Retour à l’ouest, et à la vie chère…

Hello tout le monde,

Hier pas de blog because notre hôtel à Rudescheim am Rhein en Allemagne n’a pas de connection internet (si, si, ça existe, et en plus c’est le plus cher de notre périple… même le parking est en supplément… pour le coup, j’me suis un peu planté dans la réservation). Avec l’Allemagne, nous retrouvons les prix occidentaux ; plus d’1€45 le super (le 95 y’a pas de 98 à l’est du Rhin…) au lieu de d’1€20 voire moins plus à l’est. Par contre, la traversée de l’Allemagne d’Est en Ouest, quel pied ! Entre le nord de la Bavière et la vallée du Rhin, que du beau, rien à jeter. Et comme les autoroutes sont gratuites, tout le monde les prend pour faire ronfler qui sa Béhème, qui sa Merco, qui sa Porsche ou son Audi, et du coup, sur les petites routes teutonnes bien sinueuses et au revêtement nickel, on a pu se faire plaisir peinards. Je déteste les autoroutes, je sais pourquoi…

ça, c’est juste pour montrer le beau ciel bleu qu’on avait au départ de Prague, contrairement à la veille… Comme il y a deux ans, dès que je suis à pied, il pleut…

Quand on parcourt la rive droite de la vallée du Rhin entre Coblence et Rudesheim am Rhein, c’est une succession de villages et de châteaux tous plus beaux les uns que les autres

… la preuve !

Un soir à Rudesheim am Rhein

Aujourd’hui, c’était le retour en France, alors quitte à rentrer, autant se faire plaisir, Il y a deux ans, au retour d’Helsinki, nous étions passé par les gorges du Verdon, cette fois nous avons visé un des heut-lieux du tourisme Alsacien : Le Château de Koenisbourg et dans la foulée, une des routes mythiques de nôtre anthologie des plus belles routes moto de France, voire d’Europe : la D148 plus connue sous son appellation de Route des crêtes depuis le château précité jusqu’au grand Ballon d’Alsace… Un pied magistral !

En haut Koenigsbourg, en bas Miss XJR and mister Cyber…

Une route à faire au moins une fois dans sa vie !!!

Pour dire si sur les hauteurs de l’Alsace, ça caille, y’a qu’à voir la neige qui résiste au printemps. Et encore, c’est pas là qu’il y en avait le plus mais les belles photos sont dans le gros Nikon dont j’ai oublié le cable pour transférer alors que le petit, je l’ai… Allez, c’est la dernière fois que je vous la raconte… Ben oui, demain, c’est le retour à Toulouse

Dernière photo vosgienne… depuis le Grand Ballon. Fin du périple, demain Toulouse après 5000 magnifiques bornes européennes.

De belles petites images pour illustrer une jolie histoire qui nous fera des tas de souvenirs.De ce périple en Europe centrale, il manque la Slovaquie (j’ai oublié de l’acheter) et la Suisse (mais j’ai la vignette sur le pare-brise, et au prix où il la vende, j’suis pas prêt de la décoller… Entre mon grand tour de la Baltique (mouais Prague, la Grossglockner autrichienne et Milan, la Baltique avait le dos large…) d’il y a deux ans, ce petit parcours du plein centre de l’Europe et d’autres voyages plus anciens, j’aurai mis les roues dans près de 28 pays d’Europe et ce qu’il m’en reste, hormis la beauté et la variété de notre continent, c’est ce plaisir immense de tracer ma route sans avoir à me justifier de quoi que ce soit auprès de qui que ce soit. Le bonheur d’être d’un continent en paix et sans frontière… Peut-être, le monde entier, un jour, sera-t-il ainsi, c’est tout le mal que je nous souhaite…

Allez, fini de rêver ! Il est tard, et demain, SylvieJolie et moi reprenons la route, cette route qui est notre voie… Ciao !

5050 kms de bonheur

One thought on “Retour à l’ouest, et à la vie chère…

  1. Un beau périple et plaidoyer pour l’Europe que certains à la mémoire trop courte voudrait voir “éclater” , elle est pas parfaite of course…

    Merci de cette ballade.

    Eric.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*