Bol Classic 2017


Bernard Devau

Depuis le retour au Castellet, le Bol Classic se déroule le même week-end que le Bol d’Or.

Deux catégories de machines s’affrontent:

1- Les Classics, machines produites de 1960 à 1983.

2- Les Post-Classic pour mes modèles entre 1984 et 1991.

Contrôle technique Obligatoire.

La course se déroule en 2 manches.

Une manche nocturne (de 20h30 à 22h30) le vendredi soir et une seconde le lendemain matin de 10h35 à 12h35, en prélude au Bol d’Or. Le classement se fait sur le cumul des temps.

Départ première manche à 20h30 pour 2 heures de courses.

La machine N°10, gagnante de l’édition 2016 en Classic, ne put défendre son titre à cause de nombreux soucis mécaniques.

Préparation du départ.

La machine N°11, réalisa la pole position des essais qualificatifs, malheureusement, abandonna dès le 1° tour.

Stephane Lacaze participa également au Bol d’Argent.

Karine SLIZ sur la Kawasaki du Team 83 RPM

Sa coéquipière, Patricia AUDEBERT.

Nicolas SENECHAL emmena la Suzuki GSXR n° 18 sur la deuxième marche du podium.

Un décors magnifique.

La suzuki GSXR avec Van Duffelen du Holland Motor Sport.

L’autre machine du 83 RPM, avec les garçons, ici Fabrice LHERITIER.

Ducati 851 SP3 du team Red Cheshire avec frédéric PARETTI.

Kawasaki 1100 Martin du Team3K avec JP KapKowsKi

La N°14 du team Hampe Racing/Club 14 termina 5° avec ici Bruno LANGLOIS.

Ici l’autre piolte de la 14, ChristopheCHARLES ARTIGUES.

Le tigre de Pascal PONEL (Bimota SB4 de la Scuderia Moto) est laché sur la ligne droite du Mistral.

Vincent EISENsur Kawasaki 750 ZXRR

Première marche du podium pour la Suzuki HarrisF1 du Belgium Team Force avec ici Bruno LE BIHAN

Ici Mathieu LAGRIVE

Amaury LEROUX sur la Ducati 916 du RADICAL TEAM

Podium avec de gauche à droite, Nicolas SENECHAL et Lionel FRERARD (N°18)- Mathieu LAGRIVE et Bruno LE BIHAN (N°(N°56)- Baptiste GIGON et Vincent EISEN (N°90).

Champagne.

Voir aussi ma page sur le Bol d’Argent (et bientôt Bol d’Or)

Bol d’Argent 2017


Bernard Devau

Ce vendredi 15 septembre, sur le Circuit Paul Ricard du Castellet, en prélude du Bol d’Or les Roadsters se sont affrontés pour une course de 3 heures. 70 équipages avec des  Triumph Steet Triple, MV Brutale 800, Yamaha MT-09, Kawasaki Z ou Suzuki GSR 750 se sont arsouillés comme des malades.

Contrôle technique obligatoire.

JF Baldé venu en voisin, toujours aussi sympathique.

La concentration du pilote avant d’enfourcher sa machine.

La moto N°76, du team Cottard Motorsport, auteur du second temps des essais ne parcourra finalement que 12 tours avant d’abandonner.

la Triumph N° 6 du team Maxxess63 et la MV Brutale de la Scudéria Moto, finiront respectivement classés 1 et 3.

Départ du sprint .

Le regard porté sur le top départ.

départ sous un ciel couvert, mais pas de pluie pendant la course.

Sur la ligne droite du Mistral.

La MV N°81 de la Scuderia Moto, ne quitta pas la troisième position, ici avec Christian DUPUY à son guidon.

Les filles aussi sont de la fête. Ici, Marthe CLAVEL Team MARTELILI

Stephane LACAZE (ici) et Mickel POILPRE, finirons 3° de la catégorie 600 sur la N°72 du DONUTEAM.

les pilotes de la 72.

Sébastien LAGER amènera la N° 121 sur la deuxième marche du podium.

Ordre inverse à l’arrivée. 2 et 3.

Julien TONIUTTI sur la Triumph 600 du Central TEAM

Simon POTILLON et Sébastien LAGER , seconds sur la MV Brutale N° 121 du team Ul’Team Bike – Maxime CAILLE et Frederic BESNARD, sur la plus haut marche avec la Triumph 800 N° 6 du team Maxxess - » – Julien VEZUTTI et Christian DUPUY, troisièmes sur la MV Brutale 81 de Scuderai Moto.

Voir également mon résumé du Bol Classic et bientôt celui du Bol d’Or.

Trofeo Rosso 2017


Bernard Devau

Depuis 2002, le Trofeo Rosso, c’est toujours un succès.

315 participants (toutes les séries complètes) et plus de 125 bénévoles se sont réunis les 22 et 23 juillet 2017 sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant (86) pour la 16e édition du Trofeo Rosso afin d’y faire rouler des motos italiennes anciennes et modernes, quelques anglaises (toujours les bienvenues) et les incontournables side-cars.

Préparation de la potion du soir.

Tout est dans le coup de pagaie.

2 cousines.

Froid le mono ? Très belle réplica de Ducati Poitiers.

MHE et scramblers d’époque.

48 Cucciolo

Tout-terrain 125 Regolarita

500SD

Ces réplicas étaient à vendre.

Temps pluvieux le samedi.

Pas beaucoup de courageux en pré-grille, avec ce temps.

Quelques side-cars dans le stand de la Scuderia Guzzi.

QUELQUES PHOTOS DES DIFFERENTES SERIES;

Ducati 848 de 2010.

Ducati 1000 Sport Classic de 2007.

Ducati 848

Ducati 900SSie de 2000.

Ducati 1199 de 2012.

Laverda 750 Formula de 1999.

Les filles aussi.

Les petites cylindrées étaient aussi de la fête.

Gitane TestiSuper Corsa de 1975 et Rocvale Meteor de 1972.

PME Minarelli 80 de 1986.

Minarelli roar 80 de 1982.

Kreidler Van Veen 50cc de 1974.

Drôle de guidon sur cette Yamaha 125 RDX de 1982.

Gauthier 125 cc de 1976.

Retour aux gros cubes.

Laverda 1000 Endurance de 1982.

Ducati ST3 992 de 2004.

Bitza Aermacchi-Honda

Ducati 749R de 2004 et 750 SSie de 2001.

Aprilia RS 250 de 2001.

Bimota YB4 de 1988.

Morini 500 Sport de 1979.

Ducati 848 de 2011.

Ducati proto, cadre 748, moteur 900 IE

Ducati 900 SS, série spéciale, crée en 1995 par Marcel Seurat, importateur de l’époque.

Benelli 250 2C de 1974.

Parfois, retour avec le ramasse miettes.

Diagnostic : les italiennes n’aiment pas la pluie. Résolution du problème avec étanchéité de fortune.

Tel père, telle fille.

Ducati 750 TT de 1986.

Ducati 750 Sport de 1990.

Aermacchi Ala Doro 344 de 1968.

Habituée des circuits classics, cette belle Vincent Grey Flash 500 de 1968.

Laverda 500 Formula de 1980.

Ducati SS 750 de 1991.

Ducati 900 SSie de 2002.

Triumph Rickman 750 de 1969.

Laverda 1000.

Bimota YB4 et Ducati TT 750.

Aermacchi Ala Doro 350 de 1968 et Ducati M3 350 de 1971.

Ducati Pantah 600 de 1982 et TT2 650 de 1986.

Récréation du samedi soir avec les départs arrêtés pilotés par Emilie.

Allez c’est parti !

Les commissaires aussi.

Vu sur le paddock.

Moteur Guzzi monté dans un tricycle.

Bernard Madourier, figure des paddocks, présentait ses livres sur les années 70. Une multitude d’anecdotes croustillantes sur les coulisses de la moto. Edition BCF/ALKET à 16400 PUYMOYEN-http://www.martron.fr/

Partage des bagages sur ces 2 Norge

Que se passe-t-il ?

150 litres de sangria.

Et N’oublions pas les sides.

Derbyshire 600 de 1990.

BMW 1000 cc de 1975.

Ireson Yamaha 600 de 1986.

Moto Guzzi

Windle Honda 929 de 2001.

MCR 28 Suzuki 1 000 de 1991.

Les side-cars, c’est aussi des baptêmes offerts, pour 3 tours de piste.

La position du singe n’est pas mauvaise, mais pas dans le bon sens.

Quelques conseils pour la position des mains et des pieds, avant le départ.

Rendez vous en 2018, le troisième week-end de juillet, pour une nouvelle édition.

Inscriptions dès mars 2018 sur : http://www.trofeorosso.org/

Soyez réactifs, car cette année plus de 200 pilotes n’ont pu s’inscrire, faute de place.

Les Motards contre le cancer en Haute-Vienne


Bernard Devau

Ce dimanche 2 avril 2017, pour la deuxième édition de cet événement, ce sont plus de 450 motard(e)s qui ont bravé la pluie matinale, pour aider la Ligue Contre le Cancer.

Un grand merci à la municipalité de Panazol, qui accueillit les bénévoles de la ligue et les motards. L’adjoint au sport et Monsieur le maire sont venus souhaiter « bonne route »

Le parking fut pris d’assaut par plus de 300 motos.

C’était marqué sur les panneaux de la ville.

Récupération des dossards et inscription pour les retardataires dans la salle des fêtes de la municipalité.

Repérage de l’itinéraire.

Dossard pour tout les participants.

Prêts pour le départ.

Des 125 cc

Scooter MP3

Grosses cylindrées.

3 roues.

Motos de tout styles et toutes cylindrées étaient les bienvenues.

En route pour une ballade de 200 kms sur les routes du Limousin.

On ne sait jamais.

Après 80 kms sous la pluie, arrivée à St Yrieix, pour la pause déjeuner.

Quelques Participants.

Plus de 700 sandwichs.

Haie d’honneur et applaudissements des bénévoles de la ligue pour remercier las motards.

Christophe Desvalois, des Motards 87. Une des chevilles ouvrières de cette magnifique journée.

Buffet de remerciement à l’issue de la journée.

RENDEZ-VOUS EST DEJA PRIS POUR UN DIMANCHE D’AVRIL 2017.

Présentation Triumph Bonneville Bobber chez Moto Move


Bernard Devau

Ce jeudi 16 février nous avons pu assister au lancement mondial de la dernière Triumph Bonneville, dans sa livrée Bobber, chez Moto Move à Limoges.

Le concessionnaire avait bien fait les choses en invitant, clients, curieux et passionnés.

Impossible de découvrir la machine avant 19h.

Pour patienter, un buffet fut préparé et mis à disposition.

Inspiré du Streamliner , piloté par Guy MARTIN,cette très belle réalisation sur base de Truxton R

Tout l’équipement de cette moto a été choisi sur le catalogue accessoires de la marque.

Cette réalisation est disponible à la vente.

A 19h ,tout juste, cet heureux propriétaire a pu enfin découvrir sa machine commandée quelques semaines plus tôt.

Le maître des lieux, portant le T-shirt de circonstance.

Très belle affluence pour cette soirée de présentation.

En plus des sandwichs, boissons (sodas et bières anglaises), notre hôte nous reçu dans une ambiance So Brittish avec Fish And Ships à volontés.

Couleur du réservoir, exclusive, sur cette machine.

Les caractéristiques du Bobber ont été examinées à la loupe.

Si vous êtes intéressé par cette moto, dépêchez vous, car le nombre de machines prévues pour la France, cette année, est déjà presque réservé.

Ci après le lien de l’essai du Bobber:

http://www.motomag.com/Triumph-Bonneville-Bobber-1200-style-et-temperament.html#.WKlhTH9rikw

Et pour rappel et une bonne action, rendez-vous le dimanche 2 avril 2017 avec les motards du 87, pour une Ballade Contre Le Cancer:

Bernard DEVAU pour Motomag.

Balade de Noël à Limoges


Bernard Devau

Ce samedi 10 décembre, plus de 130 motards se sont réunis à l’initiative des Motards 87pour offrir des jouets aux enfants malade de l’association Trait d’Union.

Le rassemblement était prévu sur le parking d’un concessionnaire moto de Limoges avant que le cortège ne parte en direction du centre ville.

Le soleil étant de la partie, et les motards de la police nous aidant à passer en priorité aux différents carrefour, la ballade fut un réel plaisir.

Il faut remercier les forces de l’ordre qui ont assurer la fluidité et la sécurité du cortège.

Avant de partir le Père Noêl en a profiter pour s’équiper.

Et oui, un Père Noêl en Solex, interdit de circulation à Paris.

Brief des organisateurs

La responsable de l’Association Trait d’Union remercie les participants et leur générosité qui va apporter des sourires aux enfants malades du cancer.

330 jouets, dont 128 peluches, récupérés pour les enfants malades.

Les consignes sont données avant le départ. Interdiction de doubler, burns et rupteurs également prohibés.

Hotte Mobile.

Quelques Père Noêl retardataires.

Celui-ci venait du froid, encore quelques stalactites sur la moto.

Le départ.



Passage du cortège par un marché de Noêl dans une commune voisine.

Beaucoup de Barbes Blanches.

Les enfants rencontrés sur le trajet, reçurent quelques poignées de bonbons de la part de ces Pères Noêl motorisés.

Pas de Père Noêl sans Rênes.

Après un passage dans le centre ville de Limoges, les hommes en rouge se sont retrouvés sur le parvis de la cathédrale pour la photo souvenir.

Charmantes Mères Noêl.

Pêre Noêl solitaire….mais pas pour longtemps.

Sourires et bonne ambiance.

Départ pour la dernière étape pour une pause café avant le retour dans le grand nord.

Fort du succès de cette édition, avec plus de 30 de participants en plus de 2015, les organisateurs vous donnent rendez vous pour l’édition 2017.

Bernard DEVAU pour Motomag.

Motorland Classic Festival


Bernard Devau

Week-end sensationnel, les 28, 29 et 30 octobre 2016,  pour les amoureux de belles mécaniques sur le Motorland. Vélos, Motos, Side-cars, trials, voitures de rallies et de formules, camions routiers, véhicules militaires et j’en passe étaient réunis pour plaire à un public venu en nombre (accés gratuit sur le complexe). Une bourse, une exposition de véhicules restaurés (certains à vendre) et un village marchand sous chapiteau (il faut se préserver du soleil, on est en espagne) ravirent les visiteurs.

Les séries démonstrations des amateurs

Magnifique BB1, très améliorée par rapport à l’origine.

Norton F1 à moteur rotatif, version civilisée.

Non, ce n’est pas Phil READ.

José Carlos Lorente cassa la chaine de la Yam ex. Rodney Gould.

Superbe réservoir de récupération d’huile.

Sous le chapiteau.

Sanglas, marque espagnole.

Autre espagnole.

Un participant espagnol qui roule au Ricard pour le Sunday Ride Classic

Pas facile de faire un wheeling avec cet engin.

Give me five.

Le Motorland Classic Festival c’est tout les véhicules terrestres anciens.

Départ d’un rally Classic.

Formula Classic.

Va rouler moins bien.

Pause Détente.

Les side-cars étaient pour la troisième année consécutive au Motorland Classic Festival. Le public espagnol découvre cette discipline, car en effet sur les routes les sides non pas le droit de rouler (pour les espagnols) , faute d’homologation. Une trentaine d’attelages, à majorité français, mais avec aussi des anglais et italiens et un seul espagnol, instigateur de cet événement.

Retour au paddock.

Le même, sans l’habillage.

Les dames souvent passagères.

Troisième et dernière manche de l’European Classic Ceries (après Le Castellet et Spa), les concurents se sont donc retrouvés au Motorland pour conclure une année riche en rebondissements.

Entrainement de départ pour Stephane Mertens.

C’est parti pour 4 heures de course.

Roger RUIZ pilote de légende dans les années 70.

Team RPM 83

Fabrice LHERITIER

Karine SLIZ

La machine de Stephane MERTENS stoppera son effort à moins de 30 mn de l’arrivée.

L’équipage Hubin/Fastre terminera sur la plus haute marche du podium avec la Suzuki Harris du Team FORCE.

Séquence émotion lors de la remise des coupes, Michel HUBIN annonce qu’il raccroche le cuir.

La machine du Team Force.

Le SCERT, Suzuki Classic Endurance Racing Team.

Le Team Italien SEGALE Classic.

Très belle Guzzi Le Mans II des allemands du german Guzzi Classic Team.

L’équipe d’AML Racing.

Cette équipe d’origine Alsacienne, Atelier Moto Légende, a été crée en 2010 par 2 amis. Troisième place à l’issu de cette course, et Première au classement général des 3 épreuves, catégorie Classic 1000.

Richard WEBER aux commandes.

L’autre pilote, Pierre D’IMBLEVAL.

Trois Bols, sinon rien !


Bernard Devau

Durant 3 jours ce fut la fête de l’endurance sur le Circuit Paul Ricard, au Castellet dans le Var.

Si la météo fut un peu humide pendant certaines périodes d’essai chronométrés, le temps sec et le soleil furent heureusement bien présent pendant les courses.

L’organisation annonce 60.000 visiteurs pendant ce long week-end sportif et festif.

Vendredi 16, à 13h30, les pilotes du BOL D’ARGENT (63 équipages), ouvrirent le bal pour une course de 3 heures.

Les box étant occupés par les équipages du Bol D’Or, il fallait amener tout le matériel pour s’installer devant ces box.

En route pour la Pit Lane

Pôle position et bagarre pour la première place jusqu’à un abandon sur chute dans le dernier quart d’heure pour cette MV Brutale de Scudéria motos

Finalement ce sera la Yamaha MT-09 du Roots Racing Team qui montera sur la plus haute marche du podium.

Les vainqueurs, en catégorie 800, du Roots Racing Team.

  • Le podium scratch fut complété par la Triumph Speed Triple N°4 des Pistards Ubayens et la MV Agusta Brutale Nmr Racing 89 Moto et Loisir.

G.JEAN, B. DELORENZO / M. CAILLET,F.BESNARD /R.MARTINS, E. NAPOLI.

Bastons garantis dans cette catégorie.

Tradition respectée, départ en épis.

Barbara COLLET et Sonia BARBOT sur la Yamaha du Team FMR 34

  • Les anciennes du Bol Classic prirent le premier départ de 2 heures, à 20h30 pour une course nocturne.
  • Matthieu SAUVE (Japauto N°10) s’élance vers sa moto

Le départ, toujours aussi spectaculaire.

Spectateurs passionnés, même la nuit.

Tout comme pour le Bol d’Argent, Stands en toile pour le Team Beringer Switzerland sur Honda Egli.

Cooool, les Suisses.

  • Départ de la seconde manche du Bol Classic le Dimanche à 8h45

Holeshot pour la N°10 du Power Racing-Japauto Club

La Suzuki 1100 GSX du Road Runner Team, 3° de la catégorie Classic

La Honda RC 30 du German Classic Endurance Team

Scuderia Motos engagea une Bimota SB4, qui termina 9° de sa catégorie.

De belles bagarres.

La Ducati 851 du Team Plein Gaz termina seconde de la catégorie Post Classic et troisième au scratch.

Habituée des places d’honneurs, la Kawasaki ZX-R7 du Racint Team Hampe/Club 14 se classa 11° de la catégorie Post Classic

Cette magnifique Suzuki Harris F1 du Belgium Team Force ne put terminer la première manche.

Fabrice LHERITIER partagea son guidon pour un équipage mixte avec Karine SLITZ sur une Kawasaki ER- du team RPM 83.

Mathieu SAUVE, en route pour la première place de la Catégorie Classic.

Jean Claude JAUBERT, l’autre pilote de cette Japauto.

Avec ce Bol Classic, JC JAUBERT, se fait la totale après un Bol d’Argent en 1980, et un Bol d’Or en 1981 . De quoi être heureux.

Le Podium de la Catégorie Classic.

  • La catégorie reine, le Bol d’Or, qui est cette année la première épreuve du championnat EWC de 2017, s’élança le samedi un peu après 15H suite à une chute spectaculaire de Louis Rossi dans le tour de chauffe. Si la Yamaha du GMT 94 partait favorite après sa pôle position, le sort en décida autrement.
  • David CHECA, détendu avant le départ.

Erwan NIGON entre les pilotes japonais du Team TRICK STAR Racing

Lucas MAHIAS

Renaud Lavillenie, un passionné de la moto.

Respect avant le départ.

  • Anthony DELHALLE impatient d’en découdre.

David CHECA prêt à s’élancer.

Petit échauffement avant le départ

C’est parti pour 24 heures

Dylan BUISSON , second enn SST avec le Tati Team Beaulolais

Jolanda VAN WESTRENEN

Osamu DEGUCHI

A gauche….

A droite….

Louis BULLE sur la 36, troisième en SST

Morgan BECHET

Broc PARKS, auteur du meilleur tour en piste, est tombé en panne d’essence avant la fin de son premier relais.

Muriel SIMORRE du Girls Racing Team

Quentin LEVRIER du Team Cottard Sport

Romain MAITRE du Junior Team

Stephane GESLIN sur la Panigale du Ducati Esprit Racing Team

Lucas MAHIAS très spectaculaire.

Tout espoir de podium s’envola après une chute de Niccolo CANEPA

Hitoyasu IZUTSU

Erwan NIGON monta sur la troisième marche du podium avec ses coéquipiers du TRICK STAR TEAM

Fabien FORET

Gregory LEBLANC

Randy DE PUNIET qui visait la première place du se contenter de la seconde sur la moto du SRC Kawasaki.

Etienne MASSON.

Vincent PHILIPPE attendant de prendre son relais

Anthony DELHALLE

Le podium du Bol d’Or

 
 En Dehors De La Piste

Tribune du virage de l’hôtel

Loris en visite.

Carl FOGARTY, 4x champion du monde SuperBike

Une des gagnantes du concourt Motul, derrière Régis Laconi

Déjà passionné.

Charles KAJKA, un Monsieur de la moto.

Carl ajoutant sa dédicace sur un T Shirt qui sera mis aux enchères par l’association Les Motards Contre le Cancer.

De magnifiques motos exposées par les clubs.

Le Musée de la Moto de Marseille

Le Retro Motos Cycles de l’Est est venu avec plus de 40 machines.

Magnifique expo des anciennes motos du Bol.

Le passager, Francis Bourdon, 84 ans, champion de France side 1963 (avec Maurice Lazare),puis passager en course de Claude Lambert. Claude et Francis ont participé à la course inaugurale du Circuit Paul Ricard. Cette première course de sides s’est déroulée le 15 novembre 1970 pour l’ouverture du circuit sur le 3,3 kms.

Trofeo Rosso 2016 : la piste à la sauce italienne


Bernard Devau

Une petite partie des bénévoles.

Ces 23 et 24 Juillet s’est tenu le 15° Troféo Rosso sur le circuit du Val de vienne au Vigeant dans la Vienne.

Magnifique Entrée d’un site superbe.

Beau temps et bonne ambiance tout le week-end. Près de 150 bénévoles et plus de 370 pilotes ont été de la fête.

Il y avait quand même plus de place de camping.

Les grillages ce n’est pas l’idéal pour trouver de l’ombre.

Soili Karme-Saarinen était venu au soleil de la Vienne.

Le Pace Car

Le Pace Car

Ces journées de roulages sont réservées aux machines Italiennes (7 sessions de 20mn pendant les 2 jours pour une participation de 150€), mais pas que, car sont aussi invités les Anglaises, les Françaises et les Cyclos de toutes origines.

Nos amis les side-caristes sont aussi les bienvenus.

Quand les Aigles Attaquent.

Quand c’est Madame qui pilote.

Parfois il faut pousser un peu.

Cà c’est de la fourche.

En attendant de prendre la piste.

Innovation cette année, un passage obligé par l’alcootest avant de prendre la piste.

Une garderie était organisé pour les petits.

Des stands marchands présents pour trouver la pièce indispensable.

Bien sur les Clubs sont bien présents et sont à l’origine de ce rassemblement. Ici le Club DUCATI.

Le stand du Club Moto Guzzi est délaissé, mais la machines sont sur la piste.

Le club BIMOTA

Eclatante sous le soleil de la Vienne.

Une fausse Italienne à moteur Honda CB 500 Four

Hélas, une des dernières Laverda produite.

Superbe Benelli TNT

Bimota DB6 Delirio

50 Kreidler, d’un homme heureux d’être venu pour la première fois au Troféo Rosso.

Superbe restauration de ce 50 Yamaha.

Les anciens se souviendront de leurs jeunes années. Mono Ducati et 50 Gitane Testi.

Préparation de la piste pour une autre innovation: le 200 m départ arrêté. Bon d’accord le Président ne bosse pas beaucoup (mains sur les hanches)

Départ au tomber de foulard.

Pas facile de trouver de l’ombre dans la zone d’attente.

On vous avez prévenu, dépistage systématique, mais là ce n’est pas désagréable.

Quelques trésors de Moto Guzzi de compétition.

Le moteur V8 Moto Guzzi.

Les invités Italiens ont amené cette magnifique V8 Moto Guzzi d’origine.(avec quelques autres machines)

Moto Guzzi mono 350 cc carénage intégral.

Je vous surveille, attention !

Une belle Anglaise

Une autre Anglaise

Il fait chaud, très chaud !

Emilie a troqué la robe à poix rouges (voir départ du DA) pour le cuir de piste.

Ici tour de contrôle….

Un moteur trouvé dans une casse, un cadre fait maison et voilà sur la piste.

C’est qui ce mec qui me fait l’intérieur ?

Cette Moto du club Benelli à participer au Bol Classic de 2013 à Magny-Cours

Et cette Laverda 1000 a participé au Bol Classic 2015 et au Bikers Classics en endurance 4 heures de Spa en 2016.

très smart cette Guzzi V50

Allez les filles !

Hors piste.

Oh la belle bleue !

Les bénévoles avaient leur propre séries de roulage avec leur machine (même si pas italienne) pour les remercier de leur aide.

Style Spécial TMax

Avant la soirée dansante animée par un orchestre, la traditionnelle sangria en self service. Une des meilleures jamais réalisée, parait-il.

Quand je vous dit qu’elle est bonne .

Moment de stress pendant le tirage de la tombola.

Il a gagné.

A droite, le Président Patrick JEANTAUD, heureux de la réussite de cette 15° édition .

Rendez-vous en Juillet 2017 pour « vivre La Piste A La sauce Italienne »-
http://www.trofeorosso.org/

Motors Show Festival Larche


Bernard Devau

Ces 25 et 26 juillet 2016 s’est tenu la Première Edition du Motors Show Festival de Larche en Corrèze.

Si la veille au soir il s’est abattu un orage sur l’emplacement, les journées de Samedi et Dimanche, le roi soleil était dominant. Les milliers de visiteurs apprécièrent grandement cet agréable changement.

Les organisateurs avaient bien fait les choses. Le Festival s’est tenu sur l’aire de loisirs, commune aux villes de Larche (19) et La Feuillade (24) et ces 2 départements ne furent pas de trop pour accueillir curieux et passionnés.

Sourire à la caisse, car l’entrée était gratuite. Mais pas pour les tickets pour boissons, frites et sandwichs.

Au programme, marché gourmand avec barbecue géant mis à disposition gratuitement, village expo avec stand de vêtements, divers objets d’arts, Tatoo, présentation d’une partie de la gamme Victory et Indian . De la musique Live (country, rock) fut donnée par des groupes des Smokings Duck , Rocking Royals et American Roots.

Le viticulteur est aussi motard.

Burger de qualité ou viande prête à griller sur les barbecues.

barbecue mis à disposition.

Après l’effort, le réconfort.

Le Duo Mechanic Circus enchanta les spectateurs lors de plusieurs représentations le dimanche avec la force, la grâce et l’humour de ses artistes.

Beau châssis.

Force, Charme et humour avec le Duo Mechanic Circus

Unchaine My heart.

Vêtements pour tous dans ce stand

Tout ce qui avait un moteur était le bienvenu. Une formidable exposition de voitures de collections américaines (et quelques bijoux européens), camions militaires et civils US, ainsi que les diverses motos présentes étaient soumis à l’avis des visiteurs pour le concours des plus beaux véhicules de ce Festival.

Et elle parle

Le poste de pilotage de Kitt

Kougar

Stand tatoo

Barbière chic

Superbe Ford Vedette

Rencontre du troisième Type…E.

Encore une légende…Excalibur.

Faut que cela brille .

ALM Chopper était venu de St Céré pour présenter ses réalisations

Il fut un temps ou le prix de l’essence n’était pas un problème.

Nos jeunes années.

Les petites vieilles sont fières de montrer leurs parties intimes.

Sur le dance floor

Sur ce stand on parle « Indian ».

Deux jolies guêpes.

N’hésitez pas à venir, l’entrée est gratuite.

Du monde pour cette première édition.

Les véhicules à 2 et 4 routes ont parcourus les routes de la région (sur des itinéraires différents) à la découverte de paysages magnifiques.

Départ pour la ballade des autos.

Cheval Noir va faire un tour. (Indian Dark Horse)

Pin-Up en amazone

Préparation Café Racer à vendre.

Les allées ombragées furent parcourues par de nombreuses Pin-Up avec de larges sourires et dimanche après-midi des baptêmes motos ont été proposés à la grande joie des plus jeunes.

Ne Pas Trembler.

Les vainqueurs des plus belles.

Dis Papa, je veux la même.

Le plus beau des manèges.

Ambiance Cool, organisateurs sympas et attentionnés, sourires nombreux, bonne musique, bonnes nourritures, site superbe,  public venue en nombre, magnifiques véhicules, en résumé, Une Grande Réussite pour une première édition.

Prêt pour la chasse.

Fourche à rallonge.

On sa fait un billard ?

Entièrement recouverte de cuir.

De retour du Bike Show de Montalivet