Circuits de régularité moto dans les années 1970


papytoum

Bonjour,

Lorsqu’il prend le départ du premier Tour de France Moto, organisé du 12 au 19 mai 1973 par la Fédération Française de Motocyclisme, le journal l’équipe, Total et RTL, le jeune pilote de l’Union Motocycliste de l’Ain, Jean-Jacques « Jacky » Guillemoz, au guidon de sa Gauthier, n’est déjà plus un inconnu parmi les spécialistes des circuits de régularité.

Figure 1 : Annonce du Tour de France moto 1973 (France Moto n°63 du 20 mars 1973)

Jacky vient en effet de remporter le titre de champion de France de régularité 1972 avec une moto Gauthier de la classe 125 cm3.

Figure 2 : Jacky Guillemoz au départ du Tour de France 1973 (France Moto n°66 du 30 juin 1973)

En 1972, après avoir remporté le 37ème circuit de régularité international de l’Ain à Bourg en Bresse (01) le 19 mars, Jacky obtient à nouveau, le 09 avril, la victoire chez les civils au circuit de régularité du Beaujolais à Villefranche sur Saône (69). Cette épreuve était organisée par le CM Beaujolais comme les rallyes routiers de l’époque actuelle. Jacky remporte également le Rallye Bré organisé le 23 avril à Lyon (69) par le MC de Lyon.

.

Figure 3 : Jacky Guillemoz au Rallye de l’Ain 1972 (France Moto n°64 du 30 avril 1973)

Après la médaille d’or de 1972, Jacky sera encore médaille d’argent dans le championnat de régularité chez les civils en 1973.

Dans un article de France Moto n°65 du 30 mai 1973 dont il est un des journalistes, Patrick Tran-Duc fait une présentation de la jeune marque de moto Gauthier.

Figure 4 : Moto Gauthier 125 cm3 pour les épreuves de régularité en 1973 (France Moto n°65 du 30 mai 1973)

Fourche Cériani, amortisseurs Ceriani, freins Grimeca 4 cames, moteur 125 cm3 Sachs suspendu dans un cadre poutre maison sont les principales caractéristiques des motos conçues par Jean-Claude Gauthier. Selon Patrick Tran-Duc, les petites motos Gauthier sont devenues la terreur des épreuves de régularité. Mise entre les mains de Jean-Jacques « Jacky » Guillemoz, la Gauthier rafle tous les titres dans la catégorie.

Figure 5 : Jean-Claude Gauthier c’est lui (France Moto n°65 du 30 mai 1973)

A noter, que le président du CM Beaujolais dont Jacky remporte le 11ème circuit de régularité en avril 1972, n’est autre que Jean-Claude Gauthier.

En 1973, établir le classement du championnat de France des épreuves d’endurance et de régularité est un véritable casse-tête.

Toutes les épreuves s’étant disputées à la date prévue au calendrier de la FFM seront retenues. Les concurrents se verront attribué des points selon leur place au classement général civil et au classement général militaire. Des points supplémentaires, prenant en compte le nombre de concurrents au départ de l’épreuve dans la classe, seront donnés selon la place dans la classe de cylindrée. Les points seront multipliés par un coefficient selon la catégorie du circuit de régularité : coefficient 1 pour les circuits de 300 à 400 km avec 5 contrôles horaires minimum, coefficient 1,5 pour les circuits de 400 à 600 km avec 7 contrôles horaires minimum et coefficient 2 pour les circuits de plus de 600 km avec plus de 7 contrôles. Si dans un circuit de régularité se dispute au moins une épreuve du type course de côte (minimum 500 m), circuit de vitesse ou parcours de vitesse (minimum 1000 m), le coefficient attribué au circuit augmentera de 0,5.

En fin de saison, si le nombre des épreuves disputées dont les résultats auront été homologués est supérieur à 3, seules les 3 épreuves ayant rapporté le plus de points à un conducteur seront retenues pour le classement individuel du championnat de régularité 1973.

Des trophées par équipe militaire ou de club, seront mis en compétition à l’occasion de ce championnat individuel.

Voilà, c’est tout….

A vos calculettes….

En 1977, dans le cadre du Championnat de France individuel des épreuves de régularité, la commission des circuits confirme que le classement des circuits de régularité s’établira sur le seul parcours routier, bases chronométrées incluses. Les épreuves annexes (circuits et côtes) ne serviront qu’à départager les ex-aequo à la régularité absolue.

Désormais, le barème des pénalisations se calculera au 1/5 de seconde, à raison de 5 points par seconde d’écart au temps idéal dans les CH et dans les bases, et sur le temps du meilleur dans les épreuves annexes.

Et on ressort la calculette….

En 1978, un circuit de régularité doit comporter au moins 300 km et une base chronométrée, compter au moins une épreuve annexe (côte de 1000 m minimum, ou circuit de vitesse de 15 km minimum).

Le classement se fait par addition de points obtenus dans la totalité des épreuves organisées selon le règlement. Le conducteur doit avoir participé à au moins la moitié plus une de ces épreuves.

En 1980, toute avance ou tout retard à un contrôle horaire sera sanctionné de 60 points de pénalisation par minute ou fraction de minute d’avance ou de retard.

En 1981, aura lieu la 9ème et dernière édition du Tour de France Moto organisé par la FFM en partenariat avec le journal l’Equipe, Total et France Inter.

Cette même année, c’est un nouveau jeune pilote rhônalpin qui remporte la victoire dans le Championnat de France de régularité : Jean-Yves Rivollet du Moto Club du Vercors à Varces (38).

Figure 6 : classement du Championnat de France de régularité 1981 (France Moto n°153 du 15 janvier 1982)

Le Tour de France moto aura marqué la décennie 70 au sein des épreuves dites de régularité.

Aura-t-il attiré en masse de nouveaux pilotes vers la discipline ?

Malgré les espérances mises en lui en 1973, il est permis d’en douter.

Figure 7 : Tour de France 1981 (France Moto n°146 du 15 mai 1981)

Après un parcours très nordique pour le dernier Tour de France Moto de 1981, Dunkerque (59), Epinal (88), Nevers (58), la nouvelle épreuve de régularité proposée par la FFM fait route Plein Sud en 1982.

Figure 8 : présentation du Rallye Plein Sud 1982 (France Moto n°158 du 15 juin 1982)

En 1982, Jean-Yves Rivollet sera au départ de cette nouvelle épreuve de régularité comportant 720 km de petites routes dans le sud de la France en 3 étapes entre Albi (81), Palavas (34) et Lacaune (81).

Figure 9 : Jean-Yves Rivollet au cours du Plein Sud 1982 (France Moto n°164 du 15 décembre 1982)

Récemment, Jean-Yves envisageait de prendre le départ du Rallye de l’Ain 2018 au guidon d’une Gauthier.

Ce n’est que partie remise, Jean-Yves envisage d’ailleurs de participer au prochain Rallye de Charente organisé au départ de Rouillac par Thierry Dupuis et l’équipe du CORCC : https://www.rallyeroutiermotocharente.fr/le-c-o-r-r-c/

Prochainement, nous nous intéresserons aux anciennes éditions des circuits de régularité qui se sont déroulées en Poitou-Charentes au cours des années 70 et 80.

A bientôt

Papytoum

PS : les extraits de France Moto que nous utilisons proviennent en majorité de la collection de Jean-Pol : http://www.legrenierdejeanpol.com/

2008 : Jean-Pierre Pélissou mène la meute des Honda XL600 à moteur RFVC


papytoum

Bonjour à tous,

En 2008, c’est une véritable armada de Honda XL600 qui prend d’assaut le Championnat de France des Rallyes Routiers en catégorie Classiques.

Figure 1 : Honda XL600R de Robert Degaudez engagée dans le Championnat de France des Rallyes Routiers en Classiques en 2008

Robert Degaudez, Champion de France des Rallyes en 1985, engage une Honda XL600R flambant neuve pour disputer la saison de Rallyes Routiers 2008.

Figure 2 : Robert Degaudez au Rallye de la Sarthe 2008

Au Rallye de la Sarthe 2008, les choses commencent bien pour le gang des XLR. Jean-Pierre Pélissou au guidon d’une Honda XL600LM gagne la catégorie Classiques devant Luc Martin conduisant la grosse moto allemande et la Honda XL600R de Robert Degaudez.

A noter que Robert a fait le choix d’une roue avant de 18 pouces pour le Rallye de la Sarthe.

En Corse, c’est une vraie razzia du gang des XLR. Laurent Razy, Honda XL600R, l’emporte en Classiques devant Jean-Pierre Pélissou, Honda XL600LM, et Laurent Dailloux, Honda XL600R. Aucun respect pour l’ancienne gloire du CFRR, Robert Degaudez, Honda XL600R, qui termine derrière le trio des jeunes loups du gang des XLR.

 

Figure 3 : Laurent Dailloux Honda XL600RH au Rallye de Corse en avril 2008

Le jeune Laurent Dailloux en pleine attaque au Rallye de Corse au guidon de la Honda XL600RH.

Figure 4 : Jean-Pierre Pélissou Honda XL600LM au Rallye de Corse en avril 2008

En 2008, avec la grosse Honda XL600LM, Jean-Pierre Pélissou va bien moins vite que l’année précédente lorsqu’il roulait avec la KTM 690.

Quand il finissait 19ème de la première spéciale à Tassinca en 2007 avec la 690 KTM, il n’est que 62ème dans la spéciale du Pont de Cassone en 2008 avec la Honda XL600LM à moteur RFVC. Mais le plaisir avec ces vieilles motos est ailleurs que dans la recherche d’une bonne place dans le classement scratch. Quoique !!!!

Figure 5 : Robert Degaudez au Rallye de Corse en avril 2008

Compte tenu du terrain en Corse, Robert Degaudez a choisi la roue avant de 21 pouces pour sa Honda XL600R.

Figure 6 : Philippe Thoumelin ouvreur du Rallye de l’Ain 2008

A l’invitation de Jean-Jacques Guillemoz, président de mon nouveau club, l’Union Motocycliste de l’Ain, je roulerai jour et nuit en ouverture du Rallye de l’Ain 2008 avec un scooter. Le 500 TMax que je découvrais est une machine amusante à conduire sur les petites routes du Bugey.

Au Rallye de l’Ain, nouvelle main basse des XLR sur le classement des Classiques. Laurent Dailloux, Honda XL600R, l’emporte devant Jean-Pierre Pélissou, Honda XL600LM, et Eric Sarafis 350 RDLC.

Le tableau de chasse des XLR est encore meilleur au Rallye du Dourdou. Laurent Razy, Honda XL600R, Laurent Dailloux, Honda XL600R, et Jean-Pierre Pélissou, Honda XL600LM, terminent dans cet ordre en Classiques.

En 2008, le règlement et les commissaires ne sont pas exigeants vis-à-vis de la conformité des motos de la catégorie Classiques. Des différences assez notables par rapport à l’aspect d’origine des machines sont tolérées sur les Honda XLR engagées dans la catégorie. Certaines des modifications acceptées en 2008 ne le seront plus en 2009. Notamment, la roue avant en diamètre d’origine devra être conservée.

Figure 7 : Laurent Dailloux au Rallye des Volcans en août 2008

Pour la saison 2008, Laurent Dailloux a fait le choix d’un modèle Honda XL600RH. Ce sont les derniers modèles du type PD03 sortis par Honda en France en 1987. Le moteur RFVC qui est utilisé ici a une cylindrée de 589 cm3 (cotes 100 * 75 mm).

Les modèles Honda XL600RH ont subi quelques évolutions au niveau de la carburation et du CDI par rapport aux modèles Honda XL600RD et XL600RF commercialisés en 1983 et 1985. Ils démarrent mieux. Il est plus facile de conduire en utilisant le couple du monocylindre. Le modèle RH est équipé d’une fourche de diamètre 41 mm contre 39 sur les modèles RD de 1983. Comme les autres modèles Honda XL600R type PD03, il conserve le petit disque de frein avant de 240 mm et le démarrage exclusif au kick.

La préparation pour les Rallyes Routiers de la machine de Laurent Dailloux inclut un train avant spécifique. Probablement dérivé d’une Honda XL600V, il comporte un freinage avec gros étrier et grand disque. La roue avant de 21 pouces est conservée. Le montage d’un phare xénon au centre de la plaque phare est un autre bon choix fait par Laurent Dailloux dans la préparation de sa XLR en 2008.  

Figure 8 : Jean-Pierre Pélissou au Rallye des Volcans en août 2008

Pour sa Honda XL600LM à gros réservoir de 28 litres, Jean-Pierre Pélissou n’a semble-t-il pas apporté de modification notable sauf peut-être un changement de l’amortisseur à l’arrière.

Commercialisée en 1985 avec son beau moteur RFVC rouge, la Honda XL600LM type PD04 a en effet déjà beaucoup évolué par rapport au modèle PD03. La liste des évolutions est longue : démarreur électrique et batterie plus grosse, fourche de 41 mm avec gros étrier de frein avant et disque plus épais de 256 mm. Les jantes sont toujours rayonnées mais tubeless. Le moteur a subi de nombreuses modifications également. Les Honda type PD04 utilisent la version du moteur RFVC de 591 cm3 de cylindrée (cotes 97 *80 mm). Culasse et soupapes, carburation, CDI et échappement sont spécifiques aux modèles PD04.

Figure 9 : Laurent Razy au Rallye des Volcans en août 2008

La Honda XL600R de Laurent Razy est celle qui s’éloigne le plus du modèle commercialisé. Elle se rapproche des machines que nous préparions pour le Championnat de France des Rallyes dans les années 1980. Parmi les modifications les plus visibles figurent la roue avant à jante large en 17 pouces (jante arrière tubeless rayonnée de 2,5 pouces de Honda XL600LM ou RM) et la jante large à l’arrière de même diamètre. Ces jantes permettent à Laurent Razy d’utiliser des pneus routiers sportifs contrairement aux trails de ses collègues qui roulent avec des roues en 21 pouces à l’avant. Et que dire des performances de son moteur.

Le résultat du travail sur le moteur de Laurent Razy du sorcier lyonnais Gonin moteurs est éloquent. Malgré la qualité de son pilotage, les résultats de Laurent Razy sur chacune des manches auxquelles il a participé en 2008 ne laissent planer aucun doute sur l’avantage procuré par le moteur de sa machine vis-à-vis de ses collègues engagés avec des XLR dans la catégorie Classiques.

Malgré tout, c’est bien la Honda XL600 la plus proche en apparence de la machine de série qui sera sacrée Championne de France des Rallyes Routiers en catégorie Classiques en 2008.

Auteur d’une belle saison, ayant marqué des points à toutes les manches, contrairement à Laurent Razy, vainqueur de 6 des 12 manches disputées, et à Laurent Dailloux, moins régulier, Jean-Pierre Pélissou gagne, en 2008, avec la Honda XL600LM à moteur RFVC le titre de Champion de France des Rallyes en catégorie Classiques.

Figure 10 : Dominique Wils et Philippe Thoumelin à Cerdon le 24 mai 2008

Quant à moi, le spectacle des Honda XL600 en course et l’évocation de quelques vieux souvenirs de Rallyes Routiers datant de 1987 avec Dominique Wils, ont fini de me convaincre de revenir disputer quelques manches dans le Championnat de France des Rallyes Routiers avec une de ces anciennes machines la saison prochaine.

On en parle demain.

 Papytoum