De Toulouse à Helsinki etc… Pologne et préjugés

Bon, commençons par la fin de ces deux derniers jours et pour une fois allons à rebours :

On ne vous le dira jamais assez : Les medias nous mentent… mais pas tout le temps. On vous serine l’air de rien qu’il pleut énormément sur Prague, qu’il y a des inondations et tout et tout… Eh bien c’est vrai ! Si jusque là, nous avions été épargnés, au point que j’en arrivasse à croire être devenu une sorte de nombril du monde préservé du chaos météorologique, c’était sans compter qu’au neuvième jour, sans doute par distraction, les dieux eurent soif et firent couler le robinet… à moins que Chat ne soit sur le sujet un matou bien noir !

Chat mouillé…

Evidemment, ce genre de chose survient toujours quand le pantalon de pluie idoine a échoué par désinvolture au fin fond du top-case sous les quarante douze mille autres affaires que Miss The XJR trimballe à l’arrière. Et comme de surcroît, l’entrejambe de mon jean était grand déchiré à force de lever haut ma gambette pour grimper sur mon tas de ferraille, arrivé à l’hôtel, le falzar finira à la Poubelle. Toujours ça de place de gagnée… pour les souvenirs à offrir.

Aujourd’hui, c’était donc le trajet Varsovie Prague (660 kms). Eh bien, Chat et moi, nous sommes régalés, d’abord parce que hormis le final quelque peu « humide », il a fait bien meilleur qu’hier sur le trajet de Riga à Varsovie (710kms en quasi ligne droite que nous avons finis éreintéS tant il faisait chaud et lourd) mais surtout parce que nous avons vu réapparaître mon panneau préféré :

Que j’aime ce zig-zag sur fond jaune, Miss The XJR en a les Ohlins flageolants…

http://youtu.be/s06QdJdWx8U

et surtout parce que la Pologne, c’est vraiment bô ! Je ne sais pas vous mais jusqu’ici, autour de moi, quand j’entendais parler de ce coin de l’Europe, c’était toujours en des termes plus ou moins (surtout plus que moins d’ailleurs) désobligeants, voire un rien méprisants. A tel point que l’image que j’avais de ce pays et de sa capitale était celle d’un truc très moche recouvert de noir de fumée aux teintes charbonneuses et peuplées de gens à triste mine en attente de leur ration de vodka (nous en avons croisé quelques-uns, c’est vrai, mais j’ai vu les mêmes partout en Europe). Et bien en traversant la Pologne, le Chat et moi, c’est à la France que nous avons pensé. Une variété de beaux paysages de campagne, de belles forêts bien tenues, un relief gentiment tourmenté, des villes et des villages plutôt proprets et très colorés, un parc auto ressemblant au nôtre, nous sommes même tombés sur un Castorama juste à côté d’un Décathlon, lui-même adossé à un…Metro. Les trois enseignes sur un même plan : Un cauchemar en forme de saut spatio-temporel jusque Velizy 2 ! Venant de Lituanie (des 3 pays baltes traversés, sans aucun doute celui-ci offre-t-il la vision la plus déprimante), la différence saute aux yeux comme si vous vous endormiez à Roubaix pour vous réveiller à Cannes… même l’herbe semblait plus verte côté Polonais. On ne versera pas non plus dans angélisme, n’exagérons pas, je ne suis pas naïf et je sais qu’eux aussi ont leur lot de de misère et de problèmes à résoudre… tout comme nous. Une chose est sûte, le super95  est côté à 1€30 et nous avons mangé très correctement pour 5 à 6€ par personne. Là où l’on pourrait peut-être les regarder de haut, c’est sur l’état pas toujours nickel (euphémisme !) du réseau routier, surtout celui emprunté (et défoncé…) par les innombrables camions, à tel point qu’ils possèdent dans leur signalétique routière un panneau d’avertissement montrant une voiture s’emmêlant les roues sur les ornières creusées dans le bitume)

ça dit bien ce que ça veut !

mais au rythme où cela va, pour cause de restrictions budgétaires, peut-être nous aussi verrons-nous fleurir ce genre de signalisation verticale.

Au fait, pour ceux qui s’y rendraient pour la première fois : A chaque passage à niveau, vous devez ABSOLUMENT et BEAUCOUP ralentir sous peine d’explosion des lombaires. J’ai même vu un polonais, par réflexe, freiner à mort avant un passage Tchèque… ce qui en l’occurrence, était parfaitement inutile, mais tellement révélateur.

Varsovie, c’est grand…très grand. Et en une soirée, on a eu juste le temps de marcher de notre auberge de jeunesse Plac Dabrowskiego jusqu’à la citadelle et le quartier historique. Nous avons bien tenté d’aller voir quelques monuments en mémoire du Ghetto, mais ils sont relativement éparpillés et éloignés d’où nous étions. D’autant que nous étions vraiment crevés et plus bons à grand chose (pas de feeling, nous tombions d’hésitations en tergiversations, le distributeur de cash incompréhensible, pas de monnaie pour s’acheter une glace, le resto qui pète les plombs (au sens propre, du coup le patron nous a offert les conso… sympa et commercial quoi) etc.. le genre de soirée où rien ne va et qu’il faut s’avoir entendre parce qu’elle signifie qu’il faut se reposer sinon le clash menace. Ca tombe bien, nous nous rendions le lendemain à Prague (aujourd’hui, pour ceux qui ne suivent plus) avec pour la première fois, une vraie chambre d’hôtel, où une journée entière de repos nous attend  (douche, silence et tout le toutim)

du Palais de la culture très Stalinien aux gratte-ciel du libéralisme…

Tout un symbole…

Chat devant la maison de naissance de Marie-Curie

Trop snob pour qu’on y mange mais la place est belle…

Et donc demain, Prague avec peut-être un peu de soleil… moi, comme d’hab, j’y crois.

2 thoughts on “De Toulouse à Helsinki etc… Pologne et préjugés

  1. Nous suivons votre périple avec beaucoup d’admiration ! Les photos sont superbes (Heureusement que tu n’as pas pris le reflex…nous aurions honte des notres ) !
    Bonne route !

  2. Ok, bien noté pour les passages à niveau polonais ! Nous sommes ce soir à Vilnius, arrivée sous la flotte, c’est vrai que pour l’instant la Lithuanie n’est guère attrayante, même pris un PV tout à l’heure 🙁 Mais la vieille ville a l’air sympa, on visitera demain, là on est un peu cassés. Bien contents d’avoir un gros trail, mais quand même, entre les routes secondaires qui sont des pistes de sable et les routes principales où le bitume se prend pour la mer, ça secoue. Très belle ville Prague, nous l’avions visité par un temps glacial mais super souvenirs, appréciez-bien, et reposez-vous un peu, tu vas dégoûter ton chat de la moto à force 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*