1990 : Yves Gras et le moteur Honda RFVC double Champions de France des Rallyes


papytoum

Bonjour à tous,

Yves Gras a commencé à faire parler de lui bien avant de devenir le premier double vainqueur du Championnat de France des Rallyes au guidon d’un Honda XR équipé du moteur RFVC 600 cm3.

Yves Gras est licencié au CET Cannes. Ce club est aussi celui de Thierry Magnaldi, une autre célébrité de la moto en tout terrain à la même période.

L’enduriste Yves Gras fera ses premiers pas dans les rallyes routiers à l’occasion du 1er Rallye du Soleil organisé à Nice (06) par Jean-Pierre Geneletti et le CMPN en septembre 1981. Yves finira cette première épreuve à la 12ème place au guidon de la Honda XL500S.

Dans les archives, j’ai retrouvé la trace d’Yves Gras sur de nombreux podiums du Rallye Lou Mounta Cala à Nice.

En 1983, Yves Gras, au guidon d’une autre moto Honda, remporte la catégorie 125 au Rallye de Nice qui compte pour le Trophée de France des Rallyes. Avec cette petite moto, Yves figure également à la seconde place du scratch du rallye.

Figure 1 : Yves Gras au guidon de la Honda 125 MTX atteint la seconde place du scratch au Rallye de Nice 1983

Ce sera la seule épreuve comptant pour ce trophée où Yves marquera des points. Je pense que ce fut sa seule participation au Trophée de France des Rallyes 1983.

Figure 2 : Classements du Rallye Lou Mounta Cala en juin 1983 (lettre FFM du 14 juin 1983)

Au terme d’une nuit difficile lors du Rallye Lou Mounta Cala 1984, manche finale du Championnat de France des Rallyes, Yves Gras atteint la 7ème place du classement scratch de l’épreuve niçoise. L’enduriste du CET a mis à profit la qualité de son pilotage et la légèreté de sa Honda 200 MTX pour dominer la catégorie 250 cm3.

Figure 3 : Yves Gras en action lors du Mounta Cala 1984 (photo studio Laugier Nice)

Au classement général du rallye, Yves devance notamment Thierry Hardy, un autre régional et futur Champion de France des Rallyes comme lui, qui roule alors avec la Ducati 500 Pantah.

Figure 4 : Scratch du Rallye Lou Mounta Cala à Nice en septembre 1984 (lettre FFM du 02 octobre 1984)

En 1987, lors d’une nouvelle édition du Rallye Lou Mounta Cala, Yves Gras, toujours fidèle à Honda, parvient à hisser la Honda XL600R à moteur RFVC à la troisième marche du podium de l’épreuve niçoise.

Figure 5 : l’enduriste Yves Gras au guidon d’une Honda XL600R RFVC lors du rallye de Nice 1987

Toujours au guidon de la Honda XL600R à moteur RFVC, nous retrouvons Yves Gras en haut des classements du Rallye de Nice en 1988. Yves n’est battu que par Pierre-Jean Padovani qui a déjà remporté brillamment le premier Rallye moto de La Cinarca en février 1988. La manche corse faisait l’ouverture du Championnat de France des Rallyes 1988.

Figure 6 : Classement scratch du Rallye de Nice en septembre 1988 (lettre FFM du 12 septembre 1988)

En 1988, après la Honda XL600R, Yves Gras va faire briller le gromono Honda NX650 Dominator à moteur RFVC sur les routes du Sud-Est de la France lors du Rallye Monté Carlo moto du 14 au 22 octobre 1988. De nombreux pilotes français (Patrick Curtat, Marc Granié et Pierre-Jean Padovani notamment) et étrangers s’engagent dans cette épreuve de longue durée.

Figure 7 : Yves Gras au départ de la dernière étape du Monté Carlo moto 1988 au guidon de la Honda NX650 Dominator

A l’époque, dans les rallyes routiers, le maître sur les petites routes comme sur les circuits s’appelle Patrick Orioli au guidon de sa sportive Kawasaki. Malgré toute sa classe au guidon de la Honda Dominator, ou à cause de sa fougue devrait-on dire, Yves Gras ne parvient pas à dominer le maitre d’alors. Comme le rapporte René Imbert dans France Moto 230 de décembre 1988, après avoir perdu toute chance de bien figurer au classement suite à une chute dans un canal (18 minutes de perdues), « Yves Gras scratche les six dernières spéciales et gagne l’étape Grasse-Monaco ». Patrick Orioli remporte le Rallye Monté Carlo moto 1988 devant Patrick Curtat.

Avant de dominer les Championnats de France des Rallyes 1990 et 1991 avec la Honda XR600 à moteur RFVC, pour sa première saison complète de Championnat de France des Rallyes en 1989, Yves Gras reste fidèle au moteur RFVC en participant au guidon d’une Honda NX650 Dominator équipée du moteur Honda RFVC.

Figure 8 : Yves Gras lors de l’ouverture du Championnat 1989 au second Rallye de la Cinarca en Corse

En 1989, avec la Honda NX650 Dominator, face à des motos souvent plus performantes ou plus légères que la Honda Dominator, Yves Gras fera quelques beaux résultats : 12ème à la Cinarca, 3ème à la Sarthe, juste derrière un certain Philippe Thoumelin, enfin remis de ses émotions de la saison 1987, 4ème au Beaujolais, 6ème au Rallye de l’Ain.

Figure 9 : Yves Gras pris en flagrant délit d’excès de générosité au Rallye du Beaujolais 1989

Lors de la première saison de la Honda NX 650 Dominator à moteur RFVC dans les Rallyes Routiers, l’enduriste Yves Gras très volontaire fait une jolie figure sous l’œil du photographe lors du Rallye du Beaujolais 1989.

Lors de la saison 1989, le titre échappera à une moto équipée du moteur Honda RFVC. Le pilote drômois, Philippe Many, au guidon d’une étonnante Yamaha 250 TDR, remportera avec panache le titre de Champion de France des Rallyes 1989. Il privera ainsi le policier Philippe Letiec au guidon de la Honda XR à moteur RFVC 600 cm3 du plaisir de devenir le premier double Champion de France des Rallyes.

Revenant bien mieux armé pour la saison 1990, Yves Gras ne tardera pas à prendre la tête du Championnat de France des Rallyes avec sa nouvelle moto, une 600 Stey, autrement dit un Honda XR à moteur RFVC 600 cm3 homologué par Stey.

La saison 1990 d’Yves Gras est un bel exemple de ce qu’il faut faire pour gagner le titre de Champion de France des Rallyes.

Figure 10 : Yves Gras, Honda XR600 à moteur RFVC au Rallye de la Sarthe 1990 (France Moto juin 1990)

Second à la Sarthe puis à l’Ain en avril 1990, derrière Philippe Many, Champion de France des Rallyes 1989, qui roule avec la petite bombe de 250 cm3, la Kawasaki KR1, Yves Gras est premier au Beaujolais, second derrière le side car de Jean-Michel Meuret à la Loire, premier au Vercors mais seulement 3ème au Rallye Francilien organisé par le CMPN derrière les policiers Bruno Viaud et Philippe Letiec.

A noter que Yves va tester un kit 630 cm3 dans le moteur RFVC de sa Honda XR à l’occasion du Rallye de la Loire 1990. L’expérience n’aura pas de suite lors des autres participations de Yves au championnat de France des rallyes routiers.

Figure 11 : Yves Gras, Honda XR600R RFVC, Champion de France des Rallyes 1990 (France Moto octobre 1990)

Yves Gras gagne la finale au Rallye des Châtaignes en octobre 1990, en Ardèche, et empoche son premier titre de Champion de France des Rallyes.

Figure 12 : Yves Gras, Bruno Viaud et Philippe Many après le Rallye de l’Ardèche 1990 (Moto Verte n°221 janvier 1991)

En 1991, Yves Gras reprend la route avec une machine identique, au moins en apparence, une Honda XR600 à moteur RFVC.

Son début de saison est époustouflant : vainqueur à la Sarthe (où on assiste au passage de témoin entre Mr Raymond Lala et notre collègue pilote Christian Brébion à la tête de l’organisation de la magnifique épreuve sarthoise), vainqueur dans l’Ain, au Beaujolais, au Vercors et au Rallye des Baous à Nice.

Figure 13 : Yves Gras vainqueur du Rallye de l’Ain 1991

Mais la belle pendule se dérègle au Rallye des Châtaignes où Yves se blesse.

Figure 14 : Yves Gras au départ de spéciale du Rallye des Châtaignes 1991 (article signé Daniel Martin et Philippe Horville)

Yves Gras ne pourra pas défendre ses chances au Rallye Francilien 1991 dernière manche de la saison. Mais la solidarité sudiste jouera à plein et la victoire de Fred Gencel, Yamaha 250 TDR, devant le policier Bruno Viaud, Kawasaki 650 Tengai, sauvera in extremis le second titre de Champion de France des Rallyes d’Yves Gras.

Petite consolation pour moi en cette fin de saison 1991, je terminerai à la seconde place du Championnat du Sud Est des Rallyes derrière le grand Champion des Rallyes Routiers Yves Gras.

Mais la saga des moteurs Honda RFVC dans le Championnat de France des Rallyes n’est pas encore finie.

A demain

Papytoum

1984 : au paradis des Rallyes Routiers moto


papytoum

Bonjour à tous,

le menu du Championnat de France des Rallyes Routiers 1984 est très alléchant.

En Rhône-Alpes, nous sommes particulièrement gâtés car plusieurs épreuves inscrites au calendrier national se déroulent dans notre région ; Beaujolais et Vercors ou pas très loin ; Languedoc, Lou Mounta Cala à Nice et Pays d’Aix en Provence.

Figure 1 : Calendrier du Championnat de France des Rallyes 1984 (Lettre FFM du 22 novembre 1983)

D’autres très belles épreuves, le Rallye de l’Ain en mars et le Rallye de l’Ardèche en juin, sont également organisées dans le Sud-Est sans être inscrites au calendrier du Championnat de France des Rallyes 1984.

Après une ravissante entrée en matière au Rallye de l’Ain à la mi-mars, je vais continuer à apprendre le mode d’emploi des Rallyes Routiers en participant au 23ème Rallye du Beaujolais organisé par le Club Motocycliste du Beaujolais les 12 et 13 mai 1984.

Figure 2 : Au départ de l’étape de nuit du Rallye du Beaujolais en mai 1984

Là, on ne rigole plus. J’ai posé le sac à dos. J’ai monté une paire de phares sur la XLR. Mais je n’ai toujours pas quitté les lunettes de cross avec mon casque intégral GPA.

Derrière moi, au départ de nuit du Rallye du Beaujolais, on aperçoit Didier Janaudy sur sa Yamaha 600 Ténéré (la bleue avec le très gros bidon). Ce brillant pilote de l’Union Motocycliste de l’Ain vient de remporter la catégorie plus de 500 au Rallye de l’Ain et fera à nouveau un très bon résultat au Rallye du Beaujolais.

Au Rallye du Beaujolais, les choses sont sérieuses en effet. Il s’agit de la 3ème épreuve du Championnat de France des Rallyes 1984. Le gratin de la discipline est présent notamment les « flics » du CMPN.

Lors des reconnaissances du routier le week-end précédant le rallye, j’ai eu l’occasion de voir rouler Patrick Orioli dans la spéciale du Nesme. Une toute petite route avec des graviers où j’ai bien du mal à rouler un peu vite avec ma XLR.

Figure 3 : Classement scratch du Rallye du Beaujolais 1984 (Lettre FFM du 15 mai 1984)

Sur ces petites routes, avec sa grosse Kawasaki 750 ZX, Patrick Orioli est dans un autre monde. D’ailleurs, malgré une opposition de grande valeur où figure Jean-Yves Rivollet avec sa Honda 480 CR, qui finit second, Patrick Orioli survole cette édition du Rallye du Beaujolais 1984.

Figure 4 : Honda 480 CR préparée par Maufras motos pour Jean-Yves Rivollet en championnat de France des rallyes routiers

Quant à moi, j’aurais encore pas mal appris à l’occasion de ce second Rallye Routier notamment en évitant de tirer tout droit dans les virages des spéciales chronométrées. A force de rouler sur les petites routes, le métier commence à rentrer.

Figure 5 : Thoumelin, Hardy, Rivollet et Garnier en recos du rallye du Vercors en juin 1984

Au second Rallye du Vercors moto, les 02 et 03 juin 1984, le tracé concocté par Jean-Yves Rivollet au départ de Varces (38) nous amène dans la Drôme par le col de Menée. Le retour à Varces se fait par le col du Rousset et une longue traversée du Vercors.

Figure 6 : La petite famille venue m’encourager à Gresse en Vercors en juin 1984

Avant le départ de la spéciale de Gresse en Vercors, toute la petite famille, Floris, Brice, Maud et Emeline sont venus me soutenir. Ça me fait très plaisir.

Sur cette épreuve comptant pour le Championnat de France des Rallyes, très belle performance pour Christophe Vidal du Moto Club du Vercors qui emporte la catégorie 125 cm3 au guidon de sa 125 DTLC.

Pour le Rallye de l’Ardèche, les 23 et 24 juin 1984, Daniel Martin a tracé un long circuit autour de Largentière (07). Les petites routes de l’Ardèche sont un ravissement pour les pilotes de Rallyes Routiers moto. Il est possible d’y rouler des dizaines de kilomètres sans trouver un bout de route droite.

Reconnaître ce tracé le week-end précédent puis venir y rouler pour le rallye est un exercice extrêmement favorable à l’apprentissage dans la discipline des Rallyes Routiers.

Le Rallye du Pays d’Aix en Provence est organisé par l’équipe du Président Georges Bagousse du Moto Club d’Aix en Provence, les 08 et 09 septembre 1984. Le tracé du routier que je suis venu reconnaître le week-end précédent n’est pas trop sélectif sauf dans un secteur au voisinage de la Sainte Baume.

Figure 7 : Résultats du Rallye du Pays d’Aix en Provence en septembre 1984 (le monde de la moto)

Au Rallye du Pays d’Aix en Provence, Christophe Vidal remporte à nouveau la catégorie en 125 cc. Dommage que Christophe n’ait pas participé aux épreuves de début de saison du Championnat de France des Rallyes. Mais ce n’est que partie remise, il se rattrapera la saison suivante.

Pour ma part, je termine 15ème au scratch avec ma licence à la journée ce qui me satisfait pleinement sur cette manche du Championnat de France des Rallyes.

Au départ de la promenade des Anglais à Nice, le Rallye Lou Mounta Cala est organisé par le Moto Club de Nice les 29 et 30 septembre 1984. Il constitue pour moi une superbe clôture de la saison. Le parcours dans l’arrière-pays niçois est de toute beauté et les épreuves chronométrées sont splendides. Elles empruntent les routes célèbres vers le Turini, Lantosque, Lucéram, la Cabanette, col de l’Orme, col de l’Ablé, col de Braus….

Figure 8 : Plaque de course du Rallye Lou Mounta Cala en septembre 1984

A la suite de cette première année en licence à la journée dans les superbes épreuves du Sud-Est, l’envie est bien là de poursuivre l’aventure des Rallyes Routiers et de prendre une « vraie » licence auprès du Moto Club du Vercors afin de figurer dans les classements officiels.

A Jeudi

Papytoum