Chap 21 : idéalisez-vous…

– Oh Tarmokeuf ! Dis-nous combien d’oseille t’as ramassée avec tes clichés de zèbres bien embarrassés?

– Putaing ! T’as pas idée de tout ce que j’ai gagné !

– Tant que ça ?

– Encore davantage !

– ben, ça fait combien ?

– Et bien dans le détail : Un merci en z’anglais d’un suédois tout en flocon bizarrement ému par mes images de ces béhèmes en costume rayé (http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/03/20/chap-20-ya-pas-quharley-ni-beheme-quand-on-a-50-ans/#comments), une adresse d’un p’tit hôtel nice cheap and clean à Varsovie qu’un mag tomo (http://www.motogen.pl/2014-BMW-R1200RT-przylapane-we-Francji-aktualizacja,17447.html)  très polonais m’a envoyé pour me remercier et qui me sera utile à mon retour de Helsinki, des tas de bravos de plein de nouveaux potos, un tee ou un sweat shirt aux couleurs de MotoMag que je porterai fiérot comme un drapeau lors de mes périples au guidon de ma moto, et au moins un milliard de nouvelles connexions sur les divers chapitres de mon blog tout en délire, ce qui, tu en conviendras, quand on se targue d’écrire, est à coup sûr la plus précieuse des récompenses, parce que comme un musicien goutte qu’un public écoute sa musique, le plus petit des écrivains aime aussi plus que tout que ses mots soient bien lus.

– Tu veux dire dire que ton scoop du monde entier, il ne t’a rien rapporté du tout ?

– Ah, tu ne m’as pas entendu ? Tu veux que je répète ? Ça va rallonger, ça risque de lasser, mais bon, ça en vaut la peine pour bien que tu comprennes : Eh bien dans le détail: Un merci en z’anglais d’un…

– STOP ! J’ai entendu ! Putaing, Tarmokeuf, tu ne respectes pas les règles, faut que tu joues le jeu, que tu demandes plein de fric, sinon ta vie elle est ratée, et ton talent il est gâché.

– Mais l’argent, mon ami, ça va avec un travail, c’est le salaire de la sueur, c’est pour payer des efforts. Et quand je suis parti en virée à moto jusqu’à Navacelles, j’étais en congé, j’étais en bonheur

 et tout au fond du cirque, d’avoir croisé la route de ces clowns trop déguisés, c’était plutôt marrant ; et d’avoir à portée de main, un appareil photo, pour prendre mes copains, quoi là d’anormal ?

Et que tout ça finisse par un scoop mooonnndiâââl,

Eux z’ont même pas demandé la permission

eux ils se les approprient

la preuve…

que même les States ont diffusé

http://blog.motorcycle.com/2013/03/21/manufacturers/bmw/2014-bmw-r1200rt-spied-testing/

ça n’est qu’un coup de ma chance ou un cadeau de la vie. Alors me faire rétribuer pour ça, comme je ne suis pas un ange, bien sûr j’y ai songé, d’autant que m’attend un voyage qu’il faudra financer, mais faire payer quelque chose qui ne m’a rien coûté,  je trouvais que c’était descendre trop bas dans ma moralité. Parce qu’à moins d’avoir froid, parce qu’à moins d’avoir faim, on ne devrait jamais revendre les présents qu’on nous a faits . Alors ces photos, ben oui, à mon tour, je les ai offertes, et ce que j’ai ressenti m’a drôlement enrichi, en tout cas bien plus que les quelques dizaines d’euros qu’on m’a dit que ça valait et qui, en rien du tout, auraient changé ma vie.

– Putaing ! Tarmokeuf ! J’ai compris, j’ai pigé, et désormais je t’ai bien cerné, au fond t’es qu’un naif, t’es un tout niais d’idéaliste, du genre de ceux qui croient que les hommes, un jour, ils seront gentils, et que la terre sera alors comme un p’tit paradis, mais ton idéal, mon pauvre Tarmo, c’est comme la ligne de l’horizon, on a beau rouler et essorer les gaz de la poignée, jamais personne l’a attrapée.

– A mon très humble avis et si je puis me permettre, je crois qu’une fois encore tu prends la mauvaise route et qu’une fois de plus tu vas aller t’embourber dans un chemin fichu, parce que ce que je sais et non ce que je crois, c’est que les z’hommes ne sont ni des méchants ni des gentils mais qu’ils essaient tous les moyens pour rester sur la route et qu’avançant ainsi un peu à l’aveuglette, tantôt c’est très bon, tantôt c’est pas bien ; et concernant la planète Terre, n’en ayant pas d’alternative, je n’ai effectivement pas d’autre choix qu’enfer… mon paradis. Mais là où à coup sûr tu fais ta plus grave erreur, c’est sur le sujet de mon horizon que, bien trop péremptoire, tu clames inaccessible. Car si, en effet, à chaque pas que je fais vers lui, sa ligne recule et semble me fuir, un jour, tu le sais bien, faudra bien que je me fige, et alors mes z’enfants, en poursuivant le leur, inéluctablement, dépasseront le mien. Et parce que nos pères, après des siècles de guerre, ont cru à l’horizon, ma fifille le Chat et moi, au tout début de juin, près de la moitié de l’Europe, nous allons traverser, sans avoir jamais l’obligation de montrer nos laissez-passer. Et d’identique façon, il y a plus de trente ans, à peine majeur et très désargenté, avec des tas d’autres Tarmos vraiment très en colère, vraiment très indignés, et contre l’opinion de la majorité comme toi trop résignée, j’ai versé mon écot pour fonder la mutuelle, celle-là même qui, aujourd’hui, permet à mes z’enfants de rouler à moto dans de décentes conditions. Sachant que du même élan naquit un magazine, un pavé dans la mare qui quelques années plus tard devint MotoMagazine, et tu comprendras pourquoi je ne pouvais faire autrement que de ces fameux clichés, à MotoMag en faire présent, parce que toi-même, tes photos de famille, trouverais-tu normal de les faire payer à tes propres z’enfants ?

Et pour conclure ce long chapitre sur le sujet de mon horizon, je dirai qu’à moto, pour une bonne trajectoire, on nous apprend à lever les yeux, à regarder au loin. Eh bien dans la vie, c’est du pareil au même, pour aller le plus loin, il faut relever la tête et se tenir le plus droit, parce qu’il n’y a qu’ainsi, en se grandissant, que notre horizon on le verra bien.

One thought on “Chap 21 : idéalisez-vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*