Endurance sur route en Harley : cinquième Défi des 999


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu te souviens peut-être que je suis un grand fan d’endurance sur route …

… et que depuis quatre années consécutives je participe avec bonheur au DEFI des 999 qui te propose de parcourir à chaque nouveau printemps 1000 kilomètres en vingt-quatre heures dans le sud de la France …

Pour cette cinquième édition de leur épreuve d’endurance de vingt-quatre heures sur routes ouvertes entre Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse (réservée aux propriétaires de motocyclette de marque Harley Davidson ou Buell) …

… les organisateurs (l’association LDD 999) ont une fois encore fait très fort avec ce rallye unique en France (dont on ne retrouve que deux ou trois équivalents en Europe – Belgique et Suisse) …

Après avoir revu leur organisation en cours d’année ils ont une nouvelle fois su attirer 210 bikers de toute l’Europe (plus d’une dizaine de nationalités – grosse participation italienne et pour la première fois un motard venant du Portugal) …

… proposer un parcours toujours aussi intéressant (qui combine difficultés de pilotage et beauté des sites traversés) ainsi qu’un accueil et une ambiance uniques (c’est l‘un des atouts de cet évènement) …

… où novices et anciens de l’épreuve se retrouvent sur la petite place du village de Cabannes / Bouches-du-Rhône pour relever cet exceptionnel défi …

Le Défi des 999 débute toujours le vendredi soir, dans un restaurant diner américain d’Avignon ou organisateurs, sympathisants et participants se retrouvent pour un verre de l’amitié et un diner concert …

Cette année c’est le groupe MISS AMERICA qui a mis le feu à la salle. Cette jeune formation pure blues rock’ a surpris tout le monde. Ce band de quatre jeunes perfomers avec leur chanteur à la voix éraillée exceptionnelle, sa bassiste et la jeune batteuse ont bluffé les plus récalcitrants …

Ce samedi 06 avril, débutait par un premier rendez-vous à Barbentane au bar / restaurant « Aux Pieds Tanqués »  …

La tenue du jour … avec un bel exemple de pieds tanqués, non ?? … lol !!! (l’ami Patrick, seconde participation, le sourire toujours aux lèvres et le cœur sur la main)

Les participants venaient procéder aux dernières formalités administratives : leur carte (à faire tamponner à chacun des points de contrôle) ainsi que le roadbook de la première étape leur étaient remis (pas de roadbook intégral de l’épreuve au départ. A chaque étape le concurrent se voit remettre le trajet suivant) …

Et ce sont finalement 173 motards (une majorité de hoggers, beaucoup d’indépendants et quelques membres de MC – notamment le Smoke and Iron / Firefighters fidèle de l’épreuve) qui se présentaient à Cabannes à 13h30, totalement détrempés, sur la ligne de départ avec pour objectif de parcourir 1000 kilomètres sur les routes de l’arrière-pays en 24h00 …

La météo était quant à elle la seule à « faire la tête »

Il fallait néanmoins une sacrée dose d’optimisme et d’envie pour se lancer dans cette épreuve tant il pleuvait ce jour-là …

Et surtout, être un motard confirmé connaissant bien ses capacités

A noter plusieurs équipages constitués de couples d’amoureux (de la route) …

C’est la troisième année consécutive que Cabannes accueille le Défi des 999. Toutes les associations locales sont présentes, instaurant une ambiance des plus sympathiques (elles avaient fort à faire en lutte contre une pluie incessante) …

Le départ est donné sous la bénédiction du prêtre du village, en présence du maire et du député de la circonscription …

Les concessionnaires Harley Sun Road / Salon de Provence et Prestige Motorcycles / Roquebrune sur Argens sont aussi présents, soit au départ / arrivée avec un stand …

… soit sur le parcours où ils reçoivent les participants pour un point de contrôle au cours duquel les membres de leur Chapter offrent accueil chaleureux et café (très chaud et avec 8 sucres svp !!) …

A noter le passage en pleine nuit à la concession de Roquebrune sur Argens, Prestige Motorcycles, qui n’en n’est pas à sa première participation et sort toujours les grands moyens …

… ses braseros, la restauration, le groupe rock et le Chapter aux petits soins avec les concurrents …

Cette halte est très importante : il est aux alentours de 23h, les participants vont réellement entrer dans la difficulté de l’épreuve à partir d’ici ; les premières fatigues et crampes se font sentir …

… c’est le cœur de la nuit qui les attend, qui va jauger leurs facultés de résistance et capacité de pilotage. Cet arrêt fût de bonne augure, à partir d’ici la pluie va quasiment disparaitre de l’épreuve (qui s’achèvera finalement le lendemain dimanche sous le soleil) …

Le 999 n’est pas une épreuve de vitesse et le respect des règles de la route y est impératif. Néanmoins aucun des participants (seul ou en groupe parfois spontanément constitué au fil des kilomètres) ne flâne et la moyenne horaire est soutenue …

Pour preuve, les « gagnants » de cette édition 2019 ont franchi la ligne d’arrivée le dimanche matin à 10h40 (soit l’intégralité du parcours en quasiment 21 heures) …

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de perdants. Ceux qui ont jeté l’éponge (c’est le cas de dire) en cours de route en repartent enthousiastes tant il ont apprécié le parcours, interpelés par ce qu’ils ont découvert sur eux-mêmes …

Avec aussi à l’esprit quelques lieux improbables que l’on se promet de venir revisiter bientôt …

Notamment le Bar du Soleil et son étonnante tenancière, à Jouques – un peu hors parcours mais il est fréquent de s’égarer sur les routes du 999, ce qui participe aussi au charme de cette épreuve qui de fait peut pour certain s’achever avec quelques 1200 kilomètres au compteur, voire plus …

Cabannes, Cavaillon, Salon de Provence, Aix en Provence, Saint-Tropez, les lacets de la montée sur la Garde Freinet, l’incroyable vue sur Marseille à l’horizon depuis le col de l’Espigoulier …

…Toulon, le bord de mer en falaise vers Cassis, l’Estaque, Istres et enfin Cabannes …

Des abandons bien sûr, quelques frayeurs dans les descentes de cols sur routes détrempées, une roue avant dans un fossé et un beau Street Glide orange tout rayé une fois couché dans la caillasse du bord de route …

Aucun incident grave, du bonheur intégral sur pneumatiques et des motards épuisés mais surtout fiers et heureux qui franchissent la ligne d’arrivée sous les applaudissements d’un public enfin présent avec le soleil revenu. La grande majorité des participants a réussi l’épreuve …

Rendez-vous au printemps 2020 les 04 et 05 avril

pour la sixième édition du

Défi des 999 !

Aller, la bise mon titou …

L’Hervé, your Berrichon friend

Daytona bike Week 2019 (3) : Tropical Tattoo show


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Quand tu participes à la Daytona Bike Week il y a un évènement que tu ne dois /peux pas manquer sous peine de t’entendre dire par tes potes baillekeurs que tu as totalement raté ton séjour …

Le SPRING TROPICAL TATTOO CHOPPER TIME OLD SCHOOL CHOPPER SHOW (z’ont pas trouvé plus court comme intitulé) s’est donc tenu ce 14 mars 2019 chez WILLIE, le boss de ce petit salon de tatouage crachpoune à souhait qui a réussi au fil des années à en faire l’un des principaux spots de la Daytona bike Week … Un must see comme i’ disent là-bas …

Live music (Big Rick & the Trouble Makers cette année), remise de prix en cash et tout ce que compte le petit monde du old school de ce coin de l’Amérique qui se presse et se bouscule ici dans une cohue-pagaille pas possible …

Tiens, Marilyn Stemp, l’une des organisatrices des festivités du BUFFALO CHIP à Sturgis tous les ans et proprio du mag’ IRON TRADER NEWS

Si tu observes bien tu apercevras quelques motos …

On y vient à pied (le lieux n’est pas très loin de town center) …

… en wouature …

Voire même en motocyclette … peut importe, on y vient !

Et on se gare comme on peut … ça fait parti du charme du lieu …

Ici règne la rouille, la peinture rayée à souhait, taule tordue, le knuck’ dans son jus, le sissy torsadé fer forgé (surtout pas chromé), le rigide casse vertèbres, la pièce d’origine, la selle de tracteur en fer, l’absence de garde-boue, la commande-suicide, le carbu récalcitrant, le vintage qui doit pisser l’huile, le home made et tout ceci si possible de marque américaine …

Et éventuellement anglaise …

Bien sûr, nous sommes à les USA, donc dieu n’est jamais bien loin …

Et les vielles WLA non plus …

I’a un boucan musical rock à larsen pas possible, les bières circulent et tout le monde prend des photos comme il peut, impossible d’avoir un champs dégagé …

En tous cas, c’est sûr, tu vas photographier du bidon …

Si tu veux faire super méga branchouille-original, viens avec un casque, tout le monde va te remarquer … il se peut même que tu passes pour le rebelle du jour !

Forcément tu retrouves de nombreuses références au RAT FINK

Et le cuir travaillé a toujours autant de succès …

Dans les petites rues résidentielles derrière le salon de tatouage c’est la même pagaille, tout le monde se gare absolument partout et les voisins s’en accommodent (vaut mieux remarque parce qu’il n’y a vraiment rien à faire à part attendre que la marée baisse …), le tout dans une ambiance bon enfant …

Certains ne dorment pas à l’hôtel (une année sur deux c’est jouable, mais il est tout de même recommandé d’avoir fait suivre le caleçon long molletonné fourré loutre car même si le soleil brille toujours en Mars à Daytona, il peut néanmoins y faire frisquet, surtout si le vent se lève) …

On peut même faire ici quelques emplettes …

Bon en gros, objectivement, rien d’exceptionnel, juste l’un des évènements à ne pas manquer si tu es à Daytona pendant la bike Week …

Aller, la bise mon titou !

L’Hervé, your Berrichon friend

Daytona Bike Week 2019 : Dave Perewitz Paint Show (2)

Citation

Bonjour copain (et copine),

Pendant la bike Week les évènements, shows, spectacles et autres rassemblements sont permanents et partout …

DAVE PEREWTIZ, Aka King of the flames, fameux master builder de son état y organise depuis quelques années maintenant son PEREWITZ PAINT SHOW

Bien sûr que si tu le connais ce monsieur voyons …souviens toi, en 2017 il avait fait les honneurs du stand de notre fierté picturale française, le bien nommé DOM NOIR MAT. Dave était passé, avec sa fille Jody, saluer DOM et lui demander d’accepter de faire partie du jury de son paint show … (Dom ne s’en est d’ailleurs toujours pas remis tellement il fût surpris et heureux de cette proposition du grand Dave)

En 2019, c’est au pittoresque BROKEN SPOKE SALOON que ça se passe …

Et il se trouve que mon grand copain JACK McINTRYRE, excellent photographe de son état, à pu s’y rendre … lucky him!!!

Et en (très) bon photographe qu’il est, il a réalisé quelques superbes prises de vues des engins en compétition ce mardi 13 mars dernier … je suis heureux d’écrire ce petit post qui me permet de rendre honneur au travail de Jack, peu connu des européens alors que la quantité et la qualité de sa production sont absolument remarquables …

Si ceci n’est pas de la photo qu’elle est belle, je ne sais plus quoi te dire mon titou …

Jack traine sur les rallyes et autres évènements auto / moto sur tout le continent américain depuis le début des années 90. Au début, photographait pour lui-même et son seul plaisir … il vit maintenant en partie de cette activité. Tu peux voir son travail (et éventuellement en faire l’acquisition) ici :  https://www.jackmcintyrephoto.com/

Pour en revenir au PEREWITZ SHOW, comment le présenter ? C’est un peu une explosion de couleurs en plein air. Tenu cette année sur le site du Broken Spoke Saloon (à Ormond beach – bien plus sympa que Daytona downton), le lieu est apparu aux participants particulièrement bien adapté …

Pour résumer les règles qui régissent ce show : tu te pointes avec ton brélon peinturluré, tu t’inscris et tu empoches 1000$ (si tu es désigné meilleure peinture du show bien sûr) … Ah, si tout de même, une petite précision : ne te présente surtout pas avec ton Intruder fait à la bombe dans ta cave l’hiver dernier bicoz’ le niveau de la compèt’ est sidéral … on est à les USA et les gars font dans le très (très) lourd …

Il y en a pour tous les goûts (et les couleurs), on a le droit de ne pas aimer mais le niveau des travaux présentés relève de l’orfèvrerie …

Bon, je ne sais pas qui a remporté les 1000 boulons cette année, peut importe, le monsieur et la dame avaient l’air très heureux …

Reconnaissons que c’est de la belle ouvrage …

Les engins étaient quant à eux étaient nombreux et superbes …

On a bien sûr tout à fait le droit de ne pas apprécier ce style et cette approche de la motocyclette …

D’ailleurs est-ce encore de la moto ? … Bin non mon bon, ce sont des Show bikes, qui ne peuvent quasiment pas rouler, ont coûté la peau du bas des oeils et finirons … certainement pas avec un gros kilométrage …

Finalement peu importe, il fasait beau, la bière était fraîche les gens heureux d’être ici et tout le monde parle déjà de l’édition 2020 …

Si tu n’as pas pu t’y rendre cette semaine, vas visionner les photos de Jack sur son site (tu vas y voir des clichés superbes) et achète toi des pinceaux pour l’année prochaine, je viendrai avec toi pour assister à ton triomphe …

Aller, la bise mon titou !

L’Hervé, your Berrichon friend

Daytona Bike Week 2019 : la moto officielle (1)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, comme tu es un motard averti, tu sais que la Daytona Bike Week 2019 bat son plein …

 … et que je ne vais pas résister à t’en causer un p’tit peu …

Commençons par le début : le brélon officiel de l’évènement, ou encore très exactement le bien dénommé : Grand Prize

La moto officielle de la Bike Week 2019 est cette année une Harley-Davidson FXLR customisée de 2018 …

A noter que les organisateurs précisent que cet engin n’est pas conforme à la réglementation californienne …Zutalor, c’est ballot !

C’est le grand BRIAN KLOCK le boss de KLOCK WERKS qui a commis la chose cette année (son logo, le fameux Ace of Spade, est reconnaissable sur le filtre à air).

J’adore le travail de ce master builder qui se trouve en plus être un type très sympa …

Avec BRIAN et LAURA KLOCK à Sturgis, j’avais écrit quelques articles sur eux, notamment ici pour le NEWYORK RIDER MAG’ …

Laura est aussi une grande championne de vitesse, elle a déjà couru sur le grand lac salé  … et leur filles  …tout pareil … quelle magnifique famille !

C’est dans le magazine AMERICAN IRON que tu trouveras tous les détails sur les spécif’ de l’engin …

Il ne te reste qu’à faire l’aquisition dudit mag’ …

Sinon tu peux lire (en anglais) une petit interview de Brian Klock ici où il dévoile qu’en plus de sa cosmétique, l’engin a un peu été vitaminé :

https://officialbikeweek.com/read-blog/2019-Official-Bike-Week-Motorcycle-Builder/

Alors pourquoi, au-delà de son esthétique (qui me plait beaucoup), cette motocyclette est-elle si intéressante ?

Et bien parce que, comme tous les ans, elle fait l’objet d’une loterie dont elle est le Grand Prize. YES !

Donc mon titou, il te reste deux choses à faire :

  • foncer à Daytona t’acheter un billet pour participer au tirage au sort et gagner cette beauté orange,
  • ne pas aller rouler en Californie puisque la bécane n’y est réglementairement pas autorisée mais la ramener vite à Paname, nous irons la roder du côté de Vierzon toi et moi …

Aller, la bise, bonne bike Week

L’Hervé, your Berrichon friend

Les p’tites anglaises du Matra


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Je suppose que tu connais le fameux groupe industriel MATRA

Mais peut-être ignores-tu que MATRA est de longue date associée à l’industrie automobile (on ne lui doit pas moins que l’invention du concept monospace avec le fameux Espace pour Renault) et au monde de la vitesse et de la compétition …

Laisse moi plutôt te parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre (voui, motard et poète) … celui de MATRA en compétition auto, de Beltoise, Cervert, Pescarolo … (si ces noms ne te disent rien, ça n’est pas moi qui suis vieux, c’est toi qui est – très – jeune) …

MATRA est l’acronyme de Mécanique Aviation Traction, entreprise fondée en 1937 … il ne reste pas grand chose de toute cette épopée mécanique, des milliers de photos, des films, des titres en compétition (endurance, formule un, …)  …

Et de splendides véhicules que l’on peut encore admirer de nos jours en des conditions optimales dans un magnifique petit musée dédié à la marque en la ville de ROMORANTIN

Tu me connais, la wouature et moi ça fait deux … et pourtant je te recommande fortement d’aller visiter ce splendide musée, moderne et nostalgique à la fois et qui donnent à voir de fantastiques engins à 4 roues exposés de bien belle façon.

Sans compter un accueil des plus agréables par l’équipe toujours très disponible.

Je m’y suis rendu il y a quelques jours pour la seconde fois ces deux dernières années et le plaisir a été le même. A voir absolument donc !

Mais qu’est-de-qu’un « deux pneus » comme moi a-t-il bien pu aller faire dans pareille  antre à « caisseux » ?

C’t’à cause des anglaises docteur …

En effet, le Musée MATRA propose du 29 novembre 2018 au 17 mars 2019 une exposition intitulée LES MOTOS ANGLAISES, l’âge d’or

Youpie, à moi les p’tites anglaises !!!

Le musée n’en n’est pas à son coup d’essai pour ce qui concerne la motocyclette. En 2017 déjà c’est aux américaines qu’avait été rendu honneur (c’est à cette occasion que je m’y étais rendu pour la première fois …

En effet, dans l’équipe du musée  …sévit un motard … Christophe Gonny …

Regarde ce qu’il s’est bricolé le Christophe !!! Sympa comme tout ce brélon, non ?

Fort de ce précédent succès, le musée a donc récidivé avec cette fois-ci une quarantaine de motocyclettes anglaises de toutes les époques. Les machines sont superbement mises en scène, dans un état absolument exceptionnel, de nombreuses marques sont représentées et des vraies raretés sont à admirer …

Quand je te parle de rarété …regarde un peu cet INDIAN !

(Et quand je te dis que l’équipe du musée est vraiment disponible : ces dames m’ont autorisé à m’approcher des engins et ont même pris quelques clichés pour moi : un immense merci à vous !!!)

C’est un éditeur américain, Floyd Climer qui possède à l’époque les droits de la marque INDIAN qui conçoit cette machine. La partie cycle est dessinée par l’italien Tartarini et reçoit un moteur de 500 VELOCETTE, l’ensemble s’appelant INDIAN 500 VELO.

Et un Scrambler Anglo-américano-italien, un !

250 exemplaires seront produits (4 temps, boite 4, poids 160kg, vitesse maxi 160km/h)

En bref, tous les ingrédients pour faire de cette exposition une réussite sont réunis !

Christophe Gonny précise que 98% des motocyclettes exposées proviennent de la région dans un rayon de 50km autours du musée. Etonnant, non ?!

J’ai particulièrement aimé cette MATCHLESS G50 SEELEY 500cc 

 Mono 4 temps

Et que dire de cette superbe VINCENT ?

La fameuse 1000 « Rapide », modèle de 1953 ici

Bicylindre en V à 50°, deux carburateurs Amal, cadre avec moteur porteur (suspendu), suspension arrière à Cantilever. Vitesse maxi 180km/h. Tu connais forcément cet engin, ou du moins tu l’as déjà vu sur une photo très célèbre …

Il s’agit de la photographie montrant Rollie Free fonçant au guidon d’une VINCENT à plus de 150 mph soit 242 km/h sur le Lac Salé de Bonneville en septembre 1948.

Free est chronométré lors d’une première tentative à 148,6 MPH mais il veut être le premier pilote moto à passer la barre « magique » des 150 MPH au guidon d’une moto non carénée et non compressée. Pour grappiller les quelques miles per hour manquants, il a l’intuition que sa combinaison le freine. Il ôte son cuir et se met dans « la petite tenue » que l’on connait et qui le fait rentrer dans la légende des sports mécaniques. Le pari est gagnant !
Rollie Free est chronométré à la moyenne de 150,313 MPH. Le photographe de Life Magazine Peter Stackpole immortalise l’exploit.

Et une splendide AJS 7R « BOY RACER » de 1961 !

Mono 4 temps ACT entrainé par  chaine, carbu’ AMAL TT, boite 4 BURMAN, vitesse maxi 180km/h …

Autre rareté que cette 500cc SCOTT FLYING SQUIRREL

Une fois que tu auras fait le tour de cette collection anglaise tu profiteras de l’exposition permanente MATRA et surtout, avant de partir, tu ne manqueras pas, tout motard que tu es, à l’étage inférieur, cet étonnant petit side-car MATRA (ainsi que quelques très beaux vélos tout-terrain) …

Les gens de MATRA avaient toutes les audaces et bien des élégances stylistiques qui semblent avoir disparu de nos jours  …

Allez, fonce à Romorantin, tu as jusqu’au 17 mars pour voir cette exposition, et ce superbe musée, ça en vaut vraiment la peine !!

La bise mon titou.

L’Hervé, your Berrichon friend

CROSS COUNTRY CHASE 2019 : un Cannonball en anciennes


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, je suppose que tu connais le principe du Cannonball

Littéralement « Boulet de canon« ,à la simple traduction de cette expression on comprend immédiatement que  … ça sent la poudre …

La figurine historique emblématique de l’épreuve dite Cannonball dans le monde de la moto américaine reste ERWIN GORGES CANNONBALL BAKER

Pour mémoire, le Cannonball, ou Cannonball Baker, ou Cannonball Run est un ancien raid automobile sur routes ouvertes organisé illégalement durant les années 1970 aux États-Unis, qui traversait d’est en ouest le continent nord américain
Son nom exact était le Cannonball Baker Sea-To-Shining-Sea Memorial Trophy Dash, en mémoire du coureur motocycliste et automobile Erwin Baker. Autos, camions et motos pouvaient alors s’affronter sans aucune restriction, aucune règle, ni aucun itinéraire conseillé, les amendes récoltées étant à la charge de chaque équipe. Un Gentlemen’s agreement désapprouvait cependant le transport d’un véhicule par un autre, ou encore le fait de cacher une voiture identique tout près de l’arrivée…

En Europe nous, les ado’ français(es) de l’époque nous allions découvrir le Cannonball grâce au cinéma …

D’abord en 1976 avec David Carradine

Et surtout en 1981 avec Burt Reynolds

Quel super souvenir que ce film à l’époque …

En 2018 le Cannonball « clandestin » qui imposait aux concurrents (généralement pétés de tunes, se croyant au dessus des lois et autres réglementations de la route) de rallier le Royaume-Unis à l’Italie a donné lieu à plusieurs retraits de permis du côté de Reims où quelques tristes records de vitesse sur route (de l’ordre de 265km/h sur l’A6) ont été relevés par la maréchaussée … et tant pis pour le pauvre pékin en Clio ou en motocyclette qui roule peinard et risque de se prendre dans la tronche un des ces richissimes connards déguisés en missile de la route  …

A noter qu’il existe des Cannonballs sur tous les continents des USA à l’Inde en passant par l’Europe et le Moyen-Orient …

Fort heureusement, nous les Tardmo’ sommes des gens raisonnables, respectueux de la réglementation, ne roulant jamais au-delà de la limitation de vitesse, c’est bien connu… et notamment ceux d’entre nous qui rident en anciennes …

C’est ainsi qu’à Sturgis ce 21 janvier 2019 a été annoncé que le vendredi 6 septembre 2019, un groupe d’environ 100 âmes aventureuses sur d’antiques motocyclettes allait prendre d’assaut les routes de l’Amérique et que le monde entier était invité à les encourager …

Le CROSS COUNTRY CHASE 2019 était donc annoncé.

YES!!!!!!!!!!

Le Cross Country Chase, le plus récent défi en motos anciennes en Amérique, est proposé par l’équipe éprouvée du Motorcycle Cannonball en partenariat avec le Legends Motorcycle Museum. Le communiqué insistait bien sur le côté insensé de cette course d’endurance qui aura pour vocation de démontrer «Qui est Qui» dans le petit monde de la moto ancienne. Le gagnant sera non seulement couronné «Légende» mais il aura aussi et surtout le droit de se vanter et faire le kéké à vie après avoir terminé cette course qualifié pour le moins de « ardue » …

On ne court pas que pour la gloire et / ou le fun, en prime, un prix en monnaie locale ($) sera également attribué …

Alors si le défi t’intéresse (surtout dis-le moi, je viendrai avec toi), tu dois impérativement avoir plus de 18 ans, piloter une moto fabriquée entre 1930-1948, avoir de réelles qualités d’endurance, être capable de tenir une certaine moyenne avec ton brélon antique (pour ne pas parler de vitesse), avoir des compétences en navigation et surtout de vraies connaissances en mécanique bicoz tu fais toi même ta maintenance (souvent sur le bord de la route) … quant à la motivation, nous n’allons même pas en parler n’est-il pas !?!

Parce qu’effectivement, le programme, c’est du lourd mon pioupiou : une moyenne de 250 à 350 miles par jour (soit 400 à 550 km par jour) sur une période 10 jours, par des froideurs et chaleurs extrêmes, des dénivelés importants et une météo qui dans les grands espaces américains ne manquera pas de te bousculer. Déjà en Gold Wing Honda cela serait respectable, mais en moto anciennes … on parle ici de vraies qualités physiques et mentales qu’il faut savoir sérieusement évaluer avant de se lancer dans pareille escapade  …

Les coureurs seront seuls avec eux-mêmes face à ce CROSS COUNTRY CHASSE 2019.  Aucun équipage de soutien d’aucune sorte ne sera autorisé pendant l’événement. Les participants devront anticiper ce qui est vital pour toute la durée. Tous les outils, pièces et bagages doivent être embarqués sur leur motocyclette.

C’est juste toi, ta moto et quelques-unes des meilleures routes à deux voies d’Amérique du Nord. C’est du sérieux, réservé uniquement à les ceusse qui z’en ont !!!

Vitesse : les coureurs et les machines seront mis au défi de terminer les étapes dans les temps donnés, ce qui nécessitera de maintenir la vitesse requise, d’effectuer des arrêts planifiés de manière stratégique tout en réduisant le temps de la journée afin de se rendre au dernier point de contrôle quotidien à l’heure requise.

Navigation : les coureurs sont tenus de parcourir avec succès l’itinéraire de 10 jours sans dériver ou se perdre. L’organisateur leur délivrera quotidiennement une carte de navigation fournissant des instructions détaillées en fonction du kilométrage à parcourir.

Connaissances : les coureurs passeront un test de 100 questions couvrant des aspects de l’histoire de la moto américaine, qui compteront dans leur score final. Ce n’est donc pas que du muscle, c’est aussi du neurone !

Prérequis : motocyclettes fabriqués entre 1930-1948.

Les motos se verront attribuer un handicap : plus la moto est âgée, plus le handicap est élevé (les cylindrées inférieures auront un handicap plus élevé que les cylindrées supérieures).
Vitesse moyenne : une partie du handicap sera basée sur la vitesse de croisière moyenne.
Carters de moteur et transmission d’origine. Carburateur correspondant à la période retenue (pas de modèles anciens type Mikunis, S & S, etc.). Peinture de la période correspondante aussi. Pas de moto chopperisée ou de bobberisée (sauf si d’époque) …

Pilote : 18 ans révolus, permis de conduire valide, inscription et assurance obligatoire.

Donc, si tout ceci te convient, que tu es prêt, alors inscris-toi rapidement : www.themotorcyclechase.com

Et surtout, préviens-moi je veux être là quand tu franchiras la ligne d’arrivée !

Avec toi de tout cœur mon titou.

Allez, la bise.

L’hervé your berrichon friend.

MONTLHERY ce dernier week-end …


Hervé

Bonjour copain (et copine),

As-tu été trainer tes bottes de moto à l’autodrome ce week-end dernier ?

J’espère bien que oui, parce qu’il y avait de bien belles choses à voir et que la météo était simplement idéale pour flâner le nez au vent au milieu d’engins d’exception …

Ce tenait donc ces 23 et 24 juin, le 6ème CAFE RACER FESTIVAL

Logiquement (quand on songe historiquement à l’origine du « mouvement » Café Racer) c’est une marque anglaise qui se taille la part du lion pendant ce festival : TRIUMPH !

La marque exposait les modèles de bobber qu’elle avait demandés à ses concessionnaires de retravailler selon leur inspiration  …

On pouvait y voir de très intéressantes machines …

Le public était encouragé à donner son avis sur ces machines et à participer à un jeu-concours avec tirage au sort …

INDIAN aussi était là avec de nombreuses SCOUT préparées elles aussi  …

Toutes plus originales / belles les unes que les autres …

Ici aussi jeu concours avec tirage au sort et une machine à gagner …

ROYAL ENFIELD assurait une belle présence aussi …

Avec des modèles classiques et …

De superbes et surprenantes réalisations …

A l’esthétique des plus réussies !

D’autres grands constructeurs exposaient eux aussi …

DUCATI

HUSQUVARNA 

KAWASAKI 

BMW avait aussi un énorme stand …

Bien sûr, puisque l’on est à l’autodrome, la piste est là qui n’attend que les pilotes …

Dont de très nombreuses femmes ..

Le tout dans une belle ambiance, détendue, encadrée par une organisation parfaitement rodée …

C’est toujours un grand plaisir de voir ainsi courir ces engins ….

… et de se promener dans les paddocks …

On vient aussi pour admirer les vieux brélons, et ils sont en nombre …

JAP

Notamment dans le pavillon d’exposition de l’autodrome on l’on peut admirer une vingtaine de motocyclettes abolument magnifiques …

VINCENT

TRIUMPH encore … 

A l’extérieur, sur les stands, divers particuliers, clubs, boutiques, exposent leurs machines aussi …

  SCOTT

VINCENT

VINCENT encore 

JAWA

Le célèbre club TRITON avec les machines nombreuses de ses membres …

Et bien évidement quelques HARLEY DAVIDSON (mais pas tant que cela en fait) …

Avec surtout cette magnifique préparation course d’une XR TT par Phil Darcy Racing de FT. Worth au Texas …

Quasiment aucune wouature sauf une exceptionnelle beauté française …

ALPINE RENAULT REDELE

Et enfin, grand intérêt de ce rassemblement, les créations diverses et (très) variées de nombreux professionnels …

Chez LOUIS

Chez les KUSTOM SURFERS

Chez MIDUAL

Sur le stand KAWA’

Les toujours surprenantes TRIPLETTES DE BONNEVILLE

STRAKELL

YAMAHA

Chez FCR 

Etc, etc, etc …

 

Un magnifique Week-end à l’autodrome de Montlhéry exactement comme on les aime. Vivement l’édition 2019 !

Allez, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Kits de conversion trike Paughco pour Sportsters


Hervé

Salut copain (et copine),

Suis pas un grand fan de tricycle motorisé en général …

Mais là je viens d’être « ému » par les nouveaux kits de conversion trike pour Sportster Harley Davisdon de PAUHGCO 

Proposés en version Do it yourself

C’est assez cool comme approche non ? Paughco te propose de transformer ton Sportster en le faisant évoluer de 2 à 3 roues. Une proposition simple, à faire soi-même qui va certainement venir coller à cette tendance furieuse qui court depuis quelques mois et qui consiste pour tout possesseur de Harley à se lancer dans la conception et le style chopper …

La compagnie offre ses kits trike pour la plupart des modèles de H-D et expédie actuellement bras oscillants et essieux arrière faits sur commande pour réaliser la conversion du modèle Sportster …

Ces deux composants se boulonnent directement à la place de l’ensemble bras oscillant de série et utilisent la courroie ou la chaîne d’origine, selon le modèle. Une fois terminé, il te suffit d’ajouter ton choix de roues et de pneumatiques GM 5 x 4,75 l’engin est prêt, i’a plus qu’à rouler …

L’ensemble de l’essieu arrière est équipé d’une poulie à courroie de 1 ½  pouces de largeur et d’un pignon de chaîne de 51T, de disques de frein, d’étriers chromés à 4 pistons et d’un différentiel à glissement limité …

Ce modèle à caisse en bois est tout simplement superbe, non ?!?!

L’essieu arrière assemblé est livré d’un revêtement black powder et les bras oscillants sont en acier brut. Les bras oscillants Paughco Trike sont disponibles pour les modèles XL de 1986 à 2010 et les ensembles d’essieux peuvent être commandés pour les applications à chaîne et à courroie …

Ce que Paughco à réussi finalement (dans la mesure où en ce domaine l’entreprise n’invente rien de nouveau) c’est la ligne et le design final du Sport’ transformé …

Avant de commander, n’hésite pas à appeler Paughco au + 1 775-246-5738 (gaffe, pas du tout certain qu’ils causent le gaulois les gars …).

Sinon, un œil tu peux jeter sur leur site : www.paughco.com.

Allez, la bise, à très vite mon titou …

L’hervé, your Berrichon friend …

41ème Paris-Bourges en motos anciennes


Hervé

Bonjour copain (et copine),

1 (146) - Copie

Tu le sais, je suis un inconditionnel de cette marque américaine de motocyclettes souvent désignée par les lettres « H » et « D » …

1 (740)

Ma Dyna d’amour au retour du Paris-Bourges ce dimanche 1er avril (N7, entrée de Nemours, spot extra, tu ne peux pas le rater) …

34246_000c3

Bien qu’in love avec cette marque et étant totalement incapable depuis 30 années de cela de rouler avec autre chose que l’un de ses modèles, mes amis berrichons, les sérieux motards de l’ACETYLENE MOTO-CLUB de BOURGES (centre de la galaxie – si, si, tu permets, y étant né je le sais) m’ont refilé le virus de « l’ancienne » en m’accordant le plaisir et le privilège de les accompagner chaque week-end de Pâque lors de leur rallye annuel, le PARIS-BOURGES en motocyclettes anciennes 

1 (1) - Copie

Ainsi donc, ces 31 mars et 1er avril 2018 se tenait le 41ème rallye du genre

On y compte un peu plus d’une centaine d’engins de 1927 à 2005, plus quelques motos et autres véhicules d’encadrement et d’assistance, constituant au fil des étapes un convoi de presque 130 véhicules qui va s’étaler sur plusieurs kilomètres (notamment à cause des différences de vitesse et des pannes successives qui ne manquent jamais de se produire) …

1 (1) - Copie

 Le jour se lève sur le 41ème Paris-Bourges

1 (6) - Copie

NORTON COMANDO 750

Cette année, c’est à 7h30 qu’était donné rendez-vous aux participants en plein centre de Bourges, au Pré Doulet, pour un départ une fois encore soumis à une météo incertaine … combarde, gants d’hiver et autres cache-nez « chaudement » recommandés …

1 (9) - Copie

Et c’est parti, une centaine de motards (dont une quinzaine d’anglais) s’élance pour rejoindre à quelques cent kilomètres de là le patelin de SIGLOY …

1 (22) - Copie

… en jolie pagaille …

1 (25) - Copie

… dans la bonne humeur …

Et les villages se succèdent …

1 (52) - Copie

 Vasselay, Presly, …1 (63) - Copie

Sainte-Montaine, Villemurlin, Neuvy-en-Sullas …

1 (65) - Copie

… Méry-és-Bois, Ménétréol-sur-Sauldre, …

 1 (126) - Copie

Avec un premier arrêt à Clemont, où le patron du P’tit Bonheur nous reçoit pour l’indispensable pause-café …

1 (169) - Copie

YAMAHA, VESPA

Durant laquelle les participants qui eux sont partis de Paris le matin même viennent se joindre au convoi qui lui arrive donc de Bourges …

1 (148)  … pour de sympathiques retrouvailles et l’occasion de faire enfin de chouettes photographies des beautés environnantes …

1 (152) SCOTT

ROCVAL 1 (189)

1 (141) MOTOBECANE, MOTOCONFORT

1 (171)

BSA, NORTON, NSU, BMW

Exceptionnelle et rare restauration d’une MZ TROPHY de LUXE

1 (260)

Et une fois tout ce petit monde réchauffé, sustenté, le convoi qui compte maintenant presque 130 motards, reprend la route …

1 (304) PEUGEOT

Direction Viglain …

1 (297)

Pour finalement arriver pour le déjeuner à Sigloy, labélisé « Village gourmand », où la mairie a pris toutes les dispositions pour accueillir les participants dans les meilleurs conditions …

1 (361)

Après un excellent repas, le groupe repartira en ce début de samedi après-midi, direction Viglain, Oizon, Achères, Saint-Florent, Menetou-Salon …

1 (406)

Dans une alternance d’éclaircies et d’averses dignes d’un vrai week-end de Pâques …1 (428)

1 (458)

Chacun luttant contre les intempéries avec ses moyens propres …

Le convoi arrivant en fin d’après-midi au pied de la cathédrale de Bourges …

3701051

Pour terminer cette première journée au milieu de la foule et par un vin d’honneur offert par la mairie …

1 (465)

Ainsi s’achève cette sympathique journée qui aura vu les participants parcourir de l’ordre de 180 kilomètres à la grisante et humide moyenne de 40 / 50 kmh …

1 (690)

Le lendemain, dimanche, pour la trentaine de motards ayant choisi de rester, une virée de plus ou moins 80 kilomètres allait amener le groupe à déjeuner à Vierzon par de biens jolies petites routes détournées et enfin ensoleillées …

1 (110)

TRIUMPH

Bien évidement, on aura retrouvé une fois encore tous les moments propres à un rallye en motocyclettes anciennes … qui en font le charme et le plaisir …

La fumée … 1 (70)

Les pannes et réparations improvisées …

1 (475)

Les bougies calaminées au noir …

 1 (451) Et leur consommation excessive …

  1 (450)

Les joies du sport (en solo ou en équipe) à tout moment de la journée …

 1 (444) Beaucoup plus fun s’il pleut …

Des ceusses qui bossent, pendant que d’autres s’amusent bien sur leur brélon …

1 (167)

Des pilotes au gabarit parfaitement adapté à la machine avec laquelle ils font corps … 1 (72)

De vrais vintage bikers …

1 (173)

 1 (346)

Et de vraies belles motardes …

1 (30)

Ainsi que quelques beaux tarmo’ …

1 (476)

1 (575)

1 (728)

Accompagnés de certains équipages des plus sympathiques …

1 (419)

1 (352)

Avec quelques rencontres impromptues …

1 (430)

Sans oublier nos amis à quatre pattes …

1 (725)

Des moments de rigolade …

1 (232)

Des copains à retrouver …

1 (32)

Des machines rares …

1 (244)

1 (482)

Et un superbe prétexte à faire quelques belles photographies …

1 (584)

C’est pour tout cela que l’on vient (et revient) au Paris-Bourges !!!!

 Merci à l’ACETYLENE MOTO-CLUB de rendre tout ceci possible et bravo à tous ses membres pour cette toujours excellente organisation.

A l’année prochaine pour le 42ème !!!!

Allez, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend …

Ride around the clock en Avignon : le Défi 999


Hervé

Bonjour copain (et copine),

L’Avignon Bridge Chapter vient de livrer aux passionnés de long distance runs la quatrième édition du DEFI 999

1 (6)

C’est ainsi que ce samedi 08 avril, 240 bikers de toute l’Europe se pressaient dans une joyeuse pagaille sur la ligne de départ (enfin ensoleillé) dans ce charmant petit village des Alpilles, Cabannes, dont la mairie accueillait pour la seconde année consécutive cette épreuve d’endurance moto …

 1 (23)

Le Défi 999 ?

Il s’agit de réaliser 999 kilomètres non-stop en 24 heures dans le sud de la France à travers des plaines, des cols et le long de lacs offrant de jour comme de nuit de superbes paysages …

1 (21)

Ce n’est absolument pas une course. Le départ est donné le samedi à 14h00 et la ligne d’arrivée doit être franchie le lendemain, dimanche après-midi, avant 16h00…

Présenté comme la plus longue épreuve d’endurance sur route au road-book, le Défi 999 attire maintenant plusieurs centaines de motards venant d’une dizaine de pays européens (Allemagne, Angleterre, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse, divers pays de l’Est et même l’an dernier un concurrent venu tout spécialement de …Shanghai)

1 (8)

Les seuls possesseurs de motocyclettes de marques Harley-Davidson et Buell y sont admis. Le carnet de route leur est remis après le briefing de départ puis, au fil des divers check points répartis sur l’ensemble du parcours proposé.

 DSC_1175

Ce défi peut être réalisé seul ou en groupe, il est vivement conseillé d’être doté des cartes routières des régions du sud de la France et d’un GPS. Mais il est tout à fait possible d’y participer « les mains dans les poches » en intégrant l’un des nombreux groupes qui se forment spontanément au départ ou au fil du parcours (ou qui sont arrivés déjà constitués). La convivialité y est telle que l’intégration d’un biker égaré au cœur de la nuit se fera toujours dans la bonne humeur et …force quolibets.

1 (22)

 Pourquoi un tel intitulé pour cette épreuve : le DEFI 999 ?

Et bien d’abord parce que c’est un réel défi. Mille kilomètres non-stop (avec quelques arrêts à la pompe tout de même et un certains nombres de points de contrôle et restauration), uniquement sur routes du réseau secondaire, par monts et par vaux, toutes conditions météorologiques possibles (la pluie est omniprésente, parfois la neige et cette année quelques tornades sur les hauteurs de Saint-Affrique – il est parfois même possible de rouler sous le soleil – si). C’est effectivement un défi, moral et physique. Il s’agit d’une épreuve plutôt réservée à des motards « aguerris », néanmoins il n’est pas rare d’y croiser des permis de conduire d’à peine quelques mois. Si l’épreuve peut amener certains à abandonner, tous (hommes, femmes, jeunes et moins jeunes) en ressortent avec l’impression d’avoir réalisé quelque-chose d’assez unique sur deux roues et surtout d’y avoir pris grand plaisir. Satisfaction et même fierté caractérisent les finishers

DSC_1405

999 : pour les premiers kilomètres qui amèneront finalement le concurrent à franchir la barre mythique du millième. A noter que l’organisation est tellement précise que le motard qui aura respecté le road book devrait franchir la ligne d’arrivée avec un compteur affichant quasiment 1000km. Il n’est pas rare non plus que certains terminent avec 1200 voire 1300km dans les gommes. Car oui, on peut aussi s’égarer sur les routes du 999 (rires assurés lorsque de jour comme de nuit arrivent à un carrefour quatre groupes de motards de quatre directions et repartent chacun dans une direction différente) …

DSC_1067

Quelques plaisantins du Sud (nous tairons les noms) affirment que la vérité du choix « 999 » est due à quelques soirées de réflexion lors de la génèse du projet il y a cinq années de cela. Groupes de travail où d’aucuns cherchant un nom à cette épreuve avaient fait remarquer que si les éléphants peuvent être roses, les petits cochons (HOG) avaient une tendance certaine à grogner « 9 », « 9 », « 9 », quand on leur pinçait les joues /fesses …va comprendre.

Pour la petite histoire, le DEFI 999 trouve ses origines dans une épreuve organisée depuis quelques années déjà par nos voisins belges du Antwerp Diamond Port Chapter : les 500 miles, The hell of a day in paradise(prochaine édition les 27 et 28 octobre 2018 : www.500miles.be ). Les organisateurs avignonnais y ayant participé expliquent que l’idée de créer une épreuve d’endurance dans le sud de la France leur est directement venue du 500 miles. Deux représentants du Antwerp étaient présents cette année sur le 999 …

 JJB_7864

2018 voyait donc se tenir la quatrième édition du genre. En 2015, une trentaine de bikers prenaient le départ. Ils étaient une centaine l’année suivante, 180 en 2017 et 240 ce week-end du 07 et 08 avril …

1 (2)

L’ Avignon Bridge Chapter (et son concessionnaire qui joue le jeu à fond) fait preuve à ce jour d’une maîtrise organisationnelle impressionnante (le travail de préparation est colossal, réalisé par les bénévoles du chapter). Tout est au cordeau, les concurrents sont pris en charge à tous les niveaux (ils n’ont plus qu’à se concentrer sur leur pilotage). Performance d’autant plus impressionnante que ces trois journées se déroulent dans la bonne humeur avec une équipe d’encadrement disponible et toujours souriante. Trois jours d’une belle intensité pour le chapter …

1 (1)

Tout commence le vendredi soir par l’accueil des concurrents au dîner. Les « anciens » se retrouvent (et oui, l’épreuve compte dorénavant ses « vieux fidèles ») et les « nouveaux » découvrent cette convivialité qui est aussi la marque du 999 …

1 (3)

Le samedi matin est consacré à la grass’ mat’ et à l’inscription finale des participants dans les locaux des la concession Harley-Davidson d’Avignon. Formalités administratives, café offert, perception du pack tee-shirt / casquette, pins et patchs commémoratifs et direction le déjeuner qui attend tout le monde sur la place du petit village de Cabannes (à une dizaine de kilomètres de la concession)

1 (12)

La mairie a mis la place du village à disposition : parking, restauration, exposition de véhicules américains, concerts, danseurs country, plusieurs MC tiennent stand, quelques boutiques, tout y est (même le soleil) …

1 (7)

Quand vient l’heure : tous sont détendus, restaurés et fin prêts. Le prêtre n’a plus qu’à bénir les motards sur la ligne de départ et … c’est parti !

1 (13)

Au-delà de l’aspect « endurance », de l’envie de réussir une épreuve exceptionnelle, le 999 offre la possibilité de rouler sur de magnifiques routes et de prendre le temps d’en profiter (même s’il faut reconnaitre que le rythme est soutenu et que la majorité des concurrents reste plus concentrée sur son impératif que sur l’aspect « touristique ». A savoir, terminer l’épreuve) …

 1 (15)

Les conditions météorologiques ont été optimales : ni trop chaud, ni trop froid, quelques pluies éparses. Au milieu de la nuit, à une quarantaine de kilomètres de Saint-Affrique d’incroyables bourrasques ont arraché plusieurs lignes téléphoniques qui n’ont pas manqué de tenter de fouetter les motards au passage. Il fallait « trajecter sérieux » lors de cet épisode, plusieurs motards se voyant violemment déportés de plusieurs mètres par des bourrasques d’une force rare. La participation à une telle épreuve exige un équipement digne de ce nom : l’indispensable « combarde », plusieurs paires de gants / chaussettes, des sous-vêtements sérieux (c’est-à-dire chauds) et tout ce qui peut servir à empêcher l’eau d’entrer …

1 (16)

Et tant pis si le look savage biker en prend un coup (ledit look n’a plus aucune importance à 3 trent’ du mat’ en haut d’un col enneigé, sous la pluie et dans le vent – l’édition 2017 avait été terrible de ce point de vue) …

1 (18)

Le road book a une fois de plus été exceptionnel cette année (après 4 éditions, le chapter d’Avignon est dépositaire d’une superbe collection de road books qui lui permet notamment de modifier le parcours de l’épreuve au cours d’une étape si les conditions météo l’exigent)

1 (4)

La Camargue (avec étape dégustation d’huitres), épreuve de maniabilité juste avant le dîner …

1 (17)

Sur la photo, là, c’est moa … ne le répète à personne mais, à l’issue de l’épreuve j’ai couché la moto, tout seul, comme un bleu … 300 témoins, l’égo renvoyé direct au 22 mètres…

… puis passage au pied des piliers du Viaduc de Millau magiquement éclairés au cœur de la nuit, les gorges du Tarn, les monts Cévenols, les gorges de l’Ardèche (excellente idée d’avoir permis aux concurrents d’y pénétrer au lever du jour ce dimanche matin-là : personne, aucun touriste, pas une voiture, le paysage magnifique offert aux seuls rouleurs du 999), l’ascension vers le mont Ventoux, enfin la descente vers Cabannes par le parc national du Luberon et ses incroyables petites routes sinueuses

1 (19)

Quant à l’arrivée ; les concurrents passent la ligne seuls, à deux, en petits groupes épars. Tous sont chaleureusement accueillis, félicités, applaudis par les spectateurs, les organisateurs, les villageois et, enfin, accèdent au Graal : le PIN’S du DEFI 2018 !!! Et oui, tout cela pour ça !!!

DSC_1158

Tous ont le sourire, tous sont satisfaits et ravis de s’installer à l’une des nombreuses tables ; une dernière collation les attend au milieu des conversations où l’on se narre les anecdotes et autres aventures de ces dernières 24 heures …

1 (20)

Une petite trentaine d’abandons mais tout le monde se retrouve bien à Cabannes ce dimanche pour célébrer l’exploit et se promettre d’être au départ du DEFI 999 l’année prochaine les 06 et 07 avril 2019 …

1 (25)

Le DEFI 999 : un must dans la vie d’un Harleyiste !

Voir : https://www.le-defi-des-999.com/

 Allez, la bise !

L’Hervé, your Berrichon friend