FIGURINES HARLEY DAVIDSON 1000 XR


Hervé

En 2014 DEPARTMENT 56 frappe un grand coup en proposant aux fans deux superbes faïences qui reprennent la légendaire HARLEY XR 1000 GP

Dep_56_Race_ready_1.JPG    Dep_56_Top_Speed_1.JPG

La première s’intitule RACE READY 

Dep_56_Race_ready_4.JPG

Magnifique ! De l’ordre de 35$ aux USA

Dep_56_Race_ready_2.JPG           Dep_56_Race_ready_3.JPG

La seconde est dénommée TOP SPEED

Dep_56_Top_Speed_2.JPG

Superbe non ?

Dep_56_Top_Speed_5.JPG

J’ai fait l’acquisition de ces deux petits bijoux le mois dernier et ne me lasse pas de les regarder

Dep_56_Top_Speed_4.JPG

ROLLING THUNDER DAY ce 23 mai


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, comme tu le sais, j’adore te narrer mes pérégrinations motardes et te faire découvrir ce que la moto (de préférence de marque américaine mais je ne suis pas sectaire) peut nous apporter du point de vue culturel et rencontre avec l’Autre.

Sauf à très bien connaître les USA (et encore), peu de gens connaissent ce qui suit (mon ami Adam y a participé avec ses couleurs de vétéran des forces de l’ONU). En ce qui me concerne, c’est bien ma passion pour la moto qui m’a permis d’en avoir connaissance.

Ainsi, à la fin du mois de mai, les USA s’apprêtent à fêter le ROLLING THUNDER DAY. Des centaines de milliers de personnes (américains mais aussi de plus en plus d’étrangers) vont se retrouver pressés les uns contre les autres dans les rues de Washington pour regarder passer une interminable colonne de motos à l’occasion de cet évènement annuel unique au monde : le Rolling Thunder Ride For Freedom (pour te donner une idée de l’importance que prend l’évènement, son nom est une marque enregistrée et on y vient depuis tous les USA).

Au cours de cette manifestation annuelle un homme va à nouveau se démarquer ; un Marine solitaire.

Alors que la foule encouragera les vagues de motocyclistes qui vont défiler, en majorité des anciens combattants américains, ce Marine se tiendra debout, seul, en silence, saluant les motards jusqu’à ce que le dernier d’entre eux soit passé … cela après plusieurs heures de stand up..

Voici l’étonnante histoire du Sergent-Chef TIM CHAMBERS

1

Ok, selon cette tradition bien établie maintenant entre toi et moi, il nous faut pour commencer, la musique rock qui va bien pour accompagner la suite de cette petite bafouille.

C’est MOLLY HATCHET qui nous fournit les munitions : Rolling Thunder, le second titre de l’album Devil’s Canyon en 1996 qui marque le grand retour du groupe à son meilleur niveau

Rolling Thunder

C’est parti :

https://www.youtube.com/watch?v=WQYEKgb4qtQ

Connais-tu le ROLLING THUNDER DAY ?

Constituée en 1995, Rolling ThunderÒ, Inc. est une organisation à but non lucratif regroupant plus de 90 chapitres répartis dans tous les Etats-Unis d’Amérique et comptant des membres à l’étranger.

Alors que de nombreux membres du Rolling Thunder ®, Inc. sont d’anciens combattants et que beaucoup sont des motards, il ne s’agit pas là d’une obligation particulière pour en être membre. La Rolling Thunder ®, Inc. compte dans ses rangs hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, anciens combattants et civils.

Tous sont unis pour la même cause : apporter pleine reconnaissance aux prisonniers de guerre et aux portés disparus en opération de toutes les guerres auxquelles ont pris part les USA pour rappeler au gouvernement, les médias et le public leurs seuls mots d’ordre :

- « Nous n’oublierons pas ! »

 PRISONER OF WAR et MISSING IN ACTION dont tu connais forcément les acronymes POW/MIA et le fameux symbole (dont le cinéma hollywoodien a alimenté ton cerveau reptilien – si, si, tu en as un – ces 20 dernières années) ça doit te parler non ?

Rolling Thunder Org Logo.gif

C’est à l’automne 1987, qu’Artie Muller,

et Ray Manzo (l’idée de base vient de lui), deux vétérans du Vietnam se retrouvent pour discuter de leurs préoccupations concernant les POW/MIA de cette guerre dont eux sont revenus. Après avoir servi honorablement leur pays et ayant prêté serment de « soutenir et défendre la Constitution des Etats-Unis contre tous les ennemis … » et de « de lui porter foi et allégeance » ils ont été profondément troublés par la négligence et le peu d’attention accordée par ceux qui ne l’avaient pas fait avec leur vie ou leur liberté, comme eux l’avaient fait. A cette époque, les deux anciens combattants évoquent les plus de 10 000 observations signalées (c’est une donnée officielle et connue de nos jours) d’américains vivants dans des conditions de captivité lamentable. Et plus étonnant : ces nombreux rapports issus des renseignements, toutes ces observations ont été généralement … ignorées par le gouvernement et la presse grand public.

Tu trouves ici tous les ingrédients qui 5 ans plus tôt ont donné naissance au personnage de RAMBO.

Tiens, à ce propos, profitons-en pour reparler moto :  lorsque Rambo s’évade du commissariat vêtu d’un simple « Marcel » après avoir mis K.O. tous les adjoints du shérif ainsi que ce dernier, il enfourche une Yamaha XT250,

(on voit bien à l’image qu’il s’agit du monocylindre 4 Temps de 250cm3 de la XT). Or durant tout le travelling, le shérif poursuivant le fugitif jusque dans la montagne avec sa voiture de service, le bruit du moteur 4 Temps de la Yamaha est remplacé au montage-son par le bruit d’un moteur 2 Temps. Une erreur relevée par nombre de motards.

Pour en revenir aux fondateurs de la Rolling Thunder ®, Inc., (Artie Muller et Ray Manzo), ils étaient des hommes ordinaires ayant compris qu’ils avaient eux aussi le droit de faire entendre leur voix. C’est dans cet objectif qu’ils élaborent l’idée d’un rassemblement à Washington à l’occasion du jour de la commémoration nationale de 1988 (le Mémorial Day qui rend hommage à tous les hommes et femmes tombés au service de l’armée des Etats-Unis d’Amérique). Ils rassemblent alors familles, anciens collègues, défenseurs des anciens combattants et anciens combattants (Vétérans, ceux qu’aux USA on dénomme les Vet’) et forment une marche / manifestation dans la capitale. Leur arrivée serait annoncée par le grondement de leurs motos, pas très différent de celui de la terrible opération de bombardement de 1965 sur le Nord-Viêt Nam surnommé opération Rolling Thunder (une horreur humanitaire, un désastre politique et une erreur militaire tactique majeure).

C’est donc en référence au bruit des motos et de cette opération que l’organisation créée par Artie et Ray s’appelle Rolling Thunder ®, Inc. (un nom qui finira par devenir une marque déposée en 1990). Ainsi, le mot se répandant rapidement en cette année 1988, ce sont environ 2500 motos qui participent au Memorial Day convergeant de tous les USA vers Washington D.C. exigeant la reconnaissance et une exacte comptabilité de tous les POW / MIA. La Rolling Thunder ®, Inc. avait installé son stand ce jour-là devant le Capitole, matérialisant sa volonté de la reconnaissance des POW / MIA face au symbole du pouvoir américain.

Ce fût donc la toute première démonstration de l’organisation qui promettait de poursuivre son action jusqu’à ce que le dernier des POW / MIA soit reconnu / rentré au pays. Ce jour-là vit la création du Rolling Thunder Ride For Freedom en direction du Vietnam Veterans Memorial dédié aux soldats américains morts pendant la guerre du Vietnam. Il est situé à Washington D.C. dans les Constituion Gardens, juste au nord-est du Lincoln Memorial.

Le mémorial actuel consiste en trois monuments distincts :

Le plus connu, le mur de marbre noir, le Vietnam Veterans Memorial Wall, long de 150 m sur lequel sont gravés les noms des 58 156 Américains tués ou portés disparus pendant cette guerre, dans l’ordre chronologique de leur disparition, entre 1959 et 1975. Achevé en 1982.

La Three Soldiers statue, en bronze, elle représente à taille réelle, trois soldats. Inaugurée en 1984 et située à courte distance du mur.

Le Vietnam Women’s Memorial, inauguré en 1993 en hommage aux nombreuses femmes ayant pris part au conflit.

Le « Ride for Freedom » est aussi dénommé « Ride to the Wall ». Le nombre de participants / spectateurs de 2 500 en 1988 est aujourd’hui estimé à … 900 000.

A noter que nos voisins britanniques organisent eux aussi un Ride to The Wall (dans le centre de l’Angleterre du côté de Tamworth au nord de Birmingham). J’ai eu le plaisir / l’honneur d’y participer avec mes amis Nicholas, Michel et Bruno en septembre dernier. Un grand moment ce RTTW .

Pour en revenir au sergent-chef Tim Chambers, en 2002, alors qu’il est stationné à Washington DC, il assiste à son premier Rolling Thunder ® Ride For Freedom.

Ce jour-là il portait son uniforme et a passé sa journée à remercier d’anciens combattants. Il ressort de cette « expérience » avec le sentiment qu’il n’avait pas fait tout ce qu’il pouvait … si ce n’est qu’au passage du convoi de milliers de motos il offre son simple et solennel salut.

Et c’est ainsi que l’année suivante le Marine Tim Chambers va entrer dans légende de ces héros que les américains aiment tant célébrer.

Il va rester au garde-à-vous et saluer les motards des heures durant, jusqu’à la fin du défilé. En 2002, à l’intersection de l’avenue de la Constitution et de la 23ème rue, il allait rester ainsi, sous le soleil, pendant plus de … trois heures.

Il a reçu ce que l’on pourrait qualifier de validation officielle de son acte en 2004 alors qu’il était stationné en Californie. Le Commandant général des Marines, Michael Hagee, lui écrivit à propos de toutes les lettres qu’il avait reçues louant Chambers ‘ »magnifique représentant de notre Corps des Marines. » A partir de là, Chambers pris les dispositions nécessaires pour prendre ses congés et assister au Rolling Thunder chaque année.

En 2008, le président George W. Bush ayant vu Chambers a été tellement impressionné qu’il l’a invité à un petit déjeuner du Memorial Day à la Maison Blanche le lendemain matin.

Donnant ainsi naissance à une anecdote amusante lorsque le Commandant Général de la Marine, le général James Conway, apercevant Chambers ce matin-là se dirige vers lui et lui demande : – « Que faites-vous ici Marine ? Qui vous a invité ? », Chambers répondant : – « Le président, Sir ! ».

En 2005, Chambers, après une opération, contracte une infection bactérienne qui résiste à toute médication et le laisse pratiquement infirme avec de telles douleurs dorsales qu’il se retrouve immobilisé sur des périodes de plusieurs mois. Au fil du temps qui passe et alors que sa situation ne s’arrange pas, il se rend alors compte qu’il ne peut plus servir et quitte le corps des Marines en 2009

En dépit de cela, Chambers consacre des centaines d’heures chaque année au bénévolat et travaille en tant que défenseur des droits des anciens combattants.

Il est devenu le Saluting Marine, icône des valeurs américaines.

-          « J’aime surtout quand ils font rugir leur moteur et me regardent droit dans les yeux en disant : -  « You look good, Tim! ». Cela signifie beaucoup pour moi. Notamment des choses à se rappeler et à respecter. Il n’y a rien de mieux que ça.  »

Parmi les nombreuses images et films disponibles sur la performance de Tim Chambers, tu peux visionner :

https://www.youtube.com/watch?v=GIFT7xgweBk

Le prochain Rolling Thunder Tour ® for Freedom aura lieu ce 23 mai 2014 à Washington, DC.

Pour plus de détails de l’événement :

http://www.rollingthunder1.com/

J’espère voir ça un jour prochain …

La Bise.

L’Hervé your Berrichon friend.

UNE VIE SUR LA ROUTE (2) : MOTORCYCLE NOMAD


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Les routards, les vrais, ceux qui nous font crever d’envie d’y aller nous aussi … je t’ai déjà « causé » de PANHEAD BILLY, mais tu t’en doutes, il n’est pas le seul aux USA à être devenu une légende du genre …un autre, le dénommé BEAN’RE est un membre exemplaire du Panthéon de la route.

BEAN’RE est réellement l’un des plus extravagants prétendant au titre d’original du ruban asphalté.

THE PRETENDER, premier single des FOO FIGHTERS, extrait de leur sixième album Echoes, Silence, Patience and Grace sorti en 2007

La version studio

ça envoie :

 http://www.youtube.com/watch?v=SBjQ9tuuTJQ

 Ainsi, au début des années 90, sur un parking de Daytona où un paquet de radins affectionnait de planter la tente ici sans dépenser un seul dollar on pouvait remarquer un grand blond dégingandé à l’air un peu bizarre dénommé BEAN’RE.

A l’époque il avait une Harley blanche, modèle Road King police, toute neuve et tournait dans Daytona pour souvent finir aux courses de dragsters. Et avec cet engin, il n’hésitait jamais à participer à un “run what you brung”.

Le concept est simple : tu te pointes à la course avec ta chignolle, tu affrontes les autres concurrents et tout le monde se contrefout du fait que tu ais un turbo, un arbre renforcé, des soupapes traitées, etc : seul compte le résultat. Tu gagnes ou tu perds.

Au fil des années Bean’re a montré que sa nature relève d’une propension naturelle à participer à toute sortes de compétitions / jeux pour motos …

Six girls at once!!

Drag strip surfing

… courses de drag’ en chopper …

… et que le tout terrain ne lui posait aucune espèce de problème …  ben voyons …

Retour aux années où le virus de la route n’avait chez ce futur gypsy biker que quelques dents de lait et que cet homme, qui entretenait sa maison, était un businessman de Miami.

C’est à partir de 1997 qu’il succomba à sa passion pour la motocyclette, laissa absolument tout tomber et rejoignit la communauté des gypsy en tant que rider full time.

Dans ces premières années de route, ses compétences en menuiserie ont aidé Bean’re à vivre. Néanmoins, et bien que ce genre de gars sachent tous charger leur bécane, planter le camp et s’adapter à quasiment toutes les situations, Bean’re lui semble avoir une qualité particulière pour laquelle il est exceptionnellement doué.

Scooter Tramp Scotty with Bean're

Le commun des mortels n’imagine pas à quel point un routard comme les gypsy change de lieu de vie et arrive presque tous les jours à un nouvel endroit. Toute personne qui a jamais déménagé sait de quoi il s’agit. Vous ne connaissez personne dans votre nouveau quartier et il faut quelques temps pour se faire de nouveaux amis. Pour un drifter (une autre désignation de ces routards que l’on pourrait traduire par « bouée dérivante ») c’est un réel problème, spécialement quand il voyage seul. Il est d’une importance primordiale de pouvoir se faire de nouvelles relations rapidement. C’est pour cette raison que tous ces motocyclistes nomades ont été obligé de développé leur empathie et leur sociabilité au mieux de leur personnalité.

Et dans ce domaine Bean’re dispose d’une capacité naturelles telle que cela a contribué à développer sa notoriété dans tous les USA et même à l’étranger.

 Ajoutez à cela que le « Mayor of fun » (surnom qui lui a été attribué par le célèbre photographe moto Michael Lichter) …

… est scandaleux, drôle, divertissant, toujours au centre de l’événement ou du  rassemblement du coin, et prompt à faire parler de lui (qu’une caméra approche et Bean’re sera probablement debout face à l’objectif) et il est facile de comprendre pourquoi Bean’re a tant de relations / connexions.

Bean're in a tutu!

(j’adore cette photo très connue de lui)

A l’âge d’or des célèbres customiseurs / masterbuilters de moto (jusqu’à la fin des années 90), il a travaillé avec un ami proche, le fameux Billy Lane. Bean’re a également oeuvré chez la plupart des autres customiseurs à un moment ou un autre, même pour de courtes périodes. En gros, il connait absolument tous les acteurs importants de la scène bikebuilder américaine. Pas moins. Tu peux aussi y ajouter quelques noms de la scène rock US.

Avec RON FINCH 

Avec ARLEN NESS

Bean're and Arlen Ness

Avec STEVEN TYLER

Avec DAVID UHL et MIKE WOLF

Etc, etc, etc, …

Tout à fait à l’opposé de Panhead Billy, Bean’re, lui, travaille à fond sa notoriété.

David UHL a réalisé de lui une superbe peinture (très célèbre aux USA dans le milieu biker) que l’on retrouve sur la couverture de son livre

Et tu peux suivre ses exploits de routard (il était sur les routes asiatiques en ce début d’année) sur son site et blog très bien tenu …

Voir :

http://www.everythingbeanre.com/

Et bien qu’il ait bougé énormément au fil de ces dernières années, il travaille maintenant à temps partiel à l’organisation de rassemblements motards comme le Buffalo Chip (Sturgis) en tant que « maître de cérémonie » et « artiste de divertissement ». Ce boulot l’amène à participer à nombre d’évènements moto dans tous les USA et même hors des frontières. Il déborde d’énergie et a une réputation de vrai fonceur.

Il tient une rubrique dans le fameux Cycle Source Magazine …

His monthly column is available in Cycle Source Magazine.

 … son livre se vend et il se dit qu’il pourrait même un jour avoir sa propre émission de télévision.

Ce mec est tellement connu dans le milieu que tu trouves des autocollants à son effigie sur tous les grands événements bikers américains (j’en ai de pleins tiroirs, je les ai trouvés de Daytona à NYC notamment sur le stand d’INDIAN LARRY chez Bobby SEEGERS)

 Ainsi donc, on comprend aisément que bien que la plupart des drifters jouissent d’une vie de solitaire, Bean’re lui, tout en continuant de rouler énormément s’arrange pour être sous les spotlights et que ça lui réussi assez bien.

Quant à l’entretien de sa moto, et comme tous les gypsy bikers, il réalise tout lui-même.

A tel point que le Road King blanc spécial police évoqué au début …

 … s’est peu à peu transformé en un « superbe » (ça se discute) chopper pourpre qui est devenu son symbole, sa marque de fabrique.

Sa PURPLE BEAST comme il la nomme

… 

 Mais avec la pression croissante de son rythme de vie de plus en plus professionnel, Bean’re n’a tout simplement plus le temps pour les réparations et la maintenance de son engin qui totalise maintenant 300000 miles. Sachant par expérience que dans notre monde presque toutes les pannes mécaniques se produisent le long de routes solitaires et doivent être pris en charge par le rider lui-même, Bean’re a entrepris de construire un nouveau « vélo » pour s’éviter un trop plein de pannes dues à la vétusté de son engin.

New bike

Il a commencé avec un moteur qui, espérait-il, une fois travaillé, serait à la fois moderne et simple – une tâche ardue à l’heure des ordinateurs embarqués, capteurs, pompes à carburant, le câblage spaghetti, etc. Un cauchemar quand on veut aller vers la simplification.

Il a maintenant un moteur double arbre à cames 103 pouces qui devrait offrir toute la simplicité et la longévité du moteur standard de l’évolution de 80 pouces.

Ainsi donc voici une autre légende américaine de la route prête à repartir …

Me plait bien ce drôle de motard à moi.

Aller, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Les jeunes ça osent tout … c’est même à ça qu’HONDA les reconnait


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Nous adorons tous les histoires de gars (ou filles) sans aucune formation initiale appropriée qui se mettent à « bricoler » une motocyclette et font exploser toutes les conventions dès leur première tentative (moi c’est le 103 SP Peugeot que j’avais fait exploser … bin wouaich j’avais pô la formation initiale appropriée).

C’est en général dans les films américains ou dans le monde des Bisounours que surviennent de telles histoires, dans la vraie vie, cela reste assez marginal. Néanmoins, le fait est qu’il n’existe aucune formule magique ou voie royale pour construire une moto originale et le seul moyen d’y parvenir finalement c’est de travailler dur jusqu’à l’aboutissement final du projet.

C’est exactement le chemin qu’a emprunté JOEY CHANEL quand il décida de construire son propre chopper radical sur base HONDA.

En fait, Joey devait présenter un projet de design pour obtenir son diplôme à l’université George Mason et il a réussi à convaincre son encadrement que la fabrication d’un chopper peut aussi relever d’une réelle démarche artistique.

Hey, nous on le savait déjà, mais bon, il semble que certaines informations mettent du temps à diffuser …

 Les jeunes ça osent tout, c’t'affreux !!!

It Smells Like Teen Spirit 

Première chanson de l’album Nevermind de NIRVANA sorti en 1991. 

A donf :

http://www.youtube.com/watch?v=hTWKbfoikeg

En s’attaquant à son projet à partir d’une vielle HONDA CM 400 de 1979 (pourave et pô chère – 300$), pas mal d’obstacles se sont présentés qu’il a fallu surmonter.

Si tu ne t’en souviens pas, à l’origine, la motocyclette en question ressemble à ceci :

(ici un modèle T – pour Twin – avec bags et sissy bar)

Il existait aussi la CM400A (Automatic), CM400C (Custom) et la CM400E (Economy)

Joey était assez expérimenté pour ce qui est de la soudure mais son école n’avait aucune ressource en ce qui concerne cintrage et pliage de tubes.

De plus, disposant d’un budget trop serré pour se permettre des dépenses inconsidérées en acier pré- plié ou en cadre construit sur mesure par un professionnel, Joey a abordé le problème par une autre voie … ou bien devrais-je dire, une autre dimension ?

Abandonnant la notion préconçue selon laquelle un cadre de motocyclette doit être fabriqué à partir de tubes ronds, il dessine et fabrique la partie arrière à partir de tôle acier à plat de 1/8. Il découpe ainsi et façonne à la main 26 pièces individuelles.

Cette section radicale que tu contemples de tes yeux ébahis a été « accouplée » à ce qu’il restait de la partie avant de la moto originelle. La fourche, raccourcie évidement, provient d’un CB 650 plus récent. Le maître-cylindre de frein est fabriqué à partir d’un filtre à essence en verre et le phare à Led est logé dans un écrou de pression de  … bouteille de plongée.

Et quitte à être radical, on ne va pas donner dans le Ape hanger mais dans les bons vieux bracelets des familles. Yes !

Joey a récupéré un seau chez un ami qui lui a servi de matériau de base ainsi que des raccords et joints de tuyauterie (le monde magique de la plomberie garçon !). Et hop, un kick, des repose-pieds, un shifter talon-pointe, un feu arrière. On retrouve même ces pièces (très travaillées) pour sécuriser le réservoir double. Quand son père lui fit remarquer qu’il ne connaissait pas la contenance des réservoirs et que ces derniers n’avaient pas de jauge, Joey lui a répondu en rigolant que ça n’était pas très important dans la mesure où en cas de besoin il pouvait les dévisser et les transporter jusqu’à la prochaine station-service.

Photo : 1st of two senior grad shows tonight. Anyone interested in coming and enjoying the address is  3305 8TH STREET NE WASHINGTON DC and it starts at 7 tonight. Here is a pic of my senior project

Doute de rien le môme j’te dis !!!!!!! Génial.

Il s’est même lancé dans le travail du bois. Comme il en avait assez de caler l’engin avec un manche à balai il s’est dit qu’après tout une béquille en bois de chêne noir serait du plus bel effet. Une fois repliée elle est maintenue en place sous le cadre par un aimant.

Pour la selle par contre on notera un travail … minimaliste

Quant aux échappements …

Euh ??? … Devine ! (mais surtout n’oublie pas tes bouchons d’oreilles)

Superbe mélange de travail acharné et d’artisanat.

Qui a donc donné naissance à cet engin dénommé RACE RESPONSE

Après avoir terminé sa machine au début de cette année, Joey a rencontré COPPER MIKE de GRAVESEND CYCLES 

coppe-mike

Voir : http://coppermike.com/

coppa-engine

… qui accepta de l’aider à transporter l’engin jusqu’à DAYTONA à l’occasion de la dernière bike week où il fit sensation à plusieurs shows. Il a même été consacré Best Creative Custom au légendaire Willies Tropical Tattoo show (quand tu connais le lieu cette récompense ici est tout à fait logique)

Et non seulement cet improbable engin roule mais il a un killer look d’enfer sur la route …

Toute la scène custom US a remarqué Joey et nombreux sont les masterbuilders à dire que lorsqu’il se mettra à travailler sur base HARLEY DAVIDSON, il devrait faire des étincelles.

Preuve de cette reconnaissance du milieu qui lui a décerné nombre de récompenses :

2014 International Motorcycle Show, Washington D.C. 2nd in Freestyle
2014 Timonium Motorcycle Show, Timonium Maryland. 2nd in Nostalgic Custom Best Handcrafted Parts of show
2014 Willies Tropical Tattoo, Daytona Florida. Best Creative Custom
2014 Boardwalk Bike Show, Daytona Florida. 3rd in Radical Metric
2014 Rats Hole Custom Bike Show, Daytona Florida. 3rd in 251-1000cc Class

Et surtout un classement (3ème place dans sa catégorie)

au prestigieux

RATS HOLE HAWARD

(ça c’est le Graal aux USA vieux gars)

Un oeil à jeter sur son FB :

https://www.facebook.com/joey.chanel

A suivre donc ce charmant jeune homme pour les années Kustom Bike à venir …

La bise.

L’Hervé your Berrichon friend.

Les spécif’ de la chignole

Proprio / constructeur : Joey Chanel

Modèle : HONDA CM400T 1979

Fourche : HONDA CB650 1985

Type : téléscopique, raccourcie

Moteur : d’origine (Joey a prévu de le refaire très bientôt)

Echappement : maison (pour ne pas dire « tuyaux vides »)

Transmission : origine

Pignon de chaine : 47

Chaine de 150

Cadre : dessiné et très « légèrement modifié » par Joey

Amortisseurs : où ça ?

Guidon : bracelets

Garde-boue : aucun

Réservoir : fait maison / main à partir d’exctincteurs, détachables en cas de panne d’essence

Phare avant : fait maison / main, lumière blanche à LED coque bulbe sur valve de pression scuba tank (si, si, c’est possible, la preuve)

Feu arrière : LED, logés dans une coque d’acier

Tachymètre : Naaah… pourquoi faire ?

Electricité : tout à la main, pas de boitier de connection

Selle : acier découpé / plié 3/8” maison / à la main …super confortable !

Roue avant : ’82 Honda FT 500 mag
Pneu avant : Off road
Yaille : 20”
Roue arrière : Honda Ascot mag
Pneu : Off Road
Taille : 19”

Freins : Nissin CBR600RR caliper

Peinture : par NOVA Powder Coat, www.Novapowdercoat.com
Couleur : Sand blasted bare metal par technique de powdercoating

BARBECUE CHOPPER


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu le sais, j’adore le monde de la moto, mais ce qui m’amuse vraiment, c’est le truc décalé, l’inutile, le rigolo, l’improbable issu du monde des motards.

Je te nous ai donc trouvé un nouveau « machin décalé »  …

C’est (quasi) certain, même toi, tu ne connais pas ça, tu n’as jamais vu une « bécane » pareille !

Slideshow image

C’est à TWIN-TECH MOTORCYCLE SHOP de CATSKILL dans l’Etat de New-York (pas la ville, hein) que l’on doit la création du CHOPPER-QUE, l’indispensable barbecue pour réussir toutes les grillades

Qu’on se rassure, ils bricolent aussi du brélon

Slideshow image

Slideshow image

Cet accessoire de cuisine que tout bon biker se devra d’acquérir comprend une sono intégrée, un écran plat, une Wii Ni……o, une pompe à binouze, un réfrigérateur et les rangements nécessaires à tous les ustensiles de cuisine BB-QUE  …

Slideshow image

… ainsi qu’une poignée d’accélérateur (sur le guidon) qui permet de faire cracher des flammes aux deux sorties d’échappement (indispensable sur cet engin bien sûr)

Slideshow image

Tu peux voir cracher la bête ici :

http://www.youtube.com/watch?v=ceYZHZXR1H4

Slideshow image

C’est Will Thibeault de Fusion Motorcycles qui a construit l’engin pour une vente de charité

Slideshow image

Wouala, manque plus que léçoçisses

THAT’S AMERICA !!!!!!

TWIN TECH AND PYX PRESENT CHOOPER - QUE

Aller la bise

L’Hervé, your Berrichon friend

MUPPET SHOW MOTORCYCLE MANIA


Hervé

Tomato’ing Statler & Waldorf Muppet Motorcycle Figurine

 Item n°0902A, Hamilton collection 2004, 45$, uniquement disponible aux USA.

Statler (sur la moto) et Waldorf (dans le panier) sont une paire de deux vieux râleurs qui passent leur temps à se moquer des personnages du Muppets Show depuis le balcon de leur loge (Fozzie et ses pauvres blagues étant leur victime préférée). Ils apparaissent dans presque tous les épisodes. Ils doivent leur nom aux deux célèbres hôtels newyorkais, le Statler Hotel et le Waldorf-Astoria Hotel.

L’épouse de Waldorf, Astoria, étant la soeur de Statler ; ils sont donc beaux-frères.