Années 1970 : Des circuits de régularité moto dans le Poitou


papytoum

Bonjour,

C’est lors de l’épreuve de régularité organisée au départ d’Archiac (16) que le jeune pilote Joseph Tougeron de l’AM Nantaise (44) connait sa plus grosse déception de la saison 1969. Après une première saison de régularité en tous points exceptionnelle, second et premier civil du Cannes-Genève-Cannes notamment, il rate de peu le titre chez les civils. Il faut lire son interview dans France Moto n°15 du 15 janvier 1970 pour comprendre qu’elle était l’ambiance dans cette discipline où les concurrents s’infligeaient des durées de selle peu imaginables aujourd’hui.

Figure 1 : brillante saison de régularité pour Joseph Tougeron en 1969 (France Moto n°15 du 15 janvier 1970)

Après cette belle saison de régularité, Joseph s’illustrera sur les terrains de Moto Cross en catégorie 125.

C’est le Gymkhana club Archiacais (16) qui s’associe à la ligue du Poitou pour organiser la seconde édition du circuit de régularité du Poitou en 1972.

Figure 2 : pendant la semaine de reconnaissance des gendarmes lors du second circuit de régularité du Poitou (Charente libre 17 octobre 1972)

Un menu routier copieux attend les concurrents : 841 km 500 en deux étapes d’Archiac (16) à Thouars (79) et retour.

Figure 3 : concurrents au départ de la seconde édition du circuit de régularité du Poitou (France Moto n°57 du 15 novembre 1972)

Malheureusement, l’absence de course de côte ou autres épreuves de vitesse expliquerait selon France Moto la bouderie des concurrents notamment chez les civils. Il faut reconnaitre que les épreuves longue distance de l’époque étaient plutôt favorables à nos collègues miliaires.

Figure 4 : passage des concurrents à Cognac lors du second circuit de régularité du Poitou (Charente libre 17 octobre 1972)

Dans le classement général, parmi les dix premiers classés, le premier civil est Jean Forillière de l’AM Angoumoisine (AMA). Le pilote charentais, qui devance le policier Geneletti, semble bien perdu au milieu des militaires de la garde républicaine ou du club de la police nationale.

Figure 5 : classements du second circuit de régularité du Poitou en 1972 (France Moto n°57 du 15 novembre 1972)

Le brillant pilote/policier Jean-Pierre Geneletti figure au 9ème rang du classement général de cette seconde édition du circuit de régularité du Poitou. Jean-Pierre fera bien mieux par la suite en remportant notamment le 7ème Tour de France moto au guidon de sa Honda Bol d’Or.

En 1973, c’est le MC Rochelais (17) qui est le partenaire de la ligue pour l’organisation de la 3ème édition du circuit de régularité du Poitou les 13 et 14 octobre.

Vingt-six militaires ; 12 de la CRS, 11 de la gendarmerie mobile et 3 de la douane de la Rochelle sont inscrits ainsi que 17 civils.

La volonté des organiseurs est de faire passer le circuit dans toutes les villes de la Ligue du Poitou ayant un club motocycliste (Charente libre vendredi 12 octobre 1973).

Le circuit routier est toujours aussi long (839 km 500). De La Rochelle (17), le samedi 13 octobre à partir de 13 h 30, il rejoint Limoges (87) lors d’une première étape de 435 km. Une épreuve d’accélération est au programme entre Beaugeay (17) et Marennes (17).

La seconde étape de 404 km, dès 6 heures le dimanche 14 octobre, ramène les concurrents à La Rochelle. Une course de côte entre Saint-Junien (87) et Brigueuil (16) se dispute sur le circuit de retour. Un parcours accéléré et une épreuve de moyenne spéciale chronométrée sont également prévus sur le circuit routier.

Au programme, 56 contrôles horaires et 5 départements traversés.

En 1973, les mauvaises conditions météo qui ont accompagné les concurrents ont rendu l’épreuve poitevine encore plus exigeante pour les pilotes et les machines. La pluie et le vent accompagnèrent les concurrents de bout en bout (Charente libre lundi 15 octobre 1973).

Figure 6 : passage des concurrents au contrôle de la tricherie (Charente libre mardi 16 octobre 1973)

Au contrôle de la tricherie à Eymouthiers (16), seuls 28 des 47 concurrents engagés, civils et militaires, avaient pointé entre 2 et 3 heures après leur départ de la Rochelle (17).

Vous avez dit indigeste les épreuves de régularité dans le Poitou ?

Pour qui ? Les organisateurs ou les concurrents ?

Figure 7 : classements civil et militaire du 3ème circuit de régularité du Poitou (Charente libre 15 octobre 1973)

C’est une nouvelle fois, Jean Forillière qui remporte le circuit de régularité de la ligue du Poitou chez les civils. Sur ce type d’épreuve longue distance, il est encore difficile pour un civil d’intégrer le top 10 dans les circuits de régularité.

Figure 8 : classement général du 3ème circuit du Poitou (Sud-Ouest mercredi 17 octobre 1973)

Après ses bonnes performances chez les concurrents, Jean Forillière sera président de l’AM Angoumoisine (16) et organisera plusieurs éditions du Rallye de Charente dans les années 1980.

Mais nous en reparlerons prochainement.

En 1974, la 4ème édition du circuit de régularité du Poitou est programmée pour les 12 et 13 octobre. Les organisateurs forment le vœu que la participation des civils augmente par rapport aux précédentes éditions.

Deux grosses équipes militaires sont présentes, dix gendarmes sur Norton emmenés par Pothier, le vainqueur 1973, et une forte équipe de CRS habitués des circuits de régularité.

Le circuit de 825 km part du parking Beaulieu à La Rochelle (17) le samedi à midi. Le parcours rejoint Poitiers (86) pour une première étape longue de 528 km. Le retour de 302 km se déroule dans la matinée du dimanche. La météo favorable contrairement à l’édition précédente sera bien appréciée des pilotes du 4ème circuit de régularité du Poitou.

A noter la participation d’une féminine, Anita Ferrieux du COP Le mans (72) et d’un équipage side-car au 4ème circuit de régularité du Poitou.

Figure 9 : les vainqueurs du 4ème circuit de régularité du Poitou (Sud-Ouest lundi 14 octobre 1974)

C’est le local Pierre Blondeau des douanes de la Rochelle (17) qui l’emporte. Il précède 11 autres militaires. Le premier civil, Jean-Marc Drouet de Rochefort (17), pointe à la treizième place du classement général.

A signaler, la médaille d’or de Jean-Pierre Geneletti lors du Championnat national de régularité chez les militaires en 1974.

En 1975, la cinquième édition du circuit de régularité du Poitou est confiée cette fois au MC de la Charente La Couronne (16) les 11 et 12 octobre.

Le circuit routier de 816 km propose un aller de 360 km entre La Couronne (16) et l’esplanade Record à Angoulins (17). Le retour du dimanche est long de 456 km avec un premier départ dès 4 h 30.

Une course de côte le samedi à Charchenay (79) et une épreuve à moyenne non impartie dans les marais sur la D238 entre Moeze (17) et Hiers (17) le dimanche sont au programme des concurrents.

Figure 10 : concurrent du 5ème circuit de régularité du Poitou (Charente libre 13 octobre 1975)

Parmi les 64 inscrits, on compte 54 civils.

Finalement, avec 65 bulletins d’engagements mais seulement 45 partants, le vœu des organisateurs a-t-il été exhaussé ?

Figure 11 : arrivée de la première étape du 5ème circuit de régularité du Poitou (Sud-Ouest mercredi 15 octobre 1975)

Au classement général, tir groupé des civils derrière le gendarme Denis Gérardin et 5 autres gendarmes. Le side-cariste Bruno Bérard et sa passagère Begranne terminent l’épreuve.

Figure 12 : classement général du 5ème circuit de régularité du Poitou (Sud-Ouest mercredi 15 octobre 1975)

Lors de l’arrivée sur le Champ de Foire à la Couronne (16), les applaudissements du public venu nombreux malgré la météo, accueillent la jeune angoumoisine de 17 ans, Nadine Labrousse, qui en termine avec une épreuve marquée par un froid glacial (Charente libre lundi 13 octobre 1975).

Pour 1976, face aux difficultés rencontrées par la commission sportive de la ligue du Poitou, l’épreuve a failli ne pas se faire.

Le 6ème circuit de régularité de la ligue du Poitou comporte 807 km de Cognac (16) à Limoges (87) et retour à Cognac (16) en passant par Niort (79). Une course à moyenne non impartie dès le départ et une course de côte sont à disputer lors de la première étape, une base secrète à moyenne imposée au lever du jour lors de la seconde.

Figure 13 : classement général du 6ème circuit de régularité du Poitou (France Moto n°101 du 15 novembre 1976)

C’est le policier Jean-Pierre Geneletti qui remporte le classement général dominé par le club motocycliste de la police nationale. Le premier civil, Jacky Tirbois de Surgères (17), parvient enfin à placer sa BMW devant tous les civils.

Figure 14 : le policier Jean-Pierre Geneletti vainqueur du 6ème circuit de régularité du Poitou (France Moto n°101 du 15 novembre 1976)

Finalement chez les militaires, entre gendarmes et policiers, c’est un coup à toi, un coup à moi, lors des circuits de régularité du Poitou.

En 1977, le Motor’s-club angoumoisin s’est vu confié l’organisation du 7ème circuit de régularité de la ligue du Poitou.

Jean Trigaud du club de Champagne Mouton (16) est le seul engagé charentais.

Figure 15 : Jean Trigaud au départ du 7ème circuit de régularité du Poitou (Charente libre lundi 10 octobre 1977)

Après les contrôles techniques le samedi 08 octobre 1977 sur l’esplanade de Bourgines à Angoulême (16), les concurrents partent à partir de 13 heures pour une première étape de 498 km qui les fera passer par Thouars (79).

Une course de côte aux Fontenelles près de Saint Maixent (79) est à disputer lors de la première étape.

Figure 16 : avant le départ du 7ème circuit de régularité du Poitou (France Moto n°110 du 15 novembre 1977)

Après quelques heures de neutralisation, la seconde étape Angoulême (16) Surgères (17) Angoulême (16) part le dimanche dès 4 heures. Une épreuve de vitesse sur le circuit du Parveau à Cognac (16) est au menu des concurrents lors de la seconde étape de 332 km.

Le tracé de 830 km chemine à travers la Charente, la Charente maritime, les Deux Sèvres et la Vienne. Il comprend 94 contrôles horaires. C’est sans doute beaucoup de travail d’organisation pour 31 engagés au départ de la première étape et 23 rescapés pour la seconde.

La première étape disputée presque constamment sous la pluie fut la plus sélective. Gilles Planchon abandonnera suite à une erreur de parcours ainsi que René Serniguet, leader du provisoire, sur crevaison. Le circuit de vitesse du Parveau dû être annulé, la boue et la pluie rendant le circuit impraticable.

Figure 17 : classement général du 7ème circuit de régularité du Poitou (France Moto n°110 du 15 novembre 1977)

Au classement scratch absolu, c’est le pilote civil William Roques de l’AM Surgères (17) qui l’emporte. Il a donc fallu attendre la 7ème édition du circuit de régularité du Poitou pour qu’un civil parvienne enfin à précéder les militaires au classement général. William précède un autre brillant pilote, le policier Jean Hulin.

En 1978, l’organisation de la 8ème édition du Circuit de régularité du Poitou est confiée au MC Thouarsais (79). Cinquante-quatre pilotes prennent effectivement le départ, 36 sont classés.

Le circuit comporte 651 km en une seule étape avec départ de nuit. Il chemine à travers des communes de la Vienne (86), des Deux-Sèvres (79) et des Charentes (16) et (17).

Outre ses 42 CP et 26 CH, les concurrents doivent disputer une base secrète, une course de côte et un parcours de vitesse à moyenne non impartie.

En 1978, Patrick Kempf l’emporte chez les civils et Pierre Bertrand chez les militaires lors du 8ème circuit de régularité du Poitou.

Figure 18 : pénalités dans la base et places au 8ème circuit du Poitou chez les civils (France Moto n°118 du 15 octobre 1978)

En 1979, retour en Charente maritime puisque c’est la ville de Surgères (17) qui sera la tour de contrôle du 9ème circuit de régularité du Poitou comme nous l’indique Sud-Ouest dans sa présentation de l’épreuve le jeudi 11 octobre 1979.

Le parcours compte 719 km en 2 étapes qui traverseront 3 départements.

Au départ du parc des expositions de Surgères (17) à 20 h 30, la première étape de 189 km se déroule entièrement de nuit. Après neutralisation, la seconde étape à partir de 4 h 30, comprend un parcours de 529 km qui passe par Niort (79).

Le 9ème circuit de régularité du Poitou comprend 3 épreuves spéciales : un parcours accéléré à moyenne non impartie entre les écluses (17) et Hiers (17) dans le marais de Brouage (17), la course de côte des Fontenelles près de Charchenay (79) et une base chrono tenue secrète.

A signaler qu’à l’époque la moyenne horaire est différente selon la catégorie des machines. Au circuit du Poitou 1979, la moyenne horaire est de 52 km/h pour les moins de 250 cm3 et de 60 km/h pour les plus de 250 km/h.

Au départ de l’épreuve, 35 concurrents seront passés au contrôle le samedi 13 octobre mais seulement 28 seront classés le dimanche 14 octobre 1979.

Figure 19 : classement général du 9ème circuit de régularité du Poitou (Sud-Ouest 15 octobre 1979)

Alain Villeneau de l’AM Surgères (17) remporte le classement général du 9ème circuit de régularité du Poitou devant nombre des meilleurs pilotes civils et militaires du moment. Ce sera une des nombreuses victoires d’Alain Villeneau dans les épreuves de régularité au cours des saisons de régularité 1979-1983.

Figure 20 : résultats du Rallye du Poitou 1986

Il faudra attendre 1986 pour qu’un rallye porte à nouveau le nom de Poitou. Il nous fera découvrir les nouveaux noms des pilotes de pointe de la discipline des rallyes routiers.

Mais avec ses 58 partants, le Rallye du Poitou 1986 encouragera-t-il l’association sportive de la FFM à continuer d’investir sur les rallyes dans des régions où son attrait auprès des motards ou du public est loin d’être évident ?

La suite prouvera que non. La seule exception dans ces lointaines régions de l’Ouest de la France est la persistance de l’épreuve de la Sarthe avec ses belles petites routes, son magnifique circuit de vitesse et son équipe très solide et très motivée qui traverse les époques avec beaucoup de succès.

Au début des années 1980 en Poitou, il y aura eu quelques épreuves de régularité organisée par l’AM Angoumoisine (16) et son président Jean Forillière. Nous en parlerons la semaine prochaine.

C’est également là qu’aura lieu le nouveau Rallye de Charente organisé par l’équipe du CORCC les 19, 20 et 21 octobre 2018 au départ de Rouillac (16).

https://www.rallyeroutiermotocharente.fr/le-c-o-r-r-c/

A bientôt

Papytoum

PS : les extraits des France Moto que nous utilisons proviennent en majorité de la collection de Jean-Pol : http://www.legrenierdejeanpol.com/

2014 : Side-Cars : les chouchous du public lors du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

Lors de la 57ème édition du Rallye de la Sarthe comme lors de tous les rallyes, les side-cars sont les chouchous du public.

Mais qu’ont-ils de plus que nous les solos ?

Serait-ce leur roue supplémentaire ? Leur passager supplémentaire ou plutôt leur passagère ?

Ne serait-ce pas tout simplement leur générosité au guidon ou les figures dont ils gratifient le public ?

Dix side-cars inscrits au Rallye des Garrigues et à peine plus au 57ème Rallye de la Sarthe. Le circuit Bugatti n’exerce plus cette puissante attraction sur les équipages des side-cars.

Figure 1 : les side-cars au départ du Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Les dix inscrits de la catégorie Side-Car au Rallye des Garrigues :

17 Alain et Olivier AMBARD

201 Marie-Laure FERRIEU et Hervé LAUR

202 Diana RAUCH et Bruno MARLIN

204 David BLEUSEZ et Franck BACON

206 Denis GRUNBLATT et Joachim BONNARD

209 Michel CHEYLAN et Philippe SZENDROI

210 Béatrice BANUT et Philippe MAUNY

300 Olivier DAHAN et Philippe BESSE

301 Raphael GALVANI et Pierre ROUGE

302 Denis DUPUIY et Patrice LAGUILLON

Dès la première spéciale du Rallye des Garrigues, sur la route détrempée de Murles, le ton est donné ; septième temps scratch pour les homonymes du Moto Club Dauphinois, Alain et Olivier Amblard.

LAUR-FERRIEU (16), DAHAN-BESSE (25) et CHEYLAN-SZENDROI (27) suivent à distance le duo infernal.

Au premier passage dans la seconde spéciale à Murviel, très humide également, Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu (11) prouvent qu’ils ne s’en laisseront pas compter par les 2 dauphinois (12). Les 2 équipages sont dans la même seconde très loin devant les troisièmes, Michel Cheylan et Philippe Szendroi (39).

Figure 2 : Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu dans Murviel au 4ème Rallye des Garrigues (photo Sandra Kientz)

Contrairement à la spéciale de Murles toute en descente ou presque, les montées de Murviel ont été plus favorables au léger side-car KTM bicylindre qu’au vieux et lourd side-car quatre pattes KAWA d’Alain.

Lors des seconds passages, la route séchante fait reculer les side-cars dans les classements des 2 spéciales de Murles et Murviel. Les écarts sont faibles entre les 3 premiers side-cars : AMBLARD-AMBLARD (9 et 19), LAUR-FERRIEU (11 et 21) et MARLIN-RAUCH (104 et 23).

La courte spéciale rapide de Lavérune, humide et plate, ne nous permettra pas de comparer le vieux side-car d’Alain à ses rivaux plus récents.

Figure 3 : Alain et Olivier Amblard à Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

Alain et Olivier sortent violemment sur la portion finale, étroite et très glissante de la spéciale de Lavérune.

La vidéo qui circule est saisissante. Après une longue glissade, le side-car est brutalement bloqué dans le fossé par la buse en béton qui s’y trouve. Le side-car fait un salto tandis que les 2 équipiers sont expédiés en l’air.

Regardez la vidéo de la sortie de route très impressionnante des Amblard dans Lavérune :

https://www.youtube.com/watch?v=kn8oPZsvY80

Pour avoir vu le side-car et les 2 blessés légers au parc coureurs dans les heures suivantes, je pense qu’il s’agit d’un vrai miracle qu’ils s’en soient sortis ainsi. Et c’est tant mieux.

Dans la spéciale de Lavérune, en l’absence du duo dauphinois, Bruno Marlin et Diana Rauch (11) font état de toute leur maitrise du side-car Choda Benelli quand il marche correctement devant le side-car Choda Ducati de CHEYLAN-SZENDROI (26) et le side-car Choda KTM de LAUR-FERRIEU (32). Les 3 side-cars légers sont aux avant-postes en somme.

Figure 4 : Michel Cheylan et Philippe Szendroi dans Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

De nuit, avec un passage dans chacune des 2 spéciales de Murles et Murviel, la lutte est serrée entre les protagonistes de la catégorie Side-Car : LAUR-FERRIEU (21 et 15), MARLIN-RAUCH (22 et 13) et CHEYLAN-SZENDROI (27 et 31).

Figure 5 : Olivier Dahan et Philippe Besse dans Lavérune au 4ème Rallye des Garrigues (photo Leslie Hobson)

Suite aux ennuis de moteur du side-car Benelli et à la sortie de route des dauphinois, le side-car DJ sport Honda de DAHAN-BESSE rejoint les side-cars des équipages LAUR-FERRIEU et CHEYLAN-SZENDROI sur le podium du 4ème Rallye des Garrigues.

Figure 6 : Podium des side-cars au 4ème Rallye des Garrigues (photo Marc Troussard)

Les treize inscrits de la catégorie Side-Car au Rallye de la Sarthe :

201 Marie-Laure FERRIEU et Hervé LAUR

202 Diana RAUCH et Bruno MARLIN

204 David BLEUSEZ et Franck BACON

206 Denis GRUNBLATT et Joachim BONNARD

207 Thierry LAFOREST et Dominique ISOPE

209 Michel CHEYLAN et Philippe SZENDROI

210 Philippe MAUNY et Carlo FREITAS

211 Annie-Claire GONZENBACH et Gérard LACHAMBRE

301 Sylvie et Christophe LEBERT

302 Patrick AGIN et Laurent DEBRAISE

303 Roland GOURAUD et Jimmy BOUVRON

304 Jean-Louis TITARD et Vincent HERRIJGERS

305 Albert CHOIN et Alain AMBLARD

A la Suze sur Sarthe, c’est avec grand plaisir que j’assiste au retour d’Albert Choin, le célèbre concepteur des side-cars Choda qui équipent plus de la moitié du plateau des side-cars engagés au 57ème Rallye de la Sarthe. Exceptionnellement, c’est Alain Amblard qui lui servira de singe sur ce rallye.

Figure 7 : Albert Choin au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Francesco Scuderi)

Les 4 tours du circuit Bugatti sont une des particularités de l’épreuve sarthoise dans le Championnat de France des Rallyes.

Retrouvez l’interview d’Hervé Laur par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=paoA5ncq1hE

C’est l’équipage Gazelle et BBR (47) qui s’en sort le mieux sur le circuit Bugatti.

Figure 8 : Sylvie « Gazelle » et Christophe « BBR » Lebert sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Lancés à leur trousse sur la piste du Bugatti, on trouve les équipages AGIN-DEBRAISE (50) et LAUR-FERRIEU (53).

Figure 9 : AGIN-DEBRAISE et LAUR-FERRIEU à la poursuite de LEBERT-LEBERT sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

CHEYLAN-SZENDROI (60) emmènent le groupe des poursuivants sur le Bugatti : BLEUSEZ-BACON (73), GOURAUD-BOUVRON (74), MARLIN-RAUCH (79), LAFOREST-ISOPE (83), TITARD-HERRIJGERS (93), CHOIN-AMBLARD (94), LACHAMBRE-GONZENBACH (100), GRUNBLATT-BONNARD (102) et MAUNY-FREITAS (133).

Figure 10 : Michel Cheylan et Philippe Szendroi sur le Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Sandra Kientz)

Alors que nous allons prendre le départ de Coulans, nous apprenons la sortie de route du couple Lebert dans la rapide spéciale de Maigné.

Les très mauvais souvenirs d’avril 2011 me reviennent alors brutalement en tête. Heureusement, lors de cette nouvelle sortie de route, les 2 époux ont été épargnés physiquement.

Figure 11 : Roland Gouraud et Jimmy Bouvron dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

Sur le routier, de jour, l’ordre du classement des side-cars est peu modifié lors du passage dans Maigné puis Coulans sur Gée : MARLIN-RAUCH (42 et 30), LAUR-FERRIEU (54 et 26), GOURAUD-BOUVRON (49 et 40) et AGIN-DEBRAISE (58 et 35) se partagent les places sur le podium de la catégorie Side-Car.

Figure 12 : Patrick Agin et Laurent Debraise dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Leslie Hobson)

De nuit, après l’abandon du couple LEBERT et le retrait de l’équipage AGIN-DEBRAISE, le public assistera à un festival de l’équipage LAUR-FERRIEU, vainqueurs des 4 spéciales. Ils précédent GOURAUD-BOUVRON et MARLIN-RAUCH.

Figure 13 : Bruno Marlin et Diana Rauch dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Sur le podium de la catégorie Side-Car du 57ème Rallye de la Sarthe, derrière l’équipage Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu, le duo Bruno Marlin et Diana Rauch coiffe d’extrême justesse le binôme Roland Gouraud et Jimmy Bouvron.

Figure 14 : podium des side-cars au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Suite aux 2 premières manches du Championnat de France des Rallyes, l’équipage Hervé Laur et Marie-Laure Ferrieu mène le classement provisoire dans la catégorie Side-Car devant Bruno Marlin et Diana Rauch qui précèdent la paire Michel Cheylan et Philippe Szendroi.

La bataille des Side-Cars va être grandiose sur les petites routes corses dans un mois.

A mardi, pour un petit tour avec les représentants de la catégorie Sport, la plus discrète catégorie du CFRR. J’ai un mal fou à mettre la main sur des photos des concurrents de cette catégorie.

Papytoum