Noémie … alias GASOLINE MAAB


Hervé

Bonjour copain (et copine),

J’ai toujours été fasciné par les artistes : musiciens, sculpteurs, peintres, dessinateurs… je leur voue une admiration proportionnelle à l’abysale absence de talent artistique qui est la mienne … (je compense naturellement en ayant la plus belle motocyclette de le mon dentier, bin wouiche) …

Et quand de plus, certains donnent libre court à leur créativité dans le domaine de la motocyclette, c’est simple je me transforme en midinet(te) total(e) fan hystéro …

Aussi, laisse moi partager mon nouvel enthousiasme pour une jeune artiste française, une (déjà) future grande que je n’ai pas rencontrée sur la route mais … sur un fameux réseau social. Chance, après quelques échanges sur messagerie, cette charmante jeune personne a accepté que j’écrive quelques lignes sur elle et son magnifique travail …

Elle se nomme Noémie MARMORAT, a 26 ans, est designer produit et accessoirement artiste dans l’univers de la moto et de la wouature (je crois que le terme officiel est « automobile ») …

Passionnée de dessin depuis son plus jeune âge, Noémie a suivi des études d’arts appliqués pour devenir designer produit…

 » C’est en devenant designer que je me suis intéressée de plus près au monde de l’automobile et de la moto. Je suis issue d’une famille de motards et j’ai toujours été passionnée par ce milieu« Lorsque son frère jumeau a eut sa première moto, il lui a demandé de la lui dessiner, c’était une Kawasaki Ninja 300. Noémie n’avait jamais dessiné de moto auparavant…

Trouvant que le résultat était plutôt satisfaisant, elle a commencé à dessiner quelques motos et voitures pour le plaisir et à les poster sur les réseaux sociaux …

Les gens ont commencé à suivre son travail et à la contacter pour lui demander de leur dessiner leur moto ou voiture. C’est à partir de ce moment là que Noémi a réuni ses deux plus grandes passions : le milieu de la moto et le dessin… Lucky girl!!!

« Petit, on s’est tous essayé au dessin timidement, aux crayons de papier ou plus franchement aux feutres et aux crayons de couleur » …

« Et puis, il y a ceux qui ont acté que le dessin n’était pas fait pour eux. Je fais partie de ceux qui n’ont jamais vraiment lâché le crayon« …

En fait, contrairement à la plupart des gens, Noémie a juste continué de dessiner en grandissant …

Et elle considère que cela a développé son sens de l’observation …

D’après Noémie, peu importe le milieu artistique dans lequel on évolue, il lui semble important de développer sa sensibilité et son trait avec les outils manuels « classiques » tout en étant conscient des possibilités qu’offre le digital aujourd’hui …

Elle utilise principalement des promarkers et crayons de couleur…

Depuis peu le posca, pour accentuer la lumière et donner encore plus de relief à certaines parties/pièces de la voiture/moto …

Son style de dessin se veut au plus près de la réalité …

A force d’observation et de réflexion, Noémie a pu comprendre comment la lumière interagissait avec les matériaux. Son but pour chaque œuvre est de rendre difficile le discernement entre le dessin et l’objet …

En fonction du modèle, elle passe entre 10/20 heures sur chaque dessin pour leur donner vie…

Aujourd’hui Noémie réalise les dessins sur commandes personnelles. Il suffit de lui  envoyer une photo en haute définition de ton brélon d’amour (ou de ta caisse à savon/wouature – bon sang que ce mot est laid) …

Elle a comme projet de se développer également dans le domaine de l’aviation et du bateau. D’où l’intitulé de mon nom d’artiste GASOLINE MAAB (Motorcycle/ Automotive/Aviation/Boat) … CQFD !!!!

Designer de métier, Noémie a travaillé quelques mois en entreprise mais s’est rendue compte qu’il lui manquait le contact, les aventures humaines et les voyages …

Noémie avec son altesse Ago’… pas mal question contact non ?!?!

Depuis, de rencontres magiques en lieux hétéroclites, elle emballe et déballe ses tableaux tous les mois, (et parfois plus), et selon ses propres termes s’éclate grâce à vie riche et nomade …

 » J’enchaîne et je multiplie de grands bonheurs, par la diversité des lieux et la variété des personnes que je rencontre » ...

«Je dessine tous les jours et je vois mon trait changer, j’ai encore plein de choses à apprendre, c’est sans fin et c’est sûrement ce qui me plait le plus» …

Et ce qui a commencé comme un service familial est rapidement devenu une petite entreprise. Noémie / GASOLINE MAAB vit désormais de son art mécanique …

Noémie aime se rappeler que  « Ce qui est différent m’enrichit » disait un certain Saint-Exupéry. Son coup de crayon est son plus bel alibi pour découvrir et investir des lieux et vous rencontrer …

Voilà mon titou, si tu cherches GASOLINE MAAB, tu la trouveras ici :

PHONE: + 33 6 35 52 01 99
SOCIAL NETWORKS : INSTAGRAM : GASOLINE_MAAB FACEBOOK : GASOLINEMAAB
EMAIL : GASOLINECONTACT@GMAIL.COMWEBSITE: HTTPS://GASOLINEMAAB.BIGCARTEL.COM

Vas-y, fonce ! Noémie pratique des prix tout à fait abordables au regard de son talent, fais-moi confiance …

Pour ma part je ne vais pas tarder à la faire bosser, mon anniversaire arrive et mon brélon me supplie de se faire tirer le portrait (bin woui, ma moto me parle tous les jours … pas la tienne ??????????)…

Aller, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend …

ns total fan .

Ride to the Belgian Liberator


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Laisse moi te donner une idée de balade avec un objectif assez peu connu qui va de plus élever (encore) ton niveau de culture générale …

Quelques temps avant Noël dernier j’étudiais les cartes routières du nord de la France pour tenter de dénicher quelques petites routes improbables. Mon intention étant d’aller rendre visite à ma fille qui vit à Lille en faisant un petit crochet par la Belgique pour aller boire une petite mousse et accessoirement un café à la concession Harley-Davidson de Mons…

Bien évidemment, il n’est pas toujours aisé de rouler en hiver. Mais j’apprécie beaucoup cette saison qui apporte toujours une réponse appropriée, naturelle et écologique au problème de la prolifération des radars sur nos routes.

Ainsi, préparant mon trajet je consultais le Net et tombais totalement par hasard sur une étonnante histoire de motard égaré qui allait définitivement donner un sens très intéressant à mon voyage : je me préparais à rencontrer le Belgian Liberator

Chaque année, c’est en septembre que la Belgique célèbre l’anniversaire de la libération du pays du joug nazie pendant la seconde guerre mondiale. Il y a 75 ans, les citoyens belges accueillaient les premiers libérateurs Alliés après quatre années d’une dure occupation …

J’ai découvert qu’un monument représentant un motard américain sur sa WLA avait été inauguré à Rumes / La Glanerie, en Belgique en 2009 … Je n’en revenais pas ; jamais je n’avais entendu parler de cette étonnante sculpture… à moins de cinq heures de (petites) routes de chez moi. Je devais absolument voir ceci de mes propres yeux : un monument commémoratif dédié à ma marque favorite de motocyclettes et un grand (petit) fait historique quasiment inconnu du grand public …

Rumes / La Glanerie est un très petit village non loin de la frontière franco-belge (à moins d’une heure à l’est de Lille) qui a été « libéré » par un motard pilotant une Harley Davidson WLA appartement à la seconde division blindée américaine (la fameuse 2nd Armored Division dite “Hell on wheels”) début septembre 1944…

Quand le motard réalisa qu’il avait franchi la frontière il fit demi-tour car il n’était pas supposé être si loin en avant de son unité en ce samedi 2 septembre 1944, vers 9 heures du matin. Mais ce petit “incident” fit de lui le premier américain à entrer en Belgique ce jour-là …

Officiellement, le Liberator le plus célèbre en Belgique (commémoré tous les ans dans la ville de Peruwelz), est James Carroll du 628ème Chasseur de Chars (628th Tank Destroyer) qui fût le premier GI à entrer dans ce village le 03 septembre, c’est-à-dire le lendemain seulement de l’intrusion à la Glanerie. Une photo de James Carroll sur sa WLA, acclamé par une foule en liesse à Peruwelz ce 03 septembre 1944, est assez connue d’ailleurs…
Harley-Davidson a produit de l’ordre de 70.000 WLA et WLC pour la US Army et ses alliés durant la seconde guerre mondiale…

Ces motos furent surnommées en Europe “Liberator
A l’occasion on se souviendra aussi d’une autre photo de la première Harley-Davidson entrant en Allemagne à la fin de première guerre mondiale, celle du caporal Holtz sur son side-car, le first Yank to enter Germany at the end of the Great War

Donc, Belgique, me voici, en route pour un petit week-end de trip hivernal aller-retours de l’ordre de 900km / 560 miles…

La « libération » de la Belgique débuta la veille du jour ou James Carroll entra dans Perulwez, le matin du 02 septembre … quasiment par accident. En fait, lorsque ce motard eut traversé une petite rivière (l’Elnon) à l’entrée de La Glanerie, il remarque un villageois agitant un drapeau tricolore noir, jaune, rouge …

Après avoir demandé au villageois pourquoi il n’avait pas un drapeau bleu, blanc, rouge, il comprit qu’il avait été trop loin et qu’il avait quitté le territoire français. Il fit immédiatement demi-tour, n’ayant pas reçu l’ordre de passer la frontière. Il sera suivi, une demi-heure plus tard, par une jeep puis, vers 11 h 30, par les engins lourds de la même unité : le 82e bataillon de reconnaissance de la division Heel on Wheels. Ces éléments appartiennent à la 1ère armée du général Hodges qui, avec la 3ème armée de Patton, forment le 12e groupe d’armées…

Fait surprenant et finalement assez incroyable : personne ne connait le nom de ce motard de la Hell on Wheels…

Larmée américaine n’a pas mentionné cet évènement dans ses archives. On trouve simplement sur le Net une photo mise en ligne par un homme dont le père, Zeke DeVane, qui était pilote de WLA se souvenait avoir « libéré » une ville en Belgique ou aux Pays-Bas où il se souvenait avoir été le premier soldat US à arriver sur place. Mais l’homme n’est pas sûr de lui…

Même si effectivement la photo sur laquelle on le voit avec sa moto fait sens : on y distingue bien le marquage distinctif de la 2nd Armored Division sur le garde-boue.

Le lieu où se trouve cette superbe sculpture n’est pas aisé à trouver. Etant installée dans la campagne belge, très à l’écart des axes principaux, presque au milieu de nulle part c’est un challenge très excitant que d’essayer de la localiser. On peut aisément tourner un peu dans le coin avant de trouver ce petit trésor…

L’artiste qui a produit cette œuvre très détaillée (résine qui imite le bronze, l’effet est spectaculaire, même à quelques mètres on ne fait pas la différence) est un belge dénommé Erik Dupon qui vit à une quarantaine de kilomètres de Rumes / La Glanerie. Il est né en 1944, l’année même où se déroulèrent les faits…

Mais une bonne histoire ne va jamais sans quelques polémiques.
Les unités qui, ce matin-là, pénètrent à La Glanerie sans coup férir et prennent contact, vers 11 h 30, avec les résistants seraient même les premières troupes américaines entrées en Belgique qui ainsi marquèrent le début de la délivrance du pays, selon un arrêté du Régent du 22 mai 1945 qui cite les GI de la deuxième division blindée à l’ordre du jour de l’armée belge…

Ce texte, sur la foi duquel les autorités communales de Rumes firent graver en 1984 une plaque commémorant l’arrivée à La Glanerie des premiers Américains entrés en Belgique, est toutefois contredit, depuis novembre 1948, par un document provenant du centre de recherches historiques attaché aux quartiers généraux du commandement européen de l’armée américaine.

Les premières troupes américaines, écrit son responsable, le colonel Harry Larter, ont pénétré en territoire belge aux environs du village de Forge-Philippe. En particulier, les unités de reconnaissance de la neuvième division d’infanterie, 7e corps, de la 1re armée U.S. ont franchi la frontière belge près de Forge-Philippe à 11 h 07 (soit à 9 h 07, heure locale) près de Rongy…

Un habitant de Forge-Philippe prétendra même avoir rencontré au Long Wez, le vendredi 1er septembre, à 19h30, une jeep occupée par quatre voltigeurs de la neuvième division U.S.…

Sauf à considérer que le demi-tour d’un motocycliste distrait constitue une libération en bonne et due forme de La Glanerie, ce samedi-là, il aurait donc été coiffé sur le poteau frontalier par l’avant-garde de la neuvième division d’infanterie qui investit Cendron (Momignies), à une douzaine de kilomètres au sud-ouest de Chimay: ici aussi, une plaque commémorative rappelle l’événement…

Une belle querelle de clocher, comme nous les aimons nous aussi en France.

Ride hard, stay humble and learn everyday!!

Quoi qu’il en soit, ce fût une très belle balade …

L’Hervé, your Berrichon friend

Ace Café : ride with the Rockers to Brighton (3)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Ainsi donc, ce dimanche matin, retour à l’ACE CAFE pour un breakfast bien gras parmi les bikers et autres rockers anglais sous un magnifique soleil londonien … La journée promet d’être belle …

L’objectif du jour est de rejoindre Brighton avec plusieurs centaines de motards qui participent eux aussi a cet évènement annuel, le BRIGHTON BURN-UP

Ce matin là donc, le pasteur du fameux CLUB 59 est présent. Le Father Sergiy Diduk a été nommé vicaire du club en juin 2018 … Bénédiction dominicale assurée donc !!

Ainsi que le maire de l’arrondissement de Brent (où se trouve l’ACE CAFE), natif du Nigéria, le Councillor Ernest Ezeajughi, élu en mai dernier …

Ils vont donner le départ du ride vers Brighton (dans une joyeuse pagaille) aux côtés des organisateurs  …

Et là, deux grosses (décevantes) surprises … la pagaille est telle que presque 500 bikers quittent ensemble l’ACE CAFE, sans aucun accompagnement (pas d’ouvreurs, pas de serre-file, aucune indication de trajet) et contrairement à ce que l’ami Nicholas et moi avions espéré, le trajet ne se fait pas par les fameuses petites routes de la verdoyante Angleterre ensoleillée en ce beau Sunday morning mais par  … l’autoroute.

L’horreur !!!!

Naturellement, arrivés sur la bretelle d’accès autoroutière, imbroglio monstre au milieu des wouatures et bien évidement, ça n’a pas raté, une moto et son motard par terre au milieu du trafic, ça fait 5 minutes que nous roulons … ajoute à cela que le motard anglais roule comme un dingue (ce jour là en tous cas) et nous comprenons pourquoi la veille nous avions trouvé que les caisseux locaux n’appréciaient les tarmo’ …

Je te laisse imaginer une autoroute en sortie de Londres un beau dimanche matin en direction de la côte … l’enfer : embouteillages, travaux, chaussée pourrie et des bikers anglais déchainés qui roulent comme des frapadingues … le ride vers Brighton donc est complètement raté  …

Enfin, ceci dit, une fois arrivé, le site est simplement exceptionnel … surtout sous un pareil soleil …

Rendez-vous sur Madera Drive, entre la route de bord de mer et la plage … le lieu est remarquablement bien choisi et vraiment agréable …

Et les quelques milliers de motards présents (venus de toute l’Angleterre / l’Europe) sont enchantés de retrouver ici …

Tous les tenants de la culture Café Racer, Mods, Rockers sont rassemblés en ce lieu des plus plaisants ce début septembre …

Faire plus British, c’est impossible !

L’un des nombreux stands où se laisse admirer l’un des scooters vedettes du film QUADROPHENIA (avec cet acteur inconnu, un dénommé Sting en 1979 – les fans des WHO connaissent ne t’en fais pas) …

Les plus belles motos du genre sont là …

Et quand elles ne sont pas anglaises …

… elles ont un look qui s’adapte parfaitement à l’ambiance générale …

Le tout dans un décor de carte postale …

… pour vieux rockers nostalgiques peut-être mais sur deux roues certainement  …

En fin de journée, direction les hauteurs nord de Brighton pour retouver une sympathique auberge au charme typiquement anglais et au parking particulièrement bien achalandé …

Une bonne nuit de sommeil …

… et en ce nouveau lundi matin, on the road again, pour rejoindre Douvres, encore une fois par l’autoroute … sous des trombes d’eau cette fois-ci, à te faire croire que tu n’as fait que rêver la journée précédente …

Tu connais certainement ces conditions de pluie au cours desquelles la combarde ne te sert plus à rien … ta seule certitude étant que lorsque tu vas t’arrêter, toute cette eau, tout ce cuir détrempé et ces gants que tu vas devoir enlever (et remettre) vont te pourrir le reste de ta journée / ton trajet … Biker life !!!!!! 

Naturellement, sur le bateau, tu vas tout faire pour tenter de faire sécher le tas de loques qui pue le chien (de la route) mouillé qui te servent de fringues  …

Après 40 années de deux roues motorisées je reste un éternel pôv’ naïf … Bien évidement, rien n’a séché …

Nous n’étions pas les seuls à faire sécher le linge, l’espace réservé aux motocyclettes sur le pont du ferry ressemblait à un camp de clochards de la route …

Finalement, chance, de retour sur les routes gauloises la météo sans être fantastique nous a épargné averse et autre pluie jusqu’à Paname …

Bon, conclusion de ces quatre British days : c’était top, on y retourne en 2020 !!!

Tu viens avec nous ?

Aller, la bise mon titou !

L’Hervé, your Berrichon friend.

STURGIS BIKE WEEK 2019 au BUFFALO CHIP


Hervé

Bonjour copain (et copine),

J’ai eu l’immense plaisir de participer à nouveau cet été à la bike week de STURGIS, 79ème du genre ; dont la date officielle d’ouverture était fixée au 02 août (elle s’achevait le dimanche 11 août) …

Départ de bon matin de Denver (Colorado), plein nord à travers le Wyoming pour rejoindre le Dakota du Sud … c’est tout à fait jouable dans la journée (600km). A condition bien sûr de bien se souvenir que sur la 85 Nord, entre Lusk et Newcastle (presque 200km) il n’y a aucune station service. J’ai oublié ce « petit » détail et donc failli tomber en panne d’essence pour la première fois de ma vie sur deux roues. J’étions pô fier au milieu de ces plaines désertiques … heureusement traversées par des milliers de bikers … toujours prêts à filer un galon d’essence à un pauvre gaulois en (presque) panne et vexé comme un poux …

Mon ami David Uhl m’avait prêté son Springer 2005 au réglage moteur si particulier qui associe confort, puissance et fiabilité. Du bonheur sur pneumatiques que de gommer le bitume sur ce brélon …

David de son côté se rendait à Sturgis comme chaque année pour y installer deux stands sur lesquels, avec son équipe …

… il rencontre ses clients (fans devrais-je dire)

Il expose à DEADWOOD et au BUFFALO CHIP à STURGIS

Cerise sur le paquebot, cette année j’étais accueilli sur place par mon amie Marylin STEMP (la proprio’ du magazine IRON TRADER NEWS : https://irontradernews.com ), qui est en charge de l’organisation d’une partie des festivités du fameux BUFFALO CHIP… ce qui m’a permis de voir les coulisses de toute cette immense organisation …

Mais késako ça le BUFFALO CHIP  dont je te ressasse les oreilles depuis  5 minutes???

Le BUFFALO CHIP, situé à la sortie ouest (en direction de Fort Meade) de STURGIS est  un camp / camping qui peut accueillir plusieurs dizaines de milliers de bikers …

C’est un lieu de légende pour tous les bikers américains

Ici, pendant presque deux semaines vont se dérouler bike-shows …

… courses du championnat US de flat-track, …

… stunt, essais / démo’ …

…expositions des plus belles machines du moment.

Souviens-toi du post que je t’ai proposé il y a quelques semaines sur l’exposition de Michael LICHTER : lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2019/05/26/michael-lichter-prepare-une-nouvelle-exposition-pour-la-sturgis-bike-week-2019/

… concerts géants tous les soirs … La scène a vu défiler sur ses planches STYX, Dee Snyder, Keith Urban, Toby Keith, Snoop Dog et bien d’autres. Programmation de très bon niveau et non-stop tout au long de la semaine (les plus grands groupes rock américains passent au BUFFALO CHIP au moins une fois dans leur carrière). Chacun de ces concerts réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes …

… et où bars, restaurants, exposants accueillent motards, touristes et autres curieux, seuls ou en famille …

Et comme le lieu est privé, inutile de préciser que … la nuit venue, les excès en tous genres y sont … nombreux et variés …

Cette photo ci-dessus, je peux te la montrer, ça n’est pas le cas de toutes …

Fréquentation titanesque, le BUFFALO CHIP se transforme littéralement en ville – éphémère – de plusieurs dizaines de milliers « d’habitants », on ne sait jamais exactement combien …

J’y retrouvais aussi mon ami Jack McIntyre l’un des photographes accrédités du lieu (à l’issue de la semaine ce sont plusieurs dizaines de milliers de photos prises) qui me logeait dans son R.V.

Pour ce qui est de notre camps de base, où je retrouvais quelques connaissances américaines, nous étions idéalement installés au cœur du dispositif …

Comme tu peux le constater, c’est du lourd dans l’escadrille …

Un seul inconvénient : impossible de dormir avec le barouf ambiant permanent around the clock

Va voir ici ce qu’est le BUFFALO CHIP, véritable institution / poumon au cœur de la bike week de Sturgis : https://www.buffalochip.com/HOME/Why-The-Chip

Fidèle à sa réputation le BUFFALO CHIP a été une fois encore formidable en 2019. Une vraie ambiance, absolument unique : la famille bikers / master builders s’y retrouve …

… avec plaisir et décontraction en une joyeuse pagaille colorée !

Bravo à l’organisation !

Si tu veux admirer les bécanes, les bike-shows, l’ambiance, les bikers, les concerts, les expos jette un œil sur le travail photographique de Jack sur le lien suivant : https://bikerpics.smugmug.com/STURGIS-EVENTS/2019-STURGIS-MY-FAVORITE-SHOTS/

Bah wouiche, comme j’étais avec les organisateurs / photographes j’ai pu tripatouiller pratiquement toutes les mobylettes qui me passaient à portée de fesses … et faire plein de chouettos photos … notamment avec quelques célébrités du milieu custom US …

Ma copine Jessi COMBS (qui allait se tuer au volant de son bolide quelques semaines plus tard sur le grand lac salé) …

Mon pote Brian KLOCK (j’adore le travail de cet homme et de son incroyable famille) …

Avec mister vintage himself, Billy LANE (il a, ces deux dernières années, littéralement relancé les courses en anciennes à Daytona à lui seul) …

Et l’un des plus fameux show-bike, toujours par Jack, celui du RAT’S HOLE :
https://bikerpics.smugmug.com/STURGIS-EVENTS/THE-2019-RATS-HOLS-CUSTOM-BIKE-SHOW/

Impossible de tout te montrer, c’est trop énorme !

« Welcome Home » était le thème de cette année et c’est exactement l’impression que nombre de participants ont éprouvée : être de retour chez eux en terre de biker … oui, je sais, écrit comme cela, ça fait un peu neuneu … et pourtant !

Avec une météo qui a été parfaite (à peine quelques épisodes pluvieux espacés – il valait mieux ne pas avoir oublié lunettes et couvre-chef), aucun des méga concerts, spectacles ou concours n’ont été interrompus. Les journées ont été chaudes et ensoleillées, les nuits fraîches et agréables …

Ainsi donc le BUFFALO CHIP permet aux bikers, quand ils ne « rident » pas dans les Black Hills ou Bad Lands, de pouvoir faire la fête toute la journée / nuit totalement à l’écart des autorités locales qui, à l’extérieur, veillent strictement à la conduite des motards et « allument » à tour de bras …

Aucun écart de conduite n’est toléré (comme partout aux USA d’ailleurs) par le bureau du shérif sur les routes aux alentours proches de Sturgis, les amendent pleuvent littéralement. 199 arrestations annoncées officiellement cette année, en hausse par rapport à 2018 : ce qui est finalement assez peu au regard des quelques 700000 mille participants qui veillent à maintenir une ambiance des plus conviviales…

L’autre lieu proche de Sturgis qui est un point de passage obligé, est la ville de DEADWOOD (j’ai déjà décrit tous les sites alentours, tu peux relire cela en te rendant ici : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2015/01/26/sturgis-bike-week-9-deadwood-ville-de-legende/ )

La rue principale est toujours aussi agréable à remonter / descendre (woui, ça marche dans les deux sens). Sur le trottoir de droite, en haut, au Gold Dust Casino tu ne manqueras pas d’aller admirer / saluer DAVID UHL qui travaille et expose ses peintures (Va voir son travail ici : https://www.uhlstudios.com )

Cette année, il inaugurait spécialement pour la bike-week une série totalement nouvelle (par rapport à ce qu’il propose habituellement), dans le genre univers Mad Max /  motard post apocalyptique. L’accueil du public a été excellent.

Et pour finir, c’est d’ailleurs surtout pour cela que l’on vient ici, les routes sont magnifiques et le sentiment de liberté qui s’en dégage est absolument unique
(wouiche, je sais, j’ai pô de gants ni de kaskeu … c’est pô bien, faut pas faire ça)

Et bien évidement, ne surtout pas z’oublier de faire l’acquisition du patch qui va te permettre de faire l’arrogant-suffisant tout au long de l’année auprès des ceusses qui eux n’y étaient pas les pôvreux …

Aller la bise mon titou, on se retrouve à Sturgis pour la 80ème édition en 2020 qui, comme le veut la tradition tous les cinq ans, promet d’être un cru exceptionnel !!

L’Hervé, your Berrichon friend.

Daytona Bike Week 2019 : la moto officielle (1)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, comme tu es un motard averti, tu sais que la Daytona Bike Week 2019 bat son plein …

 … et que je ne vais pas résister à t’en causer un p’tit peu …

Commençons par le début : le brélon officiel de l’évènement, ou encore très exactement le bien dénommé : Grand Prize

La moto officielle de la Bike Week 2019 est cette année une Harley-Davidson FXLR customisée de 2018 …

A noter que les organisateurs précisent que cet engin n’est pas conforme à la réglementation californienne …Zutalor, c’est ballot !

C’est le grand BRIAN KLOCK le boss de KLOCK WERKS qui a commis la chose cette année (son logo, le fameux Ace of Spade, est reconnaissable sur le filtre à air).

J’adore le travail de ce master builder qui se trouve en plus être un type très sympa …

Avec BRIAN et LAURA KLOCK à Sturgis, j’avais écrit quelques articles sur eux, notamment ici pour le NEWYORK RIDER MAG’ …

Laura est aussi une grande championne de vitesse, elle a déjà couru sur le grand lac salé  … et leur filles  …tout pareil … quelle magnifique famille !

C’est dans le magazine AMERICAN IRON que tu trouveras tous les détails sur les spécif’ de l’engin …

Il ne te reste qu’à faire l’aquisition dudit mag’ …

Sinon tu peux lire (en anglais) une petit interview de Brian Klock ici où il dévoile qu’en plus de sa cosmétique, l’engin a un peu été vitaminé :

https://officialbikeweek.com/read-blog/2019-Official-Bike-Week-Motorcycle-Builder/

Alors pourquoi, au-delà de son esthétique (qui me plait beaucoup), cette motocyclette est-elle si intéressante ?

Et bien parce que, comme tous les ans, elle fait l’objet d’une loterie dont elle est le Grand Prize. YES !

Donc mon titou, il te reste deux choses à faire :

  • foncer à Daytona t’acheter un billet pour participer au tirage au sort et gagner cette beauté orange,
  • ne pas aller rouler en Californie puisque la bécane n’y est réglementairement pas autorisée mais la ramener vite à Paname, nous irons la roder du côté de Vierzon toi et moi …

Aller, la bise, bonne bike Week

L’Hervé, your Berrichon friend

Souviens toi de Sturgis 2018 … Petite mise en condition hivernale pour l’édition 2019 !!


Hervé

Bonjour copain (et copine),

C’est l’hiver, mais bien sûr, ça ne nous empêche pas de rouler, car nous sommes de vrais motards après tout …

Cette semaine pour le boulot c’est scooter sous la neige …

Et ce week-end, pour la détente …

C’est 600km de pluie, neige fondue et nuit qui arrive trop vite  … cool !

Alors pour se remettre un peu de soleil dans la tête et bien se conditionner pour les prochaines vacances à les z’USA, revisionnons-nous la vidéo officielle du STURGIS BUFFALO CHIP 2018. Yes !!!!Si tu as manqué le célèbre festival de musique et moto 2018 du STURGIS BUFFALO CHIP, aucun mot, aucune phrase ne saurait exprimer ce que tu as raté…

Ou peut-être des mots comme Holy flat-trackin’, dragster driftin’, tire roastin’, Dirt-riotin’, Moto-Stampedin’, guitar-shreddin’, rock-n-rollin’, mini Gamblers et Batman pourraient s’en rapprocher …

Heureusement, la vidéo suivante va, tout en vrac, te faire un (tout) petit résumé des moments forts de l’événement …

Un clic ici : https://youtu.be/RDI5Td3kdhQ

Woui, je sais, cette dernière photo va certainement me valoir un ou deux commentaires outrés … pourtant au pays de Donald la Trompette, des télé-évangélistes et des flingues dégainés au nom du second amendement, Strugis revendique totalement ce positionnement … pour le plus grand plaisir du presque million de bikers (et bikeuzeuuuux) qui s’y retrouvent tous les ans …

Allez, la bise mon titou

L’Hervé your Berrichon friend

Daytona Bike Week 2018 : painting tribute par David Uhl


Hervé

Bonjour copain (et copine),

tu es certainement au courant qu’en ce vendredi 09 mars 2018 a officiellement débuté la 77ème Bike Week de DAYTONA / Floride …

Daytona-Bike-Week-2018

A mon grand dam je ne peux m’y rendre cette année, ce qui ne m’empêchera pas de suivre cet évènement via les médias et les amis qui, eux, ne manqueront ça pour rien au monde … Lucky them !!!

Et notamment mon ami David UHL qui exposera son artwork painting à Ormond à la sortie de la concession Harley-Davidson ROSSMEYER

 imagesB

Daytona Dippin’ 

Et comme chaque année David proposera au public une peinture célébrant l’évènement dans la série Daytona Commémorative

in-the-gallery-at-bike-week-2010

Jeff DECKER et David UHL en 2010 sur le stand qu’ils partageaient à Ormond pendant la bike week quand j’ai fais leur connaissance (la photo n’est pas de moi)

Pour mémoire tu te rappelles que David Uhl diffuse son art notamment par le biais de série de peintures : Steampunk Ladies, Sturgis / Daytona Commemorative, Woman of Harley-Davidson, the Graceland Project, Across America,

med_3496_Ruby

Souviens toi de la magnifique The Women of Harley Davidson lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/01/27/motorcyle-painting/

Pour ce qui concerne la série commémorative de Daytona, elle a commencé en 2003 avec The Witness

sm_3526_The_Witness

Une œuvre unique créée pour commémorer la célébration du 100e anniversaire de Harley-Davidson à Milwaukee. Son titre (en français, Le Témoin) fait référence à un vieux motard, qui visiblement est imprégné de l’histoire de la Motor Company (la MoCo) ainsi que la fête de Daytona qui la célèbre …

Avec cette œuvre d’art, les Uhl Studios inauguraient une nouvelle approche pour sa sortie. Des tirages de la peinture originale ont été offerts à un prix inférieur à la normale pendant la durée de la bike week. A l’issue, l’œuvre n’a plus jamais été reproduite, protégeant ainsi la valeur de l’investissement des acheteurs. Oui, c’est de l’art et du business …

med_3425_Censored

Censored 1933

L’idée ayant très bien fonctionné auprès de la clientèle, il fût alors décidé de la poursuivre à l’occasion des deux évènements biker majeurs que sont la Daytona Bike Week et le Sturgis Rallye.

david-uhl-censored-1933-harley_1_37490381d91645db064bdd00bcff28c7

C’est ainsi qu’en 2005 David va proposer une peinture intitulée Censored 1933 d’après une photo d’archive qu’il avait dénichée ; qui était à l’origine une séance photographique publicitaire sur les rives du lac Michigan (qui serviront ainsi de référence à la fameuse plage de Daytona). A l’époque, cette photo n’avait pas été retenue pour la publicité car les deux jeunes femmes qui servent de modèles ne posaient pas et avaient été à cet instant précis photographiées au naturel. Leur attitude unposed rendait le cliché impropre à la publicité, mais parfait pour la peinture …
lg_3495_Rhumble_Fish
 Daytona 2006 fût célébré avec Rumblefish.
Un biker qui passe outre les restrictions locales et pêche certainement sans permis dans la rivière Halifax ….
lg_3469_Buried_Treasure
 En 2007, la Daytona bike week est fêtée avec Buried Treasure, où en 1926 un bon samaritain tente d’aider une jolie jeune femme sur la plage …
lg_3449_Babe
En 2008, c’est Babe, une interprétation personnelle par David de Babe Tancrede qui remporta la Daytona 200 race en 1940 …
d6eb5e624c8ddcd1d1b5c3045b1de739
Hommage à tous ces racers qui ont fait la renommée de Daytona …
sm_7728_Daytona_Ink
Avec Daytona Ink en 2009, c’est Elizabeth, l’épouse de David qui lui sert de modèle sur la célèbre jetée de Daytona …
6fb38246778f74b7612a6af514a38633--toledo-ohio-motorcycle-art
 David a régulièrement peint son épouse au fils des années …
du-rebel-yell
En 2010 avec Rebel Yell David voulait illustrer l’esprit de la bike week du point de vue d’une bande de gosses, le cœur libre, rejetant les interdits, un peu imprudents et tellement heureux. La scène se déroule dans les années 40, derrière eux on aperçoit l’archétype du biker de l’époque. Un vétéran de retour de la guerre, attiré par les rallyes moto et l’excitation des courses folles sur la plage. Bien sûr, tout le monde dans la région était affecté par cette énergie, ce bruit, cette ambiance, en particulier les jeunes garçons faisant échos au climat d’euphorie générale …
39df75c0959ab34b99b37b0850b45d7f-682x1024
 Ready to rally
C’est en 2011, année anniversaire symbolique pour la bike week de Daytona (70ème anniversaire), que David Uhl s’aperçoit qu’il n’a jamais peint jusqu’alors quelque-chose qui soit spécifique à ce que l’on peut croiser dans les rues lors de l’évènement … Il peint alors Ready to rally (une nouvelle fois le modèle est Elizabeth son épouse – quand tu la connais, c’est incroyable ce que cette peinture lui ressemble), une motarde devant la concession Harley-Davidson Rossmeyer de Daytona qui nettoie une dernière fois son 1340 avant de prendre la route …
sans-titre
 Above the law
S’étant rappelé une ancienne photographie en noir et blanc, en 2012, et voyant qu’elle était très populaire sur le Net, David la transforme pour nous proposer cette scène qui se déroule cent ans plus tôt en 1912 …
above-the-law-reference
… Hommage à toutes ces femmes qui ne se conforment pas à la règle  …
daviduhldaytona2013painting
Wing and a prayer 
2013 nous ramène dans les années vingt avec un Dale Walksler (sur l’échelle), transformé en cascadeur des années folles …Peu ou pas connu en Europe / France, il est présentateur télé et fondateur du fantastique Wheels Through Time Museum
sans-titre
 En 2015, David Uhl va produire deux œuvres pour commémorer la bike week …
CHdi10s
D’après cette photographie de 1922 il va peindre Lucky dog
Où l’on retrouve une fois encore cette volonté de rendre hommage aux femmes …
4a54c4b683482a321438049ff4eec109--bike-art-motorcycle-art
Et une seconde peinture où l’on peut admirer toute la maitrise de l’artiste dans son rendu des reflets et le réalisme de son travail …
5693dd166974c8ac469fa69536c650d6
Spring break
Cette huile est inspirée d’une photographie prise par Michael Lichter (célèbre photographe américain à qui l’on doit de très nombreux clichés de motocyclettes, hot-rods, évènements biker), ami de David …
0000bike
L’idée était ici de proposer un rappel des couleurs si spécifiques de la Floride dans un style le plus réaliste possible afin d’entrer en résonnance avec une autre oeuvre intitulée :
Autumn Knuckle
sm_9558_Autumn_Knuckle
Retour à l’esprit de la peinture expressive en 2015 avec l’accentuation de l’impression de vent et de mouvement. La peinture à l’huile est le moyen idéal pour peindre des figures ou des mouvements, elle permet d’altérer les bords et d’empêcher les figures d’être des découpes « rigides cartonnées ». Elle fournit également une profondeur et une dimension inégalée avec d’autres médias …
sm_14938_Daytona_Duel
Daytona duel
2016 a marqué le 74ème anniversaire de la Daytona Bike Week. David compose à cette occasion deux pièces pour commémorer l’événement. Love Triangle est l’une de ses œuvres préférées. En 2015, il avait participé à la Race of Gentlemen à Wildwood, dans le New Jersey, et photographié plusieurs belles motos et voitures …
DSC_6137-970x593
L’engin à la superbe patine est  la propriété de Mike Silvio …
12771541_10153428253007475_8838192008162425888_o
 Love triangle
La seconde oeuvre, 75th and Main est une pièce très impressionniste, montrant une scène que beaucoup de participants à la Bike Week ont vécu au fil des années …
56562fe9753e6d1529b4c686eacc63ee
75th and Main
Cette œuvre, par l’atmosphère qui s’en dégage est une de mes préférées de David Uhl … Avec celle intitulée Modesto Motorcylce Club
modesto_motorcycle_club
Œuvre extraite de la série Racing and Hill Climb
J’aurais appelé cette scène Un dimanche à la campagne
David aborde 2017 par une approche totalement différente. Cette fois-ci, il illustre le début du voyage vers Daytona. La moto encore « dans son jus » mais qui fonctionne toujours parfaitement et son vieux biker sont prêts à partir …
28871846_10155406709137475_1432641407356502016_n
Still kickin’

David avait demandé à ses fans de l’aider à trouver un nom à cette œuvre. Après de nombreuses heures de délibérations difficiles avec son équipe, une fois que plus de 1200 personnes aient fait une proposition, Still Kickin’  suggéré par Jeffrey Quesenberry a été retenu …

Et enfin, en ce mois de mars 2018, retour à Daytona et ses plaisirs de la plage. La route a été longue, il est temps d’aller piquer une tête …
6566
Daytona Dippin’
A savoir que David réalise un petit exploit physique avec cette œuvre. Blessé depuis quelques temps il a peint cette œuvre de sa seule main gauche. Artiste ambidextre …

Tu peux voir ici toute la série Daytona de David UHL :

http://www.uhlstudios.com/fine-art/collections/daytona-commemorative/?id=26

Et si tu ne te rends pas à cette 77ème Daytona Bike Week 2019, MOTOMAG te propose le bouquin qui va bien pour tout savoir sur cet évènement mythique  : http://boutique.motomag.com/livres-romans-moto/989-livre-ma-daytona-bike-week-a-moi-de-herve-rebollo.html

989-4474-thickbox

Allez, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend

2018-bike-week-logo1

Mazda Harley Davidson 1600cc ?


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Quand il s’agit de créations mécaniques, les japonais n’ont plus rien à prouver … et pourtant, années après années ils ne cessent de nous surprendre …

Mag

Voui, voui, c’est bien un V-twin Harley-Davidson qui motorise cette micro car …

Kens-Vactory_Big-Twin_Mazda-3

A titre d’exemple rappelle toi ce post que je t’avais proposé il y quatre années de cela :

lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/02/24/electra-harley-davidson-figurine-a-lechelle-1/

Tu vois au quotidien rouler dans les rues de Tokyo (où j’ai eu la chance / le plaisir de me rendre plusieurs fois) des autos / motos / scooters absolument incroyables …

mg_7996

On y trouve même une « sous-culture » Harley Davidson très vintage (n’oublie pas que la MoCo a produit au Japon des motocyclettes, sous licence, dans deux usines jusqu’en 1937)

ml

Mais, connais-tu KENJI NAGAI le fondateur de KEN’S FACTORY à Nagoya ?  

 Ken Nagai

Voir le site kens-factory.com/

 KN logo

 Ken Nagai est un master builder japonais, un touche à tout qui s’intéresse à la motocyclette comme à l’automobile. Et pour ce qui est de la moto il ne se cantonne pas uniquement à la customisation de modèles de la marque HARLEY DAVIDSON. On lui doit aussi quelques belles réalisations avec d’autres marques comme YAMAHA ou par exemple un travail sur base BMW qui a fait sa renommée internationale …

K1600 GTL

En 2015 KENJI NAGAI se penche sur le cas de la BMW K1600 GTL … no comment !!!

header_logo2016

Au Japon comme un peu partout dans le monde, la plupart des amateurs de motos personnalisées sont aussi des amateurs de voitures …
sans-titre
Et bien évidement, ce ne fût qu’une simple question de temps avant que l’un des clients de Ken ne le défie (courant 2017) sur un projet de voiture avec ADN moto. Réticent d’abord, mais la demande venant d’un ami très proche, Ken a accepté de démontrer que sa philosophie de conception de motos personnalisées (son gimmick étant Details Create Style) pourrait être couronnée de succès sur la base d’une modeste …MAZDA CAROL 1962 …
 Mais c’est quoi ça une MAZDA CAROL ????!!!!maxresdefault
Bin wouala, c’est ça …une micro car japonaise des sixties …
Dans les années 60 la Mazda Carol est une voiture dite « Kei » ou plus précisément une  keijidōsha (軽自動車, véhicule léger), ou « K-cars » en anglais (parfois appelées « Midget » en français …

1-featured-672x372

La CAROL est la première 4 portes de Mazda et était à l’origine propulsée par un petit moteur à quatre cylindres de 358 cm3 à l’arrière. Étant donné que le moteur d’origine est à l’arrière, il y a beaucoup d’ouvertures et de grilles pour lui permettre d’évacuer efficacement la chaleur …

Kens-Vactory_Big-Twin_Mazda

Ken a donc choisi d’exploiter cet aspect de la Mazda … Sa culture et son savoir faire de customiser moto l’ont directement conduit à vouloir utiliser un Twin Cam H-D 1600 cm3 dans cet environnement où il aurait beaucoup de place pour respirer …

Carol 3

Et pour améliorer ladite respiration, des prises d’air ont été créées au-dessus des ailes arrière bulbeuses, assurrant ainsi un flux d’air constant dans le compartiment moteur (‘fectivement, avec un moulbif pareil, vaut mieux pas confiner vieux gars parce qu’au bout de la ligne droite c’est feu aux fesses garanti sinon …) …

Kens-Vactory_Big-Twin_Mazda-7

Pour l’interface à l’intérieur de ce minuscule véhicule, Ken a adapté une transmission  Volkswagen

Et c’est parti mon Kenji !!!

Carol 2

La base  de départ …

Les détails qui donnent une apparence unique à cette Carol commencent avec le traitement de la caisse, l’élargissement des ailes et la pose de jantes billettées …
Kens-Vactory_Big-Twin_Mazda-4
 Mais de nombreux autres, moins visibles, viennent compléter l’aspect purement esthétique … freins haute performance, polissage du moteur, un sous-cadre double wishbone, pièces de hot rod et sièges rembourrés en cuir noir. Tout cela se traduit par une voiture moderne rétro classique carrément addictive pour les yeux dés le premier regard …
sans-titr
Nous sommes au Japon …conduite à droite …
Ken et son pote voulaient créer quelque chose qui serait si incroyable et différent, que tout observateur découvrant la bestiole en aurait la mâchoire décrochée …
26872125_2098569433727036_6047331815536984064_n Objectif atteint !!!
25006224_639456463110400_2048029900689899520_n
Et de show bike en magazines l’engin n’a pas arrêté de faire parler de lui dans les « mileux autorisés » …

Détails et spécifications :

Propriétaire : l’un des meilleurs amis de Kenji Nagai
Ville natale : Tokyo, Japon
Moteur : H-D Twin Cam, 1600cc
Entraînement : transmission 4 vitesses à refroidissement par air VW
Suspension et Châssis: avant Double Wishbone par Ken’s Factory, suspension semi-trailing arrière par Ken’s Factory
Freins : avant /arrière étriers multipiston Wildwood / disque
Roues et pneus : avant, 16 x 7. Arrière, 16 x 8. Colorado Custom « Lazear »
Intérieur: cuir noir et aluminium par Ken’s Factory
Allez, sayonara mata kondo mon titou !!
L’Hervé your berrichon friend

Dyna disciple … j’ai une nouvelle motocyclette


Hervé

Bonjour copain (et copine),

J’ai une nouvelle motocyclette …

YOUPI !!!!

IMG-20171223-WA0010

New year, New bike, same ugly me

Mais avant de t’en montrer plus, laisse-moi te raconter « d’où elle vient » …

Souviens-toi, en 2015 je te parlais de ma seconde participation (j’avais déjà eu le bonheur de m’y rendre en 2014) au FXR show pendant la Sturgis bike week où tout ce que l’Amérique du Nord compte de fondus de ce modèle Harley-Davidson (plus connu sous le nom de DYNA – mais les puristes t’expliqueront qu’un FXR et un DYNA ne sont pas les mêmes motos … voui certes …) se retrouvent pour élire le plus beau FX show bike

sans-titre

Ce show n’est pas très important mais tu y vois une bonne centaine d’engins au look prononcé, absolument étonnant, avec une vraie ligne, un design et un style unique. En général c’est simple : on adore ou on déteste. En ce qui me concerne j’ai basculé côté adoration le matin du 04 août 2015 à 11h48 (woui, c’est précis) …

Tu peux relire ici le post que je t’avais proposé à l’époque :

lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2015/11/04/sturgis-bike-week-2015-dyna-fxr-a-lhonneur/

Je te parlais alors d’une tendance dans le milieu HD aux USA qui est en train de monter et qui concerne un modèle bien particulier le FXR  (et DYNA par « ricochet ») … et ses adorateurs (réunis dans des clubs spécifiques à la limite de la secte : Lane Splitters, Dynalcoholics, Dyna Republic, Dynamite Crew, Dyna Disciples, Innocent Industry… ) …

DSC_0707

 …dont je n’allais pas tarder moi-même à faire partie …

A l’époque, je suivais depuis quelques mois déjà sur un réseau social une moto du nom de JAILBAIT 

dln_blu_dec-25-2014_213

La base est un FXRP (P pour police) de 1990 dont le moteur (et une foultitude d’autres « choses ») a été remplacé par un V-twin S&S 111ci …Vin’ diou la belle bête !!

DSC_0705

Et, hasard total, je tombe sur la bestiole qui participait au show FX cette année là … Noël, Noël, Mont-Joie Saint-Denis !!!!!

Love at first sight com’ i’ disent à les z’Amériques !!

DSC_0710-686x1024

Je fais même connaissance de Daniel Dolan, proprio’ / concepteur, un charmant jeune homme tatoueur de son état à Fort Collins / Colorado … (pour la petite histoire, cette moto est issue d’un lot de 6 FXRP que Daniel avait acheté pratiquement sur un coup de tête quelques temps auparavant … Comme quoi, quand on aime, on ne compte pas) …

Dès ce jour, une idée fixe se colle aux quelques neurones dont je suis l’heureux propriétaire et ne me lâchera plus : je veux un FXR avec le même look !!!

FXRShow_760

En 2017, le plateau rassemblé à Sturgis a été encore plus important … d’année en année ce qui n’était qu’une tendance portée par quelques amateurs est en train de devenir un style qui plait de plus en plus et conquiert de nouveaux motards …

Bientôt en Europe / France ??????????

Regarde un peu ces beautés (oui, oui, on a le droit de détester aussi …) …

fxr-show-sturgis3-4x3

 maxresdefault

DSC_0361

Ainsi donc, me voici en cette fin d’été 2015, de retour à Paname, la tête remplie de projets moto FXR customisés tous plus fous les uns que les zôtres … Super, super, super … Bon, où qu’il est le FXR des familles que je vais bien pouvoir te me dénicher de part chez nous ??? … Pas simple. Ou plutôt si, très simple : i’en a pas !!!! Ou du moins ils sont tellement rares ou en tellement mauvais état que j’aurais plus vite fait de transformer mon ancienne Bleue pour atteindre un résultat approchant le fantasme à deux roues que j’ai en tête …

DSC_0045

Le seul que je trouve (par hasard encore une fois), un modèle de 1984, vient d’être remis à neuf l’été dernier par mon ami le jeune et talentueux Vincent, le fiston de JiPé, lui-même patron de l’Atelier Moto Vermandel (AMV) à Ormeaux en Seine et Marne …

La bête est magnifique, je t’en ai d’ailleurs parlé dans mon dernier post : lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2018/01/28/atelier-moto-vermandel/

DSC_0044

Travail superbe sur une moto rare sous nos latitudes gauloises …

Bon, nous sommes début 2017, je n’ai pas avancé d’un centimètre sur mon projet, juste pu mettre de côté quelques noisettes pour l’écureuil caisse d’ép’ …

1366748222

Trainant mon désarroi chez Borie, concessionnaire émérite Harley Davidson depuis 1946, mon ami Pierrot, le chef d’atelier, me prend sous son aile, me prête une oreille, éponge mes larmes de crocodile … et au fil des rencontres, nous discutons pas mal et tombons d’accord sur le fait qu’un bon (pas) vieux FAT BOB 103 d’occasion fera une excellente base …

5a57

Le FXDL dans sa couleur (douteuse à mon goût) d’origine

Je vends donc mon brélon et fais l’aquisition de l’olive verte métallisée que voici au début de l’été 2017 … Cest parti mon titi !!!

L’idée de départ étant de coller le plus possible à cet esprit FXR show de Sturgis en s’inspirant des lignes des motocyclettes de la police américaine des années 70 / 80 avec leur fameuses / hideuses sacoches noires qui ont fait (ou pas) leur succès esthétique à l’époque …

25010627_133631614084601_1360117981165649920_n

Les polices américianes avaient indifférement adopté ce look sur des modèles Harley-Davidson ou de marque japonaise …

 maxresdefault

Une fois le modèle de la moto défini, il a fallu faire appel aux pièces détachées … qui ne sont pas toutes d’origine Harley. C’est le catalogue DRAG SPECIALTIES 2017 qui va permettre de faire avancer ce projet sur l’aspect ligne et design …

CATALOGUE-2017-FAT-BOOK-DRAG-SPECIALITIES-DRAG-SPECIALTIES-38

Oh, la jolie couverture de catalogue qui fait bien penser à mon projet …

Pour ce qui est des sacoches, c’est aux USA que nous avons été chercher les fameuses VILLAIN 2 HERO … Si belles à mes yeux et tellement laides aux yeux de nombreux autres motards … Ha, ha, ha …

Top5

Pour compléter le tout, une ligne d’échappement « deux en un » MOHICAN DYNA INOX P 05-16  … Qui chante comme un indien des plaines (tout en étant homologué) …

s-l1600

Le modèle ARROW

Petit listing des travaux réalisés :

Pose d’un double sélecteur de vitesse, pose de plateformes, insertion / modification de la ligne d’échappement, de la carto’, du filtre à air, bavette arrière et son éclairage à leds, dépose complète carrosserie, peinture, pose guidon, changement pneumatiques, changement jante avant, passage de la câblerie nouvelle, pose support tête de fourche, dépose fourche, modification tête de fourche, fabrication grilles entrées d’air, époxy des supports de sacoches, modification des supports d’étrier, etc, … Et la liste n’est pas exhaustive …

Quant à la peinture, c’est Mathieu Sergent de MS CUSTOM qui s’y est collé …

20476623_143667172884391_4295466770837698123_n

Il a réalisé un travail technique complexe au rendu absolument superbe …

24785312_176747852909656_2875978214848218053_o

L’ensemble des travaux se sont déroulés sur huit mois  … les sacoches se sont faites désirer très, très longtemps … si j’ai bien compris, il n’y en avait plus en stock, il fallait relancer une production et ceci n’était envisageable qu’à partir d’un certain nombre de commandes … il a donc fallût attendre …

IMG_20171102_122506_215 - Copie

 Le fairing (j’aurais pu dire « le carénage », mais je me la pète) est très laid d’origine dans sa couleur / matière brute …

IMG_20171022_213935_319 - Copie

Mais après l’apprêt peint, c’est de suite mieux …  FullSizeR - Copie

IMG_2423 - Copie

Les spécialistes ou du moins les ceusses qui connaissent le modèle FAT BOB apprécieront la somme colossale de travail (qu’on ne voit pas de prime abord) pour parvenir à ce résultat …

006_fxr - Copie

C’est à partir de là que les sacoches se sont faites désirer … La moto était quasi terminée, roulable … et j’avions pô l’droit d’l’avoir … j’ai passé de mauvaise nuits impatientes en ce mois de décembre 2017 … elles sont enfin arrivées peu après Noël ….

sans-titre

Le brave homme avait bien entendu mes prières (YES !)

C’est ainsi qu’en ce début janvier 2018, je posais enfin mon iron butt sur mon nouvel iron horse 

IMG-20171223-WA0003 - Copie IMG-20171223-WA0002 - Copie

Et que le samedi 20 janvier, j’allais pouvoir tester l’engin sur 400km de routes à sangliers par une météo pas loin d’être désastreuse …

Direction l’ancien circuit de Geux à l’est de Reims, véritable spot à motards parigots, destination idéale pour faire un aller-route dans la journée …

IMG_7232 - Copie

Tiens, relis ce post dans lequel je te donnais un chouette parcours pour rejoindre ce lieu mythique : lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2016/01/04/la-sortie-du-jour-circuit-de-gueux/

DSC_0081 - Copie

Conclusion de ce premier roulage de l’année :

400 km, dont 300 sur des routes bien boueuses / humides – 10 heures de sortie, pas croisé un seul motard. Je te laisse imaginer l’état de propreté de l’engin à l’issue …

 IMAG6525 - Copie

La bulle et les protections plexi des poignées offrent une protection optimale.

La visibilité avant est parfaite et les rétroviseurs placés où ils sont donnent une vision arrière des meilleures.

IMG_7257 - Copie

L’ami Philippe m’avait accompagné avec son superbe Street black mat

La position de conduite, nouvelle pour moi, est agréable, même si après 400 bornes j’avais les épaules « un peu lourdes ». Mais ça reste acceptable.

A l’accélération, au freinage et en glissade / dérapage la moto se comporte parfaitement (la monte pneumatiques n’appelle aucun commentaire).

IMG_7252 - Copie

Aucun coup tordu ou de vice. L’engin est très sain et instaure la confiance.

La poignée d’embrayage a la bonne dureté, la boite de vitesse est très souple (à l’arrêt le point mort n’est pas toujours facile à trouver).

La poignée d’accélérateur est très vive (je n’ai pas l’habitude, je suppose que c’est un coup à prendre. C’est un peu gênant à petite vitesse dans le trafic : beaucoup d’à-coups).

DSC_0133 - Copie

De nuit (suis rentré à 21h30) l’éclairage est bon

Le voyant de 6ème manque sur ce modèle. Le freinage est bon et bien réglé.

020_fxr - Copie

Le Mohican, un peu gênant à petite vitesse mais s’attenue en roulant plus vite, sonne exactement comme il se doit sur une HD avec un moteur qui n’a qu’une envie : y aller !

Le montage de l’ensemble est impec’ : aucune vibration nulle part.

IMAG6504 - Copie

Shooting star … Bientôt dans la presse …

La moto combine esthétique, sureté, confort (bonne surprise ça aussi) et puissance.

 La concession BORIE m’a livré un produit qui dépasse mes espérances.

Allez, à bientôt sur la route !

La bise

L’Hervé your (happy) Berrichon friend

Culture biker : les MC américains et leurs couleurs (2)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu sais que depuis quelques années j’écris tous les mois un ou deux articles pour le NEW YORK RIDER MAGAZINE … Avec ce mag’ tu entres de plein pied dans cette sous-culture (attention un tel qualificatif n’a ici rien de péjoratif) américaine des bikers telle que t’abreuve ton imagination depuis que tu es enfant …

Cover

L’approche est très HDC, beaucoup moins HOG (mais les HOG members sont aussi les bienvenus dans ses pages), un peu MC (autres que Harley), très nationaliste – la grande Amérique, terre des libertés individuelles, qui affiche clairement son soutien aux troupes américaines en opérations dans le monde (Welcome home, Vets!) …
Capture
L’idée : distribuer un mensuel gratuit (financé par la pub locale) à la communauté rider de l’Etat de New-York, dans lequel chacun peut adresser ses propres articles sur sa vie de motard / de club. L’air de rien, selon les mois le tirage se situe entre 10000 et 12000 exemplaires (pour mémoire, cet état compte presque 20 millions d’habitants pour une superficie équivalente à celle de l’Angleterre) …
Capture 2
Mais aussi et surtout le mag’ se veut un moyen de défense des bikers américains et le revendique haut et fort. Et là, grosse surprise : tu n’imagines pas à quel point les autorités (police et FBI) mettent la pression sur les MC locaux. J’ai découvert au fil des mois une situation et une tension qui n’a pas d’équivalent chez nous …
Capture 3
Le mag’ et ses avocats (spécialisés en affaires « motardes » – on les nomment aux USA les motorcycle attorneys – ont en trouve dans tous les états, je t’en reparlerai bientôt) passent leur temps à représenter les motards victimes d’accident, de discrimination et de ce qu’ils qualifient clairement de harcèlement de la part desdites autorités. Impressionnant !
Capture 5
Tu sens que l’ambiance est … « chaude ». Et comme d’habitude, les américains sont très bien organisés pour répondre à la menace. Notamment autours du mouvement Bikers Against Discrimination / B.A.D. que soutient le mag’ …
sans-tit
BAD cherche à mettre fin à la discrimination contre les bikers par tout moyen légal et veut notamment lutter contre l’idée trop répandue en Amérique du Nord selon laquelle tout membre d’un MC ou Patch wearer (Porteur de pacth ) est au mieux un citoyen de seconde classe et au pire un criminel en puissance. BAD estime clairement que cet état de fait relève d’une propagande erronée du gouvernement …
copblock-wallpaper-badges-dont-grant-extra-right-side-by-side
Quant à Carmella Brown (la proprio du mag’) elle déclare que dans les années à venir, elle espère faire la différence dans ce combat pour restaurer les droits constitutionnels des Bikers / Riders …
La volonté est de faire obstacle à certains débordement de la police américaine vis à vis de nombreux bikers / riders … BAD et COPBLOCK ont un peu le même combat et se sont rapprochés sur certaines actions ces dernières années … COPBLOCK est littéralement une organisation indépendante qui « surveille » la police et ses éventuels abus … en ayant un positionnement qui n’est pas « anti-police » …
 CopBlock-logo-
 Jette un œil ici :
On trouve des organisations BAD aussi dans certains pays d’Europe et en France on pourrait dire que son équivalent est la récente Fédération des Bikers de France :   http://www.federationdesbikersdefrance.fr/
Alors oui, bien sûr, vive le droit des motards, riders et autres bikers, veillons bien à nos droits constitutionnels partout dans le monde … Mais ne soyons pas non plus totalement aveugles ou (pire) naïfs : le mouvement one percenter  est assez impliqué dans le mouvement BAD … D’ailleurs, si tu prends garde aux couleurs (et oui, on en reparle à nouveau de ces fameuses couleurs) reprises par ladite Fédération des Bikers de France … (les initiés me comprendrons) …
 Capture 7
Pour revenir au motorcycle show de New-York dont je te parlais il y a deux semaines de cela, là où ça devient comique à mon petit niveau de touriste français, c’est quand je me pointe sur le stand juste à côté de celui du New-York Rider Magazine …
DSC_3750
Carmella Brown (la petite brune), propriétaire du mag’
DSC_3872
 … sur lequel DAVE BROCK le champion MMA des Hells Angels de New-York signait des autographes … (purée je me tiens une de ces coupes de cheveux sur cette photo avec le champion) …
DSC_3869
… qui se trouve être comme un fait exprès celui de la police de l’Etat de New-York. Gloups !!!!!!!!
a2
 – « Coucou bonjour policemen, j’arrive de Paname, je peux l’awouar ma photo avé le policeman biker ?. No problem sir, you’re welcome ».
 Le sympathique policier à mon côté se prénomme Scott. L’archétype du fonctionnaire de police américain …
Patch_of_the_New_York_State_Police
 
Ce qui est rigolo c’est qu’en fait, les policiers sur le stand ont vu d’où j’arrivais. C’est-à-dire du stand d’à côté où une dizaine de Hells Angels accompagnent Dave Brock qui est en pleine séance de dédicace. Et là, tu sens bien que les policiers en question se demandent si je les provoque ou si je suis vraiment un couillon de touriste français un peu niais qui ne sait pas au milieu de quoi il se trouve (alors la réponse c’est : 1) je sais très bien où et avec qui je suis 2) je suis un couillon de touriste français un peu niais – mais ici à NYC je fais passer ça pour ce fameux French style que le mon dentier nous envie) …
DSC_3890
Mais bon, sur le motorcycle show tout se passe bien (et c’est tant mieux parce que je n’ose imaginer un incident ici avec le monde qui se presse sur les stands et dans les allées) …
DSC_3917

Finalement, c’est un membre des Hells Angels qui me résuma bien la situation au sujet des clubs – nouveaux ou plus anciens – me rappelant que tout cela c’est le droit de s’associer – THE RIGHT TO ASSOCIATE. Ce qui est totalement exact dans un régime démocratique …

sans-titre

Et en anglais ça sonne bien : – « THAT’S THE BOTTOM LINE, IT’S ALL ABOUT FREEDOM » (je te laisse traduire sinon à quoi ça sert que Google il se décarcasse ?!)

 DSC_3666

Isson forts ces américains tout d’même n’est-il pas, hein ?!!

Et moi, après 20 années de photographies de Colors, je ne te raconte pas la collection que j’ai …

Aller, à très bientôt pour évoquer d’autres aspects de la culture biker américaine !

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend