Prague et moi, une histoire d’amour et d’eau…

Après 11 jours de voyage en plein mois d’avril sous un improbable ciel d’azur, les statistiques reprennent le pouvoir à Prague : Il vente, il caille et surtout il pleut ! Il paraît que le facteur sonne toujours deux fois en même temps que l’histoire repasse les plats… ben faut croire que c’est vrai car souvenez vous, il y a deux ans :

http://lesblogs.motomag.com/tarmokeuf31/2013/06/10/de-toulouse-a-helsinki-etc-prague-et-vltava-haine-et-amour/

Les dieux de la météo nous rappellent ainsi que Prague est la première étape du retour, ça semble leur tirer quelques larmes… Ca n’est pas grave, un périple moto digne de ce nom ne se conçoit pas sans un minimum de désagréments, et de ce côté, on ne peut pas vraiment se plaindre… Alors pour profiter malgré tout, on s’adapte, et s’adapter, souvent, c’est se déguiser. Aussi avons-nous opter pour la panoplie du parfait touriste pragois (qui est la même que celle du touriste breton…) :

Pour elle…

…Pour lui

Bah, nous reviendrons l’année prochaine, en décembre cette fois. Peut-être alors, pourrons-nous nous balader dans cette magnifique cité si colorée sous un beau ciel bien clair accompagné d’une lumière bien transparente, parce que sans lumière, les photos, c’est pas top (surtout avec le petit appareil qui me sert pour alimenter le blog… parce que le gros Nikon, j’ai oublié le câble usb à Toulouse, tandis que le câble du petit, je l’ai… Oui, je sais que vous le savez, que je le rabache à chaque chapitre… mais Tarmokeuf est fait ainsi, il est taquin, suffit de le savoir…). Mais même pas terribles, elles seront suffisantes, j’en suis sûr, pour vous donner envie à vous-aussi d’y aller jeter un oeil :

à notre arrivée, il faisait soleil…

J’aime les teintes de macarons des immeubles pragois

Pris dans le bouchon

Un side dans un bouchon, c’est pas une moto… ça développe la patience. Miss XJR chauffe les cuisses de son pilote avec son vieux moteur à air en signe de désaccord, mais pour faire perdre son sourire à Tarmokeuf, il en faut davantage… Etre à Prague, même dans un embouteillage, même sous la flotte, c’est pas vraiment une punition, non ?

Au fond, c’est la maison dansante dessinée par Frank Gehry, l’architecte du musée Guggenheim de Bilbao ou de la fondation Vuitton à Paris. Voici un lien vers un diaporame de ses plus belles créations
( http://www.parismatch.com/Culture/Art/En-images/Les-oeuvres-de-Franck-Gehry-636494# ) Nous, ce type, on l’adore !

Swan adore frimer devant de beaux horizons, là, on l’a gâté…

On dit de Prague qu’elle est la ville aux cent tours, en voici une…

Staroměstské náměstí, la superble place au coeur de la vieille ville

La même sous un autre angle tout aussi joli, d’ailleurs les 4 côtés sont magnifiques, le bonbon rose, c’est SylvieJolieAussi…

C’est une photo de il y a près de deux ans, le ciel était le même, le pont de Prague aussi… mais aujourd’hui, il y avait moins de monde… because avril et non juin.

Là, j’écris le blog sur un lit de 2m40 de large de notre hôtel -pour nous un véritable palace-, excentré pour pouvoir garer le side, mais qui a un arrêt de tram devant la porte, ce qui nous met le centre-ville à moins de dix minute. J’en parle parce qu’honnêtement à moins de 100 euros les 2 nuits pour 2 (il y avait même une bouteille de vin blanc autrichien qui nous attendait dans la chambre, gracieusement offerte pour qu’on leur mette une bonne note… ce que l’on fera !) : l’Hôtel du Golf, une adresse à retenir… ça rattrape le Panorama de Cracovie, qui lui est à oublier…

Et puis pour conclure, une p’tite histoire de GPS. Comme le Tripy n’est pas armé pour les pays d’europe de l’Est, je l’ai accompagné d’un TomTom tout neuf. M’étant embarqué dans une 4 voie embouteillée « à mort » pour accéder au périph pragois, je lui demande de modifier le parcours en prenant au plus court, c’est à dire par le plein centre. Voilà que le machin se met à râler, à protester que c’est pas bien, que ça n’est pas la bonne méthode pour gagner du temps. Après un bref conciliabule, je l’ai ramené à la raison. Ben du coup, on a profité de la vue et miss XJR a mieux respiré, bref, ne croyez pas tout ce que raconte un GPS, l’intuition peut parfois vous guider à bon port par de plus beaux chemin que celui-là :

Pour une fois que je prenais un bout de 4 voies… ça m’apprendra à ne pas m’écouter…

Demain, on traverse la république Tchèque et quasiment toute l’allemagne pour se rendre dans le Rhin dit « romantique » du côté de Coblence. Plus de 600 bornes, en évitant les autoroutes, bref, on n’est pas couchés…

Allez, brzy nashledanou !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*