L’édito du Moto Magazine N° 297 de mai 2013

Haute visibilité

Nous voilà, nous motards, objets de l’attention du gouvernement par le truchement du CNSR, le Conseil national de sécurité routière. Où airbag et notion de haute visibilité s’invitent dans les débats.
Premier point, qui sonne comme un compromis après les nombreuses manifestations contre le gilet et le brassard jaunes, la détention d’un gilet haute visibilité, à porter en bord de route comme les automobilistes en cas de panne ou d’accident. Une mesure qui permet de sensibiliser à la nécessité d’être vu.
L’absence de ce gilet à bord ne devrait toutefois pas faire l’objet d’une sanction. Comme l’éthylotest. Rappelons aussi que nombre de motos ne disposent d’aucun espace pour le loger… Le président de la commission 2-roues Patrick Jacquot, également président de la Mutuelle des motards (lire p. 10 du MM 298), et la FFMC représentée lors de ces réunions, veilleront quand même à ce que soit vérifiée l’efficience de cette mesure.
Le second point concerne l’harmonisation des plaques. Là encore, les combats menés par la Fédération ont pesé : plus question de passer à l’énorme format des anciennes immatriculations allemandes. Notons ici l’ouverture du gouvernement, plus enclin à la discussion que le précédent. Les plaques devraient mesurer 21 cm sur 13 cm, soit la taille de celles qui équipent tous les 2-roues fraîchement immatriculés hors 50 cm3.
Dernier sujet à l’étude, plus bizarre dirons-nous, la possibilité d’imposer un gilet airbag lors de l’épreuve du permis de conduire. Une manière de nous en imposer le port à l’avenir ? Pas très réaliste, en tout cas. Car même si ces gilets apportent un plus dans certains types de chute – à l’instar des dorsales –, aucune étude n’a permis d’en asseoir la suprématie en matière de protection. Et son coût (350 à 1 200 euros, sans parler du passager…) ne pourrait être supporté par la plupart d’entre nous.
En attendant les délibérations de juin, à défaut de carrosserie et de remède miracle pour attirer sur nous l’attention des autres usagers de la route, soyons vigilants et profitons à plein des longues balades auxquelles le soleil nous invite. Enfin !

Jean-Pierre Théodore

9 thoughts on “L’édito du Moto Magazine N° 297 de mai 2013

  1. Ca tient pas la route dix secondes, cette affaire-là. On nous refait le coup de l’éthylotest. “Ca sert à rien, mais c’est pour sensibiliser”. Ouais, c’est surtout pour que l’administration, qui y tient mordicus, puisse enfoncer un peu plus loin son pied dans la porte de la répression. Je n’arrive pas à comprendre que Motomag, la FFMC et les autres, qui ont lutté contre l’inutile éthylotest, qui ont affirmé que la question de la visibilité, c’était essentiellement une question de formation des autres conducteurs à détecter notre présence, se permettent d’écrire aujourd’hui : “Une mesure qui permet de sensibiliser à la nécessité d’être vu.” Un gilet sous la selle pour sensibiliser, c’est aussi inutile qu’un éthylo au fond de la boite à gant pour sensibiliser à l’alcool au volant. Sur le sujet, l’administration s’est longtemps fichu de la gueule du monde. Je suis en train de découvrir aujourd’hui que c’est mon journal préféré, mon association préférée qui se fichent de moi, et ça ça me fait encore plus mal !

    • Les militants de la FFMC ayant obtenu, avec vous probablement, l’annulation du port obligatoire d’un dispositif réfléchissant ou d’un brassard jaune, il leur était difficile de monter au créneau contre ce «gilet de secours» déjà imposé aux automobilistes et ne faisant l’objet d’aucune sanction. Il ne s’agit pas de trahison mais de stratégie ! Si vous avez bien lu, le président de la commission 2-roues a demandé l’évaluation de ce dispositif, c’est-à-dire le bilan du nombre de vies épargnées au bord des routes après une panne ou un accident. On a déjà notre petite idée là-dessus… On ne baisse ni les bras, ni autre chose…

      • J’ai effectivement lutté, par plusieurs moyens, contre le brassard fluo. Ce n’est certainement pas pour me retrouver aujourd’hui avec l’obligation d’un gilet fluo sous la selle, même sans sanction (au passage, ça me paraît difficile de parler d’équité, comme je l’ai lu, si on réclame une absence de sanction !). Et quand bien même on s’apercevra rapidement qu’il y a eu zéro motard tué sur le bord de la route, le ver est déjà dans le fruit, puisqu’on l’argument évoqué est celui de la “sensibilisation à la visibilité”… Vous êtes en train de vous faire avoir, nous nous sommes en train de nous faire avoir, et vous continuerez à vous faire avoir tant que vous ne ruerez pas dans les brancards au CNSR. Perrichon a bien été capable de le faire, au dernier CNSR sur les panneaux et les éthylos !

        • @argh
          Je peux comprendre ta réaction “à chaud” et à priori.
          Ce serait aussi la mienne s’il n’y avait pas la demande du Pdt de la commission 2 roues: prouvez nous d’abord que ça sert à quelque chose.
          J’ai l’impression que tu ne saisis pas l’importance de ce “on n’est pas contre, mais c’est à vous de nous apporter la preuve de l’utilité”. La balle est retournée à l’envoyeur, à eux d’apporter les preuves. Le pourront-ils ? J’ai ma petite idée la dessus moi aussi.
          Et si cette preuve n’est pas apportée, que dira logiquement le Pdt de la commission ?
          Nous n’étions pas contre sous condition de preuve, vous n’avez pas apporté cette preuve, il n’y a donc aucune raison d’imposer une obligation.
          J’ai l’impression que cette demande de preuve dérange plus la SR qu’un refus franc et massif.
          J’a l’impression que la SR aurait préféré un refus ce qui lui permettrait de nous montrer comme les vilains motards qui refusent ce que les gentils automobilistes ont accepté.
          Je ne pense pas que ce soit signe de naiveté que de t’inviter à réfléchir à l’intérêt de cette stratégie: la SR risque de montrer par les chiffres que c’est inutile, comment pourra-t-elle, après avoir montré que c’est inutile, oser l’imposer ?

          • Le président de la commission ne s’est pas contenter de dire “apportez moi la preuve”. Il a indiqué aussi que la présence du gilet fluo sous la selle permet de sensibiliser à la nécessité d’être vu. La SR aura beau jeu de dire “ah désolé, je ne retrouve pas les statistiques, mais comme vous l’avez dit vous-même, c’est important pour sensibiliser à la nécessité d’être vu”. C’est exactement ce qui s’est passé pour l’éthylotest. Je te parie une caisse de champagne (avec éthylotest) que l’obligation va arriver. Sans sanction pour l’instant. Et dans quelques années, quand un responsable de la SR demandera pourquoi l’automobiliste est sanctionnable et pas le motard, on aura droit à la sanction ! Si d’ici là, on ne nous affirme pas : “si vous n’avez pas de place sous la selle, eh bien, vous n’avez qu’à le porter sur vous !

  2. Le problème, c’est qu’à force de gueuler sur tout et de dire non fermement sur toutes propositions, on en perd de sa crédibilité à force. Je n’approuve pas les mesures mais parfois il faut savoir faire des petites concessions. Depuis que le gilet ainsi que le triangle est obligatoire pour la voiture, aucuns gendarmes ou policiers ne m’a demandé si j’en possédais un lors de contrôle. De plus quand on lit l’article on voit qu’il y a une certaine mesure du côté de la FFMC qui attend de voir quand même si ça vaut le coup ou non. Néanmoins il faut rester vigilant car on a affaire à des vicieux… Pour ce qui concerne l’airbag je ne pense pas que ça passe car il y a aussi les moto-écoles qui auront leur mot à dire. Mais là aussi soyons vigilant. Je ne comprends pas pourquoi ils veulent toujours faire compliquer… Obligation de porter un blouson adapté avec protection pour l’épreuve serait tellement plus logique et moins contraignant…

    Sur ce, bonne route et gaffe à vous!
    V

  3. @argh.
    Qui peut croire que ce “« ah désolé, je ne retrouve pas les statistiques, ” passera. C’est pour ça qu’au lieu de nous diviser il nous faut rester unis et solidaires, rester vigilants.

    Ethylo: en tant que buveur d’eau l’obligation sans sanction ne me dérange pas.
    Jamais je n’ai eu l’intention d’une acheter un, ni craint un contrôle des képis pour voir j’avais bien le machin à bord. Je n’imagine pas les képis se contenter de me dire, c’est bien vous avez le machin, bonne route. ” C’est plutôt “contrôle d’alcoolémie, venez souffler dans notre éthylomètre à nous”.
    Les képis sont heureusement moins bêtes que bien des technocrates.

    Sur le gilet et le triangle des automobilistes, la situation est assez cocasse: gilet bien visible car accroché au pare soleil et déjà bouffé par les UV, gilet servant de housse pour siège, je n’ai pas entendu parler d’une opération de contrôle.
    Par contre ce qui me gêne, choses vues, c’est qu’en cas de panne de nuit des gens ont bien ces accessoires, mais ne les utilisent pas. On leur a dit d’avoir le gilet mais on a oublié de leur dire que c’était aussi pour l’utiliser si besoin.
    Ce qui prouve que la SR a très mal géré un sujet pourtant simple.

    Sur le fond, il me semble que des motards qui roulent beaucoup de nuit ont déjà avec eux: boite d’ampoules, lampe électrique et aussi un gilet parce qu’ils ont compris que ça peut être utile en cas de panne la nuit. Irais tu le leur reprocher ?

    Imposer le gilet sur une moto, cela suppose qu’il y ait la place pour le ranger, ce qui n’est pas toujours le cas. Peu de risque d’obligation.

    Ca me fait penser à une curieuse obligation en Allemagne, celle d’ avoir en hiver des pneus hiver même sur une moto, sachant que de tels pneus n’existent pas.
    Et ça fait des années que ça dure !

  4. Les gilets fluos existent, les équipementiers ont déjà dans leurs gammes des modèles “plus que visibles” et au moins tous sont équipés de bandes réfléchissantes comme sur les casques, aussi je ne pense pas que la visibilité du motard la nuit soit le vrai problème; mais chaque “ministre” se doit de légiférer et laisser sa trace dans l’histoire politique. Je pense que le danger est l’automobiliste qui en fumant sa clope, cherche quel cd sélectionner dans son chargeur alors que son gps lui dit et lui montre qu’il doit tourner à la prochaine tandis que sa copine lui dicte les courses à faire au téléphone, s’il lui reste un neurone et un œil pour bien voir la route et ce qui s’y passe … c’est robocop!!! Je suis motard depuis 30 ans et automobiliste depuis 30 ans; pourquoi les rois de la consommation tout azimut sont couverts par les politiques pour autoriser Iphones, gps, cendriers, autoradios… polluer l’environnement d’un conducteur qui, pour être responsable, doit être entièrement disponible à la conduite de son véhicule? Alors, étylotest et gilets sont bien de la poudre aux yeux dans les accessoires de la sécurité… Bonne route à tous et regardez bien les yeux des autres conducteurs, c’est le seul moyen pour anticiper un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*