Des phoques au pied du volcan…

Le soleil islandais est un fainéant… Il fout rien pendant 6 mois et le reste de l’année, vu ce qu’il bosse la journée, pas étonnant qu’il se couche à pas d’heure… Une journée de travail, 5 jours de repos, le rêve du prolo ! Bref, après la somptueuse journée d’hier, on se lève en se disant qu’aujourd’hui on va s’habiller léger pour aller à la très belle et très spectaculaire péninsule de Snaefellsnes sise à l’ouest du pays entre Reykjavik et les Fjords de l’ouest, là où a été tournée la série diffusée récemment sur Arte : Meurtre au pied du volcan… Eh bien on s’est dit tout ça pour rien parce qu’aujourd’hui on a pas eu pire comme temps depuis qu’on a débarqué du ferry… et c’est rien de le dire vu la météo qu’on a connue auparavant… « On » dit aussi qu’en Islande, si le temps ne te plaît pas, attends 5 minutes… Et bien « On » dit des conneries, parce qu’on a attendu toute la journée, et rien n’a changé… Il a plu, et replu, et rerepluplu, avec du vent évidemment, et 8° mais ça, vu la canicule qui règne à Toulouse, on ne s’en plaindra pas… On a aussi une pensée émue pour les tarmos campeurs qui nous accompagnaient sur le ferry… Parce que le vent, en side, c’est pas gênant, mais en 2 roue, un tel zef, incliné en ligne droite qu’on croirait Rossi sur au Mugello, et à l’arrivée, frigorifiés et trempés, même pas un bon lit chaud pour se consoler… Oui, mes z’amis tarmos solistes ET campeurs, je compatis…

Dans tout road-trip, il y a une journée sans, ce doit être celle-là, parce que non seulement la météo est à ch… mais en plus, il a fallu pousser le side pour démarrer, la batterie étant inexplicablement à plat… Je commençai à me dire qu’au lieu de m’inquiéter pour le moyeu du panier, le kit chaîne, les pneus, le récepteur d’embrayage et autres plaquettes de freins, j’aurais dû changer la batterie, surtout qu’une batterie HS, nous avions déjà connu ça en 1990 au fin fond de l’Ecosse. Un tarmo averti en vaut deux, pour le coup, je valais rien et pour me rattraper, cherchai une concession moto pour acheter une batterie… mais les concess Yamaha à Reykjavik, ça se trouve pas sous le sabot des nombreux chevaux du coin… jusqu’à ce que Sylvie s’aperçoive que la prise USB du panier était restée allumée… La cause de la panne étant trouvée, y’a plus qu’à rouler pour recharger… Ce que nous fîmes pendant un peu moins de 300 kms jusqu’à notre terminus du jour: Stykkisholmur. Et pour conclure notre « black tuesday », la maison d’hôte que j’ai réservée est loin d’être aussi accueillante que celles qu’on a connues jusque-là : Faut pas cuisiner, faut pas utiliser la machine à laver sans demander la permission et quand on la demande, elle est refusée, faut pas faut pas… les faut pas on aime pas ! Mais rien de tout ça ne nous a empêcher de nous régaler, parce que même si une bonne partie est restée bien planquée dans les nuées, la nature, ici, est toujours aussi généreuse. La preuve en images :

L’anecdote du jour est une chouette rencontre alors que nous nous réchauffions d’une soupe locale à la station N1 de Hellissandur. Un jeune gars nous entendant papoter s’est mêler de notre conversation en un français parfait, ce qui est normal puisque français, il l’était. Ce jeune homme vit ici depuis près d’un an et fait le clown en Islande… au sens propre. En effet, il est comédien et n’ayant pas trouvé de boulot en France, a postulé pour un poste de clown ici, et du coup, grâce à cela, il a décroché d’autres contrats et s’en va, dans quelques semaines, travailler aux Etats-Unis… C’est dingue comme le destin prend parfois des routes très bizarres…

Bon, demain, d’après la météo locale, il pleut… On en restera donc là pour aujourd’hui. A bientôt, peut-être…

https://www.facebook.com/Tarmokeuf31

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>