Museu de la motocicleta (2) : VINTAGE SPANISH MOTORCYCLES

Bonjour copain (et copine),

Bon, pour dignement poursuivre cette fort sympathique visite del Musue il nous faut l’accompagnement musical, par de vrais bikers qui « bluesent »  en cuir et qui vont bien … et là, je ne vois que The JAMES SOLBERG Band avec, extrait de son album One of these days (1996), le titre :  Still called the Blues :

 http://www.youtube.com/watch?v=Bt9DrosAkBo

(ça c’est du vrai mon poupon !).

 

Franchement, avec une pochette de disque et des brélons pareils, i’ peuv’ pô êt’ de mauvais bougres ces gars là c’est sûr !

Bon, je reconnais que si j’assumais mon côté franchouille, j’aurais dû te bombarder le magnifico-sublimissime-extra-chouettos album de DICKRockin’ along.

1972 / 1973, c’est l’époque où il tourne avec le groupe Labyrinthe : Raymond Bureau à la basse, Simon Vandercam à la lead-guitar, Donald Rieubon à la batterie, Pierre Billon aux percussions, Jacques Verecchia aux claviers + 2 choristes + cuivres.

Tu te souviens de Pierre Billon ? On montait chez lui derrière les hauteurs de Suresnes dans son pavillon-atelier de création – bar – bouclard boire une binouze, y croiser des « gens » improbables et voir des Harley qui n’existaient nulle part ailleurs …

Au milieu des année 90 j’y trainais encore parfois. Depuis je ne sais pas ce qu’il est devenu le Pierre. Si tu as des news je suis preneur.

Alors pour ton nympho, saches que ce superbe album : JE L’AI, version originale papier cartonné. Collector mon pote, jamais je ne te le prêterai, jaaaaaaaaaamais !!!!!!!!!!!!!!!!

Et alors surtout, LE titre de l’album (le seul en français) MARILOU (l’intro à la basse, le son des seventies, … et la voix du Dick … whouarf la frime ..) écoutes :

https://www.youtube.com/watch?v=Rp91S8VTAFY&feature=kp

M’égare- je là ????

Euh, Okay, okay, j’arrête … ça vaut mieux de toute façon je vais chialer sinon …(le fameux « Effet Dick »).

J’en étais où ???  … EL MUSEU !!!

Ça serait bien que je t’en donne les coordonnées tout de même : MUSEU MOTO BARCELONA, Carrer de la Pall 10, 08002, Barcelona, +34933 186 584

DSC_4020

Ainsi donc, tu peux admirer dans ce petit musée des motos rares dans un état de restauration exceptionnel.

DSC_3951

Je fais le pari que tu ne connais pas ces marques !!!

 FOPI (fabricant de motos de course) avec ce modèle 125cc qui a couru les 24h00 de Montjuïc en 1960.

DSC_3937

Ou encore cette ROVENA (filiale de SANGLAS) 250cc de 1964

DSC_3941

 Le moteur est un 250 Villiers, fabriqué en Espagne, un 2 temps, 2 cylindres. La Rovena est en réalité une machine fabriquée par la marque Espagnole plus connue : Sanglas, réputée pour des monos 4 temps conçus pour la police Espagnole de 1939 à 1979. Cette moto, fut produite entre 1963 et 1968 avec une boîte 4 vitesses et en trois modèles : une 250 et une 350 de tourisme ainsi qu’une 250 Sport qui dépassait les 140 pour 20cv à 6500 tours. La ROVENA est un modèle, caprice de Martin Sanglas (le boss de Sanglas), qui la construisit après un voyage en Italie où il s’était éprit de la ville de VERONA (Il joue avec les lettres de VERONA pour dénommer son modèle 2T : ROVENA). En tant que moto espagnole des années de l’autarcie du “National-Catolicismo Franquista”, elle n’est pas très courante. A cette époque, la plupart des Espagnols étaient si pauvres qu’ils ne pouvaient pas acheter un modèle aussi cher. L’Espagne manquait d’aluminium (monopole d’Etat), de caoutchouc pour les pneumatiques et l’exportation était presque impossible à cause de la politique internationale du moment qui était contre le régime fasciste. Ainsi, les unités construites de ce modèle ne sont pas nombreuses en comparaison avec d’autres marques espagnoles de l’époque. Pour trouver plus d’information le Club Sanglas Cataluna est le meilleur. Plusieurs membres ont des Rovena, et on peut trouver à Barcelone plus de 250 Rovena dans un magnifique état de conservation, avec documentation et plaque d’origine.

Voir :

http://www.clubsanglascatalunya.com/

DSC_3952

Et cette magnifique petite DERBI ? (l’acronyme de DERivats de Bicicletes )

Sellerie bleue pour cette 49 de rêve.

DERBI, fondée en 1922 dont la production se développe fortement à partir de 1939, à la sortie de la guerre civile :

http://www.derbi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=195&Itemid=144&posicion=0

DSC_3949

Superbe SANSON Sport 250 bicylindres 2 temps Hispano-Villiers, à l’esthétique urbaine  DSC_3971

Sanson était une marque catalane de motocyclettes fabriqué à Barcelone entre 1959 et 1961.C’est bref ! Ce qui frappe d’ailleurs lorsque l’on déambule aux milieu de toutes ces marques espagnoles, c’est que nombre d’entre elles disparaissaient à peine quelques années après leur naissance …

Dans les années 40 à 50 de nombreux moteurs ont été fabriqués pour être directement adaptés aux bicyclettes.

En voici une variation avec cette BELFI Gacela fabriquée à Barcelone en 1958 (la Bleue version catalane).

Remarques la disposition du moteur en transmission directe sur la roue arrière

DSC_3993

VELFI (en catalan) était une marque de ciclomoteurs et scooters fabriquée à Barcelone entre 1955 et1960. Elle était commarcialisée aussi sous les marques Belart, Belfi, Camello et Gacela.

L’étonnant prototype de Miquel SIMO, un 148cc de 1929

DSC_4012

Il fût le premier espagnol a participer à plusieurs Grand Prix européen dans les années 30

Miguel Sanchez Simo, coureur de moto et constructeur catalan

Voir :

http://charlescamberoque.unblog.fr/2011/11/30/miquel-simo-un-constructeur-et-pilote-oublie/

Et cette sublime RIEJU (la marque 100% espagnole fondée en 1934), une des toutes premières de la marque.

DSC_4002

Ce 50cc porte le n°3 et a été fabriqué en 1949

Qui produit toujours de nos jours :

http://www.rieju.es/es/historia/1934-1959

Et attends, tu n’as pas tout vu, je ne vais pas t’exposer ici toutes les photos des pièces exposées dans ce magnifique musée, mais je te garantis qu’elles sont toutes dans le même état exceptionnel et plus intéressantes les unes que les autres.

Aller, la suite très bientôt !

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Une réflexion au sujet de « Museu de la motocicleta (2) : VINTAGE SPANISH MOTORCYCLES »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*