1987-1988 : épisode 9 le gros moteur Honda RFVC 100*82


papytoum

Bonjour,

Entamée au cours de l’année 1982, l’histoire des modèles Honda à moteur RFVC connait son ultime étape à l’occasion de la présentation du modèle Honda NX650 Dominator lors du salon de Tokyo en octobre 1987.

Figure 1 : Honda NX650 Dominator à moteur RFVC présentée au salon de Tokyo (Moto Revue n°2819 du 29 octobre 1987)

La route fut longue depuis l’époque où Al Baker testait le premier modèle Honda XR500R à moteur RFVC susceptible de gagner les courses de désert dans la région de basse Californie.

Figure 2 : Chuck Miller et la Honda XR500R à la Baja 1000 en 1983 (TrailBlazer Hall of Fame)

Le modèle Honda NX650 Dominator commercialisé en 1988 est l’aboutissement de la belle lignée des machines à moteur RFVC.

A côté de nouveautés propres au modèle Honda NX650 Dominator, les traces de ses prédécesseurs sont assez facilement repérables sur cet ultime modèle.

Figure 3 : moteur et cadre de Honda NX650 Dominator type RD02 modèle J de 1988 (papytoum)

Le gros moteur de 644 cm3 (100*82) du modèle Honda NX650 Dominator type RD02 conserve l’architecture typique du moteur RFVC à culasse radiale des précédents modèles. Par contre, il adopte un unique gros carburateur Keihin à boisseau à membrane.

Les deux collecteurs d’échappement (en inox) se poursuivent chacun par un court silencieux noir cerclé d’or et non par l’unique silencieux tout noir des modèles Honda XL600 antérieurs.

Comme les modèles Honda XL600LM et XL600RM qui l’ont précédé de 1985 à 1987, le moteur est équipé d’un démarreur électrique. Mais par rapport à ses prédécesseurs, le moteur de la Honda NX650 Dominator comporte un nouveau système de décompression automatique monté sur l’arbre à cames.

Le système de décompression automatique est bien décrit dans la Revue Moto Technique n°71 consacrée au modèle Honda NX650 Dominator.

Un vrai plaisir à démarrer la Dominator.

Le kick conservé sur les modèles commercialisés en 1988 et 1989 disparaitra sur le modèle 1990.

Le circuit électrique avec la grosse batterie a été adopté dès le modèle Honda XL600LM en 1985.

Le cadre du modèle Honda NX650 Dominator s’inspire de celui des modèles Honda XL600LM mais ses tubes carrés sont encore plus imposants.

Figure 4 : fourche et frein avant de Honda NX650 Dominator type RD02 modèle J de 1988 (papytoum)

Comme toute la gamme des Honda XL600 à moteur RFVC, le modèle Honda NX650 Dominator adopte une grosse fourche de 41 mm de diamètre. Seuls les premiers modèles Honda XL600RD en 1983 possédaient une fourche de 39 mm de diamètre.

En 1988, le gros disque avant de 256 mm de la Honda NX650 Dominator est particulièrement allégé (plein de trous). Le moyeu qui le supporte également. L’étrier de frein a également subi une transformation en ce sens.

De même diamètre que les freins équipant les Honda XL600LM et RM, l’ensemble du modèle Honda NX650 Dominator apparaît bien moins massif. A l’époque, il est également reconnu comme très efficace.

Sur les modèles NX650 Dominator suivants, Honda remettra un peu de matière sur les moyeux des roues et les disques de frein.

Figure 5 : bras oscillant et disque arrière de Honda NX650 Dominator type RD02 modèle J de 1988 (papytoum)

Nouveauté du modèle Honda NX650 Dominator, le frein arrière est à disque. Un vrai plus de ce modèle par rapport à ses prédécesseurs.

Le bras oscillant du modèle Honda NX650 Dominator est semblable à celui des modèles Honda XL600LM et RM.

Par contre, les roues tubeless des Honda XL600LM et RM de 1985 à 1987 n’ont pas été conservées. Elles ne réapparaîtront plus sur les modèles trail de Honda au cours des décennies suivantes.

Figure 6 : système Pro-Link de Honda NX650 Dominator type RD02 modèle J de 1988 (papytoum)

Le système de suspension Honda Pro-Link de la Honda NX650 Dominator est également nouveau. Bras d’amortisseur et tige de raccord d’amortisseur sont totalement sous les bras oscillant contrairement aux modèles Honda XL600 qui comportaient une fixation du bras d’amortisseur sur le dessus du bras oscillant.

Un système approchant avait été utilisé sur les Honda XL600 engagées en janvier 1986 pour le Team Honda Italie au Rallye Paris Dakar.

Figure 7 : caractéristiques du modèle Honda NX650 Dominator type RD02 (manuel du conducteur Honda Motor CO. LTD. 1987)

Comme pour tous les modèles de la gamme Honda XL600, une Revue Moto Technique très complète est disponible pour le modèle Honda NX650 Dominator.

Figure 8 : Revue moto technique n°71 (Honda NX650 Dominator)

Pour les mécanos, il est également possible de se procurer le manuel d’atelier de Honda.

Figure 9 : manuel d’atelier Honda NX650 Dominator (Honda Motor CO. LTD. avril 1988)

Le modèle Honda NX650 Dominator équipé du plus gros des moteurs RFVC régulièrement commercialisé va devenir un grand succès pour la marque japonaise au cours des années 1990.

Quant à nous, nous savons trop bien comment se termine les histoires de Honda RFVC dans les rallyes routiers. Nous sommes toujours là pour vous en parler.

Figure 10 : Honda NX650 Dominator « papytoum » après sa cabriole au Rallye de Corse le 08 juin 2014 (photo Rémi et Raphael)

Bon an mal an, l’histoire du moteur Honda RFVC se poursuivra jusqu’aux années 2019-2020.

Sacrée carrière tout de même…

A bientôt pour l’épisode 10

Papytoum

2014 : 8ème Rallye de Corse : promesses tenues


papytoum

Bonjour à tous,

Comme prévu, c’est l’un des brillants pilotes corses qui remporte la 8ème édition du Rallye de Corse moto organisée par le JMP Racing au départ de Porticcio (2B).

Figure 1 : Christophe Vélardi dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Retrouvez les résultats du 8ème Rallye de Corse moto ici :

http://archive.ffmoto.org/_RESULTATS/resultats.php?specialite=rallye

Figure 2 : Luc Deiana dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

La bagarre fut de toute beauté entre Christophe Vélardi, au guidon d’un roadster Ducati 1200 Multistrada et Luc Déiana, autre pilote local, au guidon d’un mono supermotard Honda 450 CRF.

Le résultat final s’est joué lors de la dernière montée de Cognocoli.

Figure 3 : Thomas Verdoni dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Lors des 6 spéciales disputées de jour, Thomas Verdoni, Honda CBR1000RR, ou Laurent Filleton, Aprilia 1000 Tuono V4, sont parfois venus s’immiscer dans la lutte entre les 2 leaders.

Figure 4 : Laurent Filleton dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

De nuit, avec la Yamaha MT09, comme à son habitude, Julien Toniutti se rapproche de la tête de la course.

Figure 5 : Julien Toniutti dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Florent Derrien et Maxime Delorme, KTM 690 SM, ou Benoit Nimis, Yamaha 450 YZF, avec leurs monos, n’atteignent pas les podiums lors des 4 spéciales disputées la nuit.

Figure 6 : Florent Derrien dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

A l’occasion de la 3ème manche du CFRR 2014, le Championnat Constructeurs mis en place par la Commission Nationale des Rallyes Routiers de la FFM tient lui-aussi toutes ses promesses.

Figure 7 : Maxime Delorme dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Les constructeurs Ducati (premier), Aprilia (second), Yamaha (quatrième) et KTM (septième) sont bien représentés dans le classement scratch du 8ème Rallye de Corse.

Figure 8 : Benoit Nimis dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Dommage que Honda qui place 2 de ses meilleures motos actuelles, la Honda CBR1000RR et la Honda 450 CRF à la 3ème et la 5ème place du Rallye de Corse, après avoir mené l’épreuve jusqu’à l’ultime spéciale de nuit avec la seconde, ne participe pas au Championnat Constructeurs Rallyes Routiers de la FFM en 2014.

Figure 9 : Fanfan Monti CBR1000RR dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Avec nos moteurs Honda RFVC du passé, nous ne pouvions prétendre finir mieux placés dans les classements du 8ème Rallye de Corse.

Figure 10 : Antoine Caviglioli dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Mais quel plaisir ce fut de disputer les superbes spéciales du Rallye de Corse édition 2014 au guidon de nos vieilles machines.

Vous qui êtes restés sur le continent et n’avez pas eu la chance de rouler sur ces routes magnifiques, je vous propose quelques images prises en course lors de mes passages dans les spéciales d’Urbalacone ES3 (2 km 600) et Cognocoli-Monticchi ES2 (4 km 400) au guidon de la Honda NX650 Dominator de 1988. Regardez ici :

https://www.youtube.com/watch?v=jyc6xe0KLfo

https://www.youtube.com/watch?v=sCfv-6doV_4

Pour moi, le Rallye de Corse s’est terminé à l’hôpital après ma rencontre avec une clôture lors du premier passage de nuit d’Urbalacone ES9 (ES7 et ES8 de jour annulées).

Ne m’en demandez pas les raisons, je les ignore en grande partie : volonté de trop bien faire et/ou excès d’optimisme ?

Défaut de maîtrise du véhicule par le « papytoum » diront les plus perspicaces. « On a pas idée de rouler à des vitesses pareilles, et en plus de nuit, à un âge aussi avancé…. ».

La saison des Rallyes 2014 de Papytoum prend fin en « beauté » à l’occasion du 8ème Rallye de Corse.

Figure 11 : Philippe Thoumelin dans Cognocoli ES6 (photo Claude Leroy)

Je souhaite bonne continuation à tous les collègues du CFRR qui disputeront encore le Rallye de l’Ain, les 28 et 29 juin et le Rallye du Dourdou, les 18 et 19 juillet.

On se reverra certainement le Samedi 22 novembre au Salon Moto Légende à l’occasion de la remise des prix des Motos Classiques.


Figure 12 : Nick Ayrton dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Nous devrions y célébrer la domination de Nick Ayrton qui est bien parti pour remporter une fois de plus le Championnat de France des Rallyes Routiers chez les Classiques.

Papytoum

 

2014 : 8ème Rallye de Corse : ça promet…


papytoum

Bonjour à tous,

L’organisateur vient de communiquer la liste des engagés du 8ème Rallye de Corse.

Retrouvez là ici : http://motoclub-jmpracing.com/index.php?lang=fr&id=86&struct=0

Pour la nouvelle édition d’une manche du Championnat de France des Rallyes en territoire corse, c’est le monde à l’envers :

Chez les continentaux : Julien Toniutti, Yamaha 450 YZF, Florent Derrien KTM 690 SM et Benoît Nimis, Yamaha 450 YZF

Chez les corses : Thomas Verdoni, Honda CBR 1000 RR, Fanfan Monti, Honda CBR 1000 RR et Jean-Michel Grange, KTM 990 SMR.

Où est l’erreur ?

En fait, pas d’erreur chez les corses qui ont choisi les machines les mieux adaptées aux ES de l’édition 2014 du Rallye de Corse.

Figure 1 : Christophe Vélardi dans Cognocoli-Monticchi (photo Raphael Ottavi)

Pour une fois en Corse, Franck Coudert, Ducati 1200 Panigale, Laurent Filleton, Aprilia 1000 Tuono V4 ou le local Christophe Velardi, Ducati 1200 multistrada devraient pouvoir exprimer tout le potentiel de leurs bolides.

Le 8ème Rallye de Corse constitue un cruel dilemme pour le Champion de France des Rallyes Julien Toniutti : Supermotard ou Roadster ?

Figure 2 : Julien Toniutti dans Urbalacone (photo Raphael Ottavi)

On n’en saura plus vendredi 06 juin après-midi lors des contrôles administratifs et techniques à Porticcio.

Parmi les engagés, de nombreux pilotes de la catégorie des Classiques manquent à l’appel. Le coût du déplacement en Corse en a freiné pas mal.

Seuls les 4 pilotes en tête du classement du CFRR dans la catégorie des Classiques seront présents : Nick Ayrton, Suzuki 1100 GSXR, Philippe Thoumelin, Honda NX650 Dominator, Eric Mangematin, Yamaha 350 RDLC et le pilote local Antoine-François Caviglioli, Honda NX650 Dominator, hyper motivé sur ses terres.

Figure 3 : Nick Ayrton dans Cognocoli-Monticchi (photo Raphael Ottavi)

Un autre concurrent local les rejoindra au départ : Sacha Contesto, Honda 600 Transalp, la machine idéale pour les déplacements sur les routes corses.

Malgré la faiblesse des effectifs, la lutte n’en sera pas moins passionnante à suivre dans la catégorie des Classiques lors du 8ème Rallye de Corse.

Figure 4 : Jean-Pascal Cousin dans Cognocoli-Monticchi (photo Raphael Ottavi)

Rendez-vous samedi 07 juin à Porticcio, pour suivre les évolutions de tous les brillants pilotes de rallye lors des 4 passages de jour et des 2 passages de nuit prévus sur chacune des 2 ES d’Urbalacone (la petite sinueuse qui va vite) et de Cognocoli-Monticchi (la grande rapide qui tourne pas mal aussi).

Papytoum

 

2014 : Corse : une sportive devant tous les monos à Casaglione


papytoum

Bonjour à tous,

Pendant que nous rongeons notre frein en attendant la 8ème édition du Rallye de Corse organisée par le JMP Racing, c’est sur une autre épreuve que les rallymen corses se préparent.

Le 18 mai 2014, le Rive Sud Moto Club organise la seconde édition de la course de côte de Casaglione.

Une belle brochette de vainqueurs du Rallye de Corse se presse au départ :

Laurent Statuto, vainqueur du Rallye de Corse en 2008. Laurent a coupé court à la tentative de l’illustre Serge Nuques de récidiver sur les routes corses après sa victoire de 2007 lors de la première édition du rallye organisé par le JMP Racing.

Figure 1 : Laurent Statuto à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Maxime Olivieri, vainqueur de l’édition 2009 du Rallye de Corse et aussi vainqueur de la course de côte de Casaglione en 2013.

Figure 2 : Maxime Olivieri à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Paul-Christian Piazza vainqueur du Rallye de Corse en 2012 après avoir brillamment explosé le temps scratch de la spéciale de Coti-Chiavari en 4’41’’10 lors de l’étape corse du DDMT 2011.

Figure 3 : Paul-Christian Piazza à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Et aussi Luc Deiana, second derrière le Champion de France Julien Toniutti, lors de l’édition 2013 du Rallye de Corse.

Figure 4 : Luc Deiana à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Retrouvez la vidéo de Luc Deiana lors de la montée de Casaglione en 2013 ici :

https://www.youtube.com/watch?v=-v4r1xc_e4w

Mais finalement ce sont d’autres pilotes qui vont briller lors des 3 montées de la course de côte de Casaglione en 2014 :

Jean-Michel Grange, souvent présent au départ des dernières éditions du Rallye de Corse, réussit le second temps lors de la seconde montée de Casaglione. C’est aussi la place qu’il occupera au classement scratch de la journée à l’issue des 3 montées de l’édition 2014 de la course de côte.

Figure 6 : Jean-Michel Grange à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Jean-Michel Franceschi, lui aussi habitué du Rallye de Corse, parviendra à s’intercaler en prenant la 5ème place du scratch de la course de côte de Casaglione 2014, juste devant le « vétéran » Laurent Statuto.

Figure 5 : Jean-Michel Franceschi à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Mais la palme revient incontestablement à Thomas Verdoni, régulièrement au départ du Rallye de Corse ces dernières années, qui arrache la victoire de la course de côte de Casaglione 2014 au guidon de la Honda CBRR.

Figure 7 : Thomas Verdoni à Casaglione en 2014 (photo Pascal Malaterre)

Classement scratch de la course de côte de Casaglione 18 mai 2014

1er 32 Verdoni Thomas Honda 1000rr cbr Multicylindre 2’25.325 ES3 –

2° 122 Grange Jean-Michel 450 yzf Mono + de 250cc 2’25.507 ES3 +0.182

3° 6 Olivieri Maxime 450 yzf Mono + de 250cc 2’25.646 ES3 +0.321

4° 125 Piazza Paul-Christian 450 husqvarna Mono + de 250cc 2’26.468 ES2 +1.143

5° 75 Franceschi Jean-Michel 450 yzf Mono + de 250cc 2’27.620 ES3 +2.295

6° 46 Statuto Laurent 450 yzf Mono + de 250cc 2’27.736 ES1 +2.411

7° 17 Cousin Jean-Pascal Honda 450 hm Mono + de 250cc 2’28.936 ES1 +3.611

8° 4 Deiana Luc Honda 450 cc Mono + de 250cc 2’29.309 ES3 +3.984

Lors de la seconde édition de la course de côte de Casaglione, Thomas Verdoni parvient à placer sa puissante sportive devant la meute des monos.

Après cet échauffement pour les pilotes corses, les débats promettent d’être très chauds lors du prochain Rallye de Corse les 07 et 08 juin à Porticcio.

Papytoum