’un point du permis de conduire.

Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux conducteurs ou passagers des motocyclettes, des tricycles à moteur, des quadricycles à moteur ou des cyclomoteurs, équipés de portières et portant la ceinture de sécurité lorsque le véhicule a été réceptionné avec ce dispositif.

Si vous êtes un spécialiste des glissades sur bitume et si porter des gants vous ennuie, sachant de toute manière qu’ils vous protégeront seulement d’éventuelles éraflures ou peut-être d’abrasion plus sévères, mais qui seront de toute manière inefficaces contre les bris d’os ou amputations dus aux glissières de sécurité et autres obstacles savamment placés par la DDE, alors vous avez le choix de rouler en Bmw C1, si vous êtes fauché ou en Peraves si vous êtes banquier…Bmw C1

Fleuron de l’industrie


ferdinand

Mince alors, une voiture sur un site de motard ! Oui mais vous ne trouvez pas qu’elle est aussi belle qu’une moto ?

C’est une Facel 2 qui date de 1961. Le fleuron de l’industrie automobile française, avec un joli v8 américain dans ses entrailles. A la même époque, Panhard sortait la ct24, autre voiture d’avant-garde. Flat twin rageur, lumières de sécurité dans les portes qui s’allument dès qu’elles sont ouvertes, dégivrage des vitres latérales, tenue de route exemplaire…Bref !

Je pense qu’on peut remercier le gouvernement français d’avoir toujours été en mesure de soutenir les produits de qualité fabriqués dans l’ hexagone, grâce à ses lois iniques et mortifères… Merci d’avoir soutenu des marques comme BFG ou VOXAN, sans parler de toutes celles qui ont disparu après guerre, dont la liste est tellement longue que l’on pourrait écrire une encyclopédie…

Alors, il faudra bien leur dire un jour,à nos chers élus, dont les dérives innombrables amusent les journalistes mais pas le peuple, que si c’est pour ne rien faire, ils peuvent rentrer chez eux, on ne les regrettera pas.