MOTO DE CUIVRE : A VENDRE


Hervé

Salut copain (et copine),

Mon ami Mike COLE, master builder new-yorkais, aka COPPER MIKE                                                          

coppe-mike

        …. l’homme aux motos de cuivre, dont je t’ai récemment parlé vend une de ses motocyclettes … ici en France

Rappelle toi : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2015/11/18/moto-de-cuivre-by-copper-mike/ 

L’engin se nomme  SOUTHPAW …

southpaw2

Il se trouve actuellement dans le sud de la France

Chez Laurent (que tu peux joindre au 06 13 92 28 69)

SOUTHPAW a fait plusieurs fois la couverture de magazines aux USA et il a également été la vedette sur DISCOVERY TV du show Two Wheels Thunder

southpaw1

Il dispose d’un système d’amortisseur par air sous la selle et l’ensemble du cadre est chromé

southpaw7

Mike me disait il y a une heure de cela qu’il souhaite le vendre entre 20 et 22k€

Merci à toi de faire circuler cette “annonce” autours de toi stp

southpaw6

Si tu es un mordu de technique, voici les caractéristiques de la bestiole :

Fabricant :                          Copper Mike Cole / Gravesend Cycles 

Année/modèle :                   2010 /  Gravesend Cycles Southpaw

Temps de construction :    5 mois

Chromage :                        Gravesend Cycles, NY

Polissage :                        Gravesend Cycles NY

Sablage du cadre :           Elite Powdercoating, Plain View NY

Peinture :                         Motorcycle Mike Mulitz, NY

Couleur :                      Jeep Wrangler color pinstriped avec du vert Dodge Viper

 southpaw5

MOTEUR / TRANSMISSION

Moteur :               2010 Ultima 113

Fabricant :          Ultima

Cylindrée :          113 cubic inches

Puissance :         125CV

Entrainement :   Ultima 4.5 inch

Cylindres :          Ultima 4 inch

Pistons :              Mahle forged

Cam  :                 Ultima Ultima .625

Valves:                Ultima

Rockers:              Ultima

Poussoirs :         Ultima

Tringles :            Ultima

Carbu:                Mikuni

Filtre à air :       Drag Specialties Velocity Stack

Echappements : Copper Mike Gravesend Cycles

Démarreur :         Dyna

Bobine :              Dyna

Electricité :        Dyna

Système de charge :         Harley-Davidson

Régulateur:                     Harley-Davidson

 Afficher l'image d'origine

Transmission, année / modèle:       2010 Ultima six rapports

Embrayage :                                     Ultima

Transmission primaire  (chaine):  Ultima 2” belt

Transmission secondaire :             Chaine 530

Pas de Kick starter

                                     southpaw3

CHASSIS

Cadre :                         2010 Gravesend Cycles

Angle :                         34 degrés

Empatement :             normal

Fourche :                     2010 Harley-Davidson 49mm

Bras oscillant :           aucun

Roue avant :               21 x 3.5 inch Dominator 9

Roue arrière :             18 x 8 inch Dominator 9

Frein avant :               Performance Machine 4 pistons

Frein arrière :             Performance Machine 6 pistons

Pneu avant :               Avon Venom 21”

Pneu arrière :             Avon Venom 200 x 18

Garde boue avant :    Jesse James

Garde boue arrière :  Gravesend Cycles

Sabres :                       Gravesend Cycles

                                                                          southpaw4

 ACCESSORIES

Phare avant :             Drag Specialties

feu arrière :                Licks Cycles, Clarksburg, MA

Réservoir :                 1940 Indian Chief

Bac à huile :             Gravesend Cycles        

Guidon :                   Gravesend Cycles

Risers:                      Gravesend Cycles

Selle:                        Mikey T,  Long Island

Repose pieds :         Gravesend Cycles

Pas de protection de courroie primaire : coupe jambon full open, à l’air

 

 Tachymètre :                          aucun

Support de plaque :              Gravesend Cycles

Rétros :                                   aucun

Poignée des gaz :                  Performance Machine

Sélecteur :                              Gravesend Cycles

Poignée embrayage /frein : Gravesend Cycles

Bon, wouala copain (copine) … tu as compris que tu as là un engin absolument unique au monde qui va te permettre de faire le baillekeur, le vrai, dans tout le quartier …

YES !!!!

Donc si ça te tente, tu appelles Laurent …

Et rappelle toi de faire circuler cette “annonce” autours de toi stp.

 Afficher l'image d'origine

                                                                                                                                    Merci pour Mike

Aller, la bise mon titou.

L’Hervé, encore your Berrichon friend cette année

STURGIS 2015 : NOIR MAT, un artiste français aux USA


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, Sturgis, je t’en ai quasiment narré tous les aspects ces derniers mois …

DSC_0898 - Copie

… tu n’as maintenant plus qu’à t’y rendre pour vérifier si je t’ai bobardé ou pas …   : )

Bon voyage, tu vas t’éclater, c’est gagné d’avance !

Ceci dit, il me reste une dernière chose à te raconter qui m’a vraiment plu cette année …IMAG2093

…  la présence de nombreux artistes peintres (je vais te parler ici des plus connus / talentueux mais ils sont vraiment nombreux à venir de toute part pour exposer leurs oeuvres picturales … plus ou moins réussies pour certains d’ailleurs) et surtout pour la première fois de sa carrière, la présence de plusieurs peintures de notre ami, le français Dom’ dit NOIR MAT (en bon américain il nous faut dite : Dom’ Aka NOIR MAT – Aka pour Also Known As …)

IMAG1720 - Copie

Dom’ n’étant pas présent lui-même cette année à Sturgis

Bon je t’ai déjà parlé en long, large et travers de DAVID UHL, j’arrête promis

Saches juste que deux mois avant la bike week David a produit pas moins de cinq oeuvres … un travail incroyable (notamment compte tenu du niveau de qualité de sa production) en un laps de temps aussi court …

SABOTEUR (avec ma pomme en arrière plan) …

IMG_0737 - Copie

TARYN

Taryn

Cette peinture à sa petite histoire … quand tu connais l’oeuvre et le style de David, le Springer que tu vois derrière est  … “bizarre”. ça ne correspond pas totalement à son style et surtout son goût pour la moto vintage … mais, c’était une commande du patron du casino Gold Dust de Deadwood … qui voulait une peinture avec sa copine (qui, pour l’avoir rencontrée est absolument superbe et fidèlement reproduite ici) pour la bike week … il fallait donc faire vite et David ne s’est pas du tout attardé sur la moto … Apparemment le boss en question a du être très satisfait vu qu’il a commandé pour chacune des 100 et quelques chambres de l’hôtel qu’il possède aussi à Deawood un exemplaire d’une des peintures de maître Uhl … Art n’ business te dis-je !!

SMOKIN GUN (toujours avec ladite jolie copine)

Smokin Guns

NEW ARM JERKER

New Arm Jerker

De très grande dimension, cette peinture est magnifique en réalité …

Oui, pas mal de références au monde des cow-boys, nous sommes dans les Black-Hills, berceau de l’histoire US du XIXème et début du XXème siècle …

Et enfin, retour au monde la moto avec la peinture réalisée pour BETSY HUELSKAMP (souviens-toi, je t’ai parlé d’elle il y a quelques mois de cela, j’avais fait les photos qui ont servi à cette oeuvre l’an passé sur les hauteurs de Deadwood avec David : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2015/01/05/welcome-to-sturgis-7-quelques-raisons-daller-a-strugis/ ), intitulée FREE SPIRIT

Free Spirit

Ce fût d’ailleurs très sympa de revoir Betsy cette année …

7 Betsy Huelkamps

A une cinquantaine de kilomètres de Deadwood, dans l’immense concession Black Hills Harley Davidson de Rapid City, c’est SCOTT JACOBS qui exposait ses oeuvres …  quand je dis immense je te laisse te faire une idée par toi même :

Afficher l'image d'origine

Pendant la bike week, c’est littéralement un mini salon de la moto qui se tient ici … J’ai d’ailleurs pu y retrouver Brian KLOCK et son épouse Laura. Ils dirigent KLOCK WERKS depuis un certain nombre d’années déjà et produisent des pièces originales et de grande qualité  … C’est notre pote Ludo qui a un full dresser Klock Werks déniché chez BORIE il y a deux ans de cela … un des seuls que je connaisse en France

Perso’ j’adore …Klock 2 J’ai même eu le plaisir de le piloter … (le full dresser hein, pas Ludo …)

Klock 1

Toute la famille KLOCK est dans la moto jusqu’au cou …

laura1

Les deux filles pilotent en course et Laura détient plusieurs records de vitesse sur le lac salé …

Laura-Klock-Bonneville

Dans leur genre, les KLOCK sont eux aussi une grande famille d’artistes …

3 Laura & Brian KLOCK

Je suis heureux d’avoir pu les revoir ici et les interviewer pour un petit article paru à la rentrée dans le NEW YORK RIDER MAGAZINE

3b Laura Klock

Et moa j’ai uneuuuu jolieeeeee photo avekeuuuu Laurahahaahahaha …

Pour en revenir à Scott Jacobs , il est considéré aux USA comme LA référence en terme de peinture contemporaine moto / auto … Ce qui ne cesse de me surprendre car son style a un côté naïf que l’on ne retrouve par du tout chez David Uhl qui de plus maîtrise bien mieux la lumière que Scott … enfin bon, le débat est ouvert depuis des années entre les fans … je dirais juste que Scott est plus éclectique dans le choix de ses thèmes (il aborde plus les lifestyles, arts de la table et du vin, Venise et ses masques …). Mais pour moi, David est le meilleur des deux.

1

Enfin bon, peu importe … le fait est que grâce à leur art respectif ils sont dans une concurrence permanente et  … millionnaires tous les deux …

1aa

La peinture que tu vois ici, qui était exposée dans la concess’ de Rapid City durant la bike week, s’intitule A CLOSE ENCOUNTER et figure les deux filles de Scott, Olivia et Alexa en Harley devant la fameuse DEVILS TOWER dans le Wyoming …

1aaa

Ce tableau original aurait été vendu 109.000$ durant la bike week à un newyorkais …

1 (602)

Vas te faire un avis sur l’art de ces deux grands artistes sur leur site internet …

Scott : http://www.scottjacobsstudio.com/

David : http://www.uhlstudios.com/

Mais ce que j’ai vraiment adoré ce jour la à Rapid City, c’est de trouver les oeuvres de notre ami NOIR MAT , exposées pour la première fois aux USA … Dom’ m’avait donné toutes les informations pour retrouver Shelley qui s’occupe de lui pour la RALLY FINE ART GALLERY

IMAG1987

C’est notre pote JACK 1340 qui a réalisé ce superbe portrait de Dom’ (qui a énormément plu aux américaines sensibles … au french charm de notre stéphanois ..)

Pour ne rien gâcher, NOIR MAT était carrément exposé avec les plus grands. Notamment l’allemand MICHAEL KNEPPER (‘scusez du peu …) …

IMAG1988

La toile du dessus comme tu le sais est un hyperréalisme de NOIR MAT intitulé AMERICA et juste en dessous tu aperçois le fameux WELCOME TO STURGIS de KNEPPER  

1 (212)

Perso’, suis très moyennement fan de KNEPPER, trop naïf à mon goût sur la forme et sur le fond (les loups, aigles, indiens, toute la panoplie traditionnelle du biker d’Epinal …ça me gave grave … bien sûr, ceci n’engage que moi, il est tout à fait possible d’aimer le genre et être mon meilleur pote tout en étant fan de Johnny Halliday)

Tu peux admirer sa production ici : http://www.michael-knepper.com/

Et pour NOIR MAT ici : http://www.noirmatart.com/

Dom’ n’était pas aux USA cette année, son travail l’y précédait (de fortes chances pour qu’il y soit en 2016 me disait-il en octobre lorsqu’il exposait au Carousel du Louvre sur Art Shopping)

IMAG2406

Jack 1340, Noir Mat … pi’ moa ke j’ai l’air couillon sans surnom …

IMAG2409_1

Pour en revenir (et en finir avec) à Sturgis, Dom’ m’a bien manqué sur place mais j’ai tout de même eu l’immense plaisir d’y voir son travail et surtout l’intérêt que les américains lui portait (notamment Scott Jacobs qui a été … “interpellé”)  …

… et de me faire ce petit selfie souvenir en tant que premier frenchie à finalement l’accueillir aux USA

YES !!…

IMAG1986

Bravo mon Dom’, tous mes voeux de succès t’accompagnent, je n’ai aucun doute sur ta futur réussite sur ce marché américain où à mon humble avis, avec David Uhl tu es le meilleurs dans le genre …

Et toi copain / copine ?  …

C’est quoi ton classement NOIR MAT / UHL /JACCOBS / KNEPPER ?

Aller, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

MOTOS de CUIVRE


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu sais que je me préoccupe du niveau de ta culture biker … et que j’aime bien le faire en te causant de mes potes américains pour cela … surtout quand ils ne sont pas forcément très connus ici en Europe alors qu’aux USA ce sont de véritables stars …

gravesend-cycles-copper-mike-steampunk-full-7502

Dans le milieu de la motocyclette, notamment lorsqu’elle est de marque américaine, contrairement à une fausse idée assez répandue …  l’originalité est rare … on croise beaucoup de tatoués, couverts de cuir et de chrome, adeptes de la tête de mort sous toutes ses formes (perso’ je n’en peux plus de ce folklore) …

M-Cole_22194

Et pourtant, certains parviennent au plus haut niveau en développant et en préservant une vraie originalité

coppa4

Permets-moi de te présenter un ami, artisan expert, alliant moderne et classique : MICHAEL COLE, surnommé COPPER MIKE (Aka comme i’ disent là-bas) par ses pairs. Mike appartient à cette race rare, mélange unique d’artiste, d’ouvrier métallurgiste et maître constructeur de motocyclettes

copperMike

Mike est né à Brooklyn (je le croyais californien du sud avant de le connaitre) ; il vit et travaille à Long Island. Le pur New-Yorkais dans toute sa splendeur

Son bouclard, ( http://coppermike.com/ ), est situé à Lindenhurst, mais ont peut voir ses travaux (motocyclettes, dessins, meubles, objets de décoration) dans les boutiques de luxe à New York ou Miami, ou en exposition dans divers hôtels et casinos un peu partout aux USA. Beaucoup de ses engins (il lui faut en moyenne six mois pour les produire) ont fait leur apparition dans les shows à Daytona Beach, Roanoke Civic Center, Miami Art Space, Las Vegas, New York City, et même en France et à Monte Carlo. La presse papier et audiovisuelle n’est pas en reste.

Une belle réussite  …

bikes-builder-11378

Son atelier (qu’il tient avec sa compagne Deborah Ann) se nomme GRAVESEND CYCLES

11385584_128635490802547_1350809139_n

(du nom du village où il a grandi, à Gravesend Brooklyn, NY)

Une de ses premières motos rend hommage à sa ville natale, Gravesend Brooklyn

IMG_9650

Elle est bâtie autour d’un moteur Harley Shovelhead 1972. Et dés le début, le cuivre est au cœur du travail de Mike

IMG_9731

Oui car tu te souviens que copper en anglais veut dire cuivre en gaulois …

La peinture sur le réservoir d’huile représente le pont de Brooklyn et bien sûr elle se nomme “Gravesend“.

Mike roule en moto depuis l’âge de 14 ans. Il y a moins d’une dizaine d’années qu’il a commencé à en construire. Il voulait faire “quelque-chose de spécial”, des motocyclettes que personne n’aurait jamais vu avant …

24bikes-ward-custom1

Tout est donc réalisé à partir de zéro, principalement sur une base moteur Harley-Davidson nue.

Tout le reste est plus ou moins création maison. La grande caractéristique étant que les engins sont personnalisés à la main avec des revêtements de feuilles de platine et autres métaux précieux (or 14K par exemple) et surtout avec du cuivre qui est le matériaux de prédilection de Mike. Les motos sont construites pour rouler, mais certains collectionneurs pourraient les mettre dans leur salon comme objet décoratif sans hésitation

24bikes-ward-custom2

J’adore la photographie de cette tête de fourche de la Steampunk bike

Mike se considère d’abord comme un artiste avant d’être un motorcycle master builder. C’est ce qui (en plus de sa vraie créativité) en fait la grande particularité. Mike est capable de vous parler d’art et pas uniquement de moto (ce qui est assez exceptionnel dans le milieu aux USA). Il produit d’abord ce qu’il a en tête et ensuite espère que cela plaira au public en espérant qu’il … achètera (c’est exactement l’inverse d’une démarche marketing)

bikeCloseUp

Il aime construire des engins dans lesquels il incorpore des éléments constitutifs disparates et réunir divers autres artistes dans ses projets. Et tout doucement, il a glissé ces dernières années vers le style steampunk

poster-for-sale

On lui doit notamment STEAMPUNK autour d’un Shovelhead de 73…

Si tu as 180.000$ elle est à toi avec ses nombreux extincteurs recyclés, filtres à air en boîte en laiton, corne de trompette, feu arrière de sous-marin,                                     boussole de bord à l’ancienne et sacoches faites à partir de bacs à munitions russes …

…et SINISTER KID sur base Knuckle

sk2

Ces deux engins ont servi à un autre artiste, David UHL à produire les deux premiers de ses tableaux de la série Steampunk Ladies

11373982_1623232991284266_564890353_n

(tu peux revoir ici ces deux engins : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/12/10/welcome-to-sturgis-2014-david-uhl/ )

Le travail du cuivre …

coppa-engine

… est esthétiquement bluffant ….

Copper Mike - Precious Metal

… en terme de résultats …

gravesend-cycles-copper-mike-steampunk-full-7506

A Denver cet été, chez David UHL, j’ai eu l’occasion de voir COPPA CHOPPA sur base Harley Davidson Knucklehead 1939

Elle est magnifique

DSC_0592 - Copie

Toutes les pièces en cuivre sont faites main par Mike

IMG_2103

Ci-dessus 7 DEADLY SINS

Pour ce qui est de ses “œuvres” à deux roues … elles se vendent chez les aficionados entre 80.000$ et 200.000$ …

Par exemple, PRECIOUS METAL dispose d’un cadre traité platine. L’engin a servi sur scène à Lady Gaga pour le lancement de son album “Born this way

precious-metal21

Aux USA, Cole est un peu considéré à part parmi tous les gars qui comme lui sont coutumiers de l’émission “American Chopper”. Sa différence il la cultive en réalisant lui-même beaucoup de pièces et en intégrant d’autres qui à l’origine n’ont rien à voir avec le monde de la motocyclette tout en gardant en tête que son travail doit aboutir à un engin avec de vraies qualités routières.

Mais ce qui est aussi très intéressant avec Copper Mike c’est qu’il explore d’autres champs de création que celui de la motocyclette…

guitar

On lui doit des meubles, des instruments de musique, bijoux …

IMG_5042

… en cela il se différencie réellement des autres constructeurs de show-bikes, bobbers et autre choppers …

dogtag2

… ce qui le rapproche certainement le plus d’une démarche de création que l’on pourrait qualifier d’artistique …

bike

J’ai la chance de correspondre régulièrement avec lui en ce moment au sujet d’un projet qu’il a dans le sud de la France. J’espère que nous le verrons bientôt sous nos latitudes.

Aller la bise !

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

BROUGH SUPERIOR à L’HUILE … et moi


Hervé

Bonjour copain (et copine),

IMG-20150623-WA0002

Tu te souviens que notre pote l’artiste David Uhl a inauguré il y a trois années de cela une nouvelle série d’huiles sur toile intitulée STEAMPUNK LADIES

IMAG2001

Les femmes ont toujours eu une place majeure dans l’oeuvre de David Uhl  

Afficher l'image d'origine

Pin-up ou femmes émancipées, il leur a toujours rendu hommage avec talent

Souviens toi de sa précédente série, jette un oeil ici :

http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/01/27/motorcyle-painting/

Après avoir consacré une dizaine d’années à cette première série, il entame donc avec les Steampunk ladies son second cycle dédié aux femmes et à la moto …

DSC_3629

Tout commence en 2013 lorsqu’il produit sa première Steampunk lady intitulée Seduction qui nous transporte dans l’Angleterre victorienne …

La moto a été fabriquée par notre ami le master builder COPPER MIKE (Gravesend Cycles) ; le modèle est ma copine newyorkaise Jennie Villano qui, depuis qu’elle a posé pour cette oeuvre, m’a souvent dit que cela a changé sa vie

DSC_3630

Entre autres choses, cela l’a convaincu de passer son permis moto (elle roule en Sports’ Harley), et lui a conféré une petite notoriété dans sa carrière de modèle qu’elle poursuit avec un certain succès. Regarde l’une des dernière photos qu’elle vient de faire il y a quelques jours pour une version un peu décalée de la Dame de cœur …

La seconde des Steampunk Ladies fût l’actrice Kristy Swanson pour une oeuvre intitulée The Huntress
Afficher l'image d'origine
Cette fois-ci, nous voici à Prague. Après la séduction, voici le piège tendu par la chasseresse de vampires …
La moto est une nouvelle fois de Copper Mike, la fameuse Sinister Kid sur base de Knuckle 47
Pour mémoire regarde ici :
Comme l’an passé, j’ai pu revoir Kristy cet été à l’occasion de la dernière Sturgis bike week. Elle est toujours aussi jolie et sympathique …
Et enfin, voici venir la troisième Steampunk lady … Intitulée Saboteur 
Oui, en français !
Saboteur by David Uhl
Et là, l’histoire devient carrément sympa … pour moi
T’impatiente pô mon titou, je t’esplikeuu …
David ayant vu le film “Why we ride “, il y fait la connaissance de la pilote de course professionnelle MELISSA PARIS
melissa paris
David entre en contact avec elle et lui propose de poser pour la troisième peinture de la série. Elle accepte immédiatement.
Il décide alors de peindre une scène qui se déroule à … PARIS et me demande de lui envoyer des photographies de la Ville lumière au temps de nos Brigades du Tigre … Parmi celles-ci, il va rapidement s’arrêter sur la photo du fameux accident de la gare Montparnasse du 22 octobre 1895 …
IMG-20150603-WA0000
Premier essai photomontage avec Isabella la fille de David
Concernant la moto, cette fois-ci, Copper Mike n’est pas dans le coup  … c’est un client collectionneur de David qui possède vingt-et-une motocyclettes BROUGH SUPERIOR, qui voulait lui passer commande d’une toile, qui va fournir l’engin … j’ai pu voir l’un d’entre eux à Denver dans l’atelier du maestro …
DSC_0934
(dans le fond, une des dernières créations de Copper Mike)
DSC_0593
La motocyclette que tu vois ici est une BROUGH SUPERIOR SS 100 de 1934
Qualifié en son temps de “Rolls-Royce de la moto”, le modèle originel de la “Super Sports 100” était équipé d’un bicylindre JAP en V de 998 cc à simple arbre à cames en tête développant 45 chevaux, autour duquel se lovait un cadre simple berceau
IMG-20150623-WA0002
Ainsi, Melissa est venue passer une journée au studio de David et le travail a pu débuter …
J’étais heureux que David se soit servi des photos que je lui avait fais découvrir mais là où c’est devenu carrément géant, c’est lorsque que fin mai il me propose … d’être moi aussi dans le tableau … le crois tu ça mon titi ????? Sa famille devant passer quelques jours chez moi en juin il souhaitait me remercier ainsi …
DSC_0939
(motard à face rouge cramée dans les plaines du Wyoming)
Et donc … si tu regardes attentivement l’oeuvre en question, tu verras que l’espionne anglaise qui vient de faire dérailler ce train à la gare Montparnasse et s’apprête à s’enfuir sur son magnifique engin, surveille dans son miroir de poche un policier français qui lui fait signe …
IMG-20150623-WA0028
… bien le little cop dans le fond … c’est moi … Ci-dessus le montage qui va être reproduit sur la toile – j’ai l’air finaud comme c’est pô possib’ non ??  …
Pour la petit histoire, l’original de l’oeuvre a été présenté à la soixante quinzième Sturgis bike week cet été et a été vendue … 45.000$ YES!!!!
IMAG1972 - Copie
Là où ça devient fou et où tu prends toute la mesure du talent de David Uhl c’est que n’ayant aucune photo de mon visage il me demanda de lui adresser une dizaine de selfies que j’ai réalisés … dans le métro … Lui ayant envoyé dans l’instant, trois heures après, de l’autre côté de la planète il avait intégré mon visage dans son oeuvre. Et le plus dingue, c’est que lorsque tu vois le tableau de près … et bien on me reconnait parfaitement …
IMAG1972
L’est pas belle la vie ???!!!!
Aller, la bise !

L’Hervé your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

LE PHOTOGRAPHE et les ANGES


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Il y a quelques mois de cela j’ai eu le plaisir d’aller passer trois jours, pour la première fois, à Venise …

Je ne connaissais pas et j’étais bien convaincu que pendant quelques heures j’allais effectivement arrêter de penser motocyclettes / bikers toutes les dix minutes … naïf que j’étais !

C’est certain, Venise n’est pas vraiment l’endroit où tu croiseras un deux-roues motorisé … même sans moteur … une simple bicyclette … interdite, carrément (compte tenu du monde, c’est plutôt une sage mesure)

Seule motocyclette visible à Venise …                Et désolé tu n’échapperas pas à la photo « cliché » …

Le photographe et les HELLS ANGELS ..  1

Bon …

Tout comme j’ignorais que même si la température peut être clémente en hiver, la ville dans certains quartiers est inondée, selon l’heure, au rythme des marées …

Aucune importance, les marchands du temple locaux te proposent l’équipement adéquat, ce qu’il faut pour te sauver des eaux et cheminer à sec (la solution s’achète 10 à 15 euros à marée haute, 5 à 8 euros à marée basse : c’est ce que l’on nomme la fluctuation du marché …)

J’ai donc assuré comme une bête ; je m’a acheté lézékipemen adéquat !!!

Note le choix judicieux et l’harmonie des couleurs … orange et noir !!!

DSC_0133

Hahahahahahaha, je la vois la flamme de la convoitise dans ton regard … non … je ne te les prêterai pas mes sur-bottes vénitiennes, takat’en acheter une paire …

Et bien évidemment, pendant que tu fais l’envieux pas beau tout ébloui par mes accessoires dernier cri toi tu n’as rien vu …

… t’as pô remarqué l’affiche au mur derrière moi … et bin wouai !

Regarde bien …  les pieds dans l’eau au cœur de la cité des Doges te voici nez à mur avec le monde biker … le crois-tu ça mon Titi ?

DSC_0130 - Copie

L’exposition RESONANCE présentait une partie de l’œuvre du photographe IRVING PENN (1917 – 2009)  

… 130 chefs-d’œuvre du photographe américain (1917-2009), acquis et montrés jusqu’en fin d’année (2014) par la Fondation Pinault. Ça méritait vraiment (si tu passais par Venise évidement), un détour par le Palazzo Grassi

DSC_0144 - Copie

Occasion quasi unique de voir pareils trésors, détenus dans le cadre d’une collection privée, lorsqu’ils sortent de leurs cartons. En général, on a la chance de ne les voir qu’une fois dans sa vie !

DSC_0160 - Copie

Jusqu’au 31 décembre dernier (je crois qu’elle a été prolongée en janvier) au Palazzo Grassi (Fondation François Pinault – mais si tu sais, celle que l’administration française a été infoutue de permettre qu’elle s’installe en France sur l’île Seguin)

DSC_0148 - Copie

(c’est bien, on ne me reconnait pas ici)

L’exposition présentait donc 130 photographies, de la fin des années 1940 au milieu des années 1980, au deuxième étage du Palazzo. Elle réunit 83 tirages au platine, 29 tirages argentiques, 5 tirages dye-transfer aux couleurs éclatantes ainsi que 17 internégatifs encore jamais montrés.              Magnifique !

DSC_0167 - Copie

DSC_0170 - CopieL’exposition parcourt les grands thèmes chers à Irving PENN, qui, au-delà de la diversité apparente de leurs sujets, ont tous en commun de saisir l’éphémère dans toutes ses facettes

Ainsi en est-il de la sélection de photographies de la série des « petits métiers » réalisée en France, aux États-Unis et en Angleterre dans les années 1950

DSC_0224

Pompier, Paris, 1950                                                        

 DSC_0219 - Copie

Deep Sea Diver, NYC, 1951                                   

 DSC_0209 - Copie

 Sewer Cleaner, New York, 1951                                              

DSC_0162 - Copie

Fishmonger, Londres, 1950

Et le fameux Motorcycle policeman, NYC, 1951 qui ressemble tant à un mussoliniste des années 30 …

DSC_0223 - Copie

De même, les portraits des célébrités du monde de la peinture, du cinéma et de la littérature des années 1950 à 1970, qui côtoient les clichés ethnographiques des habitants de la République du Dahomey, des aborigènes de Nouvelle Guinée et des hommes du Maroc, mettent en exergue avec force la brièveté de l’existence, qu’elle soit nantie ou démunie, célèbre ou inconnue (Oulalalala, comme c’est bien dit ça dis donc, hein, n’est-il pas ??!!!)

DSC_0171 - Copie

Capote

DSC_0165 - Copie

Duchamp

DSC_0172 - Copie

Picasso

Chez Penn, la modernité ne s’oppose pas nécessairement au passé, le contrôle absolu de chaque étape de la photographie, du studio au tirage (auquel il consacre une importance et un soin sans équivalent) lui permet d’approcher la vérité des choses et des êtres, dans un questionnement permanent sur le sens du temps et sur celui de la vie et sa fragilité

Ce qui forcément nous amène  … aux HELLS ANGELS. Logique, non ?

Bonjour l’enchainement là … un peu brutal je le reconnais

Bon, aller, on reprend au début.

Quel rapport peut-il bien y avoir entre Penn et la Red n’ White machine ? Surtout que, même si Penn est aujourd’hui reconnu comme un artiste d’envergure international, il a beaucoup travaillé pour VOGUE, un univers éloigné au possible s’il en est du monde des bikers américains …


C’est dans son livre Worlds in a Small Room /as an ambulant studio photographer, publié en 1974, que l’on trouve la réponse à cette improbable rencontre

En fait, Penn a beaucoup travaillé sur la notion de tribu …Le photographe et les HELLS ANGELS .. épisode 3… de clan,…de sous-culture (cette appellation n’étant absolument pas péjorative) dans les sociétés, au Népal, Nouvelle Guinée, Afrique, etc. et bien évidement aux USA …

Big Brother and the Holding Company and the Grateful Dead

… où en 1967 il va convier des représentants des Hells Angels de San-Francisco à une séance photo …

Il parle justement dans ce livre de ce travail particulier …

Hippies, rockers, bikers,  … des tribus américaines de cette fin des sixties … qui effraient (menacent ?) l’Amérique …

Voici une traduc’ home made by myself, non official  de ce que l’on peut lire dans le livre de Penn sur sa rencontre avec les HA :

En 1967, San Francisco bruissait d’une sorte d’agitation nouvelle  – de nouveaux modes de vie qui étaient exotiques, même pour la Californie faisaient leur apparition. Les gens parlaient d’un nouveau type de jeunes appelés hippies, et d’une zone où ils avaient commencé à se rassembler dénommée Haight-Ashbury. Ils semblaient avoir trouvé une nouvelle vie satisfaisante pour eux-mêmes en laissant de côté la société dans laquelle ils étaient nés, créant la leur propre. Il était question de drogue, de vie communautaire, et de sexe en groupe. Il y avait un nouveau genre de musique, de nouveaux musiciens, accompagné d’une nouvelle forme de prestation visuelle, des shows avec des spectacles de lumière

DSC_0189 - Copie

Ces premiers hippies étaient des créatures douces, très différentes de cet autre groupe également basé dans la région de la baie de San-Francisco, les Hells Angels. Ces rudes motards n’étaient pas tout à fait nouveaux sur la scène – il y avait déjà eu des films inspirés par eux, et de nombreux jeunes dans tout le pays idéalisaient leur mode de vie-outlaw, libre, violent. Ils étaient les «out» qui ont trouvé la force en se regroupant

L’envie a grandi en moi d’examiner les visages de ces nouvelles personnes à San Francisco à travers la lentille d’un appareil photo, à la lumière d’un studio, sur un fond simple, loin de leurs propres vies quotidiennes. J’ai suggéré aux éditeurs du magazine Look qu’ils devraient s’intéresser à un tel sujet. Ils ont immédiatement accepté. Leur journaliste des tendances sur la côte Ouest, George Leonard, avait déjà écrit une histoire à propos de ces nouveaux modes de vie. J’ai rencontré Leonard, notre collaboration a été immédiate et sympathique. Notre idée était que le seul texte qui accompagnerait les photos serait la stricte reprise des paroles prononcées par les personnes qui seraient photographiées

(tu peux voir ici une reprise du texte de l’article publié à l’époque sur les Hells Angels dans Look : http://selvedgeyard.com/2011/01/20/from-hells-angels-to-hitchcock-irving-penn-shot-them-all/ )

DSC_0177 - Copie

HELLS ANGELS (SAN FRANCISCO), 1967

En 2008, ce tirage (numéroté 27/50) se vendait 27.500$, chez Christies à NYC au Rockefeller Center Plaza

 J’ai alors loué un vaste espace au deuxième étage d’un bâtiment à Sausalito dont la structure était assez solide pour supporter les lourds engins des Hells Angels. Il y avait un monte-charge pour les motos. L’exposition était orientée plein nord, comme je le souhaitais

 Choisir des individus /sujets parmi les hippies a donné lieu à des conversations sans fin.  A l’opposé, les Hells Angels eux ont rapidement accepté de venir – tout simplement pour une bonne rémunération. Ce fût plus rapide et plus facile. Nous nous sommes rencontrés un jour à midi dans un parc et l’affaire a été faite

Au cours de la séance de photos les hippies et les groupes de rock m’ont surpris par leur degré de concentration. Leurs yeux sont restés rivés sur l’objectif de la caméra ; ils étaient patients et doux. La « coolitude » typique que je redoutais de ce nouveau genre de personnes n’a finalement pas été un problème du tout

DSC_0214 - Copie

Avec les Anges ç’a été autre chose. Ils étaient comme des ressorts tendus prêts à dépoter et à faire mal. Être enfermés à l’intérieur d’un bâtiment avec leurs précieuses motos (avec femmes et enfants, que je leur avais demandé d’amener) frustrait leur tendance naturelle à mettre la pagaille. Les retards et les provocations étaient sans fin. Pourtant, l’objectif hypnotique de la caméra et le confinement de l’atelier les ont tenus en échec assez longtemps pour que les photos soient finalement faites. Lorsque la séance fût terminée et que leurs motos hurlantes descendirent la route, je laissais échapper un profond soupir

DSC_0194 - Copie

HELLS ANGEL (DOUG), SAN FRANCISCO, 1967

DSC_0202 - Copie

En 2010,chez Phillips à NYC ce tirage (numéroté 20/ 40) était estimé entre 25.000 et 35.000$

J’ai adoré voir cette exposition … par hasard … découvrir cet artiste dont je ne connaissais que ces deux fameuses photos des Anges de Frisco en 67 … j’ai fait des recherches sur ces bikers, j’aurais aimé découvrir qui ils étaient, à quel Chapitre ils appartenaient, ce qu’ils était devenus … je n’ai rien trouvé. Si tu as des infos, penses à me les transmettre mon pioupiou, d’avance merci

DSC_0235 - Copie

Quand je te dis que la moto ça nous mène à tout : à destination et à la culture                  Hummmm, c’est bon d’être un biker à Venise !

Aller, la Bise.

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

Welcome to STURGIS 2014 : DAVID UHL


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Ainsi donc te disais-je, j’ai eu l’immense privilège de passer quelques jours à Denver chez David Uhl, artiste peintre officiel pour HARLEY DAVIDSON et véritable star dans le milieu biker américain …

1 (147)(pour te rafraîchir la mémoire, relis ce que j’avais écris à son sujet il y a quelques temps de cela : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/01/27/motorcyle-painting/ )

1 (641)

 … puis, de le rejoindre lui et son équipe (il est parti un jour avant moi) avec quelques membres de son HDMC à la Sturgis Bike Week où il exposait

1 (125)

A STURGIS et surtout au casino Gold Dust de DEADWOOD

1 (126)

Il y a été rejoint par l’actrice Kristy SWANSON qui avait posé pour lui quelques mois plus tôt pour le second tableau de la série STEAMPUNK LADY  

1 (226)

1 (250)

Le studio de David se trouve dans la banlieue de Denver

Immense, sur deux étages

DSC_3980

Il y travaille avec 5 collaborateurs. Le mec bosse comme un dingue, 08h00 / 20h00 non-stop quasiment tous les jours …

1 (63)

Il enchaîne salon sur salon à travers les USA (il a même reçu en septembre dernier les participants au Canonball 2014 en moto ancienne qui font traditionnellement une halte à son studio pour une soirée de fête – 400 personnes) et de plus en plus en Europe

Il était exposant à l’EICMA de Milan en novembre dernier (où d’ailleurs il s’est fait faucher une toile sur son stand – Inimaginable aux USA – Bienvenu en Europe David !)

1 (64)

Il envisage sérieusement le rassemblement Harley-Davidson Faaker See 2015 en Autriche (et avec l’ami Jack 1340 nous essayons de le convaincre de venir à Grimaud en 2014 …)

DSC_3991

(moi au paradis …)

Rappelle-toi du premier tableau de la série STEAMPUNK LADY

1 (65)

… avec une moto fabriquée par COPPER MIKE

… et avec pour modèle ma copine JENNIE VILANO

DSC_3630

(NYC, salon de la moto, janvier 2013)

 … et donc, pour la seconde Steampunk Lady

 … c’est une fois encore COPPER MIKE qui a produit une deuxième moto. J’ai pu la voir, elle trône dans le studio de David

Welcome to Sturgis

Pour l’avoir approchée de près et m’être assis dessus, je confirme, c’est un monstre. Elle est dénommée SINISTER KID

Custom front brake master cylinder

Le moteur est un véritable KNUCKLE HEAD 1947 pas un réplica

Gas tank with aluminum milled side panels

La bestiole sublime le style STEAMPUNK et même si je n’adhère pas à cette approche je reconnais que le travail réalisé est d’une rare qualité. Par contre, pas pu rouler avec … faudra que j’y retourne …

Custom Fishtail Exhaust

Kristy pose pour moi à Deadwood pour un article que j’ai rédigé en septembre pour le NEW YORK RIDER MAGAZINE …

1 (279)

Pour me rendre à Sturgis David m’avait incorporé dans un groupe de quelques membres de son MC. Ce MC a pour particularité de regrouper célébrités et anonymes en toute simplicité. On peut notamment y croiser les membres de ZZ TOP ou encore …

(l’homme à la casquette est Willy G. DAVIDSON ici avec son épouse)

Love Ride 14

Peter FONDA et Jay LENO en sont …

J’ai donc roulé avec les … UGLY ME … un HDMC où l’on trouve du beau monde …

Au final, j’aurais parcouru de l’ordre de 2200km en bécane … tout seul (mis à part le trajet Denver / Sturgis, avec les Ugly Me, j’ai fait le retour seul). Le pied intégral.

Cela m’a notamment permis de découvrir une motocyclette sur laquelle je n’avais jamais roulé : un SPRINGER 2006, la seconde moto de David qu’il m’avait prêtée pour l’occasion.

Paskeu sa première moto à lui, son vrai « amour », un autre KNUCKLE, c’est ça :

1 (67)

La bestiole est magnifique …

(me l’a pô prêtée … l’a bien eu raison, si j’avais pareil brélon t’aurais pas la moindre chance d’y poser ne serait-ce qu’une demie de tes superbes fesses … ). 

 J’ai été bluffé par le Springer. C’était donc la première fois que j’en pilotais un …

DSC_4070

(avec madame Uhl, Elisabeth …)

Même sans pare-brise et sans saccoche avec le packetage saussissoné à l’arrière n’importe comment (j’ai honte) la tenue de route est restée excellente en montagne dans le vent et sous la pluie

2014-08-08 09.38.56

Excellente motocyclette, très confortable (il lui manque la boite 6 tout de même)

Tiens au passage, si tu prévois de te rendre à Sturgis, tu peux y aller sans casque … mais n’oublie surtout pas la combarde de pluie … la montagne même en été ça reste … la montagne

2014-08-08 15.12.39

Et même s’il fait généralement beau, il peut aussi méchament pleuvoir … la météo évolue rapidement, passant parfois d’un extrême à l’autre en 5 minutes

1 (564)

La crème solaire non plus tu n’oublieras pas ! Car lorsque le soleil revient, il cogne dur

1 (552)

C’est bien au soleil que je dois mon magnifique nez rouge ce soir-là et non pas à ma bouille de clown ou au pinard de ce dernier repas de la Sturgis Bike Week 2014

1 (1003) - Copie

Aller, la bise, la suite bientôt

L’Hervé your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

BIKER SCULPTEUR : JEFF DECKER A PARIS


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Le grand, l’immense, le talentueux, et sympathique …

… JEFF DECKER

 … était à Paris il y a quelques jours de cela

Jeudi soir 6 novembre, rue Montorgueil, un petit comité était convié à venir admirer en exposition une partie de sa légendaire collection de Colors d’anciens HDMC et autres MC américains qui pour certains d’entre eux sont notamment à l’origine de la mouvance one percenter

Si la mémoire te fait défaut, mais c’est impossible, je n’y crois pas, pas toi (les z’otres peut-être …), je te rappelle que l’on doit à cet artiste les quelques bricoles suivantes …

… et bien d’autres

Mais surtout à l’échelle 1

Daytona 2010 090

Le splendide JOE PETRALI / SMOKEY JOE dans la boutique CORBIN à Ormond au nord de DAYTONA/ Floride          

Le magnifique Elvis Presley à l’entrée de la concession HD ROSSMEYER de ORMOND justement …

Daytona 2010 064J’ai la chance d’avoir vu ces deux oeuvres, elles sont extraordinaires

Daytona 2010 523

Et bien évidement, la fameuse commande que WILLY G. DAVIDSON lui a passé pour le musée HARLEY DAVIDSON de MILWAUKEE

(150 moules de fonderie, deux ans de travail)

En 2010, à Daytona, j’avais fait connaissance du maestro …

Daytona 2010 529

Ainsi donc il y a quelques jours, il était de passage à Paris où il exposait certaines pièces de sa collection de Colors à laquelle il avait ajouté quelques photos de mon ami le photographe JACK 1340 (ils sont friends depuis des années)

t

Pour ce qui me concerne j’ai eu l’immense plaisir de lui remettre mon bouquin … dans lequel il apparaît … 1 (13)

Touché il n’arrêtait pas de me remercier … le monde à l’envers …je ne savais plus où me mettre …

1 (22)Je suis heureux d’avoir réalisé cette photo de Jeff devant une photo de JACK 1340 du visage du bronze d’Elvis

1 (84)

Soirée intimiste, on a pu y croiser LE DUB (Fred, le boss de DUB PERFORMANCE)

1 (28)

(avec Jack, Kelly l’épouse de Jeff et Bérangère l’épouse de Fred)

Bruce FRANCI de HARLEY DAVIDSON FRANCE   

1 (32) - Copie

Et quelques représentants de la RED n’ WHITE MACHINE                                         

1 (64) - Copie

Etaient donc exposées une vingtaine de pièces parmi les quelques 200 de la collection de Jeff DECKER

a

Si je ne me trompe pas c’est la première fois qu’il les donnait à voir en France (alors qu’aux USA plusieurs expositions plus ou moins importantes ont déjà été organisées)

b

Certains de ces jackets avaient bien vécu …

Tous arboraient des pacths / rockers d’une autre époque …

d

e

f

Etonnant de constater qu’en fait …

g

… le gilet de cuir n’était pas comme aujourd’hui le standard … (le cuir n’était pas disponible à l’époque comme de nos jours)

l

Le célèbre et quelque peu controversé HELL’S UNION était là lui aussi  …

h

Accompagné des quelques commentaires / explications rédigés par Jeff lui-même … Les symboles nazi étaient à l’époque portés par d’anciens combattants (Vet’) comme autant de trophées et de preuves de leur engagement au combat pendant la seconde guerre mondiale

s

C’était aussi un moyen de jeter à la face de la société un “Moi j’y étais et pas vous” … depuis, tout ceci à beaucoup “évolué” …

Il fût un temps où la forme et l’emplacement des patchs n’étaient pas codifiés comme de nos jours (le central, les rockers, la banane ou les bandes)

m

Le COUNCIL en est l’illustration  …

Donc après tout ceci, tu as bien compris que si tu veux faire le vrai biker, celui à l’ancienne, à qui on la fait plus, il faut que tu reviennes au gilet en jean.

n

Le plus beau de la soirée, mon préféré …

j

Quelques shirts et pull-over étaient aussi exposés …

c

p

q

Tu ajoutes à tout cela une chaleureuse ambiance, des passionnés, quelques bières fraîches et tu obtiens une soirée des plus sympathiques.

1 (56) - Copie

Vivement la prochaine …

La bise

L’Hervé your Berrichon friend

 Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002


UNE VIE SUR LA ROUTE (2) : MOTORCYCLE NOMAD


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Les routards, les vrais, ceux qui nous font crever d’envie d’y aller nous aussi … je t’ai déjà “causé” de PANHEAD BILLY, mais tu t’en doutes, il n’est pas le seul aux USA à être devenu une légende du genre …un autre, le dénommé BEAN’RE est un membre exemplaire du Panthéon de la route.

BEAN’RE est réellement l’un des plus extravagants prétendant au titre d’original du ruban asphalté.

THE PRETENDER, premier single des FOO FIGHTERS, extrait de leur sixième album Echoes, Silence, Patience and Grace sorti en 2007

La version studio

ça envoie :

 http://www.youtube.com/watch?v=SBjQ9tuuTJQ

 Ainsi, au début des années 90, sur un parking de Daytona où un paquet de radins affectionnait de planter la tente ici sans dépenser un seul dollar on pouvait remarquer un grand blond dégingandé à l’air un peu bizarre dénommé BEAN’RE.

A l’époque il avait une Harley blanche, modèle Road King police, toute neuve et tournait dans Daytona pour souvent finir aux courses de dragsters. Et avec cet engin, il n’hésitait jamais à participer à un “run what you brung”.

Le concept est simple : tu te pointes à la course avec ta chignolle, tu affrontes les autres concurrents et tout le monde se contrefout du fait que tu ais un turbo, un arbre renforcé, des soupapes traitées, etc : seul compte le résultat. Tu gagnes ou tu perds.

Au fil des années Bean’re a montré que sa nature relève d’une propension naturelle à participer à toute sortes de compétitions / jeux pour motos …

Six girls at once!!

Drag strip surfing

… courses de drag’ en chopper …

… et que le tout terrain ne lui posait aucune espèce de problème …  ben voyons …

Retour aux années où le virus de la route n’avait chez ce futur gypsy biker que quelques dents de lait et que cet homme, qui entretenait sa maison, était un businessman de Miami.

C’est à partir de 1997 qu’il succomba à sa passion pour la motocyclette, laissa absolument tout tomber et rejoignit la communauté des gypsy en tant que rider full time.

Dans ces premières années de route, ses compétences en menuiserie ont aidé Bean’re à vivre. Néanmoins, et bien que ce genre de gars sachent tous charger leur bécane, planter le camp et s’adapter à quasiment toutes les situations, Bean’re lui semble avoir une qualité particulière pour laquelle il est exceptionnellement doué.

Scooter Tramp Scotty with Bean're

Le commun des mortels n’imagine pas à quel point un routard comme les gypsy change de lieu de vie et arrive presque tous les jours à un nouvel endroit. Toute personne qui a jamais déménagé sait de quoi il s’agit. Vous ne connaissez personne dans votre nouveau quartier et il faut quelques temps pour se faire de nouveaux amis. Pour un drifter (une autre désignation de ces routards que l’on pourrait traduire par “bouée dérivante”) c’est un réel problème, spécialement quand il voyage seul. Il est d’une importance primordiale de pouvoir se faire de nouvelles relations rapidement. C’est pour cette raison que tous ces motocyclistes nomades ont été obligé de développé leur empathie et leur sociabilité au mieux de leur personnalité.

Et dans ce domaine Bean’re dispose d’une capacité naturelles telle que cela a contribué à développer sa notoriété dans tous les USA et même à l’étranger.

 Ajoutez à cela que le “Mayor of fun” (surnom qui lui a été attribué par le célèbre photographe moto Michael Lichter) …

… est scandaleux, drôle, divertissant, toujours au centre de l’événement ou du  rassemblement du coin, et prompt à faire parler de lui (qu’une caméra approche et Bean’re sera probablement debout face à l’objectif) et il est facile de comprendre pourquoi Bean’re a tant de relations / connexions.

Bean're in a tutu!

(j’adore cette photo très connue de lui)

A l’âge d’or des célèbres customiseurs / masterbuilters de moto (jusqu’à la fin des années 90), il a travaillé avec un ami proche, le fameux Billy Lane. Bean’re a également oeuvré chez la plupart des autres customiseurs à un moment ou un autre, même pour de courtes périodes. En gros, il connait absolument tous les acteurs importants de la scène bikebuilder américaine. Pas moins. Tu peux aussi y ajouter quelques noms de la scène rock US.

Avec RON FINCH 

Avec ARLEN NESS

Bean're and Arlen Ness

Avec STEVEN TYLER

Avec DAVID UHL et MIKE WOLF

Etc, etc, etc, …

Tout à fait à l’opposé de Panhead Billy, Bean’re, lui, travaille à fond sa notoriété.

David UHL a réalisé de lui une superbe peinture (très célèbre aux USA dans le milieu biker) que l’on retrouve sur la couverture de son livre

Et tu peux suivre ses exploits de routard (il était sur les routes asiatiques en ce début d’année) sur son site et blog très bien tenu …

Voir :

http://www.everythingbeanre.com/

Et bien qu’il ait bougé énormément au fil de ces dernières années, il travaille maintenant à temps partiel à l’organisation de rassemblements motards comme le Buffalo Chip (Sturgis) en tant que “maître de cérémonie” et “artiste de divertissement”. Ce boulot l’amène à participer à nombre d’évènements moto dans tous les USA et même hors des frontières. Il déborde d’énergie et a une réputation de vrai fonceur.

Il tient une rubrique dans le fameux Cycle Source Magazine …

His monthly column is available in Cycle Source Magazine.

 … son livre se vend et il se dit qu’il pourrait même un jour avoir sa propre émission de télévision.

Ce mec est tellement connu dans le milieu que tu trouves des autocollants à son effigie sur tous les grands événements bikers américains (j’en ai de pleins tiroirs, je les ai trouvés de Daytona à NYC notamment sur le stand d’INDIAN LARRY chez Bobby SEEGERS)

 Ainsi donc, on comprend aisément que bien que la plupart des drifters jouissent d’une vie de solitaire, Bean’re lui, tout en continuant de rouler énormément s’arrange pour être sous les spotlights et que ça lui réussi assez bien.

Quant à l’entretien de sa moto, et comme tous les gypsy bikers, il réalise tout lui-même.

A tel point que le Road King blanc spécial police évoqué au début …

 … s’est peu à peu transformé en un “superbe” (ça se discute) chopper pourpre qui est devenu son symbole, sa marque de fabrique.

Sa PURPLE BEAST comme il la nomme

… 

 Mais avec la pression croissante de son rythme de vie de plus en plus professionnel, Bean’re n’a tout simplement plus le temps pour les réparations et la maintenance de son engin qui totalise maintenant 300000 miles. Sachant par expérience que dans notre monde presque toutes les pannes mécaniques se produisent le long de routes solitaires et doivent être pris en charge par le rider lui-même, Bean’re a entrepris de construire un nouveau “vélo” pour s’éviter un trop plein de pannes dues à la vétusté de son engin.

New bike

Il a commencé avec un moteur qui, espérait-il, une fois travaillé, serait à la fois moderne et simple – une tâche ardue à l’heure des ordinateurs embarqués, capteurs, pompes à carburant, le câblage spaghetti, etc. Un cauchemar quand on veut aller vers la simplification.

Il a maintenant un moteur double arbre à cames 103 pouces qui devrait offrir toute la simplicité et la longévité du moteur standard de l’évolution de 80 pouces.

Ainsi donc voici une autre légende américaine de la route prête à repartir …

Me plait bien ce drôle de motard à moi.

Aller, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Les jeunes ça osent tout … c’est même à ça qu’HONDA les reconnait


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Nous adorons tous les histoires de gars (ou filles) sans aucune formation initiale appropriée qui se mettent à “bricoler” une motocyclette et font exploser toutes les conventions dès leur première tentative (moi c’est le 103 SP Peugeot que j’avais fait exploser … bin wouaich j’avais pô la formation initiale appropriée).

C’est en général dans les films américains ou dans le monde des Bisounours que surviennent de telles histoires, dans la vraie vie, cela reste assez marginal. Néanmoins, le fait est qu’il n’existe aucune formule magique ou voie royale pour construire une moto originale et le seul moyen d’y parvenir finalement c’est de travailler dur jusqu’à l’aboutissement final du projet.

C’est exactement le chemin qu’a emprunté JOEY CHANEL quand il décida de construire son propre chopper radical sur base HONDA.

En fait, Joey devait présenter un projet de design pour obtenir son diplôme à l’université George Mason et il a réussi à convaincre son encadrement que la fabrication d’un chopper peut aussi relever d’une réelle démarche artistique.

Hey, nous on le savait déjà, mais bon, il semble que certaines informations mettent du temps à diffuser …

 Les jeunes ça osent tout, c’t’affreux !!!

It Smells Like Teen Spirit 

Première chanson de l’album Nevermind de NIRVANA sorti en 1991. 

A donf :

http://www.youtube.com/watch?v=hTWKbfoikeg

En s’attaquant à son projet à partir d’une vielle HONDA CM 400 de 1979 (pourave et pô chère – 300$), pas mal d’obstacles se sont présentés qu’il a fallu surmonter.

Si tu ne t’en souviens pas, à l’origine, la motocyclette en question ressemble à ceci :

(ici un modèle T – pour Twin – avec bags et sissy bar)

Il existait aussi la CM400A (Automatic), CM400C (Custom) et la CM400E (Economy)

Joey était assez expérimenté pour ce qui est de la soudure mais son école n’avait aucune ressource en ce qui concerne cintrage et pliage de tubes.

De plus, disposant d’un budget trop serré pour se permettre des dépenses inconsidérées en acier pré- plié ou en cadre construit sur mesure par un professionnel, Joey a abordé le problème par une autre voie … ou bien devrais-je dire, une autre dimension ?

Abandonnant la notion préconçue selon laquelle un cadre de motocyclette doit être fabriqué à partir de tubes ronds, il dessine et fabrique la partie arrière à partir de tôle acier à plat de 1/8. Il découpe ainsi et façonne à la main 26 pièces individuelles.

Cette section radicale que tu contemples de tes yeux ébahis a été “accouplée” à ce qu’il restait de la partie avant de la moto originelle. La fourche, raccourcie évidement, provient d’un CB 650 plus récent. Le maître-cylindre de frein est fabriqué à partir d’un filtre à essence en verre et le phare à Led est logé dans un écrou de pression de  … bouteille de plongée.

Et quitte à être radical, on ne va pas donner dans le Ape hanger mais dans les bons vieux bracelets des familles. Yes !

Joey a récupéré un seau chez un ami qui lui a servi de matériau de base ainsi que des raccords et joints de tuyauterie (le monde magique de la plomberie garçon !). Et hop, un kick, des repose-pieds, un shifter talon-pointe, un feu arrière. On retrouve même ces pièces (très travaillées) pour sécuriser le réservoir double. Quand son père lui fit remarquer qu’il ne connaissait pas la contenance des réservoirs et que ces derniers n’avaient pas de jauge, Joey lui a répondu en rigolant que ça n’était pas très important dans la mesure où en cas de besoin il pouvait les dévisser et les transporter jusqu’à la prochaine station-service.

Photo : 1st of two senior grad shows tonight. Anyone interested in coming and enjoying the address is  3305 8TH STREET NE WASHINGTON DC and it starts at 7 tonight. Here is a pic of my senior project

Doute de rien le môme j’te dis !!!!!!! Génial.

Il s’est même lancé dans le travail du bois. Comme il en avait assez de caler l’engin avec un manche à balai il s’est dit qu’après tout une béquille en bois de chêne noir serait du plus bel effet. Une fois repliée elle est maintenue en place sous le cadre par un aimant.

Pour la selle par contre on notera un travail … minimaliste

Quant aux échappements …

Euh ??? … Devine ! (mais surtout n’oublie pas tes bouchons d’oreilles)

Superbe mélange de travail acharné et d’artisanat.

Qui a donc donné naissance à cet engin dénommé RACE RESPONSE

Après avoir terminé sa machine au début de cette année, Joey a rencontré COPPER MIKE de GRAVESEND CYCLES 

coppe-mike

Voir : http://coppermike.com/

coppa-engine

… qui accepta de l’aider à transporter l’engin jusqu’à DAYTONA à l’occasion de la dernière bike week où il fit sensation à plusieurs shows. Il a même été consacré Best Creative Custom au légendaire Willies Tropical Tattoo show (quand tu connais le lieu cette récompense ici est tout à fait logique)

Et non seulement cet improbable engin roule mais il a un killer look d’enfer sur la route …

Toute la scène custom US a remarqué Joey et nombreux sont les masterbuilders à dire que lorsqu’il se mettra à travailler sur base HARLEY DAVIDSON, il devrait faire des étincelles.

Preuve de cette reconnaissance du milieu qui lui a décerné nombre de récompenses :

2014 International Motorcycle Show, Washington D.C. 2nd in Freestyle
2014 Timonium Motorcycle Show, Timonium Maryland. 2nd in Nostalgic Custom Best Handcrafted Parts of show
2014 Willies Tropical Tattoo, Daytona Florida. Best Creative Custom
2014 Boardwalk Bike Show, Daytona Florida. 3rd in Radical Metric
2014 Rats Hole Custom Bike Show, Daytona Florida. 3rd in 251-1000cc Class

Et surtout un classement (3ème place dans sa catégorie)

au prestigieux

RATS HOLE HAWARD

(ça c’est le Graal aux USA vieux gars)

Un oeil à jeter sur son FB :

https://www.facebook.com/joey.chanel

A suivre donc ce charmant jeune homme pour les années Kustom Bike à venir …

La bise.

L’Hervé your Berrichon friend.

Les spécif’ de la chignole

Proprio / constructeur : Joey Chanel

Modèle : HONDA CM400T 1979

Fourche : HONDA CB650 1985

Type : téléscopique, raccourcie

Moteur : d’origine (Joey a prévu de le refaire très bientôt)

Echappement : maison (pour ne pas dire “tuyaux vides”)

Transmission : origine

Pignon de chaine : 47

Chaine de 150

Cadre : dessiné et très “légèrement modifié” par Joey

Amortisseurs : où ça ?

Guidon : bracelets

Garde-boue : aucun

Réservoir : fait maison / main à partir d’exctincteurs, détachables en cas de panne d’essence

Phare avant : fait maison / main, lumière blanche à LED coque bulbe sur valve de pression scuba tank (si, si, c’est possible, la preuve)

Feu arrière : LED, logés dans une coque d’acier

Tachymètre : Naaah… pourquoi faire ?

Electricité : tout à la main, pas de boitier de connection

Selle : acier découpé / plié 3/8” maison / à la main …super confortable !

Roue avant : ’82 Honda FT 500 mag
Pneu avant : Off road
Yaille : 20”
Roue arrière : Honda Ascot mag
Pneu : Off Road
Taille : 19”

Freins : Nissin CBR600RR caliper

Peinture : par NOVA Powder Coat, www.Novapowdercoat.com
Couleur : Sand blasted bare metal par technique de powdercoating

Colleur de moto …


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu le sais, j’adore la motocyclette, les artistes et depuis juin dernier l’Italie (les 110 ans de la Moco chez François, le Pape qui revend des Harley Davidson aux enchères …).

Alors quand vient l’occasion de pouvoir te parler des trois à la fois …

collage_harley_70x48

Ah l’Italie !! Terre de motards (de bikers aussi, i’a du lourd là-bas derrière les Alpes), de routes incroyables (de conducteurs du même acabit, gaffe ou tu mets les pneus et garde les yeux bien ouverts) et de marques légendaires de motocyclettes et scooters …

Bon, nous faut d’la musique là, dis-donc !

Tiens, puisqu’on parle scooter justement et que nous sommes partis pour voyager un peu, faisons un crochet par l’Angleterre, à l’ouest de Londres dans le quartier de Paddington, allons rejoindre les étonnants FINE YOUNG CANNIBALS qui nous donnent à voir en 1988 l’un des plus beaux vidéo-clip dédié aux scooters italiens avec leur titre GOOD THING.

Extrait de l’album The raw & the cooked

L’étonnante voix de leur frontman Roland GIFT au physique et à la gestuelle si particulier :

http://www.youtube.com/watch?v=xrOek4z32Vg

Ce clip est superbe de par l’ambiance qui s’en dégage et les engins que l’on peut y voir. Il a été réalisé avec la complicité de deux clubs : The Joker’s Scooter Club et le A41 Eagles SC

58patch.jpg

De nos jours encore tu croises, à Londres où dans la campagne anglaise des têtes de peau ou des Mods incroyables sur des engins pas possible. La dernière fois, j’ai rencontré à Tamworth, lors du Ride To The Wall (RTTW – je t’en reparlerai bientôt) un personnage improbable : l’aumonier qui avait accompagné les boys lors de la guerre des Falklands.

Et lui, comme toi et moi, c’t’un vrai !

DSC02110

Amazing ain’t it!??!

DSC02089

Forza Inghilterra !!

Aller, revenons à nos boulons et descendons rejoindre, à Monte San Giusto, au centre Est de l’Italie, à un peu moins de 20 kilomètres de la côte Adriatique (120 km au sud de San Marin), mon ami …

MAURO SPINELLI

Photo

Mauro a 37 ans, il est économiste, spécialisé en business management. Il travaille en tant qu’expert consultant dans une compagnie qui l’envoie aux quatre coins du monde.

Ah … il n’est pas motard pour deux sous et n’a même jamais possédé de deux roues de sa vie en dehors de sa bicyclette d’enfant …

Ben alors ?!

Ben alors, le Mauro, l’a un bon sang de passe-temps / hobby qui te me le fait kiffer bien grave le garçon !

I’ colle le mec !!! Si, si …

Oui, Mauro a un vrai don pour le collage, la peinture et la vidéo.

Et quand il s’y met, ça te donne ça

collage_harley_70x48

HARLEY DAVIDSON“, Collage sur bois, 70 x 50 cm

Quand tu discutes avec lui (en français, anglais ou italien, paskenplusse il est tri-lingue), il y a d’abord la simplicité, la gentillesse et transparaît rapidement la passion … et le talent.

TRIUMPH ON ROUTE 66“, collage sur bois, 80 x 60 cm

Son matériaux de base est … de base : des morceaux de pages déchirées de magazines, de journaux, couleur ou pas.

Lorsque tu regardes de très près son travail, cela ne ressemble à première vue à rien. Et puis, tu recules de quelques pas, l’oeil s’adapte … et ton cerveau (si, si, même toi tu en as un … moi aussi, c’est peu dire) accepte cet entrelas coloré comme la sublime matérialisation de tes plus beaux fantasmes de tarmo borderline.

TRIUMPH“, collage sur toile, 50 x 50 cm

Mauro commence toujours par dessiner puis passe ensuite au collage papier.

Regarde le bosser ici :

http://vimeo.com/67322510

Il a pour habitude de travailler sur des visages de femmes, des images sportives, des automobiles et des motocyclettes.

Photo : ...soon at "Officine21"...</p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><p>PIT STOP<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />Acrilico su tela, 120x100 cm

Bien que se définissant comme absolu non motard il est séduit par les formes et l’élégance innée des motocyclettes. Et en particulier par les Café Racer. C’est similaire au travail sur un modèle de nu féminin pour lui, mais il ajoute qu’il est plus difficile d’obtenir un bon résultat.

CAFE RACER IN THE DARK“, collage sur bois, 80 x 80 cm

Tiens, je ne résiste pas au plaisir de te coller l’originale. Superbe réalisation de Pat Jones, l’année dernière chez MotoHangar. Sur une base de Honda CB750 1976.

Le corps humain autorise les imperfections, les motos non, ajoute-t-il.

Dieu que cette philosophie me plait  !

(j’ai un physique ingrat et une superbe trapannelle)

MOTO GUZZY“, collage sur toile, 80 x 60 cm

J’ajouterai que l’ami Mauro est aussi un fan inconditionnel de David Uhl dont il apprécie la technique (l’est bien ce p’tit gars te dis-je !)

Photo : Cafe Racer in San Francisco<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />Collage su tela, 80x80cm<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />(Disponibile presso Galleria Ferretti-Macerata)

CAFE RACER IN SAN FRANSISCO“, collage sur toile, 80 x 80 cm

Mauro ne vit pas encore de son art mais on commence à voir ses oeuvres sur le Net

MOTO GUZZY IN NY“, collage sur toile, 80 x 80 cm

 Et l’international s’ouvre doucement à lui avec la page que vient de lui consacrer il y a quelque temps, dans les Emirats Arabes Unis, le célèbre BIKERS CAFE , à Dubai (sur Jumeirah Beach Road comme tu le sais)

Mauro est séduit par tout ce qui se meut grâce à un moteur

Photo : Moto Guzzi Le Mans<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Collage su tela, 60x50cm<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
(Disponibile presso Galleria Ferretti-Macerata)

MOTO GUZZI LE MANS“, collage sur toile, 60 x 50 cm

 Et naturellement, il touche aussi au monde des caisseux avec un vraie réussite il faut bien le reconnaitre

On peut faire l’acquisition de ses oeuvres à la Galleria Ferretti à Macerata (dans la région des Marches), mais le plus simple est encore de le contacter directement via son site :

http://www.maurospinelli.com/index.htm

Ou son FB :

 https://www.facebook.com/pages/Mauro-Spinelli-ARTI57A/653440764680550

Photo : Fino al 19 gennaio 2014. Pathos. Macerata.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />In collaborazione con Galleria Ferretti.

Et ainsi donc, nous voici une fois de plus de bien beaux bikers / motards cultivés comme il faut.

L’est pô belle la vie ???!!!

Addio amico mio

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend