2014 : 8ème Rallye de Corse : promesses tenues


papytoum

Bonjour à tous,

Comme prévu, c’est l’un des brillants pilotes corses qui remporte la 8ème édition du Rallye de Corse moto organisée par le JMP Racing au départ de Porticcio (2B).

Figure 1 : Christophe Vélardi dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Retrouvez les résultats du 8ème Rallye de Corse moto ici :

http://archive.ffmoto.org/_RESULTATS/resultats.php?specialite=rallye

Figure 2 : Luc Deiana dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

La bagarre fut de toute beauté entre Christophe Vélardi, au guidon d’un roadster Ducati 1200 Multistrada et Luc Déiana, autre pilote local, au guidon d’un mono supermotard Honda 450 CRF.

Le résultat final s’est joué lors de la dernière montée de Cognocoli.

Figure 3 : Thomas Verdoni dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Lors des 6 spéciales disputées de jour, Thomas Verdoni, Honda CBR1000RR, ou Laurent Filleton, Aprilia 1000 Tuono V4, sont parfois venus s’immiscer dans la lutte entre les 2 leaders.

Figure 4 : Laurent Filleton dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

De nuit, avec la Yamaha MT09, comme à son habitude, Julien Toniutti se rapproche de la tête de la course.

Figure 5 : Julien Toniutti dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Florent Derrien et Maxime Delorme, KTM 690 SM, ou Benoit Nimis, Yamaha 450 YZF, avec leurs monos, n’atteignent pas les podiums lors des 4 spéciales disputées la nuit.

Figure 6 : Florent Derrien dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

A l’occasion de la 3ème manche du CFRR 2014, le Championnat Constructeurs mis en place par la Commission Nationale des Rallyes Routiers de la FFM tient lui-aussi toutes ses promesses.

Figure 7 : Maxime Delorme dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Les constructeurs Ducati (premier), Aprilia (second), Yamaha (quatrième) et KTM (septième) sont bien représentés dans le classement scratch du 8ème Rallye de Corse.

Figure 8 : Benoit Nimis dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Dommage que Honda qui place 2 de ses meilleures motos actuelles, la Honda CBR1000RR et la Honda 450 CRF à la 3ème et la 5ème place du Rallye de Corse, après avoir mené l’épreuve jusqu’à l’ultime spéciale de nuit avec la seconde, ne participe pas au Championnat Constructeurs Rallyes Routiers de la FFM en 2014.

Figure 9 : Fanfan Monti CBR1000RR dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Avec nos moteurs Honda RFVC du passé, nous ne pouvions prétendre finir mieux placés dans les classements du 8ème Rallye de Corse.

Figure 10 : Antoine Caviglioli dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Mais quel plaisir ce fut de disputer les superbes spéciales du Rallye de Corse édition 2014 au guidon de nos vieilles machines.

Vous qui êtes restés sur le continent et n’avez pas eu la chance de rouler sur ces routes magnifiques, je vous propose quelques images prises en course lors de mes passages dans les spéciales d’Urbalacone ES3 (2 km 600) et Cognocoli-Monticchi ES2 (4 km 400) au guidon de la Honda NX650 Dominator de 1988. Regardez ici :

https://www.youtube.com/watch?v=jyc6xe0KLfo

https://www.youtube.com/watch?v=sCfv-6doV_4

Pour moi, le Rallye de Corse s’est terminé à l’hôpital après ma rencontre avec une clôture lors du premier passage de nuit d’Urbalacone ES9 (ES7 et ES8 de jour annulées).

Ne m’en demandez pas les raisons, je les ignore en grande partie : volonté de trop bien faire et/ou excès d’optimisme ?

Défaut de maîtrise du véhicule par le “papytoum” diront les plus perspicaces. “On a pas idée de rouler à des vitesses pareilles, et en plus de nuit, à un âge aussi avancé….”.

La saison des Rallyes 2014 de Papytoum prend fin en « beauté » à l’occasion du 8ème Rallye de Corse.

Figure 11 : Philippe Thoumelin dans Cognocoli ES6 (photo Claude Leroy)

Je souhaite bonne continuation à tous les collègues du CFRR qui disputeront encore le Rallye de l’Ain, les 28 et 29 juin et le Rallye du Dourdou, les 18 et 19 juillet.

On se reverra certainement le Samedi 22 novembre au Salon Moto Légende à l’occasion de la remise des prix des Motos Classiques.


Figure 12 : Nick Ayrton dans Cognocoli ES4 (photo Claude Leroy)

Nous devrions y célébrer la domination de Nick Ayrton qui est bien parti pour remporter une fois de plus le Championnat de France des Rallyes Routiers chez les Classiques.

Papytoum

 

2014 : Papytoum sauve l’honneur des Honda à moteur RFVC au 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

L’effectif réduit chez les Classiques au départ du 57ème Rallye de la Sarthe (12 partants) ne devrait pas trop nuire à la qualité des débats.

Toutefois, sous le beau soleil prévu en Sarthe durant le week-end, le local de l’étape, Nick Ayrton avec son gros quatre cylindres, va pouvoir profiter de sa supériorité prévisible en terre sarthoise dans la catégorie des Classiques.

Figure 1 : Nick Ayrton prêt à l’attaque sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Sur le circuit Bugatti, Nick prend le départ dans la seconde série au milieu des monos et des sports. Il s’en séparera rapidement. Avec un temps de 8’18’’, soit 34 secondes de mieux que son temps de 2012, Nick laisse son second de la catégorie Classiques à près d’une minute après 4 tours du circuit Bugatti.

Avec la puissante GEX Classiques, Nick se classe 13ème du scratch sur le circuit Bugatti. Il maîtrise vraiment bien la vieille GEX et le circuit Bugatti, le bougre !!!

Eric Fortin termine en 9’17’’. Son gros flat twin, bichonné par Nico son préparateur, marche de mieux en mieux.

Figure 2 : la grosse attaque d’Éric Fortin sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

La lutte va être chaude lors du prochain Dark Dog Moto Tour entre les 2 compères….

Derrière les 2 lièvres de la catégorie Classiques, les temps se resserrent. En 9’49’’ pour les 4 tours, Christian Lacoste fait briller son vieux flat twin. Ricou en 9’51’’ devance l’autre RDLC de Michel Fontana 9’59. David Carlo avec sa Honda XL600R s’intercale entre les 2 en 9’57.

Figure 3 : Christian Lacoste pousse le vieux flat twin sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Les deux Honda NX650 Dominator à moteur RFVC d’Antoine Caviglioli et Philippe Thoumelin se sont bien arsouillées sur le circuit Bugatti. Mais elles sont vraiment à la peine les 2 “grosses” Honda à moteur RFVC et leurs pilotes aussi. Leurs temps dépassent les 10 minutes (10’03’’ et 10’04’’ respectivement).

Figure 4 : l’arsouille des 2 Honda Dominator d’Antoine et Philippe sur le circuit Bugatti au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

La punition continue lors des 2 spéciales de jour, moins sévère cependant. Nick nous colle 7 secondes et plus dans Maigné et 6 secondes et plus dans Coulans.

La messe est dite sur ce rallye. Les autres vont devoir se battre pour les accessits.

Nick, Eric, Christian, Antoine, Philippe et Ricou figurent dans cet ordre au classement de l’étape de jour du 57ème Rallye de la Sarthe.

Figure 5 : Ricou à l’attaque sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Aux abandons sur chute de David et Michel lors de l’étape de jour, il faudra ajouter celui de Stéphane avec la petite Honda 400 CBT. Après avoir roulé sur le fameux circuit Bugatti, le twin Honda n’aurait-il pas apprécié les petites routes sarthoises ?

 

Figure 6 : Stéphane Scellier et le petit twin Honda sur le circuit Bugatti lors du 57ème Rallye de la Sarthe (photo Julie Landais)

Retrouvez l’interview de Stéphane Scellier par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=Peo7U56NMJ8

La nuit claire et sèche ne changera pas grand-chose à la situation. Les ennuis électriques de Christian et Antoine laisseront le champ libre à Papytoum qui ne réussira pas à s’approcher de Nick lors des 4 passages de nuit dans les 2 spéciales de Coulans sur Gée et Maigné. Philippe termine second de l’étape de nuit loin derrière Nick. Il devance Eric, Christian, Ricou et Antoine.

Figure 7 : Papytoum dans Maigné au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Raphael Ottavi)

Au classement général du Rallye de la Sarthe, la logique est respectée : les 2 vainqueurs du Dark Dog Moto Tour, Nick Ayrton et Eric Fortin au guidon de leurs grosses motos devancent Philippe “papytoum” Thoumelin et la petite Honda NX650 Dominator à moteur RFVC.

Figure 8 : Podium des Classiques au 57ème Rallye de la Sarthe (photo Marc Troussard)

Retrouvez l’interview d’Eric Fortin par Raphael Ottavi ici :

https://www.youtube.com/watch?v=NIJiLK8jCfs

Pour bien figurer au classement final du Championnat de France des Rallyes, il va falloir nous réveiller avec nos monos lors des 3 prochaines manches : la Corse, les 07 et 08 juin, l’Ain, les 28 et 29 juin et lors de la finale au Dourdou à Villecomtal (12), les 18 et 19 juillet.

Les routes devraient être plus favorables à nos machines et il n’y aura pas de circuit. Mais cela sera-t-il suffisant pour que les monos Honda à moteur RFVC d’Antoine et Philippe restent dans la course ?

A partir de jeudi, avant la manche Corse, je vous emmènerai sur les traces de Raphael Ottavi pour un petit périple en images chez les modernes lors du 57ème Rallye de la Sarthe.

A jeudi.

Papytoum

2014 : mes reconnaissances du 57ème Rallye de la Sarthe


papytoum

Bonjour à tous,

En partant de Grenoble avec la Honda NX650 Dominator à moteur RFVC, le week-end précédant la 57ème édition du Rallye de la Sarthe, la onzième pour moi, j’ai 2 objectifs.

  

 Figure 1 : Affiche du 57ème Rallye de la Sarthe

Le premier de mes objectifs, c’est de reconnaitre très sérieusement le routier. En effet, depuis mon retour en rallye au guidon des Honda à moteur RFVC en 2009, je me suis mis en tête de faire les routiers des rallyes sans utiliser de dérouleur de road book comme à l’époque des parcours fléchés que j’ai connus auparavant.

C’est un moyen que j’ai trouvé pour entretenir ma bonne mémoire visuelle. Pour l’instant, cela ne m’a pas trop mal réussi. Je pense également que cela contribue à ma sécurité lors des roulages, parfois rapides, sur les liaisons routières des rallyes.

  

 Figure 2 : Routier de jour du Rallye de la Sarthe 2014 (241 km)

Pour répondre à mon premier objectif, il me faudra parcourir plusieurs fois l’ensemble du routier (360 km), de jour et aussi de nuit. Je devrais répéter les passages en voiture, le road book à proximité, dans les sections où je commets des erreurs. Sur la boucle de nuit (122 km), je devrais également passer en moto de nuit pour valider ma bonne connaissance du parcours routier du Rallye de la Sarthe.

 

 Figure 3 : Routier de nuit du Rallye de la Sarthe 2014 (122 km à faire 2 fois)

Avec cette méthode d’apprentissage du routier, je suis aux antipodes des concurrents qui prônent la remise du road book au départ d’un rallye. Finalement à chacun son plaisir. Le mien, c’est de rouler en terrain reconnu.

Le second de mes objectifs lors des reconnaissances du Rallye de la Sarthe 2014, c’est de faire des reconnaissances bien plus correctes des spéciales que ce que j’ai fait au Rallye des Garrigues qui ouvrait la saison du Championnat de France des Rallyes. Dans la nouvelle spéciale organisée à Murviel les Montpellier, je peux dire que je ne savais pas vraiment où je mettais mes roues. Ce n’est pas la meilleure façon de rester au contact de mes concurrents chez les Classiques.

 

 Figure 4 : Spéciale de Coulans sur Gée au Rallye de la Sarthe 2014

En préparation du 57ème Rallye de la Sarthe, pour améliorer mes reconnaissances des spéciales, je ferai des passages en voiture mais aussi à pied. En plus d’être plutôt économique, cela permet de bien s’imprégner du tracé de l’épreuve chronométrée et de mieux visualiser l’état du sol.

Contrairement aux années précédentes, le circuit Bugatti restera inacessible aux reconnaissances faute de roulage organisé au cours de la semaine précédant le 57ème Rallye de la Sarthe.

Pour la 57ème édition, Daniel Orriols a tracé un circuit de jour dans le sens des aiguilles d’une montre au départ de la Suze sur Sarthe avec ville étape à Fresnay sur Sarthe au nord. Il reprend ainsi son idée de 2011 où le rallye faisait étape à Ballon. Mais en 2011, la reconnaissance à moto des spéciales de Courcebeuf et de Domfront en Champagne étaient autorisées. En 2014, seuls des passages en voiture (ou à pied) sont possibles théoriquement dans les spéciales de Coulans sur Gée et de Maigné.

En début de semaine, les impressions sont mitigées. L’apprentissage du routier devrait nécessiter beaucoup de kilomètres en voiture.

Pour les spéciales, je suis dégouté dans un premier temps. Il n’y aura pas moyen de reprendre la moindre seconde à Nick Ayrton dans des spéciales aussi rapides. Nos monos Honda à moteur RFVC ne vont pas être à la fête sur le 57ème Rallye de la Sarthe. La météo qui s’annonce bonne n’arrange rien.

Après un passage à pied, les premières impressions seront relativisées. Nous devrions bien nous y amuser dans ces 2 spéciales.

A propos de l’interdiction des reconnaissances des spéciales à moto, au cours de la semaine, jusqu’à tard jeudi soir, je ne croiserai que 2 motos au voisinage des spéciales.

La première, dans la journée de lundi s’apprête à prendre le départ de la spéciale de Maigné. Alors que je suis installé dans ma voiture au poste zéro de la spéciale, le jeune conducteur de la speed triple blanche immatriculée en Sarthe vient me demander si je sais où est le départ de la spéciale et me dire qu’il ne fait pas le rallye.

La seconde, tard dans la nuit de lundi, est rencontrée au poste A de la spéciale de Coulans sur Gée que je redescends en voiture. La moto est conduite par un anglo sarthois résidant à Fresnay sur Sarthe bien connu dans le milieu des rallyes. Il m’explique quelques éléments de préparation récents de son puissant quatre cylindres et me demande de faire une montée en voiture à mes côtés dans la spéciale qu’il connaît très bien. Sacré Nick !!!

Les traces de freinage de moto de plus en plus nombreuses tout au long de la semaine au poste 10 de la spéciale de Maigné n’ont laissé aucun doute à tous les autres concurrents sur le non-respect de l’interdiction des reconnaissances à moto par certains.

Heureuse égalité sportive lors du 57ème Rallye de la Sarthe….

 

 Figure 5 : Spéciale de Maigné au Rallye de la Sarthe 2014

La boucle de nuit concoctée par Daniel Orriols emprunte dans le sens inverse des aiguilles d’une montre une partie des routes empruntées de jour dans l’autre sens.

Jeudi soir, après un ultime tour du routier de nuit à moto, je pense que les choses devraient bien se passer pour moi au plan de l’orientation lors des liaisons routières du 57ème Rallye de la Sarthe.

De plus, j’ai proposé d’ouvrir la route de nuit à Christian Lacoste qui me précède dans la liste des engagés avec son vieux flat twin. Son embrayage donne des signes d’affaiblissement inquiétant et Christian craint que son éclairage ne rende l’âme assez vite au cours de la nuit. L’avoir derrière moi sur le routier sera mon assurance anti jardinage.

Plus que demain vendredi pour préparer la machine, passer les contrôles administratifs et techniques et prendre un peu de repos au bord de la Sarthe.

  Figure 6 : La Sarthe à la Suze sur Sarthe

Chez les Classiques, va falloir se résigner à voir Nick caracoler en tête du 57ème Rallye de la Sarthe.

A mardi pour le récit des évènements sarthois chez les Classiques.

Papytoum