Chap 2 : La faute au Chat

« Et si tu venais me rechercher à moto ! ». Tout commença par cette boutade de ma fifille Chat. Mais le risque avec ce genre de plaisanterie, lâchée sans précaution au nez d’untel au cours d’une soirée festive et parfaitement désinhibée (oh le bel euphémisme !) telle celle de ce mercredi 16 janvier 2013, tandis que nous fêtions à la fois mon 49 ème anniversaire signant mon entrée officielle dans la cinquantaine et le départ de Chat pour Helsinki dès le lendemain matin à l’aube, c’est que la boutade monte au nez en question (papa, tu vas pas commencer avec tes blagues à 2 balles ! OK les z’enfants, j’mets deux pièces dans le nourrain et je me reprends). Et réalisant l’effet que ses paroles eurent sur ma physionomie désormais stupéfaite, Chat saisit l’étendue des dégâts qu’elle venait de commettre et se maudit  aussitôt de ces mots dits (là, je vous fais la totale dans le genre lourdingue de l’allitération et de l’assonance, mais ça me fait marrer, c’est l’un des avantages du blog sur le roman, on peut vraiment s’y lâcher, aussi vous le conseillé-je fortement : Bloguer, bloguer ! A défaut d’être lu, ça défoule grave). En effet, à peine cette gaffe involontairement commise par Fifille, surgirent des tréfonds de ma mémoire le souvenir de mes escapades à bicyclette à l’insu de mes parents, m’éloignant parfois jusqu’à dix kilomètres du domicile familial, et ce bien avant mes 10 ans ; de mes échappées belles en “mob” de Toulouse à Superbagnères, au dessus de luchon, à 14,15 ans, de mon quasi tour de France en 125 XR Honda, il y a trente ans et déjà en duo s’il vous plaît, avec SylvieChérieDeMonCOeurQueJaimeTant ; de notre tour de l’Adriatique (France, Italie, Grèce, Yougoslavie, France) en 400 XS yam en 1985, bien avant que la guerre n’éclate et ajoute son lot de nouvelles frontières à la mosaïque européenne ; de notre tour d’Ecosse en 1990 en R80 béhéme de 50cv, avec la révélation quasi mystique que fut pour moi la visite de Glenfiddich, de Glenlivet, de Glen de Glen… (amis blogueurs, pour me comprendre, je vous renvoie au dernier Ken Loach : l’excellent “la part des Anges”) ; sans compter ce presque million de kilomètres parcourus de droite à gauche et de haut en bas durant mes 33 ans de vécu motocycliste. 33 ! L’âge christique, l’âge mystique ! Putaing, mais c’est bien sûr, la route c’est MA voie ! Alors plus d’hésitation : Chiche mon Chat !

One thought on “Chap 2 : La faute au Chat

  1. Ben dis donc ! Quelle bonne surprise ce matin en ouvrant ma boîte ! Ca décoiffe ! Il me tarde de vous entendre de vive voix nous raconter tout cela à la maison comme prévu le week end prochain .
    Elle a tout compris Charlotte de son papa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*