Culture biker : les MC américains et leurs couleurs (1) …


Hervé

Bonjour copain (et copine),

A les USA, dès que tu appartiens d’une façon ou d’une autre à une corporation, quelle qu’elle soit, tout le monde doit le savoir …

23ink_lg

C’est ainsi que tee-shirts, patchs, casquettes, pin’s, uniformes divers et variés pullulent de tous côtés pour affirmer à la face du monde que toi, tu en fait partie de ladite corpo’, du club, du chapitre, de l’église, de l’administration, des pompiers, des alcooliques anonymes ou pas, de l’université, etc …

C’est une des raisons pour laquelle le moindre garde forestier américain ressemble à un général de brigade tellement son uniforme en jette …

sans-titre

Ceux-ci sont de Emmitsburg dans le Maryland

Donc tu imagines bien que les clubs motos (les fameux MC pour Motorcycle Club - Moto Club en french, ce qui en jette moins n’est-il pas ?) s’en donnent à coeur joie et ne sont pas les derniers à ce petit jeu. C’est un excellent moyen de montrer combien le club auquel on appartient est fort, présent, actif … Un vrai jeu de pouvoir … on ne plaisante pas avec ça … et cela, quelle que soit la marque de la motocyclette que tu chevauches …

Molly_HatchetA

Bien, on va se le jouer ce soir avec Molly Hatchet et Power play 

Ecoute ça !

https://www.youtube.com/watch?v=IUCYGOPBJjY&list=RDIUCYGOPBJjY#t=0

Ainsi donc, la dernière fois que j’ai assisté à un salon de la moto à New-York et bien que je connaisse assez bien le milieu biker américain, je reconnais que je ne m’attendais pas à voir autant de clubs et leurs représentants (dans la mesure où, aux USA, le port des couleurs est interdit en de nombreux endroits) … DSC_3921 Ils étaient des dizaines et des dizaines (ça doit faire des centaines non ?) de MC représentés par leur membres et tous arboraient fièrement leurs fameuses COULEURS. Impressionnant !!! Et très rigolo ce petit jeu qui consistait à les prendre en chasse pour les photographier. Les gars se prêtent d’ailleurs au jeu et ça donne même lieu à de franches rigolades … notamment quand une superbe blonde à décolleté te sort son sourire du dimanche toute persuadée que tu es venu spécialement de Paris pour la prendre en photo et que tu lui expliques que ben non mademoiselle c’est le gros balaise à côté de vous que je voudrais shooter … vous pourriez sortir du cadre s’il vous plait ? Merki !! (ça veut dire « merci » en américain) …

DSC_3785

Et toujours des intitulés créatifs : BRING DA NOIZE RIDERZ

On y remarque les noms les plus fous : Arresting Souls, Assassins Speed, Evil Runners, Widows Sons, God’s Outcast, Frontline Riderz, Crazy Pistons, Ruff Ryders, … et des back side patchs déments. On n’est pas obligé d’apprécier bien sûr. Personnellement la référence claire aux flingues me gêne et la violence sous-jacente me dérange. Mais apparemment c’est le but recherché …

a12

DSC_3809

Contrairement aux apparences, les ARRESTING SOULS ne sont pas un gang de motards mais bien un club de représentants des forces de l’ordre (vas voir leur site : http://arrestingsoulsmc.com). C’est même ce que l’on appelle ici un LAW ENFORCEMENT MOTORCYCLE CLUB (que l’on peut donc littéralement opposer aux clubs de la mouvance 1%) 

a9

Pour tous les membres de ces clubs, c’est une vraie fierté de porter leurs couleurs, mais aux USA, c’est bien plus que cela, c’est un lifestyle (qu’à quelques exceptions prets on retrouve peu en France et un peu plus en UK et au nord de l’Europe) et ça peut devenir aussi une sacrée source d’emmerdes … C’est pourquoi un patch wearer américain ne fera que très rarerement le kéké (contrairement à ce que tu peux voir parfois sous nos latitudes à nous) … 

DSC_3699

Au fil des années les différends entre les clubs ont régulièrement dégénérés en bagarres violentes lors de salons ou de manifestations moto et ont parfois conduit à ce que la presse américaine a souvent qualifié de massacres. Nous n’en sommes pas à ce niveau en Europe / France. Rien de comparable par exemple à ce qui a pu se passer à Waco en 2015 (9 morts en deux heures), où à Denver l’an dernier : des morts dans des fusillades dignes d’Hollywood … Ces incidents sont fréquents aux USA …

Bario

Aussi, sur beaucoup de ces rassemblement de bikers ou dans certains bar on peut lire un peu partout : « NO WEAPONS. NO COLORS. NO ATTITUDES » …

no colors 166

Pas besoin de parler anglais, c’est clair (regarde la photo ci-dessous que j’avais prise à l’entrée du célèbre IRON HORSE SALOON dans la banlieue de DAYTONA en 2010) …

Daytona 2010 084

Si tu sais ce que veut dire NO BYOB, tu me payes une mousse. Si tu ne sais pas, tu me payes deux mousses : envoies-moi ta réponse que je saches si j’ai à faire à un vrai initié (le vainqueur gagne une tringle à rideaux parfum viande hachée) …
DSC_3896
Mais ici, à Manhattan, ils sont des milliers à porter leurs couleurs. Et le porte-parole du Motorcycle Show, confirme que les clubs sont encouragés à participer : – « Ici ce n’est pas ce vieux stéréotype des gangs qui domine, c’est une chose du passé» ajoutant que le salon accueillant de nombreuses familles ceci permet de lutter contre les stéréotypes qui collent à la culture biker. Mouais, j’y était et disons que … ça se discute …
DSC_3712
Il existe de nombreux type de club : en fonction de la moto pilotée, du métier du motard, de la région d’origine, du mode de vie qu’il revendique … il y a même un club des services sanitaires de la ville de NYC.

Tu vois absolument de tout …

ANCIENS COMBATTANTS (VETS)

a6
MARINES
DSC_3819
POMPIERS
 a1
LATINOS
a5
CHRETIENS
a4
On croise de nombreuses obédiences
FRANCS MACON
a15
COLORED (Black)
 a10
Tout ceci est souvent strictement « réglementé » par les MC eux-mêmes (pas tous, certains n’y prêtent pas attention et d’autres ne plaisantent absolument pas avec cela) : emplacement des patchs, dimension, positionnement, nombre, coloris. Si tu veux évoluer sereinement dans ce milieu, tu doit absolument savoir « lire » les bikers que tu croises. Cette simple « lecture » t’évitera au mieux de faire des gaffes, au pire de connaître des ennuis plus ou moins graves … Aware ! Comme i’ disait Jean-Claude Van Damme.
HYPER SPORT
DSC_3793
Etc …
Alors bien sûr, parmi tous ces « porteurs de couleurs », tu vois bien que certains d’entre eux sont des motards du dimanche (et pourquoi pas après-tout ?!), que leur gilet en cuir tout brillant avec des patchs tout neufs n’ont pas beaucoup vu la route (voire même qu’il y a une année de cela, le rebel qui porte fièrement ses couleurs, là juste deux mètres devant toi, avec son air « pas tibulaire » mais presque … n’avait même pas sa driving licence moto) et la vielle polémique qui fait rage partout dans le petit monde de la moto, de NYC à Vierzon, re-pointe le bout de son nez : i’a les vrais et les z’otres, les faux, les ceusse qu’en sont pas vraiment des vrais … c’est reparti pour un tour …
DSC_3749
Quand tu abordes le sujet avec Chris Montesione, surnommé Psycho, membre du club LEGION OF DOOM (fondé il y a une vingtaine d’années à Brooklyn et à la réputation assez … comment dire ??? … enfin, tu vois quoi …) c’est simple, il te dit que : – They’re imposters !!!
sans-titr
La photo en bas à gauche te montre un des membres du Legion of Dom 
C’est un MC pas un HDMC 
Ainsi, durant ce show à NYC, tout se passe très bien. Et tu peux même voir les clubs ONE PERCENTER (1%) et LAW ENFORCEMENT se croiser paisiblement. Les BLUE KNIGHTS sont donc présents aussi, membres (ou anciens) des forces de l’ordre avec leur superbe gilet bleu …
Blue Knights
Le choix du bleu et du blanc n’est pas seulement là pour rappeler la notion de défense de la loi et ses couleurs traditionnelles mais aussi pour marquer clairement la différence avec les couleurs plus classiques (beaucoup de noir, rouge, jaune) des outlaw clubs. Comme disent les policiers présents sur le salon au sujet de cette différenciation dans le choix des couleurs : – « C’est comme la ligne Mason-Dixon ; nous ne franchissons pas leur frontière, ils ne franchissent pas la notre » …
Pour ton nympho mon loupiot, depuis la fin de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, la Mason-Dixon était la ligne de démarcation entre les États abolitionnistes du Nord et les États esclavagistes du Sud …
Chose que nous français ne pouvons que difficilement comprendre (et pour cause, le phénomène n’existe pas ici en Gaule – pas de manière aussi forte et flagrante en tous cas)
 Patch-onepercenter
C’est la guerre ici (je pèse mes mots en utilisant celui-ci) entre les forces de l’ordre et les clubs moto one percenter en particulier et même tout autre patch wearer comme i’ disent ici (un porteur de patchs, par extension un motard qui porte des couleurs) …
Aller, la suite très bientôt …
La bise
L’Hervé, your Berrichon friend
.

L’histoire de la Harley du mémorial du 11 septembre à New-York


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon… New-York, je suppose que tu connais ? Alors permets-moi te raconter une histoire de motocyclette, de biker et de MC (Harley-Davidson bien évidement) que la triste actualité du terrorisme international m’a remémoré ces derniers jours…

11949444_426408674228159_8937328285711338057_n

Il y a quelques années de cela, en janvier 2013, je participais avec le NEW-YORK RIDER MAGAZINE (pour lequel j’écris tous les mois)…

la_sortie_jour1_6

… à l’édition new-yorkaise du Motorcycle International Shows (salon itinérant américain de la moto qui fait le tour des USA tous les ans)…

la_sortie_jour1_5

http://www.motorcycleshows.com/

Bien évidement, entre les journées sur le salon et quelques nuits au bar de Barry sur la 32e rue avec les potes américains l’occasion était belle de trainer dans la Grosse pomme… d’autant qu’il y faisait un temps exceptionnellement beau alors que Paname était sous la neige…

la_sortie_jour1_3

En une fin d’après-midi, déambulant dans Lower Manhattan, je me trouve à passer, par hasard (le crois-tu ?), à hauteur du 20 Vesey Street à l’angle de Church Street et mon regard est immédiatement attiré par ceci :

image021

Dans une vitrine, un custom sur base de ce qui semble être une Harley… chouette alors ! Un bouclard custom en plein Manhattan ! Lucky me !!! Je vais me gaver le Kodak et me faire de nouveaux potes !

Euh… ah non, non, pas sûr… pas sûr du tout, du tout, c’est même beaucoup moins fun et bien plus sérieux : nous sommes face au 9/11 Memorial Preview Site. Pas très loin de Ground Zero. Me voici donc juste devant l’entrée du musée dédié aux victimes des attentats du 26 février 1993 et du 11 septembre 2001 contre les deux tours du World trade Center (WTC)

998692_150611131807916_1918245828_n

Et la toute première chose que l’on voit depuis la rue est une moto de marque Harley-Davidson… et ça ne ressemble pas du tout à un don de la Moco… là, je suis carrément intrigué…

PreviewSiteFacade-e1271095229569

Le site du mémorial : https://www.911memorial.org/

Bon, tu me connais, avant d’aller plus loin, il me faut l’accompagnement musical approprié. Quelque chose de grave et sérieux mais toujours rock. Allons chercher du côté d’Apocalyptica… Ou lorsque les instruments de la musique classique s’emparent des grands standards de la rock music : au violoncelle, Nothing else matter de Metallica  : https://www.youtube.com/watch?v=kmn1LvbqsaM (ferme les yeux et écoute)…

image005

Il y a quelques années de cela, j’avais déjà été très impressionné par la photo du pompier TIM DUFFY au guidon de sa Dyna HD au cœur des attentats du 11 septembre 2001… Un Roy Rogers / Dunkin’ Donuts / Pizza-Hut,  le pompier sur sa Harley, la poussière… vision de fin du monde… incongru, poignant, incompréhensible …

Janvier 2013… où sommes-nous, devant quoi me trouve-je ?

Le mémorial recueille tous les jours les dons qui sont laissés devant ses portes par de nombreuses personnes (il existe même un protocole de sécurisation : détection d’explosifs, de poisons, passage au scanner et si l’objet respecte un certain critère de taille, il est conservé avec les nombreux autres tributes que le musée du mémorial a collecté au fil des années).

Mais alors, que fait cette moto ici ?

image019

Cette motocyclette est bien un modèle 883 Sportster de marque Harley Davidson (j’ignore l’année modèle). Elle a appartenu à un certain JAMES MARCEL CARTIER

image027

James Cartier (né le 22 juin 1975) avait 26 ans et était le sixième enfant d’une fratrie de sept frères et sœurs. Il avait acheté sa première moto moins d’un an avant le 11 septembre 2001 et était devenu un motard passionné. Il roulait souvent avec son frère John…

image007

Ce 11 septembre, James faisait partie d’une équipe d’électriciens qui travaillaient au 105e étage de la tour sud…

image026

Il a utilisé plusieurs fois son téléphone portable pour appeler sa famille et notamment son frère John…

image033… pour l’avertir que leur sœur, Michèle, se trouvait dans la tour nord qui venait juste d’être percutée par le premier avion. Il demandait à John de venir de toute urgence pour tenter de la sauver. John est arrivé sur sa moto et, incroyablement, dans cet apocalypse, Michèle et lui se retrouvèrent sur Church Street, côté Est du WTC… et jamais ils ne devaient revoir leur jeune frère James…

image024

Des années plus tard, Michèle et John sont persuadés que c’est grâce à James que John a pu retrouver leur sœur et la sauver du chaos. D’après Michèle, la probabilité d’être trouvée par John ce jour-là relève de l’intervention divine et c’est James qui l’a permise…

1000433_150611128474583_972648092_n

Plus tard, beaucoup plus tard, lorsque les autorités systématisèrent les analyses ADN sur les restes trouvés dans les décombres, la famille pu procéder aux obsèques du jeune homme. Même si la peine était toujours là et pour toujours, ce fut aussi un soulagement.

De retour en France j’ai fait quelques recherches et, magie d’Internet, j’ai pu entrer en contact avec JOHN CARTIER, le frère ainé de James. John a accepté de me fournir quelques informations sur cette moto, son frère, sur ce qu’il est lui-même devenu…

image006

John Cartier a aujourd’hui 45 ans, il était le frère de James et l’ami de Lester Merino. James et Lester étaient membres du syndicat des électriciens d’Astoria (International Brotherhood of electrical Workers, Local 3)…

image030-copie-1

Tous deux travaillaient au World Trade Center (WTC) ce 11 septembre 2001 quand les tours s’effondrèrent. Comme beaucoup d’autres victimes aucun d’eux ne seront retrouvés…

la_sortie_jour9_1

Hasard étonnant, alors que je participais comme je te l’ai dis précédemment en ce mois de janvier 2013 au Progressive International Motorcycle Shows j’avais croisé sans le savoir un membre de ce syndicat et l’avais d’ailleurs pris pour un biker. Je m’étais trompé (je suppose malgré tout que sa présence sur le salon s’expliquait par le fait qu’il était motard lui aussi) …

image029

 J’avais pris ce cliché croyant photographier les couleurs d’un MC que je ne connaissais pas encore… tout faux, ce sont celles d’un syndicat professionnel d’électriciens…

Pour en revenir à John, des semaines après les attentats du 11 septembre, attendant toujours la confirmation officielle de la disparition de son frère, il se lançait dans la transformation du Sportster 883 de James, pour lui rendre hommage ainsi qu’à tous ceux qui furent tués ce jour-là. Cette promesse se reflète dans la décoration de la moto qui incorpore des références à diverses passions de James comme par exemple son affection pour le personnage de livre pour enfant Curious Georges

image017

image011

Sur le réservoir on peut y voir James en tee-shirt des New-York Yankees

039a0b16-af35-4a4e-97c9-360804a76b53_l (2)

James étant alors candidat pour devenir membre à part entière de lInternational Brotherhood of Electrical Workers (le syndicat), le logo du Local 3 a été incorporé, sur le garde-boue avant, avec le nom de 17 de ses membres qui disparurent dans l’effondrement des tours…

image012

Plusieurs symboles patriotiques sont aussi visibles sur le garde-boue arrière, dédiés à ceux qui s’engagèrent dans l’armée américaine à l’issue des attaques du 11/9…

image009

John s’est présenté au bureau de recrutement des armées par la suite. L’Army apprenant qu’il était de la famille d’une victime des attentats a refusé son incorporation au motif qu’il était émotionnellement trop impliqué et qu’il présentait un risque de perte de contrôle au regard de la colère immense qu’il portait en lui …

 image014

Et ainsi, John fit don de la moto au mémorial qui l’expose depuis dans la vitrine de son gift shop

039a0b16-af35-4a4e-97c9-360804a76b53_l

John se souvient que sa sœur était au téléphone avec James seulement 20 mn avant que la tour sud ne s’effondre. Et des années plus tard, il se rappelle de James comme d’un jeune homme respectueux, le genre que tout parent voudrait avoir pour gendre.

Juste après l’effondrement, John s’est rendu au WTC pour aider… et depuis, il n’a jamais cessé d’aider ses concitoyens…

image008

Profondément marqué par la disparition de son frère, par l’horreur de ces attentats, par son impuissance ce jour-là, par la rage qui ne la jamais quitté depuis, John a radicalement engagé sa vie sur la voie du souvenir à la mémoire des victimes et de l’aide à ceux qui sont dans le besoin …

image025

Cela a commencé par la création de l’AMERICAN BROTHERHOOD NEW-YORK MC

Le club a été fondé par John le 13 septembre 2002 en mémoire de James (on peut voir ses initiales, JC, sur le backpacth) et de tous ceux qui ont disparu dans la catastrophe). C’est un groupe de bikers qui rassemble des amis de Lester et James…

image013

Il participe à des commémorations, à l’envoi de colis aux GI’s, à des collectes de fonds pour les enfants autistes et à d’autres actions caritatives au bénéfice d’indigents. Comme savent si bien le faire les citoyens américains lorsqu’ils se dévouent à la communauté…

image016

Leur engagement est en mémoire de ceux qui ne sont plus, ceux qui sont tombés, the fallen

999606_167525600116469_1131048393_n

C’est l’un des paradoxes qui marquent énormément les Américains, les New-yorkais : de l’enfer des tours est sorti quelque-chose de bien. De nombreuses personnes, qui peut-être ne l’auraient jamais fait, ont engagé leur vie sur la voie de l’entraide, du don, en souvenir des disparus. Et comme ils aiment le dire : – « And so out of the ashes, rises the Phoenix …  » (Et des cendres renait le Phœnix).

Le site du MC : http://americanbrotherhoodmc.com/

Au fil des années, John est devenu une figure incontournable des cérémonies commémoratives des attentats du WTC

image034

Interviewé régulièrement, on le voit sur CNN, NBC et dans les colonnes de la presse écrite new-yorkaise. Il a même fait partie des personnes qui ont rencontré Barack Obama à l’occasion de ces commémorations. On l’a beaucoup vu aussi dans les médias après que les Special Forces en opération search n’ destroy eurent débusqué et éliminé O. Ben Laden…

image020-copie-1

Les New-yorkais n’oublient pas et tous les ans, ils commémorent la mémoire des disparus.

C’est à cette occasion qu’en octobre 2011 le maire de NYC, Michael R. Bloomberg, conviait Paul Teutul Jr. à venir présenter la moto que celui-ci avait réalisée en hommage à la reconstruction du WTC autour de Ground Zero

MayorChopper2_1

911memorial-04

D’aucuns parlent à Dieu, font de la politique, du sport, se réfugient dans l’alimentation, parfois s’adonnent à diverses substances, ou vont au cinéma… pour ma part, je fais de la moto… le nez au vent, la tête dans les nuages, la pluie, le soleil ou les étoiles ; 320 kilogrammes de métal et de plastique à qui je voue une éternelle reconnaissance pour tout ce qu’ils m’ont apporté, ces personnes qu’ils m’ont fait rencontrer, toutes ces histoires qu’ils m’ont permis de croiser et raconter…

image028

R.I.P. James Cartier.

image020-copie-1

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend …

40ème Paris-Bourges en motocyclettes anciennes


Hervé

Bonjour copain (et copine),

1 (160)

Bienvenue sur le 40ème PARIS – BOURGES en motocyclettes anciennes …

visuel_affiche_pb_2017_rvb (002)

Pour l’édition 2017, l’organisateur, l’ACETYLENE MOTO-CLUB, voulait marquer le coup de ses 40 années d’existence. Je te confirme que l’objectif a été atteint …

1 (88)

Bien évidement, les ingrédients qui font depuis longtemps le succès de ce rallye étaient réunis comme à l’accoutumée …

D’abord, le nombre de participants …1 (18)

Du monde sur la ligne de départ ce samedi 15 avril matin à 08h00 … avec des habitués (qui remarquaient avec plaisir que pour une fois, sur un PARIS-BOURGES, la météo était clémente) et de nouveaux participants … une fois encore une belle délégation anglaise avec une quinzaine de personnes …

1 (37)

… oui, du beau monde …1 (43)

… et sur la route une immense colonne de motos qui s’étale sur plusieurs kilomètres (cette année, entre les participants sur route et ceux qui exposaient à l’arrivée au pied de la cathédrale de Bourges, ce sont plusieurs centaines d’engins qui participaient finalement à l’évènement …)

De la bonne humeur …

1 (360)

… et de la convivialité …

1 (211b)

… de bonnes agapes …

1 (448)

… et de superbes routes …

1 (400)

 …tout le long d’un parcours toujours interressant …

1 (413)

…qui alterne les passages en forêt …

 1 (395)

… en campagne …

1 (398)

… nous fait découvrir les beaux villages de la région …

1 (199)

 … et des endroits que nous n’aurions peut-être jamais connus …

 1 (380)

… si nous n’étions pas viendus …

1 (95)

 Des sites légendaires que le mon dentier nous envie … (photo floue de Plou) …

1 (80)

Et toujours de bien beaux motards …

1 (350)

TERROT HST 1930

 1 (181)

YAMAHA XT500

1 (437)

PEUGEOT 125cc de 52

Même des motards en herbe … qui participeront certainement au 100ème Paris-Bourges en motocyclettes anciennes … électriques …1 (147)

1 (38)        1 (185)

Panier BMW, RATHIER et MATCHLESS

Et bien évidement, si on veut des enfants …

1 (68)

…mieux vaut être en couple …

Ne manquera alors plus qu’un bon chien, et la famille sera au complet …1 (304)

Sens du détail, classe innée, clébard et brélon sont du même coloris …

 Les femmes sont aussi omniprésentes au Paris-Bourges … Motardes bien sûr, elles sont là nombreuses  …

 1 (442)

PEUGEOT 250 à panier et TERROT 125

1 (191)

Jeune anglaise sur vieille italienne

 MOTO GUZZI 850S

1 (71)

TERROT 125 1955

1 (429)

YAMAHA 125 VIRAGO

… mais aussi, une présidente pour l’ACETYLENE MC

1 (227)

 A droite sur la photo, en pleine interview par France 3 Centre ce samedi après-midi …

1 (14)               1 (358)

Au Paris-Bourges on retrouve ces dames absolument à tous les niveaux de ce bel évènement … au guidon, à la logistique / organisation et …

1 (202)

… au volant de l’assistance technique …

 Cette année encore nous avons retrouvé les grands classiques de l’épreuve …

Les coups de kick …

1 (28)

La mécanique …

1 (279a)

Très souvent causée par de récalcitrantes bougies qui calaminent à mort …

1 (279c)

… ou divers bouchons qui refusent désespérément de s’ouvrir …alors qu’il faut faire le plein en bord de route …

1 (443)

Naturellement, pour certains, ça fume toujours autant … 1 (170)

J’ai tenu deux minutes derrière ces deux là … irrespirable …

D’autres coups de kick …

1 (32)

( et nombre d’autres que je n’ai pas pu tous photographier …)

Et enfin, l’indispensable assistance technique toujours dans la modération mais au top à la fin de la journée …

1 (370)

Et puis, toujours des détails qui nous étonnent …

1 (23)

La lampe à acétylène montée sur la fourche du Suzuki Bandit S600

1 (195)

Le (re)gonflage de roue avant à la pompe à vélo …

1 (220)

L’incroyable présence d’un panier MOTOBECANE qui était là … lors de la première édition du Paris-Bourges il y a 40 ans …

 1 (460)

L’accessoire de sécurité qui fût certainement homologué … à une époque …

1 (456)

La rencontre des générations …

HARLEY DAVIDSON WLA 1942 / HARLEY DAVIDSON Softail Slim 2015 …

1 (138a)

Sous les pavés, toujours la plage …

1 (371)

La foule en délire au passage du peloton …

1 (294r)

Et le parvis de la cathédrale de Bourges fréquenté par de nouveaux pèlerins …

 Ce 40ème PARIS-BOURGES 2017 a connu une bonne couverture médiatique …

1 (228)

France 3

IMAG5455

Le BERRY REPUBLICAIN

Et la mairie de BOURGES, qui avait ouvert le parvis de la cathédrale ainsi que les jardins alentours pour permettre l’exposition de nombreuses motocyclettes toute la journée du samedi (pendant que le reste de la troupe parcourait ses 200 et quelques km dans la campagne berrichonne), accueillait même les participants en ses salons …

Discours de l’adjoint aux sports et loisirs …

1 (281)1 (282)

Devant une foule ébahie …

Avec, s’il te plait, fermeture du ban par la présidente de l’Acétylène MC elle-même …

 1 (283)

Une solennité toute en détente et un moment bien sympathique qui donne à ce 40ème Paris-Bourges une idée de sa belle dimension …

Et pendant ce temps là, à l’extérieur, devant la magnifique cathédrale …

1 (287)

 De la belle machine …

 1 (291)

… en un cadre exceptionnel …

 1 (292)

Te rends-tu compte de la somme de travail que tout ceci représente pour un MC constitué de seuls bénévoles ? Sans grands moyens financiers qui plus est …

1 (294b)

Les potes de la FFMC Cher / 18 avaient planté aussi la guitoune …

1 (294a)

…tout comme l’ ACETYLENE MC en maître de cérémonie …

1 (294d)

Pour résumer simplement, journée totalement réussie, tout plein de motards partout avec la banane …

1 (294j)

Admirons une dernière fois ces magnifiques motocyclettes d’antan et leur superbes motards …

1 (93)

ARIEL rouge (la noire à droite je ne la reconnais pas … ça te parle ?)

Je me suis gavé grave le Kodak (presque 800 photographies en deux jours ) …

1 (122)

Me suis même pris pendant une minute pour David Hamilton …

 1 (144)

DUCAT’ des familles

1 (180a)

ROYAL ENFIELD, SOYER, PEUGEOT

C’est ti pô bô ça mon cousin ???!!!!!!

1 (182)

Cet YAM’ et son pilote sont au top du look. Le détail qui tue, le casque et sa visière années 70 …

1 (187)

Même le gars derrière ne peut pas s’empêcher d’admirer cette MATCHLESS

 1 (233)

RATHIER, TRIUMPH

1 (201a)

Franchement, le design des cette GNOME RHONE est à tomber … Remarquable !

1 (235)

Et que dire de cette splendide MOTOSACOCHE avec son superbe pilote à rouflaquettes (si, si, on les voit quand il enlève le casque le gars) ?

1 (300)

Quand à cette exceptionnelle beauté tchécoslovaque, OGAR, tu n’as pas du en voir beaucoup … et certainement pas en cet état …

1 (279)

Pas à dire, une bonne vielle BM‘ c’est toujours aussi sympa’ à voir …

1 (476)

Et vive le mélange des genres !!          BSA, YAM’, ROYAL ENFIELD

1 (441)

JAWA l’dire à tout le monde qu’il est bien beau cet équipage …

1 (306)

Et la plus belle pour la fin !

Petit panier, petit doudou, petite fille, petite PEUGEOT

Aller copain (et copine) à l’année prochaine pour un 41ème PARIS-BOURGES en motocyclette ancienne !!!!

1 (313)

La bise

 L’Hervé, your Berrichon friend

Welcome to STURGIS 2014 (4) : le PATCH FAIT le BIKER


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Ainsi donc, cette année, woui, je suis retourné à les USA … pour participer à ma première STURGIS BIKE WEEK

Je dis première bicoz, c’est certain, il y en aura d’autres ….

Je suis donc parti en wouature de Houston- Texas et suis remonté plein nord via l’Oklahoma (rien à wouar) puis le Nouveau Mexique (rien à wouar) pour rejoindre le Colorado (un vrai paradis, plein de choses à wouar).

DSC_3969

Et passer quelques jours chez David Uhl

(je ne te parlerais pas de la Route 66 et son marketing pour touriste. Comme tu le sais, je l’ai empruntée assez longuement et je suis très loin d’avoir été transcendé).

Chemin faisant, j’en ai profité pour m’arrêter dans quelques concess’ de notre marque de motocyclettes américaine fétiche … mais pas beaucoup hein …

Juste à STAFFORD …

1 (9) 2 (7)

… CORPUS CHRISTI

1 (12) 2 (6)

Je me demande vraiment comment on appelle les habitants d’une ville nommée « Corps du Christ » ?

… ALAMO

1 (25)2 (3)

… AMARILLO

1 (48a)

 MOORE

1 (43)2 (10)                                                                                                                                                                          … PUEBLO1 (51)2 (18)

… COLORADO SPRING

1 (53)2 (21)

… DENVER

1 (58)2 (2)

… CUSTER

1 (700)

… LOVELAND

1 (1006)2 (8)

Bah woui koa, il me les fallait ces patchs de concess’ pour ma collec … et encore, jé pô pu m’arrêter à chaque fois que j’en croisais une, mô femme avoulaipô.

Enfin bon …

Je sais bien, c’est puéril …mais j’ai arrêté les tee-shirts docteur … plus d’une centaine cétépô raisonab’.

Pi, … le patch c’est ça qui fait le biker, le vrai … et il y en un choix absolument incroyable.

Aller, un petit palmarès des patchs encore bien tendance aux Zamériques, rien que pour toi.

Commençons par deux très grands classiques dans la famille biker que tu connais forcément.

Naturellement, le fameux … 

… et son petit frère que l’on ne présentent plus …  

… qui ont encore une sacrée côte et nombre de bikers les portent sur leur gilet.

On va s’éviter tous les patchs liés aux USA, l’Amérique, l’armée, les vétérans, les têtes de mort, de loup, d’indien, d’aigle, les serpents, flingues,  etc. … ils sont légion.

Quant à lui, le Stars n’ Stripes est décliné sous toutes les formes possibles … quasiment porté par tous motards américains.

Très, très souvent accompagné du désormais célèbre POW / MIA (Prisoner of War /Missing in Action)

Tu peux toujours faire plus pour affirmer ta fierté d’être américain et biker

(Américain par naissance, biker par choix)

Dans le registre politico-nationaliste anti Etat, énormément de déclarations anti Obama

       

(et ceux-ci compte parmi les plus aimables)

Bien sûr les références au frangin « D’ji jeusse » ton sauveur (pas le mien, hein) sont très nombreuses aussi  …

(les bikers chrétiens sont très présents et très organisés dans leur prosélytisme)

Celui est assez célèbre car bien pensé avec de l’humour en prime

Toujours dans les grands classiques on voit beaucoup le fameux DILLIGAF

DOES IT LOOK LIKE I GIVE A FLIP (si tu es bien élevé) ou bien DOES IT LOOK LIKE I GIVE A FUCK (si tu n’es pas bien élevé).

En gros : – « Ai-je l’ai d’en avoir quelque-chose à faire / foutre ? »

Dans ces Etats américains où le port du casque n’est pas obligatoire, nombreux sont les bikers à afficher leur attachement à cette liberté de choix

(Les lois sur le port du casque craignent / font chier)

Après ces best of tu trouves un nombre absolument incroyable de propositions.

Quelques-uns m’ont beaucoup plus.

Celui-ci est ancien, il affiche ta solidarité avec les femmes seules qui travaillent … Hum … 

Celui-ci t’engage à tordre la poignée (Conduit la comme si tu l’avais volée)

Celui-ci, au pays du Nice to meet you, est assez agressif, mieux vaut avoir de larges épaules si tu veux le porter …

(Ne m’appelle pas frangin si tu ne me connais pas / reste à distance)

Quant aux deux derniers que je me suis ramené ils me plaisent beaucoup.

L’excellent et paradoxal

Et le très, très, très  bon et particulièrement adapté

Wouis, je sais, suis pas bien futé com’ gars mais tu sais maintenant que …

…mon pioupiou

Woualà, ma maman me les a même déjà cousus sur mon jean fétiche (celui qui tient debout tout seul tellement il y a de patchs justement … te le montrerais peut-être un jour … pô certain ça)

Si tu veux voir un « beau » (question de goût) panel de ce qu’il est possible de trouver en terme de patchs à la mode de là-bas, vas sur le site du grand spécialiste américain des trucs et machins inutiles mais indispensables pour vrai biker, HOT LEATHERS (qui s’intitule lui-même The leader in motorcyle apparel) :

Le site : http://www.hotleathers.com/Hot-leathers-Original-Embroidered-Patches-C1253.aspx

Bon, aller, la suite plus tard.

La bise.

L’Hervé your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002


REAL BIKERS


Hervé

Bonjour copain (et copine),

toi et moi ça fait un moment que l’on se prend pour de vrais tarmos / bikers, n’est-il pas ?

Nous avons été partout, sur toutes les routes, par tous les temps, avec toutes sortes de trapanelles, dans tous les pays … pas d’erreur, nous en sommes en somme … des purs, des vrais !

Attends vieux gars, j’nous en ai trouvé des vrais … et là, avec ma Harley de bobo du XXIème siècle, je me sens petit, petit, petit …

Aller viens, allons voir les anciens quand ils partaient pour des rides de folie … ça devait pas toujours être bon pour les os … BAD  TO THE BONE …

La version live, avec l’étonnant GEORGE THOROGOOD  et ses DESTROYERS qui en 1982 (et non ce n’est pas un titre des années 50) nous pondent ce morceau mythique entré directement dans le hall of fames des legendary rock road songs (étonnant le Georges dans la mesure où dans les années 70 il avait mis sa carrière de rocker entre parenthèses pour en entamer une autre dans le  … baseball) :

http://www.youtube.com/watch?v=_7VsoxT_FUY

Il y a quelques jours de cela, en furetant sur le net je suis tombé sur de vieilles photographies de bikers américains, de ce que je suppose être les années 40 / 50, qui m’ont littéralement scotchées …  Peut-être les connais-tu déjà ? Pas grave je ne résiste pas à t’en passer une nouvelle couche.

Je n’ai aucune idée de qui a écrit les quelques phrases qui les accompagnaient (le fils de l’un des protagonistes que tu vas voir apparemment), peu importe, sa lecture et lesdites photos valent le coup d’en parler …

Ou quand l’enduro / cross en Harley Davidson était à la mode … Mdr !!!

Pour les amateurs de off road contemporains, ce devrait être une véritable révélation !

Voici donc le texte qui accompagnait ces photographies d’un autre temps : .

-  » Le jour de Thanksgiving, la plupart des américains regardait le football. La famille Weber, elle, était assise autour de la table et parlait motocyclette. C’est alors que nous avons commencé à regarder les vieilles photos de moto de mon père. Elles sont si chouettes que je veux en partager quelqu’une une avec vous tous … »

Dans les années 50, mon père et quelques-uns de ses amis étaient des Adventure Riders (inutile de traduire tu as pigé) adeptes de la poignée dans le coin. Leurs dimanche ils les consacraient aux rides qu’ils poussaient occasionnellement jusqu’à Mexico City ou même plus loin, just for the fun. 

Commençons par présenter les personnages. Voici le clan faisant le plein à une station quelque-part du côté de Fort Collins (au nord de Denver dans le Colorado). De la gauche vers la droite voici :

Jerry Francis, Harley 74 – 1950,
Mike Sadusky, Harley 74 – 1950,
Warren Weber (mon père), Harley 74 – 1950,
Wendell Rea, Harley 45 CI – 1942. Notez le pneu avant tout terrain !

Je devine que les Harley 74 – 1950 étaient des stock bikes

Un ride du dimanche les a emmenés jusqu’au sommet du Mont Evans (14,264 pieds / soit 4300 m). C’était la veille du jour où la route allait être terminée et goudronnée jusqu’au sommet. La neige sur la photo avait empêché la fin des travaux.

Un autre dimanche de 1952 leur ride les a conduit à l’Arapahoe pass, c’est près de Eldora, Colorado. La bande est partie de la maison de mon père à Wheat Ridge, qui est à un jet de pierre de Golden. Ils partaient habituellement sur le coup de 08:00 h. Celui qui n’était pas à l’heure n’était pas attendu par les autres, ils vous plantaient là.

Ils se sont dirigés vers Boulder, CO et ont suivi la belle, sinueuse, pittoresque piste du canyon Boulder Canyon en direction de Nederland. De là, ils ont traversé la ville de Eldora et la sont montés en direction de l’Arapahoe pass.

Certaines choses ne changeront jamais. Il y a toujours un gars dans le groupe qui, soit insiste pour dire qu’il sait absolument par où passer, soit affirme que de toute façon « ça n’est pas si terrible que ça voyons !  Ce jour là, dans ce cas précis, le groupe a fini par s’aventurer ici 

Naturellement, il s’est avéré que c’était la mauvaise direction. Les gars en Harley ont effectivement laissé ceux qui étaient en anglaise passer devant sur cette partie du trajet pour faire les cobayes. C’est d’ailleurs sûrement une de ces têtes brûlées de rider de British bike « moi je sais tout »qui avait du suggérer de passer par là de toute façon.

Après un certain nombre de poussettes et d’opérations de désenlisement, ils ont fini par trouver la bonne piste et ont pu atteindre le sommet à 11 905 pieds d’altitude. Une sacrée bonne journée!

Je crois que ces gars auraient pu inventer le logo « No Fear ». Franchement, faire les sentes de montagne avec un rigide, ça me ferait peur. Ces gars-là méritent vraiment le respect pour avoir été en mesure de faire ça. A moins qu’ils méritent d’être embarqués en camisole de force. Suis pas certain de savoir quoi en penser …

Non pas qu’ils n’ont pas tapé, glissé, chuté, patiné une ou deux fois. Peut-être même 100 fois, mais ils ont fait encore face, il ont maintenu le cap.

Maintenant il est temps de faire une petite pause et … de tenter de se sécher.


Et voici une photo de mon père prise en 1951, juste avant le départ pour une nouvelle sympathique balade. Vous remarquerez la tenue au style très détendu. Un casque ??? Inutile voyons, pourquoi faire ?

Ces gars s’amusaient aussi beaucoup dans les alentours, sans forcément partir en course de montagne ou en forêt.

Imaginez un peu faire de tels sauts avec une HARLEY 750 de l’époque et quasiment sans suspension digne de ce nom pour un tel exercice …

No comment !

Mais le plus fou (comprendre : talentueux) des membres du groupe en termes de pilotage pur d’une Harley 74 « dans les airs » était un gars dénommé Kenny Érié. Si Kenny était encore vivant aujourd’hui, et avec environ 50 ans de moins, je suis certain qu’il serait l’un des grands noms du freestyle !

Rien n’arrêtait ces types et sûrement pas un peu de neige.

Voici Mike Sadusky sur sa Harley 50. 

Vous pensez qu’ils savaient s’arrêter ? Apparemment non …

Une bonne chose que Mike ait eut de grandes jambes …

Ces photos ont été prises par mon père sur le mont Thorodin.

Vous voulez vous garer mais êtes trop paresseux pour déplier la béquille latérale ?

Pas de problème, visez un banc de neige, foncez dedans et laissez-y la bécane comme mon père l’a fait.

Et voici Mike et Kenny en mode « parking ». 

Il n’était jamais à court d’amusement avec leurs engins.

Et une fois encore Mike « les grandes jambes » sauve le coup (enfin presque)

Tu n’es pas vraiment un vrai motard tant que tu ne maîtrise pas l’art de la glisse …

Et franchement, c’est pas rafraîchissant tout ça ?

Izétaient bien à la masse les anciens non ? Respect les mecs, belle leçon de savoir vivre … oui ces photos nous rappellent qu’il fût un temps où tu pouvais y aller franco et que tout le monde se foutait de la sécu, de la couche d’ozone, du politiquement correct,

Tu te vois de nos jours au guidon de ta Harley de bobo (ne nies pas t’es pire que moi) partir en rando tout terrain ou aller faire du slide sur le terrain vague derrière la gare ?

Mdr … de toute façon c’est interdit, pi’ i’a des barrières et la police appelée par les voisins … Bon j’arrête.

Merci pour ces magnifiques images , you’re real riders guys !

Aller la bise,

L’Hervé, your Berrichon friend.

RAPPEUR / BIKER / ERREUR


Hervé

Bonjour copain,

Tu connais mes goûts musicaux, de Puccini à Lynyrd Skynyrd … sans jamais passer par la case rap.

J’aime pô l’rap ! … et toute sa symbolique.

Young Jeezy Motorcycle Yung Geezy Celeb Live Thug Motivation Put On Kanye West

Je reconnais qu’en 1986, (pendant 24h00, pas plus), j’ai fait comme tout le monde quand Steven Tyler et Joe Perry (AEROSMITH) ont repris WALK THIS WAY avec le groupe de rap RUN-DMC  …

bikers-and-rap-12.png… j’ai bien aimé. Mais c’est tout, ça n’est arrivé que cette seule et unique fois !

Ne le répète à personne stp.

Merki.

Faut reconnaitre que pour un remix c’est tout de même une belle réussite :

http://www.youtube.com/watch?v=4B_UYYPb-Gk
Mais non, mais non, je ne m’éloigne pas du notre sujet : le monde biker US.

Mais c’est bien un rappeur qui nous y emmène cette fois-ci, en la personne de l’inénarrable YOUNG JEEZY, surnommé « Snowman » (en référence à la coke), ex dealer, ex pensionnaire de maison de redressement, maintenant l’une des figures majeures du dirty south, la scène rap du sud des USA.

Pour en finir avec son pedigree on sait juste qu’il était très probablement affilié à la Black Mafia Familyd’Atlanta.

 bikers-and-rap-1.png

Bon depuis, ce charmant jeune homme s’est repris.

Multi-millionnaire grâce à la musique, il commercialise aussi sa propre marque de vêtements et accessoires sous la marque 8732 apparel.

 bikers-and-rap-3.png

Grâce à laquelle … il vient de se mettre officiellement à dos le plus célèbre club 1% du monde !
Alors là, chapeau bas bonhomme, fallait oser.
Woui, fallait oser commercialiser ça :

Mainstream: Rapper Young Jeezy's clothing line 8732 Apparel features a winged head
(sous le nom de The Bandit Vest). Il a quasiment repris le ‘’Death Head logo’’ des 1% les plus connus de la planète terre, sans être membre ou simplement leur en demander l’autorisation (qu’il n’aurait jamais obtenue d’ailleurs). Ce qui, pour un américain, qui plus est ex membre de gang, est totalement incompréhensible : il sait bien que ceux qui portent ces couleurs vivent et meurent pour elles, on ne plaisante pas avec ça aux USA (ailleurs non plus). Le gonz’ ne pouvait ignorer qu’en copiant ces Colors il allait se mettre dans une situation … pour le moins délicate à bien des égards.

Je n’ai jamais trouvé les rappeurs amerlocs très futés (avec toutes mes z’excuses à mes futurs amis rappeurs, pour l’instant j’en ai pô, mais je ne désespère pas, hein) mais alors dans le cas présent je n’ai même pas besoin d’argumenter pour illustrer le propos …

Forcément, le mélange coke + QI de gastéropode, ça fait faire des bêtises.   Regarde la calligraphie et la couleur du chiffre 87 sur ce tee-shirt … ça ne te rappelle rien … ?

bikers-and-rap-7.png

Franchement oser ça aux USA  … faut être total pas aware !

bikers-and-rap-5.png

bikers-and-rap-6.png

C’est de la provoc’ à l’état pur …

Les avocats représentant les intérêts des célèbres rouges et blancs ont porté plainte pour atteinte à une marque.
Ils reconnaissent que le produit de 8732 n’est pas la copie exacte de leur célèbre logo / couleurs mais qu’il crée néanmoins la confusion dans l’esprit du consommateur d’attention moyenne (comme on dit dans les tribunaux).

Effectivement, ce n’est pas une contrefaçon (copie servile de l’original, ses qualités intrinsèques en moins) mais bien un vrai look alike indiscutable (produit très / trop ressemblant).

En Europe, c’est la condamnation assurée (totalement interdit, en France il y a toute une jurisprudence à ce sujet).

Aux USA, tu peux tenter de plaider avec un bon lawyer car le look alike est toléré depuis longtemps déjà … mais bon, en l’occurrence, suis pas persuadé que c’est le genre de procès à gagner pour le Jeezy.

Peu importe ce que décidera la cour de Los Angeles, il vient de se faire des zamis pour la vie.

La Red and White machine trouve que le rappeur a été trop loin et demande à ce que les profits faits avec cette marque soient partagés, que tous les vêtements de la marque retirent ce logo contrefait et que leur production cesse immédiatement.
Le Jeezy n’a pour le moment, pas commenté cette plainte. En tous cas, la veste incriminée a été retirée du site de vente de la marque : http://shop.8732apparel.com/
La presse et les sites biker aux USA, en UK et Germany (même en France 20 minutes en a parlé) ont littéralement explosé, tout le monde commente « l’affaire » … et n’en revient pas.

Pour mémoire, le 1% rouge et blanc américain a une longue tradition de défense de son image devant les tribunaux …
… et a déjà trainé ces dernières années en justice :

 Young and Reckless
 
Marvel
Disney
bandedesauvagesvieuxmot
et Alexander Mc Queen

 An Alexander McQueen ring is among the items  the Hells Angels Motorcycle Club alleges violates its trademark. Photo: Saks Fifth Avenue

A suivre …

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Australie : le pays anti motard


Hervé

Bonjour copain,

Encore une info un peu dingue pour tous les motards du monde …

I’a pas qu’à les USA que le monde biker pête les plombs. Les kangourous viennent eux aussi de s’y mettre, bikers et policiers, tous ensemble.

Début octobre les choses se sont mise à dégénérer dans un sens que de nombreux australiens jugent totalement idiot après de récents incidents impliquant la police qui a été obligé d’utiliser des pistolets paralysants contre des membres de bandes de motards dans le Queensland.

3 or More Bikes in a Group? Australian Police Will Pull You Over

Il est alors devenu question qu’une nouvelle loi accorde mandat aux officiers de police pour leur permettre d’intercepter et contrôler tout groupe de 3 (ou plus) motards.

Le combat est engagé.

La police a fait savoir que rien ne l’arrêtrait et les motards quant à eux n’ont pas l’intention d’être battu à ce jeu : WE CAN’T Be BEATEN, par les australiens de ROSE TATTOO

Extrait de Scarred For Life

File:Scarredforlife.jpg

leur troisième album en 1982 et premier succès international :

http://www.youtube.com/watch?v=-ZZnhBQXRaI

L’Australie est de longue date une terre de motards, de bikers, un lieu où les gangs motocyclistes sont tellement actifs que la loi a déjà été modifiée en 2013 pour lutter spécifiquement contre eux et interdire littéralement certains clubs de la mouvance 1% (tu comprends que ce n’est pas pour rien que Mad Max est né ici il y a quelques décennies de cela).

 L’activisme de ces gangs a pris une telle ampleur que la presse nationale fait ses Unes au moins un fois par mois sur eux et que de nouvelles mesures légales à leur encontre étaient encore discutées début novembre par les autorités de plusieurs Etats.  Notamment le Queensland et la Tasmanie.

 C’est ce que les australiens nomment la ‘’anti bikie legislation’’ (bikie désignant en langage argotique un membre d’un club motard criminel).

Et comme à chaque fois, lorsqu’une minorité « fait des bêtises », la majorité, elle, ce prend les dommages collatéraux de plein fouet.

Ainsi donc, pour lutter contre ces fameux gangsta on bike la police du Queensland n’a pas mieux trouvé que d’exiger des motards voulant prendre la route qu’ils les appellent avant pour déclarer leur(s) randonnée(s) s’ils ne veulent pas être systématiquement contrôlés par ladite police.

Ben voyons !

Cette proposition a été discutée en réunion de travail entre le ministre de la police du Queensland Jack Dempsey,Queensland police minister Jack Dempsey (centre) meets with recreational motorcycle club members in Parliament House in Brisbane on Thursday. AAP Image/Dan Peled

les dirigeants de la police et le conseil motocycliste australien (AMC) :

https://www.facebook.com/AustralianMotorcycleCouncil

L’AMC représente les motards dits de loisir et les outlaw motorcycle clubs.

Ce vendredi 1er novembre le porte-parole de la police a reçu une pétition regroupant 10.000 signataires, au sujet du harcèlement que les motards estiment subir de la part des forces de police engagées dans la lutte contre les gangs motards criminalisés.

La situation est tellement tendue sur ce thème que la presse australienne (le Brisbane Times du 21 octobre) a rapporté que lors d’une manifestation à Emerald, deux policiers avaient repéré un membre de gang de motards harcore et l’avaient interpellé. Au bout de quelques minutes ils ont découvert que les Colors du gangster étaient celles de la série télévisée Sons of Anarchy / SOA dont l’interpelé était un fan et en portait le tee-shirt. …

Australian Cops Mistake Sons of Anarchy Fan for 1%er Biker

Les policiers ont présenté des excuses et la presse se demande s’ils allaient maintenant arrêter les porteurs de survêtement en tant que membres de la Mafia …

Ci-dessous, le préz’ de l’AMC Shaun Lennard, avec les membre du board, Eva Cripps, l’avocat Leigh Harper et Greg Casimaty à la concess’ de Hobart le 27 octobre dernier
Australian Motorcycle Council

La police de son côté déclare qu’elle connait les membres de ces gangs, ils sont identifiés mais comme ils ne portent plus leurs Colors en moto (comme quoi les gars en question doivent avoir une sacrée pression policière sur les épaules quand on sait que dans ces groupes on vit et meurt pour les couleurs) la seule solution c’est de contrôler tous les motards (on marche sur la tête là messieurs de la police).

Comme on peut s’y attendre miss Cripps a confirmé que l’AMC était fondamentalement opposé à l’idée même que les motards en balade soient obligés d’informer la police lorsqu’ils sortent en groupe.

Elle a déclaré que les clubs moto estimaient que la police savait très bien que faire pour que cesse le harcèlement dont ils sont l’objet.

Quant à lui, Jack Dempsey a reconnu que la rencontre entre les autorités et l’AMC avait été productive ; que les subtilités du système de notification n’avaient pas encore été mises au point et a signalé la possibilité pour les clubs d’utiliser l’Internet pour déclarer / enregistrer leurs rides / balades auprès de la police.

Il compte sur une plus grande interaction (entre les clubs et la police) et une meilleure compréhension entre les groupes de motards « légaux », les clubs motards, les associations et la police.

Help stop criminal gangs

 » Ce ne sont pas les personnes que nous ciblons . Nous ciblons les gangs criminels et les voyous, et nous ne nous en excusons pas. Nous allons frapper fort, nous allons aller vite, et nous sommes déterminer à aller plus loin que jamais pour débarrasser les rues du Queensland de ces parasites« .

Une véritable déclaration de guerre !

L’Adjoint du commissaire de police du Queensland, Brett Pointing,

chef de toute l’opération a reconnu que la plupart des officiers avaient une  » connaissance limitée  » des groupes de motards légitimes / légaux. Et comme l’une des stratégies récente des membres des gangs a consisté à ‘’s’anonymiser’’ eux-mêmes la police a dû entreprendre de nombreuses interceptions dans tout le Queensland.

Bien que le contexte de cette loi tout à fait stupide pour nombre d’australiens est facile à comprendre, il s’agit d’une violation grossière de droits de l’homme.

A ceci l’attorney général Jarrod Bleijje,

répond que l’Etat  a l’intention de mettre un terme à l’activité des bandes de motards qui utilisent leur nombre pour semer la peur dans leurs communautés.

« L’idée de base est de limiter leur capacité à rouler en groupes importants, ce qui rendrait la gestion de leurs entreprises criminelles plus difficile et aiderait à prévenir le genre d’intimidation de masse que nous avons vu à Broadbeach. Ce serait également perturber leurs rassemblements annuels », a ajouté Bleijie.

Et tant pis pour les 99% d’honnêtes motards de base …

Ça fait carrément flipper de genre de truc.

Incroyable que la police (avec les moyens dont elle dispose) n’ait pas trouvé autre chose. Ça laisse sans voix. Espérons que ça ne donne pas de bonnes idées à d’autres polices de par le monde … en Gaule par exemple (on a déjà les radars, c’est bon là !). Ces méthodes sont directement inspirées de ce qu’il se passe, sur ce thème, aux USA depuis des années.

En réaction, les FINKS le club 1% le plus célèbre d’Australie vient de sortir un livre courant octobre pour expliquer sa version des faits.

Tirage limité, vendu comme des p’tits pains, c’est déjà un collector en rupture de stock.

En France, une circulaire interprétative du 26 novembre 2006 émanant du ministère de l’Intérieur énonce quant à elle que les rencontres amicales, les mariages et autres cérémonies n’entrent pas dans le champ d’application du décret (du 16 mai 2006, qui régit  tout rassemblement comportant la participation de véhicules terrestres à moteur, qui se déroule sur la voie publique), dans la mesure où le rassemblement s’organise librement sur la base de volontés réciproques. Pas de panique, donc, si vous partez à une douzaine de copains.

Voir l’article de Motomagazine à ce sujet en mars dernier :

http://www.motomag.com/Faut-il-declarer-les-balades-en.html

Espérons que les motards australiens vont voir la pression se relâcher et que la police atteindra son but.

De son côté l’AMC a annoncé fin octobre qu’il allait lancer une souscription pour financer une action auprès de la Haute Cours contre les lois qui harcellent les motards.

Mi-octobre le gouvernement du Queensland a fait passer la Vicious Lawless Associations Disestablishment Bill and the Criminal Gang Destruction Bill qui donnent pouvoir aux autorités pour détruire les moto, mettre les motards sous caution, emprisonner les motards criminels en quartiers de haute sécurité.

 La position de l’AMC consiste à dire que les lois existantes devraient être utiliser pour combattre le crime.

Ce sont exactement 26 moto clubs qui sont visés par ces mesures exceptionnelles. Selon les nouvelles lois votées, n’importe quel individu contrôlé par la police avec des signes distinctifs (patchs, tee-shirt, bagues, boucle de ceinture, etc.) d’appartenance à l’un de ces 26 clubs devra payer une amende de 10.000$.

Bon, fort heureusement en France la situation n’est pas du niveau de ce qui se passe en Australie et c’est fort heureux !

La bise.

L’Hervé your Berrichon friend.