De Toulouse à Helsinki etc… Le bouquet final !

Depuis notre balade à petons sous la pluie il y a trois jours, on peut dire que de l’eau à couler sous les ponts de Prague… soit 2300 kms et 3 nouveaux pays (Autriche, Italie et…Monaco qui n’était pas prévu mais quitte à être dingue, autant aller jusqu’au bout et donc 16 pays en quatorze jours, comme le dirait la jeunesse d’aujourd’hui: ça le fait graaaaave!).

Mais reprenons le fil là où on l’avait abandonné, sinon, la pelote, elle sera tout emmêlée. Donc, nous avons laissé Prague derrière nous, non sans prendre le temps de faire une dernière photo de Miss The XJR devant la maison dansante (sous le ciel bleu, s’il vous plait, le soleil ayant daigné faire une apparition) :

Miss The XJR devant la maison dansante… ou Ginger et Fred selon certains…

puis nous avons pris la direction de l’Autriche et plus précisément de l’ancien camp de concentration de Mathausen sis à 300kms de la capitale Tchèque et à moins de 150 km de Salzbourg. Nous y passerons plus de deux heures. C’est peu dire que quelque chose y flotte dans l’air, même si flotter n’est pas le mot tant cela semble oppressant. Même moi qui suis capable, et j’en suis fier, de rire de tout, là, le rire s’éteint ou se fait aigre. Ce rire qu’on dit pourtant être le propre de l’homme, les nazis ont réussi à l’annihiler de certains endroits. Alors riez, riez jaune, aigre, en silence ou bruyamment, faites même semblant, mais riez ! Riez pour prouver qu’ils ont échoué…

Mathausen… pour ne pas oublier ce que l’homme peur faire subir à l’homme… se souvenir, juste parce que c’est à la portée de chacun.

Près de 200000 déportés on franchi ces portes… moins de la moitié a survécu… c’était moins de vingt ans avant ma naissance…  Prévert l’a dit avant moi : C’est con, la guerre… très con, ajouté-je.

sans commentaire…

En tout cas, une chose est sûre, si j’ai adoré rouler en République Tchèque ( les policiers tournent la tête en baissant leur pistolet-Radar quand Miss The XJR passe – expérience vécue deux fois ! – et les voitures s’écartent devant vous comme la mer Rouge devant les juifs fuyant l’Egypte, même si, sans préavis, le flux reflue à contre-sens avec, forcément, l’obligation de gicler sur le bas-côté, sous peine de douloureux face à face), l’Autriche, par contre, le Chat et moi n’avons pas été fan : A peine la frontière franchie, une camionnette sérigraphiée POLIZEI s’est mise à nous filer le train sans jamais nous doubler alors que vraiment je ne pouvais pas rouler plus lentement sans risquer la perte d’équilibre… Je me sentais soudain revenu au très vieux temps de mon examen de permis de conduire… Ça va, je n’ai pas été recalé, je me suis réfugié dans une station d’essence… D’ailleurs, à ce sujet, sachez que le super 95 est étonnamment moins cher en Autriche qu’en République Tchèque (1,34 contre 1,50), quant à l’Italie, elle est sur la deuxième marche du podium des pays les plus chers (1,70 et +), les Pays-Bas étant les grands gagnants du concours (1,80). Mais pour revenir à mon ressenti sur le pays de Sissi, je dois dire que j’ai eu un peu de mal à me sentir à l’aise dans un endroit où même les pâturages sont taillés au cordeau et coupés en brosse… j’exagère à peine. Quant à imaginer qu’on puisse se serrer pour laisser passer un tarmo empressé, autant dire que l’on baigne en plein fantasme… Z’ont pas forcément tort d’un certain point de vue, mais pour moi, trop de rigueur ça devient de la raideur, et quand c’est trop raide, un coup de vent, ça pète…  c’est pas moi qui le dit, c’est La Fontaine… Si encore on s’y sentait en sécurité, je ne dis pas, mais comme ça ne les empêche pas de tourner sans clignotants et autres babioles sans importance tant ils sont préoccupés par leur compteur et de bien garder l’alignement, forcément…Mouais, bon,  en tout cas, au final, tout ça nous a empêché de jeter un œil à Salzburg… on a bien essayé, je vous l’assure, mais au bout d’une demi-heure dans cet immense bor… euh bazar qu’est l’accès au centre ville, nous avons fui, il y avait là trop de bagnoles qui ne voulaient pas de nous. Et comme dit le Chat, habitué au bon air finnois : ça pue ici ! Ben oui, la ville de Mozart est encastrée dans les montagnes à la façon de Grenoble, alors forcément, les gaz d’échappements y stagnent un peu mieux qu’ailleurs…

Oh mais c’est pas bientôt fini de râler Tarmokeuf ! Excusez-moi, ça doit être Mauthausen qui m’a mis de cette humeur bougonne, bah ! sans rancune, je vous aime bien aussi mes z’amis d’Autriche, vos Alpes sont si belles ! alors zou ! en route vers le sud et la Grossglockner, cette route alpine hors du commun (montant jusqu’à plus de 2700m d’altitude)

Après les motos zébrées de Navacelles (http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/03/20/chap-20-ya-pas-quharley-ni-beheme-quand-on-a-50-ans/) le nouveau scoop de Tarmokeuf : Les voitures zébrées de Grossglockner…

Ça commence d’abord par un gag avec un arrière goût de déjà vu http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/03/20/chap-20-ya-pas-quharley-ni-beheme-quand-on-a-50-ans/ : En effet, juste après avoir payé très matinalement (nous sommes même les tout premiers) notre droit d’accès à cette route mythique www.grossglockner.at/‎ (24€ pour Miss The XJR et ses 2 passagers), tandis que je m’étais arrêté pour préparer la caméra GoPro que Maxxess Toulouse m’a gentiment prêtée, je tourne mon regard vers la gauche et là, à près de cent mètres d’où nous nous trouvons, je tombe sur 4 voitures peintes bizarrement qu’on est en train de mettre à l’abri. Au cas où, je prends deux photos pas très bonnes que j’enverrai à Motomag, au cas où… puis nous nous lançons dans la montée humide et, malheureusement, dans les nuages…

Miss The XJR seule au monde à plus de 2700m d’altitude et avec juste quelque degré (je ne mets pas de pluriel volontairement…) au dessus de zéro et même quelques flocons (au pluriel…) de neige.

Au surplomb d’un glacier qui fond trop vite parce que le climat fout le camp !

ça parle, non ?

Pour d’autres infos sur cette route, je vous renvoie au site de Frederic http://www.zarkass.com/voyages/autrichehongrieslovaquie/autriche-4-gghs.htm qui me l’a fait découvrir ainsi qu’à son blog http://blogs.motomag.com/fredeblog/index.php?post/Baltic-tour-5-Pays-baltes qui vous présentera d’autres aspects vus par un autre regard des mêmes pays (ou presque) que ceux que le Chat et moi-même avons traversés. De plus, ses photos sont sublimes !

Quant à la route, la maison, ne reculant derrière aucun sacrifice, vous en offre deux extraits en vidéo :

http://youtu.be/fh7k2fKgwJ0

http://youtu.be/_JLuVO9dBOw

Peu après midi, nous entrons en territoire Italien avec la traversée de la région des magnifiques Dolomites, laquelle, architecturalement parlant, diffère assez peu de sa voisine Autrichienne avec ses énormes chalets comme l’hôtel où nous avons dormi à Bruck an der Grossglockner

Notre hôtel en Autriche… une petite masure…

mais les automobilistes y semblent plus au fait de la question motocycliste… au sens où je l’entends, bref, ils se poussent ! Puis c’est le Lac de Garde grand comme une mer intérieure avec de grosses voitures, de grosses motos et de grosses maisons tournant tout autour…

Et plus de 25° d’écart avec la Glossglockner…

En toute fin d’après-midi, nous arrivons à Milan où il fait près de trente degrés et où j’ai réservé un hôtel pas cher… donc très excentré. Le temps d’une douche et d’enregistrer la position de l’hôtel franchement paumé dans le second GPS (navigator… in Italian) pour laisser recharger tranquillement le Tripy, nous reprenons la moto pour aller dîner du côté du Duomo… et faire connaissance avec la circulation milanaise que l’on peut résumer ainsi : « Que chacun fasse ce qu’il veut pourvu que chacun s’en sorte vivant ! » Au vu du nombre d’accidents dont nous avons été témoins en si peu de temps, ça ne semble pas être la meilleure méthode. Mais quand on a été de nombreuses années Tarmo à Paris, ça ne dépayse pas trop… Je crois même que ça m’a bien amusé… Plus qu’en Autriche, ça c’est sûr.

Rodolphe à Milan…

Après avoir dîné et nous être bien baladés, vers 23h00, nous décidons de rentrer à l’hôtel..Allez m’sieur Garmin, au boulot, et là, y’a eu comme qui dirait un bug. Le GPS nous entraîne sur la rocade, puis sur l’autoroute et si je l’avais suivi, nous partions pour Venise… Cela ne nous aurait pas déplu… mais à minuit après une journée de 18 heures… Sauf que l’adresse de l’hôtel était restée… à l’hôtel. Alors palabres avec des employés dans un resto à l’Italienne, avec les mains qui volent et les voix qui s’élèvent et finalement, après bien des errements dans Milano, à 1h00 : Dodo !

Après une bonne nuit bien pas trop réparatrice (la chambre donnant sur la rue et sur la réception, pas top le silence…) et un petit déj très dégueu… (vraiment pas cher, l’hôtel…), nous filons sur Moustiers-Sainte-Marie via Asti, le tunnel du col de Tende, la D6204, le Mercantour, Ventimiglia, Menton, Monaco, Grasse, la route Napoléon, Castellanne puis la rive gauche du Verdon jusqu’au Lac de Sainte-Croix… une punition, quoi.

Le tunnel de Tende, c’est chacun son tour…

Après avoir vu bien des paysages, je peux dire que les nôtres sont parmi les plusse bô et à coup sûr les plus variés.

quand la route vire, mÔa, je chavire…

Et voilà, après être rentrés à Toulouse via le Lavandou, la Camargue, le Haut-Languedoc, le Larzac et tout plein d’endroits plus môches les uns que les z’autres… c’est la fin de notre « transport scolaire ». Notre erasmussienne Chat a été livré en bon état à son chéri et j’ai retrouvé ma SylvieJolieChérie. Après 14 jours, 16 pays et 7663 kms de routes sans péage, nous revoilà à la maison comme si de rien n’était. Demain matin, les courses au supermarché, la facture d’eau à payer et un p’tit footing pour se décrasser !

Bon, j’espère que ce « petit » voyage en notre compagnie vous aura plu et je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour l’ultime chapitre de cette saga : La conclusion du Blog !

Bonne nuit !

10 thoughts on “De Toulouse à Helsinki etc… Le bouquet final !

  1. Ah quel dommage la Grossglockner sous ce temps ! Il n’y aura plus qu’à y retourner, et peut-être en insistant un peu pour monter à Salzbourg de meilleure humeur car vraiment chouette comme patelin. Nous l’Autriche on a dû avoir du bol, roulé souvent fort sur ces belles routes peu fréquentées, presque pas vu de flics… du coup c’était plutôt sympathique ! Là nous sommes à Varsovie après avoir traversé la Mazurie, puis Gdansk et Torun, et nous partageons tout à fait ton avis sur la Pologne. Mais que de police pour le coup ! Sont partout ! En tous cas bon retour à vous deux, et au plaisir de lire d’autres aventures sous ta belle plume.

    • oui c’est vraiment dommage.
      Salzburg est un jolie village. une prochaine fois, quitte à se garer dans un parking sous terrain.

      heureusement que ça virole pas mal l’Autriche quand même

    • ça c’est sûr, la Grossglockner, nous y reviendrons… en side ! Quant à l’omniprésence de la police à Varsovie, nous aussi l’avions remarqué mais nous l’avions mis sur le compte des commémorations de Solidarnosc… Si toi-aussi, ça t’a interpellé… là, c’est qu’il s’agit d’autre chose.

  2. Enfin, j’ai retrouvé DanielChériDeMonCoeurQueJaimeTant et MonCoeurdAmourDeChat, après beaucoup d’envie, un Grand soupçon de frustration, des idées de voyages et des projets plein la tête, un espoir de longs trajets grâce au side-car, et enfin de nouvelles perspectives de vadrouilles en tous sens, la moto le matin, le panier pour les dodos impromptus et les maux de dos insupportables.
    Bref, à nouveau une vie de motarde, non je n’ai pas dit de moutarde, la route, la route, la Route……………………………………….

  3. Bravo Daniel, vraiment une super balade que tu as su nous faire vivre… A très bientôt pour quelques virelos qui risquent de te paraitre un peu fades.
    Amicalement

  4. Merci pour ce voyage !! Bravo !
    De coup, à coté de ce circuit, la Vendée n’est qu’à une encablure de Toulouse..nous vous attendons donc pour nous raconter ce périple !
    A moins que l’on se croise à Ax un de ces jours…

    Bises

  5. Bravo Dany c’était passionnant, enrichissant, bien écrit et c. Maintenant je n’ai plus qu’à tout relire et tout commenter (surtout les photos) à Mjo qui me demande tous le temps, depuis le début de ton blog: « qu’est-ce que tu regardes encore sur le micro ? ». Quant à nous … samedi soir on part dans le village d’à côté (Paris) voir … Notre BOSS. Bise à toute la famille. NB: je me suis fait tes vidéos de descente en moto … bien au chaud dans mon lit sur mon i-phone … un régal 🙂

  6. Je vous en supplie
    faites quelques chose
    apprenez un pas
    une danse
    quelque chose qui vous justifie
    qui vous donne le droit
    d’être habillées de votre peau
    et de votre poil
    apprenez à marcher et à rire
    parce que ce serait trop bête
    à la fin
    que tant soient morts
    et que vous viviez
    sans rien faire de votre vie

    Charlotte Delbo, Une connaissance inutile (Minuit, 1970).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*