50e anniversaire du record de vitesse de Burt Munro


Hervé

Bonjour copain (et copine),

AB9T1901

Savais-tu que l’INDIAN MOTORCYCLE COMPANY avait décidé de rendre hommage au 50e anniversaire du record de vitesse de BURT MUNRO sur le lac salé de BONNEVILLE ?

burt-munro

Mais si voyons, tu connais, forcément … HERBERT JAMES « BURT » MUNRO, amateur néo-zélandais de motocyclettes et détenteur d’un record du monde de vitesse sur terre avec une moto de marque INDIAN (catégorie moins de 1 000 cm³).

close-up-of-burt-munro-mosaic-tile-on-burts-gravestone

Né en 1899 à Edendale (Nouvelle-Zélande), mort en 1978, légende motarde immortalisée par le cinéma … ne me dis pas que tu n’as pas vu ce film et encore moins que ton petit cœur de midinette motarde n’a pas été tout serré d’émotion hollywodienne à sa vue…

18479526

Tiens, tu peux même te procurer le film dans la boutique de MOTOMAG’ : http://boutique.motomag.com/dvd-moto-fiction/283-burt-munro-1355.html

En 1920, à l’âge de 21 ans, il achète sa fameuse INDIAN SCOUT rouge de 600 cm3, avec un moteur bicylindre, chez un concessionnaire de motos d’Invercargill. Il a passé plusieurs années à la modifier en vue de battre le record du monde de vitesse sur terre. Il a réalisé lui-même certaines pièces de son engin (pistons, culasses, embrayage, guidon)… la suite, on la connaît…

worlds-fastest-indian-em

Il y a quelques années de cela, INDIAN lui avait déjà rendu hommage en produisant ce magnifique cigare …

WG_DAVIDSON_TSHIRT_19

Souviens-toi, nous étions tous les deux à New-York en janvier 2013 à l’occasion de l’International Motorcycle Shows au Javit Center quand les ingénieurs de l’usine avaient fait craquer le moteur de la bête originale à côté de son hertzat new-age … tiens relis ce que j’avais écrit à l’époque à ce sujet : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/02/03/willy-g-davidson-porte-mon-tee-shirt/

Van_halen_2

Bien évidement, tu me connais, j’en avais profité pour faire mon arrogant frenchie car je portais ce jour-là le tee-shirt special tribute to BURT édité en série limitée par l’ami JACK 1340 … collector mon copain !!

Bon, pour en revenir à nos boulons et notre célébration spéciale Burt Munro 2017 par INDIAN, un communiqué de presse du 24 mai annonçait qu « ‘il y avait 50 ans de cela Burt Munro et son Indian Scout Streamliner se rendaient sur le lac salé de BONNEVILLE pour entrer dans l’Histoire …

Munro5

C’est pourquoi, depuis, l’héritage de Munro transcende le monde de la moto et symbolise un vaste mouvement de dépassement des limites conventionnelles et de la réalisation de ce qui est apparemment impossible. Burt Munro est maintenant un nom familier parmi les gear heads (têtes d’engrenage si je puis dire / traduire ainsi) à travers le monde et l’exemple ultime du passe-temps qui carbure à l’adrénaline repoussant les limites de vitesse sur le lac salé de Bonneville…

AB9T2493

Afin de célébrer le cinquantième anniversaire du record établi par MUNRO, Indian Motorcycle s’associe au pilote Kiwi, LEE MUNRO, le petit neveu de Burt Munro pour reproduire la fameuse course historique à Bonneville ce 13 août prochain …

AB9T1439

…regarde comme il est bô le petit neveu en question sur son joli brélon d’usine…

AB9T2061

 Le communiqué poursuit :  » La moto consiste à repousser les limites et limitations pour aller au-delà de la norme, et il n’y a pas un meilleur exemple que Burt Munro », a déclaré Reid Wilson, directeur du marketing d’INDIAN motorcycle »…

AB9T2377

… la Dainese du pilote est tout légitimement brodée MUNRO

 « Porté une détermination inégalée et une passion légendaire pour la course, Burt Munro incarne l’esprit d’INDIAN Motorcycle, et nous ne pourrions pas être plus fiers que d’honorer son héritage avec une version contemporaine de son record historique sur les Salins de Bonneville en août prochain » …

AB9T2335

Pour cette nouvelle tentative de record, Lee Munro pilotera une Scout indian moderne avec un groupe motopropulseur modifié par l’équipe d’ingénierie de l’usine dans l’objectif de devenir la moto Indian contemporaine la plus rapide au monde. La tentative ne battra pas le record de Burt, mais elle honorera son héritage historique dans le monde de la moto. Motivée par son ambition de repousser les limites, l’équipe d’ingénieurs Indian s’est engagée dans cette  tentative historique, en travaillant sur le projet «après ses heures de travail». L’équipe effectuera plusieurs essais à El Mirage, en Californie, avant que Lee Munro ne se rende au lac salé de Bonneville …

AB9T2897

« Mon oncle Burt a été une source d’inspiration pour ma carrière de pilote, et son appétit pour la vitesse fait clairement parti de mon ADN  » a déclaré Lee Munro. « Ce que fait Indian Motorcycle est fantastique, et je ne pourrais pas être plus fier de me joindre à eux et de piloter mon propre Scout à Bonneville en l’honneur de mon oncle et le cinquantième anniversaire de son record historique ».

AB9T2812

LEE MUNRO est né et a grandi à Invercargill, en Nouvelle-Zélande, dans la même ville que son grand oncle Burt. Lee a entamé sa vie de sportif sur deux roues par la descente en VTT. Après avoir remporté de nombreuses courses locales et même avoir terminé cinquième au Championnat néo-zélandais en 2002, Lee s’est lancé dans les courses de moto. Il a remporté de nombreux titres sur circuit et sur route en Nouvelle-Zélande. Avec l’idée de courir sur l’Ile de Man, Lee a participé au GP Manx en 2016 pour acquérir une connaissance de la piste et parfaire sa préparation. Plus récemment, Lee a remporté la classe vintage aux courses Methven Street plus tôt cette année sur une Indian de 1941 …

AB9T2054

Bon, allez, souhaitons-lui toute la réussite possible au kiwi Lee !

On attend avec impatience ce mois d’août pour aller visionner sa perf’… sur internet pour les Berrichons comme moa et en live sur les salins de Bonneville pour les plus chanceux d’entre nous …

sans-titre

Ride save, fast n’ take care Lee!!!

Merci à Jeff ALLEN à qui l’on doit les superbes photos du proto’ Indian et de son pilote.

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Le Défi des 999 : 3e édition en Avignon (très réussie)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, tu te souviens que je suis amateur de long distance runs …

DSC_0446 (2)

Partout je fais le motard kéké en rapppelant bien à tous que je suis membre de l’Iron Butt Association (IBA) …

Iron butt(pour mémoire je t’engage à relire ceci : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2013/11/20/iron-butt-association-les-biker-au-cul-de-fer/ )

IMAG4991 - Copie

… et que mon brélon est toujours sale bicoz’ c’est une moto qui roule beaucoup …(d’après moi, les vrais motards ont des motos sales) … Voilà, c’était ma minute arrogante cradoc (ça fait un bien fou) …

Ceci dit, l’édition 2017 du DEFI 999 proposé ce week-end du 1er avril, pour la troisième année consécutive, par l’AVIGNON BRIDGE CHAPTER, m’a comblé à tous les niveaux …

abc2-2

… la distance parcourue, la boue accumulée et mon arrogance qui en a pris un vieux coup dans la cheutron vu que j’ai pô été foutu de le finir ce DEFI 2017 (contrairement à l’an passé je tiens à le préciser) …

1 (30)

Ainsi donc, à bien des égards, nos amis harleyistes avignonnais ont fait vraiment très très fort cette année … vais t’expliquer ça, ne t’impatiente pas … (à noter que le chapter et la concession Harley Davidson de Roquebrune sur Argens étaient aussi partie prenante dans l’affaire) …

TOUT A ETE EXCEPTIONNEL !!!!!

1 (120)

Alors, le DEFI 999 qu’est-ce donc ?!

Et bien cet évènement réservé aux motards pilotant une motocyclette de marque HARLEY DAVIDSON ou BUELL annonce d’entrée la couleur en s’affichant comme étant la plus grande épreuve d’endurance au road book d’Europe. Pas moins !!!

1 (24)

1000 km à parcourir en 24h00 « aux alentours » d’Avignon et sa région

Remet-toi en tête l’édition 2016 ici : http://www.motomag.com/Evenement-Le-Defi-des-999-vu-de-l-interieur.html#.WPzc24VOKUk

Quelques chiffres pour commencer. Il y a trois ans de cela, le 999 débutait avec une trentaine de participants. L’année dernière nous étions 130. En 2017 ce sont 247 motards qui se sont inscrits … Le bouche à oreille a fonctionné … Beau succès !

1 (17)

A ma première participation en 2016 j’avais été impressionné par les ingrédients réunis par les organisateurs : originalité de l’épreuve, convivialité, positionnement international (11 nationalités représentées), beauté du parcours, vrai épreuve d’endurance, organisation au cordeau …

1 (9)

… tout était déjà réuni pour en faire un évènement destiné à grandir … visiblement je ne m’étais pas trompé, l’édition 2017 a pris une sacrée dimension …

1 (2)

Tout débute le vendredi soir à l’occasion d’une soirée (au Planet Rock aux environs d’Avignon) qui accueille traditionnellement, autour d’un buffet, les concurrents et nombreux sympathisants de l’épreuve du lendemain … un bon moyen de retrouver, un verre à la main, les copains d’un peu partout et notamment ceux qui étaient là l’an dernier pour le DEFI 2016 …

1 (22)

Beaucoup de monde attendu donc ce samedi matin 1er avril pour l’enregistrement des concurrents à la concession Harley Davidson d’Avignon …

1 (19)

De la bonne humeur et déjà pas mal de combardes de pluie en vue …

C’est à une trentaine de kilomètres d’ici que sera donné le départ, à 14h00, du village de CABANNES dont la municipalité a joué le jeu a fond pour proposer les meilleures conditions d’accueil qui soit …

1 (42)

Sur la place du village nous attendaient stands et restauration …

1 (44)

 … Exposition de véhicules américains, démonstration de danse américaine …

1 (5)  1 (6)

1 (47)

Même l’antenne FFMC 13 Bouches du Rhône avait planté la guitoune …

1 (48)

ET LA PLUIE …

1 (41)

On remarquait aussi cette fois encore plus d’une dizaine de nationalités représentées …

1 (52)

Un motard chinois de Shanghai avait même fait spécialement le déplacement pour participer à l’évènement …

Tout se présentait donc parfaitement bien, tout était sous contrôle …

Tout sauf : LA METEO !

1 (49)

Purée vieux gars … keskon a pris !!!!!!

1 (51)

L’épreuve qui se déroule du samedi 1er avril 14h00 au dimanche 2 avril 14h00 s’est tenue sous des trombes d’eau quasi incessantes (nous avons du avoir moins de deux heures – fractionnées – de répit) …

1 (58)

Dès le briefing de départ tout le monde est déjà trempé… Résultat, ce ne sont pas 247 motards qui vont s’élancer à l’assaut des routes mais… 180. A la décharge de ceux qui ont renoncé à la dernière minute, je reconnais que ce matin là il fallait avoir un léger pète au casque pour se lancer dans cette épreuve sous pareilles averses… Ou bien comme moi, être arrivé de Paname la veille et n’avoir rien d’autre à faire de la sainte journée. Ceci dit, je n’ai jamais roulé aussi longtemps dans de telles conditions de pluie… De nuit avec la combarde multicouches, les mains et les pieds détrempés, sur des routes ruisselantes, i’a un ou deux moments où tu te demandes ce que tu fais ici… A noter que le parcours prévu a même été dévié dans la nuit… pour cause de neige…

1 (39)

Certains n’hésitent pas à se lancer là-dedans avec des engins qui a priori n’invitent pas à tel périple … Bon courage monsieur et bravo à vous !

Le DEFI 999, même s’il y règne une réelle convivialité, est donc bien une vraie épreuve d’endurance qui reste réservée à des motards expérimentés et qui connaissent bien leur capacité à rouler longtemps … Ce côté détente et défi en même temps est d’ailleurs ce qui en fait le grand intérêt à mon humble avis …

1 (88)

Quoi qu’il en soit, il y a eut de sacrés bons moments de route et de rigolade … par exemple quand nous avons tenté de sécher nos tenues autours de braseros à la concession Harley Davidson de Roquebrune sur Argens qui nous attendait pour un (excellent) dîner pris sur le pouce dans la nuit du samedi soir …

1 (79)

Certains ont tout essayé pour rester étanche …

1 (68)

Finalement toute cette eau est restée supportable car, chance, il n’a pas fait (trop) froid …

L’ambiance a été extraordinaire du début à la fin et rien, absolument rien, ne nous a empêché de faire les couillons (humides) …

 1 (167)

Ainsi donc, ce samedi 1er avril 2017 à 14h00, nous nous élançâmes dans une joyeuse bruyante et déjà détrempée pagaille de la jolie place du village de CABANNES

1 (62)

…sous les hourras des quelques courageux autochtones venus nous encourager malgrés les conditions météorologiques …

 Pour en revenir à l’épreuve elle-même, elle est très bien rodée maintenant …

1 (63)

 Les check points se succèdent dans la bonne humeur …

1 (64)

 Tu noteras le caractère tout à fait exceptionnel des deux photos ci-dessus prisent lors de l’une des deux demi-heures où cessa la pluie …

Nous étions à ce moment précis à quelques kilomètres du Castelet … Et là, on nous annonce qu’il faut nous diriger vers le circuit fameux …

Nooooon !????!!!  Siiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Chouette alors !

1 (75)

Aller hop, direction le restau’ panoramique du circuit ou nous allons pouvoir admirer (chocolat chaud à la main dans nos odeurs de chiens de la route mouillés) pendant quelques minutes les bolides qui tournent en essais privés …

1 (70)

Et bien évidement faire la photo comémo’ qui va bien …

1 (71)

 Et là … vieux gars (woui, j’aime bien cette expression … qui se décline assez mal au féminin reconnais-je) … quand je te dis que ce DEFI 999 2017 a été exceptionnel : v’là ti pas que les organisateurs nous remettent sur nos motocyclettes et nous annoncent que la piste a été privatisée pour nous seuls  … et qu’on nous y attend pour un tour, la poignée dans le coin … Rhâââ lovely !!!!

hqdefaultCY237EBJ

Deux cent gamins en Harley qui s’élancent heureux comme un jour de sortie des classes pour les grandes vacances … UNIQUE MON POTE ! (ma pote !)

Tiens, regarde : https://www.youtube.com/watch?v=xQA9zBHQtdo

Etant bon dernier du groupe (tu peux pas me rater sur la vidéo), j’ai pu me faire la ligne droite des stands à la sidérale vitesse de 140 km à l’heure … Hé ho ça va hein, c’t'une Harley avec un pare-brise additionnel en plus … Bon, on s’en moque, j’étais à donf’ et bien dedans comme on dit par chez moi …

1 (74)

Quel cadeau !!!

Du bonheur de motard …

MERCI à l’AVIGNON BRIDGE CHAPTER pour cette parenthèse magique …

1 (73)

Et nous voici repartis …

Les road books s’enchainent les uns après les autres au fil des étapes … (car tu découvres le parcours au fur et à mesure, ce n’est pas un itinéraire complet qui t’est communiqué au départ) …

1 (108)

1 (109) 1 (105)

 Avignon, Cabannes, le Castelet, Roquebrune, Canne, Nice, St-Tropez … la nuit arrive … chacun roule à son rythme, les groupes se font et se défont au fil des kilomètres ou des erreurs d’orientation …

1 (81)

La bonne humeur règne … les échanges entre motards sont permanents (cet aspect est très sympa) …1 (85)

 … et les ravito’ café aux divers check points sont toujours de bons moments …

1 (86)

Le plus déplaisant étant finalement constitué par les arrêts carburants … dessapper le motard, trouver la carte de crédit quelque part dans le multicouches, patauger dans les flaques et finalement remettre des gants éponges  … tout beurk tout ça … et repartir en remobilisant une vigilance maxi’ … ça glisse et par endroit ce sont de véritables piscines qui barrent la chaussée … le bas côté quant à lui est impraticable … pour ce qui est de la visibilité, de nuit, sous la pluie avec la visière embuée …

1 (207)

A six heure du matin, il pleut tellement que l’humidité est même entrée dans le boitier de mon Nikon, impossible de faire une photo nette … c’est ici, à 400km de l’arrivée(nous n’avions parcouru que 600km sur les 1000 à réaliser), que mon groupe a décidé d’arrêter l’aventure …nous avancions à 35 / 40 km/h de moyenne … jamais nous ne serions à l’arrivée à CABANNES pour 14h00 ou même 16h00 … direction le bistrot, puis l’hôtel (douche CHAUDE) et retour sur la finish line pour aller applaudir les vaillants finishers

1 (101)

Et là, à CABANNES, en ce début de dimanche après-midi 02 avril …

Le crois-tu mon titou … vers 14h00, le soleil fait enfin son apparition …

Aller loup i’a brozeur !!!!

 Et d’un coup d’un seul … 1 (91)

Les exposants ont pu z’exposer …

1 (119)

Les photographes officiels officiellement photographier …

1 (92)

Le SMOKE AND IRON MC (qui donnait déjà la main l’an passé) a pu payer le café …

1 (95)

Les danseurs, gardent des boots sèches …

1 (106)

Les cosplayers peuvent cosplayer vintage …

1 (97)

Et les courageux finishers d’arriver sous le soleil et les applaudissements d’une haie d’honneur … (seul 130 franchiront la ligne finale) …

1 (98)

Une vraie réussite cette arrivée …

1 (110)

La foule a enfin pu se faire … les spectateurs de la région ont pu en profiter pour nous rejoindre sur cette petite place de CABANNES … permettant à la fête de prendre sa vraie dimension pour la satisfaction de tous … enfin du soleil !!!

1 (111)

Belle fin d’épreuve …

1 (118)

 … où les copains se retrouvent dans la bonne humeur …

1 (89)

… profitant une dernière fois du spectacles de tous ces engins que nous aimons tant …

 1 (93)

1 (94)

 … se narrant les anecdotes et exploits de la nuit passée sur la route …

1 (113)

Et surtout, se promettant bien d’être tous au rendez-vous du DEFI 2018 !

Toi je ne sais pas, mais moi j’y retourne !!!!

Aller, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend …

1 (26)

VICTORY : l’incroyable record d’endurance sur route …


Hervé

Bonjour copain (et copine),

tu te souviens qu’en février dernier je te « causais » de l’incroyable défi que se préparait à relever un motard suisse (au mignon diminutif de GRIZZLY) autour de la planète au guidon d’une VICTORY CROSS COUNTRY TOUR ??? …

Grisu-2-Pix-of-Grisu

Tiens (re)jette un oeil sur le post que j’avais alors publié à ce sujet : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2016/02/21/le-plus-long-et-plus-rapide-tour-du-monde-en-moto/

Bin, ça y est, ça s’est terminé cet été cette aventure sur deux roues …

zieleinlauf_FahneGirls

La fête à l’arrivée en Floride …

Urs « Grizzly » Pedraita a donc établi un nouveau record du monde en parcourant cinq continents en moins de 100 jours sur son Victory Cross Country Tour personnalisé.
Grizzly est parti du Daytona International Speedway le 11 mars dernier, flanqué de quelques centaines de propriétaires de motos Victory qui avaient été conviés à faire un tour du mythique anneau du circuit de Daytona avec lui avant de l’escorter jusqu’à la sortie de la ville d’où il entamait ainsi la première partie de son voyage …

photo-5

Le départ de Daytona …

Il est retourné à Daytona le 10 juillet, salué par les fans de la marque VICTORY du concessionnaire Volusia Motorsports

13599854_1251033138270123_5698248663202922542_n

L’annonce de la concession de Volusia qui convie ses clients à venir fêter Grizzly …

 Parti de Daytona Beach, en Floride, il a parcouru 3 971 miles en six jours et 14 heures (soit 6 390 km) pour terminer la première étape de sa course jusqu’à Panama City. Il a ensuite continué à descendre vers le sud 6 269 miles pendant neuf jours et 23 heures pour atteindre Ushuaia, en Argentine, à la pointe de l’Amérique du Sud (soit 10 088 km)

thumb_GOPR1188_1024-e1478527796235

On the road again

De là, il est retourné en 2 088 miles à Santiago du Chili (3 360 km), est monté avec son engin à bord d’un avion en partance pour l’Australie, où il a roulé six jours et cinq heures (4 604 miles / 7 409 km), traversant le continent de Sydney à Perth …

13483174_967963526653492_3399785334211861034_o

Le parcours de la petite balade planétaire …

De Perth, Grizzly et sa Victory ont été transportés à Cape Town, en Afrique du Sud, où ils ont attendu les autorisations du service des douanes. De là, il enchaine 13 jours et 23 heures de route, 7 509 milles, du Cap au Caire, en Egypte (12 084 km) …

14063792_1002890293160815_4143808935482202973_n

Quelque-part au Soudan …

… où il embarque sur un ferry, traverse la Méditerranée, et se rend à Tarragone en Espagne. De là, il parcourt 5 447 milles en six jours et 23 heures (8 766 km) du nord de l’Espagne pour rejoindre Gibraltar et remonter au Cap Nord en Norvège …

13237865_948331991949979_1827802407010662702_n

Notre ami suisse évite la France au maximum …

Grizzly tourne ensuite sa roue avant vers l’Est, traversant Saint-Pétersbourg, Moscou, Irkoutsk et Vladivostok au cours d’un voyage de 11 jours, 7 heures et 7 280 milles à travers la Russie (11 716 km) …

14264020_1025455984237579_1180886995686515361_n

 La presse écrite et la radio russe vont s’intéresser à ce motard

Puis un « petit » tour de 4 heures et 249 milles en Corée du Sud (400 km) et un saut de 5 jours, 11 heures et 2 989 miles (4 810 km) à travers la Thaïlande jusqu’en Malaisie …

13509026_966078730175305_8130673045515499384_n

… où à Kuala Lumpur, Grizzly embarque une nouvelle fois sa motocyclette dans un avion direction Anchorage, Alaska pour reprendre la route en Amérique du Nord par Edmonton, Winnipeg, Toronto, Chicago et Santa Monica / Californie et achever son trip à Daytona Beach …

13606686_971512659631912_7495247904156553590_n

Retour en Amérique du Nord …

Toutes les mesures de temps et de position sur le parcours de Grizzly ont été effectuées par GPS et satellite. La synchronisation n’a pas été interrompue sur routes terrestres (c’est-à-dire en attendant de franchir une frontière ou lorsque le pilote dort). Cependant, le chrono’ a été arrêté lors des transferts aériens et maritimes intercontinentaux et relancé une fois que la moto est arrivée sur un nouveau continent …

A « la sortie » ça nous donne 72 JOURS et 13 HEURES

13934955_993422564107588_7899951560567808531_n

Bravo monsieur Grizzly !!

14900316_10150746743274955_6197664180288385629_n

Aucun autre véhicule sur cette planète n’a réalisé un tel parcours …

47 385 miles / 76258 km parcourus

5 continents traversés

650 miles / 1046 km en moyenne par jour

Victory Cross Country Tour avec un réservoir de 9 gallons / 41 litres, selle sur mesure, section arrière modifiée, espace de rangement à la place des hauts-parleurs, roue avant à rayons pour faciliter les réparations en cas de crevaison. De nombreux GoPro, caméras et GPS ainsi que des portes gourdes pour le voyage. La moto n’a pas été modifiée uniquement pour résister à la distance et améliorer le confort du pilote mais l’a été aussi pour améliorer la sécurité

 sans-titre

Impressionnant n’est-il pas ?

Aller, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux (re)voir DAYTONA, un clic ici : http://boutique.motomag.com/livres-romans-moto/989-livre-ma-daytona-bike-week-a-moi-de-herve-rebollo.html

HARLEY DAVIDSON : un NOUVEAU LIVRE … pour Noël


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Comme moi tu pensais avoir déjà tout lu au sujet de la MOTOR COMPANY (les initiés  disent « MoCo« ) HARLEY-DAVIDSON

Et bien le 02 novembre prochain les éditions du CHENE vont nous livrer la version française du dernier opus du genre sous la direction de l’éternel DARWIN HOLSTROM

9782851208767-001-T

On ne le présente plus le DARWIN

tattoo-1131

… tellement on lui doit d’ouvrages sur les muscles cars, hot rods, custom cars / bikes américaines et la marque Harley-Davidson (il a aussi pas mal travaillé sur INDIAN, BMW aussi) …

american-muscle-cars-full-throttle-history-by-darwin-holmstrom-0760350981

Des publications qui ont connus pour la majorité un succès international … si tu apprécies les mécaniques américaines, à deux ou quatre roues, alors tu as au moins tenu une fois dans ta vie d’afficionado un de ses livres …

9782851207227

Darwin a écrit, co-écrit, ou contribué à plus de trente livres. Il est  rédacteur en chef pour Motorbooks et avant cela, il a été rédacteur en chef du pour Motocycliste magazine

51cnDVJZunL

Sa réputation est telle que même le « père » des HELLS ANGELS,  a accepté de travailler avec lui …

1540-0

Ainsi donc, c’est en juillet dernier que l’édition américaine de HARLEY DAVIDSON / THE COMPLETE HISTORY est sortie aux USA et en UK …

 hd1-3

Tous les prototypes et les modèles de la gamme y sont largement examinés, dès le premier proto’ du Silent Grey Fellow à la dernière des Electra Glide CVO à refroidissement liquide …

hd2-2

 Tout y passe … le Peashooter, le Knucklehead, le Panhead, le KR, le Sportster, le XR750, le Shovelhead, l’Evolution, le Twin Cam, le V-Rod … on n’a rien du oublier là …

9780760350003

Donc pour Noël mon titou, si tu aimes toujours autant les belles photos de motocyclettes américaines, tu t’offres les 240 pages de ce pavé (5 pounds de poids tout de même, en format 254×312 mm) qui va paraître le 02 Novembre 2016 sous l’EAN 9782851208767 au prix finalement assez raisonnable de 35.00 € …

Aller, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend !

ENDURANCE SUR ROUTE : le 999


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Dans le petit monde des organisateurs de raids longue distance sur routes ouvertes, l’association « LDD999 » …

Blason 999

… en partenariat avec l’Avignon Bridge Chapterle chapitre de la concession Harley Davidson d’Avignon, viennent de placer la barre assez haut ce week-end du 02 et 03 avril dernier …

999-16_0472

… en proposant la seconde édition de ce qui est présenté comme la plus longue épreuve d’endurance au road book d’Europe : LE DEFI DES 999km en 24 heures … pas moins !!!!999-16_0503

(réservé aux possesseurs de motocyclettes de marque Harley Davidson et Buell)

Retiens bien ce nom et ce blason mon titou, il se pourrait bien que dans les années qui viennent cet événement devienne un must pour tous les aficionados du genre (et ils sont nombreux dans toute l’Europe) …

Il ne s’agit pas d’une course mais de réaliser un trajet précis en 24h …1 (76)

Après l’enregistrement (ce samedi 02 avril entre 10h00 et 12h00), le départ est donné à 14h00 (après une petite collation au food truck sur le site de la concess’) à l’issue d’un prologue d’une vingtaine de kilos qui nous a menés au lieu de l’official starter, sur le magnifique site du Pont du Gard …

1 (172)

L’arrivée doit être atteinte le dimanche après midi au plus tard à 14h … Bonne route vieux gars !!! 

Coût de l’inscription, 50 Euros, une misère au regard de l’excellence de la prestation offerte par l’organisation (collations, tee-shirt et épinglette compris) …

999-16_0466

Bravo à toute l’équipe, vous avez été épatants de sérieux, de convivialité, de disponibilité et de gentillesse … Impressionnant les hoggers d’Avignon !!!

Le carnet de route est donné / découvert au départ. Ensuite, c’est du grand classique : s’arrêter aux différents points de contrôle indiqués pour faire valider son passage et suivre fidèlement l’itinéraire afin de ne pas manquer de faire tamponner ledit carnet …

999-16_0570

Ce défi peut être réalisé seul ou en groupe … et pour cette seconde édition du LDD 999 2016, ce ne sont pas moins de 130 motards de huit nationalités différentes (allemands, belges, français, italiens, luxembourgeois, néerlandais, suisses, tchèques) …

1 (33)

… attirés par le succès du défi précédent (une trentaine de participants en 2015) qui se sont retrouvés à la concession HD d’Avignon ce samedi matin là …

999-16_0151

… ça commence à faire du monde …

1 (98)

La veille au soir, le vendredi, un dîner était proposé au Memphis café d’Avignon pour permettre aux participants de commencer à faire connaissance …

1 (13)

… et le lendemain matin, tout ce petit monde se retrouvait à la concession où tous les ingrédients étaient réunis pour reconstituer l’ambiance « biker » classique : american carspin-upfood truckrock music …

1 (35)

Bon, tu me connais, après les deux premiers niveaux de l’Iron Butt (le Saddle sores et le Burn burner) je ne pouvais pas résister à l’envie de participer à ce LDD 999 2016 qui me donnait l’occasion d’enchaîner 3000km en quatre jours (bin, woui, venant de Paname …) …

999-16_0248

Bon, ici aussi, et malgré ma petite expérience du long distance run, au moment du départ, il y a bien deux minutes durant lesquelles (malgré une certaine euphorie) tu te demandes dans quoi tu te lances là (d’autant que le ciel est couvert et que météo-France annonce que nous nous trouvons dans la région qui devrait connaître les plus grosses précipitations du week-end … Chance !!!) …

999-16_0250

Certains ne s’y trompent d’ailleurs pas et ont sorti la combarde, les premières gouttes commencent à tomber à la sortie de la concess’ … il est 13h30, nous ne sommes même pas encore sur la ligne du départ officiel  …

Néanmoins, cette épreuve présente au départ de nombreuses sources de plaisirs anticipés : elle se démarque par le secret qui l’entoure. Aucun concurrent ne sait vraiment où il va car l’ensemble du parcours est défini suivant plusieurs road books, dont un sera remis quelques minutes avant le départ. Les autres seront distribués à chaque contrôle officiel …

De plus elle se déroule sur routes ouvertes …

1 (103)

C’est tout de même nettement plus sympa’ qu’un Iron Butt quasi exclusivement autoroutier … Et les organisateurs avaient prévenu qu’il s’agissait d’une épreuve assez technique … effectivement ça le fût … la traversée du mythique Vercors à la tombée de la nuit, le passage du col de la Machine, ses virolos, les éboulements sur la route, la chaussée glissante, la pénombre,  … un bonheur sur pneumatiques … Certainement l’une de mes plus belles expériences de motard où la notion de pilotage vient s’additionner à la découverte de paysages époustouflants …

1 (123)

Autre phénomène très intéressant que je n’aurais pas soupçonné : au fil des kilomètres, des groupes se constituent … spontanément … sans que rien n’ait pu le laisser présager … et naissent ainsi de nouvelles amitiés …

1 (133)

Les kilomètres vont s’enchaîner au fil des étapes où rien ne manque, sourire, …

1 (110)

… café et autres indispensables produits dopants …

999-16_0659

Un grand merci aux Firefighters du SMOKE and IRON MC pour leur présence bienveillante tout au long de l’épreuve et qui ont assuré une partie des relais …

999-16_0619

Et, du Pont du Gard à Tricastin, du Vercors à la Camargue, jusqu’au Cirque de Navacelle et enfin Avignon, les kilomètres vont s’additionner …

Tu peux consulter l’intégralité du road book ici (merci à LEGEND MOTORBIKE pour cette mise en ligne) : http://www.legendmotorbike.com/articles/2016/999/RB-999_2016.pdf

1 (117)

De routes superbes en jolis villages …

1 (142)

De ravito’ essence en bars de nuit … nous n’avons pas arrêté de rigoler entre motards un peu fêlés …

1 (140)

… au coeur d’une nuit douce et finalement pas trop humide … 

1 (138)

Tout c’est très bien déroulé pour l’ensemble des participants (quelques retardataires, plusieurs heures de différence entre les premiers et les derniers, un peu de casse – une courroie de primaire et une jante brisée sur un gros cailloux) … le petit matin fût un peu plus difficile entre six et sept du mat’, heure à laquelle le manque de sommeil est le plus prégnant … Bien évidement, c’est précisément là que la pluie décidât finalement de nous cueillir avec force virulence …

1 (149) - Copie

L’arrivée à la concession en début d’après-midi ce dimanche 03 avril se faisant sous des trombes d’eau …

999-16_0721

Les organisateurs nous attendaient avec un bon petit brunch américain …

1 (153)

… très apprécié en dépit d’une humidité ambiante certaine …

999-16_0741

Un dernier café (ça devait être le 5249ème de ces dernières vingt-quatre heures)…

1 (157)

(motard totalement trempé, seule la surface externe de la tasse de café est sèche)

… et une dernière photo du tee-shirt qui va nous permettre de jouer le motard qui se la pète cet été au Macumba

1 (163)

Le « kit de la victoire » attendait les heureux wet finishers

1 (174) - Copie

L’épinglette et le pacth qui va avec … 1 (173) - Copie

Finalement, même si tous ne l’ont pas fini, ce 999 / 2016 a été de l’avis général une vraie réussite …

La grande majorité des participants terminant en fait relativement en forme (à la surprise de certains d’entre eux d’ailleurs) …

Les organisateurs vont maintenant devoir gérer le succès … Gageons que l’édition 2017 devrait allègrement friser les deux cents inscriptions compte tenu que le bouche à oreille va fonctionner dans les prochains mois au sein de la communauté Harley Davidson européenne …

Remerciements

Il ne te reste plus qu’à t’inscrire …

Spéciale dédicace à  …

Martin, biker tchèque, parti de Prague mercredi 30 mars, arrivé à Avignon via Strasbourg ce vendredi 1er avril. Il enchaîne le 999 durant le week-end et repart le lundi matin en République Tchèque. Enorme !!! Mais ça vire à la science fiction quand tu apprends qu’il a réalisé ça sur … un Sportster, avec guidon bracelets et commandes reculées…

999-16_0353

Tu le crois ça … ????

Respect monsieur Martin, z’êtes un vrai iron biker …

Spéciale dédicace numéro deux au sympathique groupe des motardes suisses … et en particulier à celle d’entre elles qui a fait tout ces kilomètres au guidon d’une Buell

999-16_0614

Spéciale dédicace numéro trois à Patrick et Géraldine … faire ce parcours au guidon d’un Fat c’est pas mal mon cher Patrick (pour avoir longtemps été dans ta roue je confirme, tu pilotes excellemment bien) … mais faire cela avec une passagère …chapeau bas !

Mais celle qui mérite notre admiration à tous c’est bien Géraldine : 1000 bornes en passagère, sur un Fat Boy, sans dossier, avec le paquetage ficelé à l’arrière, sous la pluie … respect madame ! Tu me payes que je ne le fais pas mon amie … Bravo !!!!

999-16_0736

Et d’une manière générale : BRAVO A TOUS !!!!

YOU DID IT!!!

Aller, la bise et à l’année prochaine …

L’Hervé, your berrichon friend

Special thanks à Legend Motorbike, Marie et JR, pour le crédit de certaines des photos que j’ai utilisées pour illustrer ce billet.

Voir : http://www.legendmotorbike.com/articles/2016/999/999_l2016.htm 

Pour en savoir plus sur le Défi 999 2017, voir : 

http://www.le-defi-des-999.com/pages/presentation.html#dvIbmLLsatKyrkQ2.99

Et si la Daytona Bike Week t’intéresse :  http://boutique.motomag.com/product.php?id_product=989

Le PLUS LONG / PLUS RAPIDE TOUR du MONDE MOTO DEMARRE le 11 mars 2016 de DAYTONA


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu sais qu’en tant que membre de l’IRON BUTT ASSOCIATION j’affectionne les exploits de tous ces dingues de moto qui se lancent sur de (très, très) longues distances …

Et bien là, je crois que j’ai trouvé notre maître à tous …

Afficher l'image d'origine

Le suisse, URS PEDRAITA, surnommé GRIZZLY

 Il s’apprête dans trois semaines à s’élancer depuis main street DAYTONA (pendant la prochaine bike week donc) sur les routes du monde pour en boucler le tour le plus long et le plus rapide jamais réalisé, soit 100 jours … !!

 Pas à dire, c’est couillu (pardon copine)

C’est au guidon d’une motocyclette de marque VICTORY que Grizzly a prévu de démarrer depuis main street à 13 heures qui pêtent ce vendredi 11 mars 2016 …

Grizzly a choisi une VICTORY CROSS COUNTRY pour traverser les six continents en moins de 100 jours (de l’ordre de 100 000 km). Le record est actuellement de 120 jours et 2 heures. Son but est de rouler à vitesse continue avec aussi peu d’arrêts que possible. Il envisage même de mettre les roues sur le sol de l’Antarctique (notamment pour s’assurer que son record ne soit pas battu avant longtemps) …

Afficher l'image d'origine

Au cours de la dernière année Grizzly s’est pas mal entraîné notamment avec quelques rides d’acclimatation par des températures en-dessous de zéro et sur des routes difficiles. Il se dit maintenant prêt …

A noter qu’URS est un habitué de longue date des rides (très) longue distance et qu’il use ses gommes sur presque tous les continents depuis des années …

Équipe d'endurance Victory®

En 2013, il fut le premier à traverser la taïga sibérienne avec une moto, sans side-car. Presque 14.500 kilomètres de Bern, Suisse à Vladivostok, en Russie en seulement 37 jours avec des températures diurnes jusqu’à -42 degrés Celsius …

14 484 km précisément, en plein hiver. Sa plus grande menace n’était pas le froid mais les loups qui le suivaient. « Même le son de mes échappements ne les faisait pas fuir ».

 En 2014, il a fait une tentative de record de tour du monde (alors détenu par Kevin et Julia Sanders) avec son ami « Bulldog » sur 2 CROSS COUNTRY. Bulldog eut un accident juste avant Berlin et du se rendre à l’hôpital. Grizzly a continué la course seul et a battu le record de 3 jours, terminant en 16 jours, 12 heures et 19 minutes totalisant 24 741 km …

Le 19 février, 2015, lui et son équipe avaient prévu (une moto et un véhicule d’escorte) de partir de Zurich / Suisse et ralier le Cap Nord / Norvège aller-retour en 106 heures. Cette tentative de record a échoué après 53 heures à Stockholm …

Le nouveau challenge que se fixe URS PEDREITA est énorme … et le choix de la moto, de style bagger, surprend plus d’un motard aguerri.  Cet engin certes puissant, est tout de même bien plus destiné aux longues distances sur routes bitumées que sur chemins défoncés, neige, sable, boue et gravier comme cela va être le cas sur une bonne partie du trajet …

Sa VICTORY a été équipée de plusieurs systèmes de navigation, d’un réservoir de 33 litres, d’un siège réalisé sur mesure (avec support pour le dos) et de deux phares à Led additionnels à l’avant pour une meilleure visibilité lors des rides de nuit …

Regarde un peu sur quel genre de monstres préparés il roule habituellement …

Afficher l'image d'origine

Impressionnant non ?!?!

Si cela t’intéresse, tu pourras suivre sa progression à l’aide de la « Grizzly Tracker app » qui va indiquer à tout moment de sa tentative où il se trouve …

995353_868713559911823_2789125876589166664_n

Le cap des 100 jours place la date fatidique du record au vendredi 20 mai 2016

Avec son énergie débordante, une motivation énorme, un vrai instinct de survie, très peu de sommeil et une motocyclette ultra-fiable Grizzly a de nombreuses chances de pouvoir ajouter cette tentative à la liste des records mondiaux de longues distances sur deux roues …

Les heureux propriétaires de VICTORY sont invités à se joindre à Grizzly pour un tour du DAYTONA 200 (le mythique circuit de course comme tu le sais) juste avant son départ pour sa tentative de record le vendredi 11 Mars. Les veinards …

Bonne chance monsieur Grizzly, bonne route surtout !!

Je m’en vais suivre ce petit voyage avec envie et grand intérêt …

Afficher l'image d'origine

Tu peux consulter le site de la GRIZZLY RACE TEAM : http://www.grizzlyraceteam.ch/

Et si tu veux (re)voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend

Circuit vintage : GUEUX par l’Ourcq


Hervé

Bonjour copain (et copine),

J’ai (re)fait un petit ride très sympatoch il y a quelques jours, laisse moi te le présenter, il pourrait t’intéresser … dans la mesure où, tête de veau, comme moi tu es parigot(e) …

DSC_0001

Ainsi donc, si l’envie d’une petite sortie de 400 kilos te prend, voici un trajet qui devrait te plaire, parfait au printemps mais très bien aussi en hiver …

IMAG2597

Donc, ce samedi 05 décembre, me voici parti, plein Est, le long du canal de l’Ourcq, direction la Ferté Millon … Evite de partir avant 09h00 paskeu ça pique un peu et, surtout, que ça glisse pas mal dans les virages de Seine et Marne en cette saison …

DSC_0005

Seul, ou avec le copain (copine) qui va bien (au-delà c’est trop) tu te rendras à Claye-Souilly, au port / centre ville, où tu commenceras à longer ledit canal … (c’est bô t’as pas idée) …

DSC_0007

… et tu te laisseras guider jusqu’à Meaux puis Trilport pour entrer dans la vallée de l’Ourcq …

DSC_0008

La D97 vers Varreddes, puis la D121 vers Congis sur Thérouanne direction Lizy sur Ourcq et enfin La Ferté Millon (où naquis Jean Racine) dans l’Aisne, juste entre Villers Cotterêts et Château-Thierry 

DSC_0014

… à moins de 70 kilos de Paris tu vas rouler sur des routes secondaires, totalement seul, avec la sensation d’être loin de la capitale pourtant si proche …

Afficher l'image d'origine

Si tu es parti après 10h00 ce matin là, tu arriveras à Port aux Perches, le terminus (ou le début) du Canal de l’Ourcq à l’heure du déjeuner. L’endroit est très agréable. Renseigne toi avant, si la guinguette est ouverte tu pourras y déjeuner …

Afficher l'image d'origine

J’y ai déjà pris un repas, c’est très bien …

IMAG2602

Moins d’un kilo après la guinguette, tu vas tomber nez à fourche avec un immense silo-bunker totalement incongru et inattendu, superbe prétexte à sortir le Kodak …

DSC_0009

Bâtiment incroyable, il s’en dégage quelque-chose qui t’interpellera à coup sûr …

Puis, direction Oulchy le Château où tu te souviendras qu’ici, dans la nuit du 02 au 03 mars 1814, les Chasseurs Lanciers Dragons et les Mameloucks de la Garde Impériale, sous le commandement du capitaine Parquin, du 2ème Chasseurs à cheval de la Garde ont repris le village aux troupes coalisées … Si !

 IMAG2459

Ah, l’Empire … c’était quelque-chose tout de même … Fallait, paskeu se battre pour ce bled … Vierzon en comparaison c’est Las Vegas … Enfin bon, perdu au milieu de nulle part, les bornes Michelin te mèneront à Loupeigne …

IMAG2462

… de là tu glisseras vers Fismes et enfin Gueux et les restes de son circuit vintage ouvert à la circulation quotidienne …

DSC_0001

Mais juste avant de te rendre sur le site lui-même, tu iras prendre un café (ou autre chose) au « Bistrot du circuit » au centre du village de Gueux. On y mange très bien pour pas cher …

IMAG2603

Enfin sustenté, tu te rendras à quelques centaines de mètres de là, direction Reims, sur le site de ce qu’il reste des anciennes installations du circuit de Gueux …

DSC_0091

… que l’Amicale des Amis du Circuit tente de préserver …

Un oeil à jeter ici : http://www.amis-du-circuit-de-gueux.fr/-Accueil-

DSC_0007

Le circuit de Reims-Gueux, connu également sous le nom de circuit de Reims était un circuit de forme triangulaire spectaculaire situé à environ 5 km à l’ouest de Reims entre les villages de Thillois et de Gueux …

DSC_0021

D’un tracé de 7,816 kilomètres de long, il empruntait deux routes départementales et une portion de la route nationale 31 … 

DSC_0023

Il est classé au patrimoine monumental français et fut utilisé pour la première fois en 1926 …  

DSC_0022

Le circuit sera fermé définitivement en 1972 à la suite de problèmes financiers devenus insurmontables …

IMAG2514

Il aura accueilli quatorze Grand Prix de France de Formule 1 dont plusieurs hors championnat …

DSC_0071

La route qui passe entre les bâtiments est ouverte à la circulation …

DSC_0088

Mais malgré tout, tu te retrouves plongé dans une atmosphère vraiment prenante, très années 50 …DSC_0019

DSC_0037

DSC_0042
DSC_0094
Et une fois que tu auras réalisé ta centaine de photos …
DSC_0025
Et le selfie qui va bien … IMAG2504
Tu pourras reprendre la route en passant par Tinqueux …
DSC_0106
… direction Epernay puis Paris le long de la rive droite ou gauche de la Marne à travers les vignes de Champagne …
1 (7)
De retour à la maison vers 19 ou 20h00 en ayant pris ton temps ….
Franchement, ça vaut le déplacement, vas y faire un tour t’imaginer les anciennes Formules 1 débouler dans cette incroyable ligne droite … on s’y croirait vraiment … tu vas adorer …
Aller la bise et un joyeux Noël
L’Hervé, your Berrichon friend
Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

Iron Butt Association : les bikers au cul de fer


Hervé

Salut copain biker / motard,

t’ai-je déjà raconté comment, il y a un peu plus de trois années de cela, ma motocyclette de marque américaine et moi sommes entrés dans le cercle restreint des Chevaucheurs les plus durs du monde (si, si) ?

Aller, je te narre la chose !

Iron butt

Commençons par un joli titre bien accrocheur comme il faut :
« Faire la course des Blessures de selle pour devenir membre de l’Association des culs de fer et rejoindre ainsi le cercle fermé des chevaucheurs les plus durs du monde’’.
Euh, bon  okay… franchement, là… écrit comme ça en gaulois, ça ne sonne pas du tout.

On se la refait en version roastbeef !

« Ride the Saddle Sore run to join the Iron Butt Association and entering the restricted circle of the World’s Toughest Riders’’. Oui, là ça va, ça le fait comme on dit par chez nous !!! Et surtout, on comprend d’entrée de quoi il s’agit,  n’est-il pas ???!!

IRON BUTT

Non, attends un moment, just a minute, de quoi sommes-nous en train de parler… l’est où le rapport avec nos Harley chéries ?

Bon, ok, on reprend depuis de début. Retour en arrière : Janvier 2010.

C’est l’hiver, la période propice à fantasmer sur tout ce que l’on va pouvoir faire au guidon de nos motocyclettes américaines en cette nouvelle année 2010 qui s’annonce déjà bien (Daytona, Outcast Montalivet en juin, Free Wheels en août, les Brescoudos en septembre, etc.).

Nicholas (heureux possesseur d’un Sportster et d’un Heritage Deluxe sur lesquels on l’a vu rouler sur presque toutes les routes d’Europe) envoie un mail à Hervé (autre gros mangeur de kilomètres, 17 motos pilotées – à l’époque, en 2013 j’en suis à 22-  dans sa vie dont une seule japonaise – celle de l’auto-école – heureux propriétaire d’un Street Glide) pour lui dire qu’il a découvert par hasard que l’on pouvait faire certifier (diplôme à l’appui) par une organisation américaine des (très) longues distances parcourues en moto en un temps donné (« Ah bon, euuuhh, mécégénial ça ???!!!!?’’ qu’il répond l’Hervé).

En fait, Nicholas avait été interpelé peu de temps auparavant par le contour de plaque d’immatriculation d’une moto croisée aux Etats-Unis et sur lequel on pouvait lire : « Toughest Riders of the World’’. Mais Kesaco ça, lapin ? C’est ainsi que le motard proprio de ladite moto en question a fait découvrir à Nicholas l’existence de l’Iron Butt Association américaine (ou encore IBA).

Iron butt

L’IBA regroupe de l’ordre de 50000 adhérents, tous mordus de rides moto (toutes marques confondues) sur très longues distances. Bien que basée aux USA, l’association compte des milliers de membres autours du globe. Son slogan : « Le monde est notre terrain de jeux« .

L’IBA propose plusieurs types de rides.
Convertissez tout ce que suit en kilomètres et laissez monter l’excitation (l’angoisse ?) en vous :

le plus prestigieux : le 11000 miles Iron But Rally (11 jours),
le plus pratiqué : le Saddle Sore 1000 (1000 miles en 24 heures),
la suite « logique » du précédent : le Bun Burner 1500 (1500 miles en 36 heures),
le plus puissant : le Bun Burner Gold (500 miles en 24 heures),
le plus sportif : le 50cc Quest (un Cross Country en 50 heures),
le plus beau : le National Parks Tour Master Traveler Award (visiter 50 parcs nationaux dans au moins 25 États américains),
le plus difficile : le Coveted 10/10ths Challenge (1000 miles par jour pendant 10 jours),
le presque impossible, qui vous fait entrer dans le 100K Club (100000 miles ou plus dans l’année).

La légende veut que certains membres américains de l’IBA … les ont tous faits.
Respect !

Iron butt

L’Iron Butt Association américaine ne regroupe pas des membres au sens traditionnel où on peut l’entendre dans un club, un chapter ou un MC. Si l’IBA n’appelle pas de cotisation, l’Association organise annuellement repas et séminaires et permet à ceux qui le souhaitent de rester en contact au travers d’une newsletter. C’est plus une organisation « souple » réunissant des personnes dévouées à la cause du long ride plutôt qu’un club. D’une façon générale, il y a plusieurs manières d’y « adhérer ». La plus « commune » étant de réaliser un Iron Butt Rally (et surtout de le terminer) ou bien de faire l’un des rides ci-dessus énumérés, notamment le plus populaire et accessible de tous, le Saddle Sore 1000. Les volontaires qui travaillent (gracieusement – et c’est du boulot) pour l’IBA ont aussi le statut de membre même s’ils ne sont pas biker / motard eux-mêmes (mais ils sont de toute façon tous des fondus de moto). La très grande majorité des membres de l’IBA roule en touring japonais ou allemand. Les Harley Davidson y sont très largement minoritaires (quant aux rigides et autres choppers… on oublie !).

L’IBA publie traditionnellement plusieurs documents concernant l’Iron Butt Rally mais aussi les rides de très longues distances. Notamment son titre Archive of Wisdom qui contient une liste de Long Distance Riding d’après l’expérience de ses membres les plus anciens (veteran riders). Depuis peu, l’association diffuse aussi un magazine (en anglais).

Iron butt

Quoi qu’il en soit, il est très facile de communiquer avec les représentants de l’IBA et même son  président, Michael Kneebone en personne, sera heureux de vous répondre. Allez faire un tour sur : http://www.ironbutt.com/about/default.cfm

Une fois les formalités administratives réalisées (extrêmement simples – voir quasi inexistantes, mais il vaut tout de même mieux savoir manier la langue de Shakespeare ou avoir une belle-mère anglaise), vous n’avez plus qu’à décider du type de ride sur lequel vous allez vous lancer. Pour Nicholas et Hervé, le choix s’est logiquement porté sur le Saddle Sore 1000 (l’idée étant de commencer « modestement » quand on se lance dans une telle expérience).

IRON BUTT

Une fois ceci décidé… il n’y a plus qu’à le faire et récolter les preuves de sa réalisation, c’est-à-dire, tickets de péage et autres notes d’essence (qui tous portent en impression une date et une heure de passage). Il vous faut aussi un témoin au départ et à l’arrivée qui attestera qu’il vous a bien vu (partir et arriver) à telle et telle heure (un pote, une épouse, une sœur, un pompiste, une maîtresse, ma mère ou la votre, toute personne de bonne foi qui attestera par écrit et en anglais que WOUI vous étiez bien au départ et quelques 20 heures plus tard à l’arrivée, que Woui, vous l’avez bien fait !). À signaler qu’une petite cotisation est à honorer auprès de l’IBA, soit la modeste somme (compte tenu du change € / $ et de la gloire immense dont vous allez vous couvrir) de 45 $. Franchement vous reconnaitrez que c’est peu cher payé pour pouvoir s’offrir, certificat à l’appui, la joie inénarrable de faire le prétentieux dans les mois qui vont suivre auprès de tous vos potes bikers en les traitants de simples motards du dimanche (attention toutefois au retour de flamme et autres commentaires très douteux desdits bikers vexés au sujet de votre cul de fer – Iron butt – et des vos blessures de selle – Saddle sore).

Iron butt

En ce qui concerne l’aspect mise en œuvre pratique, c’est une autre paire de manches. Le Nicholas et l’Hervé, excités du chapeau qu’ils étaient, seraient bien montés sur leur chignole américaine dés fin février pour les 1000 miles du Saddle Sore. Oui mais… non ! La première chose indispensable pour se lancer sur une telle distance c’est : de la lumière (le plus possible), de la chaleur (pas trop) et pas de pluie (du tout, du tout). Donc rien avant avril dans le meilleur des cas (de toute façon, prévoir plusieurs dates en cas de météo mauvaise ou très incertaine le jour J). De même, après en avoir parlé à quelques autres potes bikers, qui tous ont fini par vouloir participer eux aussi, il a fallut expliquer que… non, on ne se lance pas dans un tel ride de 1600km en moins de 24h00 à dix ou vingt motos. En fait, le format idéal , c’est deux, trois, maximum quatre motos. Et surtout, bien se mettre en tête que non, les petites routes de campagne, ce n’est pas la peine d’y songer et que, de plus, pas question de dépasser les limitations de vitesse (car lors de la présentation du dossier d’homologation à l’IBA, la première chose qui va être vérifiée, c’est que justement vous n’avez pas tapé le 2’40 sur votre Ayabuza pour battre un record de rapidité). Et, Woui, vous bien allez vous goinfrer au moins vingt heures d’autoroute à 130km/h maxi. Cool !!! La (grande) vitesse n’a pas sa place dans cette affaire.

Iron butt

Très important : tout candidat à un tel ride doit absolument éviter d’en parler (avant) à tout collègue, pote, ami, papa, maman, copine et autre relation si ce(s) dernier(s) n’est pas lui-même motard / biker au risque de s’entendre énumérer tous les arguments dissuasifs possibles et imaginables en ce vaste monde : « ça sert à rien, ça pollue, c’est dangereux, c’est débile, pense aux radars, ça ne prouvera rien, etc., etc. ». Vous faites le ride et, après seulement, vous en parlez à l’entourage… vous aurez économisé énormément de salive.

Iron butt

Donc, ce vendredi 16 avril de l’an de grâce 2010 (c’est bien comme cela que l’on écrit quand débute une grande épopée, non ??!!), Nicholas et Hervé ont rendez-vous à la sortie de Paris, Pont de Sèvre à 20h30. De là, ils ont prévu de se rendre au Plessis Robinson chez le pote Paul (qui à l’origine devait se lancer dans l’aventure avec son 1340 lui aussi mais a finalement décliné) qui va fournir l’hébergement pour la nuit. Il est idéalement placé, dans l’Ouest parisien, car dès le lendemain nos deux bikers ont prévu de partir en direction de la Normandie. Les motos dans le box chez Paul et direction Versailles pour un frugal dîner à base de hamburgers (pour faire américain et monter à l’IBA toute la bonne volonté de nos deux candidats). De retours chez le Paulo vers minuit enchaînement sur une très courte nuit de m…, soit quatre heures quarante cinq d’un sommeil mauvais et très relatif. Levés à cinq heures moins le quart du matin ce samedi 17 avril 2010, totalement « explosés par cette nuit dantesque. Ça démarre très fort, là !! Une bonne nouvelle tout de même, la météo à l’air de bien vouloir jouer le jeu et les motos tournent au poil.

Iron butt

Il est 05h27 du matin (ticket de caisse automatique faisant foi) lorsque Nicholas et Hervé démarrent de la station service Auchan de Vélizy. Et c’est parti, direction l’autoroute !!!! Rouen (gros cafouillage dans Rouen et erreur d’itinéraire – vite rattrapée), puis…  Abbeville, Boulogne, Calais, Lille, St Quentin, Reims, Troyes, Dijon, Beaune, Auxerre, Courtenay, Orléans, Blois, Tours, Le Mans, Chartres, Orsay.

Iron butt

Vers 08h30, le temps passe à l’ensoleillé, mais pas chaud. Pas trop de monde sur la route bien que l’on soit en plein départ de vacances (avec des grèves SNCF et des aéroports fermés pour cause de nuage de poussières dans le ciel consécutif à l’éruption d’un volcan islandais). Un nombre impressionnant de touristes britanniques (merci de dépenser votre argent dans notre beau pays les gars !).

Iron butt

Aucun incident à signaler, que du plaisir et de chouettes rencontres. Notamment une patrouille de gendarmes (si, si, c’est rare mais encore possible), le matin vers 10h00 dans l’Ouest, fans de Harley (le sous-off responsable du groupe est membre du chapter de Caen… à moins que ça ne soit celui de Boulogne sur Mer…  on sait plus…), avec qui nos deux bikers font une ou deux photos très sympas… Puis, un membre du HDC North Sea Group et son épouse, tous les deux en Harley (alors qu’Hervé avait décidé de faire la route sans les couleurs, il a finalement sorti le gilet du Chapter pour faire une photo avec lui)… Des employés d’entretien de l’autoroute à la nuit tombée, des bikers anglais quelque part après Tours, conversations nocturnes… ambiance Vol de nuit… Que du bonheur, du bon air et du plaisir !

Iron butt

Iron butt

Iron butt

Pour parler franchement (frankly speaking, comme disent les Anglo-saxons) Nicholas et Hervé reconnaissent avoir été moyennement fiers la veille du départ, limite la pétoche. Excités oui, mais carrément dubitatifs le matin du départ, vu les conditions dans lesquelles ils avaient dîné / dormi la veille d’un pareil marathon. Et puis, même s’ils sont déjà de gros rouleurs, avec des années de route derrière eux, c’est tout de même un peu le saut dans l’inconnu : on parle de 1600km en moins de 24h00, là ; ça rend forcément humble (faute d’être lucide).

Iron butt

Iron butt

Iron butt

Finalement, tout s’est (étonnamment ?) bien, très bien déroulé pour eux. À mi-chemin (800km), gros coup de pompe. Mais après deux canettes de Taureau Rouge prises lors de deux arrêts à la suite et avec une motivation et une concentration forte, tout s’est bien passé. À 02h00 du matin le dimanche, passée la symbolique ligne d’arrivée, ils étaient même tous les deux dans une forme étonnante ; convaincus de pouvoir continuer encore 200 ou 300km (ils se prennent alors à évoquer le ride Bun Burner Gold). La fatigue et la lassitude de toute cette monotonie autoroutière tant redoutée n’a pas été au rendez-vous. Par contre, tous deux disent que seul, cela aurait été sûrement très différent voire irréalisable. Ils n’ont jamais fait de longs arrêts (pas plus de 30 mn). Toujours sur des aires d’autoroute (pas question de sortir s’arrêter dans un petit village déguster une mousse ; l’horaire risquait de ne pas être tenable)… Le temps de faire le plein, acheter un café, un sandwich, un peu discuter et hop, ça repartait, on the road again !

Iron butt

Iron butt

Pas un seul problème sur la route. Pas de situations dangereuses, pas d’incident méca. Cool, que du bonheur, qu’on vous dit ! Par contre, des radars fixes partout et des gendarmes « avé les jumelles » en grande quantité. Les cent cinquante premiers kilomètres à 120km/h jusqu’à Rouen, puis tout à 135km/h, Hervé (au cruse control) en tête et Nicholas quelques cent mètres derrière. Très pratique sur la Street Glide sur une telle distance, cette fonction. Reposant aussi. Nicholas sur la Deluxe, n’en bénéficiait pas mais n’a apparemment pas été gêné. Autre gros avantage (plaisir) sur la Street Glide pour un tel défit : le lecteur de CD (Nazareth, Weezer et Guns & Rose).
- 07h29, premier sms à la p’tite famille pour dire que tout va bien. Rouen.
- 10h44, Calais, 400km.
- 12h30, Saint-Quentin, 585km.
- 16h16, 100km au sud de Dijon.
- 17h20, 1000km tout rond.
- 18h19, 1077km, la super forme.
- 20h37, 1277km entre Courtenay et Orléans. La nuit commence à tomber, la fraîcheur revient, quasiment personne sur l’autoroute. State of euphoria !
- 22h19, 1441km, quelques kilomètres avant Tours.
- 00h51, 1647km, nous sommes dimanche matin et ils sont arrivés à destination.
- 02h40, 1747km, Hervé sort de son garage, il vient de rentrer sa moto.

1747 km en 21heures et c’est la grande forme. Les deux compères en sont très étonnés. Mais fiers et heureux comme des gamins.

Ne reste plus alors qu’à régler l’aspect administratif dans les jours suivants. Envoi à l’IBA des copies des facturettes – conserver les originaux), descriptif du parcours, temps réalisé (tous les formulaires à compléter sont disponibles sur le site de l’association). Trois mois plus tard, Montjoie Saint-Denis !!!!… réception du Certificat, de l’épinglette, de l’autocollant, du magazine et du tour de plaque d’immat’ avé écrit bien gros dessus : World’s Toughest Motorcycle Riders !!! Grosse joie enfantine à la vue de l’enveloppe (from the USA) dans la boîte à lettres. I’ve got it, I’ve got it !!!

Et enfin, début du frimage de tête auprès de tous les potes biker / motard à qui vous expliquez que de plus, il y à moins de cinq certificats de ce genre à l’heure actuelle en France.

Toute plaisanterie mise à part, c’est une grande satisfaction pour Nicholas et Hervé d’avoir fait ce ride. Pourquoi ? Peut-être parce que ce n’est pas le but qui compte mais le voyage… ? Peut-être que parce que c’est tout de même difficile, qu’il y a la satisfaction de l’avoir réussi… ? Parce que peu de gens l’ont tenté… ?  Qu’il y a le certif  à l’issue… ? Ou pour le plaisir (pervers ?) à notre époque « environnementalement correcte » d’affirmer son empreinte carbone envers et contre tout / tous ?
Mais finalement, comme l’on dit dans notre milieu Harley : « If I had to explain, you would’nt understand« .

Si l’expérience vous tente, n’hésitez pas à solliciter Nicholas et Hervé qui seront enchantés de partager avec vous les détails de leur expérience.