L’histoire de la Harley du mémorial du 11 septembre à New-York


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon… New-York, je suppose que tu connais ? Alors permets-moi te raconter une histoire de motocyclette, de biker et de MC (Harley-Davidson bien évidement) que la triste actualité du terrorisme international m’a remémoré ces derniers jours…

11949444_426408674228159_8937328285711338057_n

Il y a quelques années de cela, en janvier 2013, je participais avec le NEW-YORK RIDER MAGAZINE (pour lequel j’écris tous les mois)…

la_sortie_jour1_6

… à l’édition new-yorkaise du Motorcycle International Shows (salon itinérant américain de la moto qui fait le tour des USA tous les ans)…

la_sortie_jour1_5

http://www.motorcycleshows.com/

Bien évidement, entre les journées sur le salon et quelques nuits au bar de Barry sur la 32e rue avec les potes américains l’occasion était belle de trainer dans la Grosse pomme… d’autant qu’il y faisait un temps exceptionnellement beau alors que Paname était sous la neige…

la_sortie_jour1_3

En une fin d’après-midi, déambulant dans Lower Manhattan, je me trouve à passer, par hasard (le crois-tu ?), à hauteur du 20 Vesey Street à l’angle de Church Street et mon regard est immédiatement attiré par ceci :

image021

Dans une vitrine, un custom sur base de ce qui semble être une Harley… chouette alors ! Un bouclard custom en plein Manhattan ! Lucky me !!! Je vais me gaver le Kodak et me faire de nouveaux potes !

Euh… ah non, non, pas sûr… pas sûr du tout, du tout, c’est même beaucoup moins fun et bien plus sérieux : nous sommes face au 9/11 Memorial Preview Site. Pas très loin de Ground Zero. Me voici donc juste devant l’entrée du musée dédié aux victimes des attentats du 26 février 1993 et du 11 septembre 2001 contre les deux tours du World trade Center (WTC)

998692_150611131807916_1918245828_n

Et la toute première chose que l’on voit depuis la rue est une moto de marque Harley-Davidson… et ça ne ressemble pas du tout à un don de la Moco… là, je suis carrément intrigué…

PreviewSiteFacade-e1271095229569

Le site du mémorial : https://www.911memorial.org/

Bon, tu me connais, avant d’aller plus loin, il me faut l’accompagnement musical approprié. Quelque chose de grave et sérieux mais toujours rock. Allons chercher du côté d’Apocalyptica… Ou lorsque les instruments de la musique classique s’emparent des grands standards de la rock music : au violoncelle, Nothing else matter de Metallica  : https://www.youtube.com/watch?v=kmn1LvbqsaM (ferme les yeux et écoute)…

image005

Il y a quelques années de cela, j’avais déjà été très impressionné par la photo du pompier TIM DUFFY au guidon de sa Dyna HD au cœur des attentats du 11 septembre 2001… Un Roy Rogers / Dunkin’ Donuts / Pizza-Hut,  le pompier sur sa Harley, la poussière… vision de fin du monde… incongru, poignant, incompréhensible …

Janvier 2013… où sommes-nous, devant quoi me trouve-je ?

Le mémorial recueille tous les jours les dons qui sont laissés devant ses portes par de nombreuses personnes (il existe même un protocole de sécurisation : détection d’explosifs, de poisons, passage au scanner et si l’objet respecte un certain critère de taille, il est conservé avec les nombreux autres tributes que le musée du mémorial a collecté au fil des années).

Mais alors, que fait cette moto ici ?

image019

Cette motocyclette est bien un modèle 883 Sportster de marque Harley Davidson (j’ignore l’année modèle). Elle a appartenu à un certain JAMES MARCEL CARTIER

image027

James Cartier (né le 22 juin 1975) avait 26 ans et était le sixième enfant d’une fratrie de sept frères et sœurs. Il avait acheté sa première moto moins d’un an avant le 11 septembre 2001 et était devenu un motard passionné. Il roulait souvent avec son frère John…

image007

Ce 11 septembre, James faisait partie d’une équipe d’électriciens qui travaillaient au 105e étage de la tour sud…

image026

Il a utilisé plusieurs fois son téléphone portable pour appeler sa famille et notamment son frère John…

image033… pour l’avertir que leur sœur, Michèle, se trouvait dans la tour nord qui venait juste d’être percutée par le premier avion. Il demandait à John de venir de toute urgence pour tenter de la sauver. John est arrivé sur sa moto et, incroyablement, dans cet apocalypse, Michèle et lui se retrouvèrent sur Church Street, côté Est du WTC… et jamais ils ne devaient revoir leur jeune frère James…

image024

Des années plus tard, Michèle et John sont persuadés que c’est grâce à James que John a pu retrouver leur sœur et la sauver du chaos. D’après Michèle, la probabilité d’être trouvée par John ce jour-là relève de l’intervention divine et c’est James qui l’a permise…

1000433_150611128474583_972648092_n

Plus tard, beaucoup plus tard, lorsque les autorités systématisèrent les analyses ADN sur les restes trouvés dans les décombres, la famille pu procéder aux obsèques du jeune homme. Même si la peine était toujours là et pour toujours, ce fut aussi un soulagement.

De retour en France j’ai fait quelques recherches et, magie d’Internet, j’ai pu entrer en contact avec JOHN CARTIER, le frère ainé de James. John a accepté de me fournir quelques informations sur cette moto, son frère, sur ce qu’il est lui-même devenu…

image006

John Cartier a aujourd’hui 45 ans, il était le frère de James et l’ami de Lester Merino. James et Lester étaient membres du syndicat des électriciens d’Astoria (International Brotherhood of electrical Workers, Local 3)…

image030-copie-1

Tous deux travaillaient au World Trade Center (WTC) ce 11 septembre 2001 quand les tours s’effondrèrent. Comme beaucoup d’autres victimes aucun d’eux ne seront retrouvés…

la_sortie_jour9_1

Hasard étonnant, alors que je participais comme je te l’ai dis précédemment en ce mois de janvier 2013 au Progressive International Motorcycle Shows j’avais croisé sans le savoir un membre de ce syndicat et l’avais d’ailleurs pris pour un biker. Je m’étais trompé (je suppose malgré tout que sa présence sur le salon s’expliquait par le fait qu’il était motard lui aussi) …

image029

 J’avais pris ce cliché croyant photographier les couleurs d’un MC que je ne connaissais pas encore… tout faux, ce sont celles d’un syndicat professionnel d’électriciens…

Pour en revenir à John, des semaines après les attentats du 11 septembre, attendant toujours la confirmation officielle de la disparition de son frère, il se lançait dans la transformation du Sportster 883 de James, pour lui rendre hommage ainsi qu’à tous ceux qui furent tués ce jour-là. Cette promesse se reflète dans la décoration de la moto qui incorpore des références à diverses passions de James comme par exemple son affection pour le personnage de livre pour enfant Curious Georges

image017

image011

Sur le réservoir on peut y voir James en tee-shirt des New-York Yankees

039a0b16-af35-4a4e-97c9-360804a76b53_l (2)

James étant alors candidat pour devenir membre à part entière de lInternational Brotherhood of Electrical Workers (le syndicat), le logo du Local 3 a été incorporé, sur le garde-boue avant, avec le nom de 17 de ses membres qui disparurent dans l’effondrement des tours…

image012

Plusieurs symboles patriotiques sont aussi visibles sur le garde-boue arrière, dédiés à ceux qui s’engagèrent dans l’armée américaine à l’issue des attaques du 11/9…

image009

John s’est présenté au bureau de recrutement des armées par la suite. L’Army apprenant qu’il était de la famille d’une victime des attentats a refusé son incorporation au motif qu’il était émotionnellement trop impliqué et qu’il présentait un risque de perte de contrôle au regard de la colère immense qu’il portait en lui …

 image014

Et ainsi, John fit don de la moto au mémorial qui l’expose depuis dans la vitrine de son gift shop

039a0b16-af35-4a4e-97c9-360804a76b53_l

John se souvient que sa sœur était au téléphone avec James seulement 20 mn avant que la tour sud ne s’effondre. Et des années plus tard, il se rappelle de James comme d’un jeune homme respectueux, le genre que tout parent voudrait avoir pour gendre.

Juste après l’effondrement, John s’est rendu au WTC pour aider… et depuis, il n’a jamais cessé d’aider ses concitoyens…

image008

Profondément marqué par la disparition de son frère, par l’horreur de ces attentats, par son impuissance ce jour-là, par la rage qui ne la jamais quitté depuis, John a radicalement engagé sa vie sur la voie du souvenir à la mémoire des victimes et de l’aide à ceux qui sont dans le besoin …

image025

Cela a commencé par la création de l’AMERICAN BROTHERHOOD NEW-YORK MC

Le club a été fondé par John le 13 septembre 2002 en mémoire de James (on peut voir ses initiales, JC, sur le backpacth) et de tous ceux qui ont disparu dans la catastrophe). C’est un groupe de bikers qui rassemble des amis de Lester et James…

image013

Il participe à des commémorations, à l’envoi de colis aux GI’s, à des collectes de fonds pour les enfants autistes et à d’autres actions caritatives au bénéfice d’indigents. Comme savent si bien le faire les citoyens américains lorsqu’ils se dévouent à la communauté…

image016

Leur engagement est en mémoire de ceux qui ne sont plus, ceux qui sont tombés, the fallen

999606_167525600116469_1131048393_n

C’est l’un des paradoxes qui marquent énormément les Américains, les New-yorkais : de l’enfer des tours est sorti quelque-chose de bien. De nombreuses personnes, qui peut-être ne l’auraient jamais fait, ont engagé leur vie sur la voie de l’entraide, du don, en souvenir des disparus. Et comme ils aiment le dire : – « And so out of the ashes, rises the Phoenix …  » (Et des cendres renait le Phœnix).

Le site du MC : http://americanbrotherhoodmc.com/

Au fil des années, John est devenu une figure incontournable des cérémonies commémoratives des attentats du WTC

image034

Interviewé régulièrement, on le voit sur CNN, NBC et dans les colonnes de la presse écrite new-yorkaise. Il a même fait partie des personnes qui ont rencontré Barack Obama à l’occasion de ces commémorations. On l’a beaucoup vu aussi dans les médias après que les Special Forces en opération search n’ destroy eurent débusqué et éliminé O. Ben Laden…

image020-copie-1

Les New-yorkais n’oublient pas et tous les ans, ils commémorent la mémoire des disparus.

C’est à cette occasion qu’en octobre 2011 le maire de NYC, Michael R. Bloomberg, conviait Paul Teutul Jr. à venir présenter la moto que celui-ci avait réalisée en hommage à la reconstruction du WTC autour de Ground Zero

MayorChopper2_1

911memorial-04

D’aucuns parlent à Dieu, font de la politique, du sport, se réfugient dans l’alimentation, parfois s’adonnent à diverses substances, ou vont au cinéma… pour ma part, je fais de la moto… le nez au vent, la tête dans les nuages, la pluie, le soleil ou les étoiles ; 320 kilogrammes de métal et de plastique à qui je voue une éternelle reconnaissance pour tout ce qu’ils m’ont apporté, ces personnes qu’ils m’ont fait rencontrer, toutes ces histoires qu’ils m’ont permis de croiser et raconter…

image028

R.I.P. James Cartier.

image020-copie-1

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend …

ARTISTE, PAS MOTARDE …


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Dessin 2

Tu me connais, je suis un motard moderne !

1 (17)

Pas de malentendu entre nous mon titou, je t’arrête immédiatement si tu t’imagines ne serait-ce qu’une nanoseconde que je puisse avoir un GPS sur mon brélon ou encore le téléphone en blou touffe greffé à la gamelle … Certes non !

DSC03156 - Copie

Néanmoins, heureux rédacteur sur plusieurs blogs, j’ai aussi le plaisir d’alimenter en moult photographies (motardes bien sûr) une galerie / un compte sur un fameux réseau social (dont nous tairons le nom).

Ainsi donc, déambulant  il y a quelques temps de cela dans les couloirs électroniques dudit réseau social, c’est totalement par hasard que je « rencontre » une artiste (si je puis m’exprimer ainsi – sachant que quelques mois après je n’ai toujours pas la moindre idée de l’identité de la personne), qui a pour logo :

Son travail me plait immédiatement … A des années lumières du monde de la moto, cette artiste, que je crois être perchée quelque-part sur la colline parisienne de Montmartre, a une production des plus intéressantes …

Je t’invite à y jeter un oeil (elle ne nous en voudra pas, après tout, ses oeuvres sont faites pour être vues) …

J’adore cette variation du portrait de mon idole Napoléon de David …

C’est parfois même coquin sympa …

Bon bref, un vrai talent !!

Finalement, jamais très loin de ma passion pour la motocyclette, ni une ni deux, face à cette artiste parisienne qui semble ne pas posséder le moindre iota de « culture motarde » (peut-on vivre ainsi ?) je lui demande, sans me prendre pour Saint-Exupéry : – « S’il te plait, dessine-moi une moto »  (j’ai orienté son hypothétique acceptation vers Harley Davidson évidement) …

Et voualatipa qu’elle A REPONDU FAVORABLEMENT !!! YES !!!!!!!!!!!!!!!!!

C’est ainsi donc que devant tes yeux ébahis j’ai l’inénarrable plaisir de dévoiler les magnifiques artworks suivants …

Dessin 1

Dessin 2

J’adore !!!!!!!!

L’est pas belle la vie ??!!!!

Merci madame MAYA O MAYA artiste montmartienne (ça se dit non?)

Tu peux aller voir son travail ici https://plus.google.com/108129407785351667215/posts

Du coup, vais aller solliciter d’autres z’artistes … serait marrant que ça marche non ?

La bise.

L’Hervé your Berrichon friend.

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

Museu de la motocicleta (2) : VINTAGE SPANISH MOTORCYCLES


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, pour dignement poursuivre cette fort sympathique visite del Musue il nous faut l’accompagnement musical, par de vrais bikers qui « bluesent »  en cuir et qui vont bien … et là, je ne vois que The JAMES SOLBERG Band avec, extrait de son album One of these days (1996), le titre :  Still called the Blues :

 http://www.youtube.com/watch?v=Bt9DrosAkBo

(ça c’est du vrai mon poupon !).

 

Franchement, avec une pochette de disque et des brélons pareils, i’ peuv’ pô êt’ de mauvais bougres ces gars là c’est sûr !

Bon, je reconnais que si j’assumais mon côté franchouille, j’aurais dû te bombarder le magnifico-sublimissime-extra-chouettos album de DICKRockin’ along.

1972 / 1973, c’est l’époque où il tourne avec le groupe Labyrinthe : Raymond Bureau à la basse, Simon Vandercam à la lead-guitar, Donald Rieubon à la batterie, Pierre Billon aux percussions, Jacques Verecchia aux claviers + 2 choristes + cuivres.

Tu te souviens de Pierre Billon ? On montait chez lui derrière les hauteurs de Suresnes dans son pavillon-atelier de création – bar – bouclard boire une binouze, y croiser des « gens » improbables et voir des Harley qui n’existaient nulle part ailleurs …

Au milieu des année 90 j’y trainais encore parfois. Depuis je ne sais pas ce qu’il est devenu le Pierre. Si tu as des news je suis preneur.

Alors pour ton nympho, saches que ce superbe album : JE L’AI, version originale papier cartonné. Collector mon pote, jamais je ne te le prêterai, jaaaaaaaaaamais !!!!!!!!!!!!!!!!

Et alors surtout, LE titre de l’album (le seul en français) MARILOU (l’intro à la basse, le son des seventies, … et la voix du Dick … whouarf la frime ..) écoutes :

https://www.youtube.com/watch?v=Rp91S8VTAFY&feature=kp

M’égare- je là ????

Euh, Okay, okay, j’arrête … ça vaut mieux de toute façon je vais chialer sinon …(le fameux « Effet Dick »).

J’en étais où ???  … EL MUSEU !!!

Ça serait bien que je t’en donne les coordonnées tout de même : MUSEU MOTO BARCELONA, Carrer de la Pall 10, 08002, Barcelona, +34933 186 584

DSC_4020

Ainsi donc, tu peux admirer dans ce petit musée des motos rares dans un état de restauration exceptionnel.

DSC_3951

Je fais le pari que tu ne connais pas ces marques !!!

 FOPI (fabricant de motos de course) avec ce modèle 125cc qui a couru les 24h00 de Montjuïc en 1960.

DSC_3937

Ou encore cette ROVENA (filiale de SANGLAS) 250cc de 1964

DSC_3941

 Le moteur est un 250 Villiers, fabriqué en Espagne, un 2 temps, 2 cylindres. La Rovena est en réalité une machine fabriquée par la marque Espagnole plus connue : Sanglas, réputée pour des monos 4 temps conçus pour la police Espagnole de 1939 à 1979. Cette moto, fut produite entre 1963 et 1968 avec une boîte 4 vitesses et en trois modèles : une 250 et une 350 de tourisme ainsi qu’une 250 Sport qui dépassait les 140 pour 20cv à 6500 tours. La ROVENA est un modèle, caprice de Martin Sanglas (le boss de Sanglas), qui la construisit après un voyage en Italie où il s’était éprit de la ville de VERONA (Il joue avec les lettres de VERONA pour dénommer son modèle 2T : ROVENA). En tant que moto espagnole des années de l’autarcie du “National-Catolicismo Franquista”, elle n’est pas très courante. A cette époque, la plupart des Espagnols étaient si pauvres qu’ils ne pouvaient pas acheter un modèle aussi cher. L’Espagne manquait d’aluminium (monopole d’Etat), de caoutchouc pour les pneumatiques et l’exportation était presque impossible à cause de la politique internationale du moment qui était contre le régime fasciste. Ainsi, les unités construites de ce modèle ne sont pas nombreuses en comparaison avec d’autres marques espagnoles de l’époque. Pour trouver plus d’information le Club Sanglas Cataluna est le meilleur. Plusieurs membres ont des Rovena, et on peut trouver à Barcelone plus de 250 Rovena dans un magnifique état de conservation, avec documentation et plaque d’origine.

Voir :

http://www.clubsanglascatalunya.com/

DSC_3952

Et cette magnifique petite DERBI ? (l’acronyme de DERivats de Bicicletes )

Sellerie bleue pour cette 49 de rêve.

DERBI, fondée en 1922 dont la production se développe fortement à partir de 1939, à la sortie de la guerre civile :

http://www.derbi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=195&Itemid=144&posicion=0

DSC_3949

Superbe SANSON Sport 250 bicylindres 2 temps Hispano-Villiers, à l’esthétique urbaine  DSC_3971

Sanson était une marque catalane de motocyclettes fabriqué à Barcelone entre 1959 et 1961.C’est bref ! Ce qui frappe d’ailleurs lorsque l’on déambule aux milieu de toutes ces marques espagnoles, c’est que nombre d’entre elles disparaissaient à peine quelques années après leur naissance …

Dans les années 40 à 50 de nombreux moteurs ont été fabriqués pour être directement adaptés aux bicyclettes.

En voici une variation avec cette BELFI Gacela fabriquée à Barcelone en 1958 (la Bleue version catalane).

Remarques la disposition du moteur en transmission directe sur la roue arrière

DSC_3993

VELFI (en catalan) était une marque de ciclomoteurs et scooters fabriquée à Barcelone entre 1955 et1960. Elle était commarcialisée aussi sous les marques Belart, Belfi, Camello et Gacela.

L’étonnant prototype de Miquel SIMO, un 148cc de 1929

DSC_4012

Il fût le premier espagnol a participer à plusieurs Grand Prix européen dans les années 30

Miguel Sanchez Simo, coureur de moto et constructeur catalan

Voir :

http://charlescamberoque.unblog.fr/2011/11/30/miquel-simo-un-constructeur-et-pilote-oublie/

Et cette sublime RIEJU (la marque 100% espagnole fondée en 1934), une des toutes premières de la marque.

DSC_4002

Ce 50cc porte le n°3 et a été fabriqué en 1949

Qui produit toujours de nos jours :

http://www.rieju.es/es/historia/1934-1959

Et attends, tu n’as pas tout vu, je ne vais pas t’exposer ici toutes les photos des pièces exposées dans ce magnifique musée, mais je te garantis qu’elles sont toutes dans le même état exceptionnel et plus intéressantes les unes que les autres.

Aller, la suite très bientôt !

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

BARBECUE CHOPPER


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu le sais, j’adore le monde de la moto, mais ce qui m’amuse vraiment, c’est le truc décalé, l’inutile, le rigolo, l’improbable issu du monde des motards.

Je te nous ai donc trouvé un nouveau « machin décalé »  …

C’est (quasi) certain, même toi, tu ne connais pas ça, tu n’as jamais vu une « bécane » pareille !

Slideshow image

C’est à TWIN-TECH MOTORCYCLE SHOP de CATSKILL dans l’Etat de New-York (pas la ville, hein) que l’on doit la création du CHOPPER-QUE, l’indispensable barbecue pour réussir toutes les grillades

Qu’on se rassure, ils bricolent aussi du brélon

Slideshow image

Slideshow image

Cet accessoire de cuisine que tout bon biker se devra d’acquérir comprend une sono intégrée, un écran plat, une Wii Ni……o, une pompe à binouze, un réfrigérateur et les rangements nécessaires à tous les ustensiles de cuisine BB-QUE  …

Slideshow image

… ainsi qu’une poignée d’accélérateur (sur le guidon) qui permet de faire cracher des flammes aux deux sorties d’échappement (indispensable sur cet engin bien sûr)

Slideshow image

Tu peux voir cracher la bête ici :

http://www.youtube.com/watch?v=ceYZHZXR1H4

Slideshow image

C’est Will Thibeault de Fusion Motorcycles qui a construit l’engin pour une vente de charité

Slideshow image

Wouala, manque plus que léçoçisses

THAT’S AMERICA !!!!!!

TWIN TECH AND PYX PRESENT CHOOPER - QUE

Aller la bise

L’Hervé, your Berrichon friend

UNE VIE sur la ROUTE : GYPSY BIKERS


Hervé

Salut copain (et copine),

tu sais la fascination que j’ai pour les vrais bikers, les ceusses qui n’en n’ont (sans même le savoir parfois), qui vivent le truc moto et en font l’essence même de leur vie … tout à fait pas toi et moi quoi …

RIDE HARD, STAY HUMBLE !

Ici, il n’y a que BLACKFOOT qui peut nous accompagner sur cette route là avec son mythique …

… HIGHWAY SONG

La meilleure version de cette chanson est celle extraite de leur premier album live en 1982, enregistré en concert en UK (ils sont repassés au New Morning à Paris en 2011 les vieux, z’avaient rien perdu, toujours aussi laids, toujours aussi bons …). Seule la version live de cette chanson est intéressante … Voici donc, par pur esprit de contradiction, la version studio :

http://www.youtube.com/watch?v=jpgfVJIaMWQ

Aller, laisse-moi te parler de l’un de ces road warriors américains qui avec le temps, sans jamais l’avoir recherché, est devenu une légende de la route chez les bikers du cru …

PANHEAD BILLY, on the road since 1976

On the road since 1976

Forcément, il fût un jour dans ta vie (surtout si tu es motard), quand la pression du quotidien semblait vouloir t’enfermer dans un train train asphyxiant jusqu’à ton dernier souffle, où tu as fait ce rêve : déchirer tes factures, envoyer paître ton patron, dire adieu à la sonnerie du réveil matin, arrêter de tondre la pelouse, charger ta moto et rouler vers le soleil couchant, vagabond de la route, roulant vers l’aventure sur ton destrier de métal.
(ne nie pas stp – moi c’est tous les dimanches vers 18h23 que ça me prend).

Ben figure toi, que tu n’es pas le seul à qui c’est arrivé mais que si toi et moi sommes encore en pantoufles dans notre salon Ikea … certains ont vraiment franchi le pas.

Effectivement, pour la plupart des tafioles d’entre nous, ceci reste un rêve fantaisiste.
Et encore, parmi les quelques qui vont oser se lancer, beaucoup ne vont partir que pour quelques mois, une année, peut-être deux, avant de rentrer ou bien de prendre racines quelque-part ; parce que finalement il faut avoir une sorte de rare folie pour réellement embrasser un tel mode de vie sur le long terme.
Pourtant, ces types de personnalité existent. Et pour ces gars-là, la liberté de la route, et l’aventure quotidienne qu’ils y trouvent est une vraie addiction au même titre que l’usage d’une drogue forte.
Tu croises ainsi aux USA des routards qui sont sur le bitume depuis 10, 20 et même 30 ans et plus ! Certains d’entre eux sont devenus des « stars » (on compte dans leur rang une femme), ils sont peu nombreux mais bien réels.
On peu notamment citer :
Panhead Billy Burrows, Joe Sparrow,
Brother Speed,
Scooter Tramp Scotty Kerekes
Bien sûr, on s’en doute, une telle vie exige que le nomade motocycliste adopte, affine, et développe de nombreuses méthodes de vie peu orthodoxes.
Les américains nomment ces bikers les GYPSY BIKERS.
Tous ont en commun de partager un kilométrage absolument titanesque (plusieurs fois le tour de la planète), un nombre de chutes assez élevé, une bécane chargée au-delà de ses capacités théoriques, et surtout un désir farouche d’indépendance et de liberté au-delà de la normale.
Mais ça ne suffirait pas pour tenir s’ils n’avaient en plus la capacité d’établir leur campement à peu près n’importe où cela est commode et surtout une attitude qui permet l’adaptation quasi instantanée à des environnements nombreux, divers et changeants.
Palm Springs desert
Etant des individualistes tenaces, il n’y a pas deux de ces hommes qui vivent de la même manière. En fait, souvent leurs techniques de vie varient largement de l’un à l’autre.
Lorsque les bikers américains parlent des Gypsy, ils évoquent toujours en premier le plus célèbre d’entre eux, PANHEAD BILLY BURROWS.
Sorte de légende vivante, Billy est sur la route depuis le milieu des années 70.
La première des qualités de Billy est peut-être une coolitude absolue et à toute épreuve. Plus que tout autre il vit totalement l’instant présent. Certains disent que Dieu ne vit que dans l’instant. S’il y a une part de vérité en cela, alors Panhead Billy et lui sont destinés à passer pas mal de temps ensemble.
Pour ce qui est de la vie sur la route Billy, à l’âge de 66 ans, a la réputation d’être un dur parmi les plus durs. Ce road dog jouit de la capacité d’installer sa couche absolument partout, s’endormir et passer une excellente nuit de sommeil. Pour la literie, il utilise un sac de couchage des plus classiques, posé sur une bâche. Bien qu’il possède une tente, il l’utilise rarement. Offre-lui une pièce de ta maison ? Inutile d’y songer, il préfère dormir dans ton jardin ou sur la véranda. Si tu lui demandes pourquoi, Billy va simplement dire qu’il préfère rester avec les créatures dont il fait partie.
Palm Springs
BILLY ROULE sur un PANHEAD de 1960 dans un cadre RIGIDE de 48 avec une fourche de Springer de 93 qui TOTALISE des MILLIONS de MILES peut-on lire de lui (les chiffres que j’ai lu le concernant sont tellement démentiels que, c’est simple, j’y crois pô, c’est impossible, il y a forcément une erreur … je ne les site même pas) et quand on lui demande comment ce fait-il qu’il n’ait pas le dos complètement démoli après toutes ces années il répond … qu’il n’en sait rien.
Comment peut-on garder un Panhead en état de marche dans de telles conditions ? La réponse est très certainement que le Pan en question a très peu de systèmes à entretenir. Il ne propose pas de jauges, pas de radio, pas de feu stop, pas de système d’éclairage multiple et puissant, pas d’amortisseurs, pas de démarreur électrique et même pas un commutateur d’allumage. Cet engin est un squelette. Juste un moteur, une transmission, et deux roues. Maintenance minimale !
Et bien sûr, Billy gère seul son propre travail de mécanique. Une autre chose que l’on apprend en observant ce gars, c’est qu’il est possible de pousser l’usure d’une pièce bien au-delà du point auquel le marketing nous a habitué. Par contre, il est certain qu’en de telles conditions le rider chevauche un engin qui n’hésite pas a afficher son usure à la face du monde. Et après tout pourquoi pas, on n’est pas obligé de rouler bardé de chromes comme la mode aurait tendance à nous y pousser sur certaines motos de marque américaine notamment…
Bien que des histoires, articles, reportages et autres photos de lui ont été publiés dans de nombreux médias au fil des années, Billy ne s’occupe absolument pas de sa promotion / publicité et ne fait aucun effort pour développer sa notoriété.
Il a néanmoins un forum Facebook sur lequel ses nombreux amis le suivent.
En tête des questions que les gens posent presque toujours à Billy on trouve bien évidement le fameux : – « D’où sort l’argent dont vous avez besoin pour vivre ? » .
Avant toute chose, on retiendra qu’aucun de ces routards n’est riche. Ils gagnent leur argent comme il peuvent là où ils se trouvent / vont. Mais la grâce salvatrice c’est que, puisqu’ils possèdent peu et ne voit jamais l’ombre d’une facture mensuelle, il y a très peu de pression financière.
Comme ils aiment dire d’eux même : – « We’re not in the game man« .
Bien sûr, il y a encore l’essence, la nourriture, etc, mais cela n’exige pas 40 heures de travail par semaine pour maintenir ces besoins simples. Billy assure n’avoir jamais travaillé plus de trois mois par an, et même généralement moins. Finalement, en travaillant pour les marchands qui suivent les grands rassemblements motards à travers les USA on trouve toujours un boulot qui permet, en une semaine difficile, d’être payé, puis de reprendre la route avec les poches pleines de liberté verte / $.
 
Bin dis donc mon Billy vieux gars, respect là, ça c’est un sacré choix de vie.
Aller, la bise.
L’Hervé, your Berrichon friend.

Un biker retrouve sa moto volée …50 ans plus tard


Hervé

Bonjour copain,

Ce soir, une chouette et improbable histoire !

Qui a autant de probabilités de t’arriver que de gagner le gros lot au loto.

Et encore, il y a une condition de départ : il faut que tu te fasses voler l’amour de ta vie (mais non banane, pas ta femme, ta moto). 

C’est Alex AYONES qui va nous coller l’ambiance musicale avec un titre extrait de son premier album, STOLEN NAME (particulièrement adapté au sujet du jour)

Stolen Name [Explicit]

avec BRING ME DOWN (mars 1999) :

http://www.youtube.com/watch?v=pmm2e9sNUCQ

Savais-tu que l’on roule aussi en motocyclette au Nebraska ?

M’étonnerait bien tiens !! …

Vu que tout comme moi, t’as pas l’ombre d’un iota de zeste d’idée oukeuçassetrouve le Nebraska … Bin wouais, ne nie que nenni mon titi.

File:Flag of Nebraska.svg

Et au Nebraska on roule en motocyclette… … depuis longtemps.

 C’est en tout état de cause le cas pour DONALD DEVAULT, anonyme harleyiste nebraskien (nebraskanien, nebraskanonien, nébraskatatonitinistien, kèsjencé moa ??!!!).

Biker de son état de son Etat qui peut même en témoigner, preuve à l’appui, depuis ce mois de novembre dernier, lorsque que toute la presse locale a repris son histoire de motocyclette volée, retrouvée et restituée quelques … 50 années plus tard.

Jackpot mon pote !

Le Donald, l’homme d’Omaha comme le surnomme la presse, se récupère pépère à 73 balais un vintage TRIUMPH TIGER 100 de 1953 !!!

YES !!!!

L’engin lui a été restitué RAIDE NEUF ce 20 novembre dernier devant la presse ébahie dans les locaux d’une compagnie de transport située près de l’aéroport d’Omaha.

I’a des gonz dans la vie kon un d’ces bol je te raconte pas (ben si, je te raconte justement) !!!

Donald DeVault, 73, gets on his motorcycle in Omaha, Neb., after it was returned to him on Wednesday, Nov. 20, 2013. It was the first time he had seen the bike since it was stolen 46 years ago. Califo

        (photo d’un homme heureux)

 Mais comment ce fait-ce ??!!!!

Evidemment, quand il a été contacté par l’administration du National Insurance Crime Bureau (NICB)

NICB

… Devault a pensé qu’il s’agissait d’une erreur, voire d’une plaisanterie … (seul 40% des deux roues volés aux USA sont retrouvés d’après les statistiques du NICB … je te laisse donc calculer la probabilité que la moto de Don’ lui soit restituée).

Bin moa j’y aurais cru immédiatement !

Des années que j’attends un appel de la gendarmerie de Vierzon ! J’espère bien que le salopiot qui m’a chouravé ma Bleue avé la selle panthère …

… il y a quelques décades va lire ça et me la rendre (restaurée, avec le plein)

Lucien_01.JPG

La première réaction de Donald, lorsqu’il a (re)vu sa motocyclette, fût de prendre dans ses bras Lou KOVEN (agent spécial du NICB), qui la lui ramenait.

Le National Insurance Crime Bureau a son siege à Des Plaines.C’est une organisation sans but lucratif dédiée exclusivement  à la prévention, la détection et la mise en échec de la fraude à l’assurance et au vol de véhicules par le biais d’analyses de données, d’enquêtes, de formations des professionnels, d’actions légales et communication auprès du grand public.

Voir www.nicb.org

Mr Donald DeVault (centre) thanks Mr Lou Koven, the customs agent who found his motorcycle in Omaha, Nebraska, on Nov 20, 2013.&nbsp;Mr DeVault has been reunited with his now-vintage motorcycle nearly 50 years after it was stolen. -- PHOTO: AP<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />

Et naturellement, l’instant d’après, il enfourchait l’engin pour aller faire un petit tour sur le parking d’à côté …  VEINARD !

Là où cela devient encore plus sympa c’est lorsque tu apprends que le retour triomphal du tigre au Nebraska a été rendu possible par Marty Mc MULLEN, patron d’une compagnie locale de transport, qui décida de ramener à Donald sa Triumph en affrétant un camion depuis la Californie avec en prime la présence de L. Koven.

       Un oeil ici pour voir la scène des retrouvailles :

http://www.youtube.com/watch?v=sKe1C6mcTq0&feature=youtu.be

(regarde jusqu’au bout quand ils font craquer la brêle, ça sonne bon).

 Devault avait appris deux semaines plus tôt que les autorités californiennes avaient retrouvé sa motocyclette sur le port de Los Angeles, à Long Beach.

Elle était fin prête à être expédiée au Japon lorsque Koven, qui travaillait avec les agents de la Customs and Border Patrol et de la California Highway Patrol, en vérifiant le numéro d’identification du châssis de l’engin s’aperçut qu’il avait été déclaré volé le    04 février 1967 à Omaha dans le Nebraska !

A l’époque Donald Devault, 26 ans, en était l’heureux propriétaire depuis moins d’une année lorsqu’il lui a été dérobé dans l’arrière cours de sa maison.

Evaluée à 300$ à l’époque, la Triumph, en vaut approximativement 9000 de nos jours.

La belle affaire !

Mais bon, pas question de la revendre. Une chignole de plus pour Donald qui possède déjà une HARLEY DAVIDSON et une KAWASAKI dans son garage

Coming home: DeVault currently owns two other motorcycles which he keeps in his garage. But he plans on keeping the Triumph closer - in his house. He even has plans to encase it in glass in his living room

Il pense garder la TRIUMPH pour de petites balades voire, l’installer « sous cloche » dans son salon.

Le gars d’Omaha explique que pendant quelques années il a cherché sa motocyclette, qu’il en parlait partout dès qu’il croisait d’autres motards, expliquant qu’elle était reconnaissable par certaines caractéristiques et notamment un cadre hardtail.

Devault nous rappelle un peu Brando sur sa 650 Thunderbird dans The wild one

Mais Donald précise qu’il roulait déjà en moto avant que le film ne sorte sur les écrans (bin l’a commencé tôt le môme) et qu’il a été biker toute sa vie depuis (il a possédé plus de 50 motocyclettes … un vrai motard quoi).

Regarde comme il est chouettos ce brélon :

Old friend: Devault was 26-years-old when the Triumph motorcycle was stolen from his fenced-in backyard in Omaha, Nebraska. He had owned the bike for less than two years at the time

A l’époque, Donald avait été séduit par la couleur bleue de la machine et avait fait peindre le nom « Li’l Bleu Bitch » sur le côté du réservoir.

 Il l’a immédiatement fait repeindre par un ami spécialiste.

Restoration: DeVault plans on repainting the motorcycle baby blue and putting the inscription 'Li'l Blue B****' back on with the addition of '46 Years Later'

Du bonheur sur pneu quoi !

50 years later, Nebraska man reunited with stolen motorcycle

Bon, je te laisse là, je fonce enfiler mon costume de Superman en cuir et vais immédiatement attendre sur mon parking que la douane me ramène ma Bleue avant qu’elle ne soit expédiée par un malhonnête à Oulan-Bator  (Hé, ho, c’est Noël hein … on peut rêver non ??!!).

L’Hervé, your Berrichon friend.

Centenaire de la première station-service moderne aux USA


Hervé

Bonjour copain,

Peut-être le savais-tu, moi je l’ignorais, mais 2013 marque le 100ème anniversaire de la première station-service moderne aux USA. Elle a été ouverte par la GULF en 1913.

Et c’est en ce mois de décembre dernier que les américains ont commémoré cet événement.

Aller, nous aussi on commémore !

N’a pô l’choix, n’est bien concernés nous aussi pôv motards …

On va faire ça dans la joie, la chanson et la rigolade.

Souviens-toi, au printemps dernier, dans l’émission, The Tonight Show with Jay Leno, l’extrait de PumpcastNews (qui consiste à offrir un plein d’essence à une personne si elle accepte de chanter en live devant la pompe).

Ce jour-là un couple a créé l’événement. Depuis, la vidéo de leur exploit a été vue plus de 22 millions de fois sur le net et par la suite ils ont tous deux été invités par nombre de shows télé américains.

Un pur moment de bonne humeur (aucune importance si tu ne parles pas l’anglais, regardes) :

 http://www.youtube.com/watch?v=ZNM0ENUCO5I

Tonight Show Pumpcast News

En fait, la première distribution de carburant à la pompe aux USA remonte à 1907 (l’automobile à moteur à explosion existe déjà depuis la fin du 19ème siècle).

Voici la première station-service du monde, établie à Seattle / Washington par la John McLean of Standard Oil of California. Une pompe sur Wood driveway, avec vente d’huiles pour moteur.

Ce n’est que six ans plus tard, en 1913, que la première station-service spécialement pensée et bâtie pour une distribution moderne de carburant, dite drive in, fait son apparition.

Avant cela, les pompes à essence se trouvaient sur le trottoir, au fronton de petites entreprises locales telles que des épiceries, des quincailleries et même des pharmacies (pharmacien / pompiste : quel bô métier !!! – « Un suppo’ et l’plein, svp !!  » Mdr).

Et bien évidement, lorsque les véhicules faisaient la queue pour faire le plein à ces pompes, ils gênaient inévitablement le trafic routier. Sans compter que très souvent les clients ne savaient pas très bien quelle quantité exacte de carburant ils payaient réellement et avaient beaucoup de chance si cette essence n’était pas coupée d’eau par un pompiste malhonnête sans scrupules.

Gaylord O’con, Gulf Station, juin 2010

La Gulf a donc voulu innover en proposant une station-service éloignée de la rue, située sur un terrain en coin de rue, avec des pompes individuelles servies par un pompiste dédié aux clients. Révolutionnaire !

La première station drive in au monde fût donc ouverte le 1er décembre 1913 à Pittsburgh, Pennsylvanie par la Gulf Oil. Elle était située à l’angle de Baum Boulevard et St. Clair Street. Un lieu bien connu dans la région sous le nom de « automobile row » (la rue de l’automobile) qui concentrait de nombreux vendeurs de wouatures (j’ai toujours beaucoup de mal avec ce mot).

Cette station fût la première à être dessinée par un architecte (J.H. Giesey). Le bâtiment s’inspirait d’un style pagode, offrant un abri aux employés, un bureau, une remise et des toilettes réservées au personnel.

Par la suite GULF opère une seconde révolution en ouvrant gratuitement ses toilettes aux clients.

Le premier jour, la station a vendu 30 gallons de carburant à 27 cents (soit 6.39$ de nos jours) le gallon (1 gallon = 3,785411784 litres). Le premier samedi ce nouveau service délivrait 350 gallons et au printemps suivant c’est une moyenne journalière de 1800 gallons qui était réalisée.

Une publicité spéciale annonçant l’ouverture de la première station-service drive in au monde à Pittsburgh avait été diffusée

announcement of 1st gas station

La Gulf Refining Company souhaite annoncer que pour accompagner son développement commercial rapide dans le East End, elle a ouvert une station de distribution d’essence à l’angle de Baum Boulevard et St. Clair Street, totalement équipée des derniers et plus modernes équipements où il sera vendu la fameuse essence GULF. 

Cette essence d’une grande homogénéité et issue d’un pétrole raffiné avec soin.

La station propose aussi une ligne complète de lubrifiants et graisses pour automobiles et attire particulièrement l’attention sur la haute qualité de son huile Supreme Auto distribuée sous trois grades de viscosité. Votre parrainage est respectueusement sollicité.

Pittsburgh, PA. December 1st, 1913.

Quelques stats’ (source NACS / The Association for Convenience & Fuel Retailing )

Quand GULF ouvre ce nouveau point de distribution il y a approximativement 500 000 véhicules à moteur aux USA qui roulent presque exclusivement sur des « routes » cendrées ou de gravillons. De nos jours on parle de plus de 250 millions de véhicules se déplaçant sur plus de 3,98 millions de miles de routes modernes.

  • On compte 152 995 sites de distribution de carburant aux USA (202 800 en 1994 ).
  • La distribution moyenne mensuelle d’une station est de 128 000 gallons, ou approximativement 4,000 gallons par jour.
  • La demande américaine en carburant est estimée à  8.7 million de barils par jour. Soit de l’ordre de 40 millions de pleins par jour.
  • Il se parcourt chaque jour 8.04 milliards de miles aux USA.
  • Alors que la moitié des points de distribution d’essence appartiennent à de grands distributeurs, moins de 0,4%  appartiennent aux grandes compagnies pétrolières. Chevron Corp. (406 stations), Shell Oil Products US (23 stations), et ConocoPhillips Inc. (1 station). ExxonMobil Corp. et BP North America ne possèdent pas de station en propre.
  • La marge moyenne par gallon vendu en 2012 était de 18.4 cents, soit 5.1% du prix. Sur les 5 dernières années la marge moyenne a été de 16.9 cents par gallon.
  • 72% des paiements sont réalisés en plastic money (cartes de crédits).
Consulter :
Aller, juste avant de se quitter, la minute culturelle ou comment ne pas évoquer le grand Edward HOOPER qui nous propose en 1940 sa vision de la GAS STATION … ??!!
Et celle-ci, moins connue, PORTRAIT OF ORLEANS en 1950
Edward Hopper, Portrait of Orleans, 1950

Une station d’origine (1930) au style art déco, à Bedford / Pennsylvanie de nos jours :

pa_dunklesbedford

Sympatoche ce petit rappel historique non ? Nous avions tous oublié que même les stations-service avaient une histoire …

Tu verras, tu t’en souviendras la prochaine fois que tu feras le plein de ton brélon.

La bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Turning gas into noise since 1903

Super (héros) motard


Hervé

Bonjour copain,

Man of Steel: Superman™ - Leather Outerwear

Tu sais que j’aime à penser que tu as le look adéquat sur ta moto, pour que tout le monde se rende compte du biker qui ne sommeille plus en toi, du super motard bien éveillé que tu es.

Ainsi donc, c’est avec une joie inénarrable que je viens t’annoncer que j’ai trouvé pour toi La tenue adéquate, qui va renforcer ton image de MOTARD définitif, littéralement faite pour toi.

Ça y est, tu peux dès aujourd’hui te commander la tenue motocycliste qui va te faire ressembler au SUPER (HERO) MOTARD que tu es.

YES !

Le look super héros on bike ! On en a tous rêvé … quand on avait 14 ans.

Les nords z’américains eux, éternels grands enfants continuent d’y croire, au- delà de l’âge des teens … on les envie for sure !

Aller, pour se mettre dans l’ambiance on s’envoie le soundtrack du film IRON MAN (II)

Par les rois du courant alternatif : 

SHOOT TO THRILL, seconde chanson de l’album BACK IN BLACK (juillet 1980 – également présente sur l’album live, sorti en 1992).

Reprise dans le film Iron Man 2, le clip vidéo est sorti en janvier 2010, près de 30 ans après la sortie du titre original.

                                                                                                                                                      GRANDIOSE ! :

http://www.youtube.com/watch?v=xRQnJyP77tY

Ainsi donc mon super pote, grâce à la société canadienne UD REPLICAS, basée du côté de Toronto, spécialisée dans la reproduction de costumes de super-héros, tu vas awouar l’air d’un vrai, d’un des ceusses aki on la fait pas !!! ZE BIKER !!!!

UD REPLICA te propose la tenue motocycliste du fameux Man of Steel .. ni plus ni moins que SUPERMAN himself  !

(désolé les filles, faudra revenir un not’ jour, i’a rien pour vous)

Toi qui en avais déjà le physique, il ne te manquait que le slip.

Le voici !

Admire ! (les bottes surtout).

750 exemplaires de cette tenue ont été fabriqués et comme le dit la publicité qui l’accompagne : – «  …chaque centimètre carré de cet ensemble est imprégné du pouvoir et de l’héroïsme de Superman ».

Le rêve ; avec ça les radars ne peuvent plus te flasher, les barrières de péage s’ouvrent sur ton passage, le pandore verbalisateur un genoux en terre s’incline … Mettez-m’en deux mon bon !

Tout en cuir, renforts intérieurs amovibles dans le blouson (698$) et le pantalon (398$). Quant à elles, les boots coûtent la modique somme de 229$.

De l’ordre de 1325CDN$ l’ensemble (soit 1267US$) … (ce qui en Amérique du Nord est assez faramineux … en Gaulle aussi tu me diras).

Disponible de la taille XXS (c’est moman qui va êt’ contente à Noël quant a’ va wouar son nain en cuir bleu tout musclé – à noter qu’une version grise et noire est aussi proposée) à XXL (ben woui même Superman a le droit de prendre de la ceinture sur la fin de carrière).

Les ventes sont ouvertes de fin novembre au 14 décembre. Livraison prévue au premier trimestre 2014.

Dépêche-toi lapinou (non pas toi Gégé, t’as déjà le pyjama Spiderman) …

… ce serait ballot de rater pareille occaz non ?

En avant fier conquérant du bitume !!

Tiens, je t’offre la gamelle …

et la chignole …

Fat Boy Custom Superman 2002, aux enchères dans l’Iowa pour une première offre à 21.500$

Ah, je le sens pas là le truc, et je vois bien que toi non plus tu n’es pas des plus enthousiastes … Aller, je vais t’aider à trouver quelque-chose de plus adapté à ta rayonnante personnalité.

Ben woui, bicoz UD REPLICA a pensé à toi sur ta moto pour tous les jours de la semaine … et te propose ainsi plusieurs autres tenues de motocycliste affranchi (de toute notion de ridicule)

 Te préfères-tu en Arme X, prénommé Logan, le serval WOLVERINE ?

XMEN II: WOLVERINE - Leather Motorcycle Suit - SOLD OUT

 

Ou en homme sans peur tel le DARDEVIL des banlieues ?

Daredevil: Movie Replica Motorcycle Suit - SOLD OUT/DISCONTINUED

En sombre chevalier de Gotham city ?

 En galactique STROMTROOPER ?

Ou finalement en électTRON libre ?

TRON LEGACY: Leather Outerwear - SOLD OUT

Et en tous cas, en toutes circonstances, en tous lieux, grâce à ta tenue motocycliste UD REPLICA toujours fière allure tu auras, jamais ridicule ne seras !!

Un œil à jeter ici :

http://www.udreplicas.com/

L’Hervé, your Berrichon friend

L’American Motorcyclist Association se déclare favorable à la circulation inter-files


Hervé

Bonjour copain,

Une bonne nouvelle des USA !

lane splitting is legal in california ldld

Une des pratiques motocycliste les plus controversées d’aujourd’hui, en occident tout du moins, concerne la pratique de la circulation entre les files de véhicules (lane splitting en anglais). Alors qu’elle n’est pas légale dans tous les Etats américains, elle est largement tolérée en Californie (mais toujours pas légalisée). Ses partisans arguent aux USA que, de fait, elle contribue à réduire les accidents meurtriers chez les motards en particulier pendant les périodes de trafic élevé en leur évitant d’être pris dans les carambolages.

Il semblerait, suite à un récent communiqué, que la puissante AMERICAN MOTORCYCLE ASSOCIATION (AMA) soit d’accord avec cette analyse.

En effet, ce mois-ci, l’AMA vient de faire connaître son approbation officielle du lane splitting

«Étant donné le succès continu du lane splitting en Californie et l’engouement récent pour le partage des voies dans d’autres Etats, l’AMA approuve ces pratiques et souhaite apporter sa contribution aux groupes et individus qui travaillent à la légalisation de la circulation inter-files »

Enorme !

lane-splitting

La raison de cette approbation semble être que les études montrent que les motocyclistes et leurs passagers sont plus à l’abris des accidents mortels en cas d’embouteillages. Un trafic routier congestionné, avec des arrêts et redémarrages constants, associés à une concentration par toujours au top des automobilistes augmentent le risque de blessures et d’accidents (notamment pour les motards). En fait, le lane splitting réduit significativement le temps passé par un motard dans les embouteillages lui permettant ainsi d’éviter les collisions frontales et arrières.

Non seulement ce type de circulation offre aux motocyclistes une échappatoire aux motards qui, autrement, seraient piégés derrière les gros véhicules, mais il contribue également à réduire la congestion du trafic pour tous les usagers de la route.

L’AMA n’est pas la seule organisation à approuver la circulation inter-files. En 2011, le Conseil de l’industrie moto a publié un communiqué vantant ses avantages et en 2013, la California Highway Patrol a même édité à l’intention des motards des lignes directrices pour cette pratique.

Voir la position de l’AMA (en anglais) :

http://americanmotorcyclist.com/Rights/PositionStatements/LaneSplitting.aspx

lane-splitting16.png

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend

US crazy biker world … ça continue !


Hervé

Bonjour copain,

Aller, on continue avec les infos « à la masse » du monde biker US.

Et toujours avec une adaptation du tube CRAZY de SEAL (l’aime bien moa c’te chansonnette).

Cette fois-ci, on le revisite avec les punko-rockers du déjanté cover band (ou tribute band si tu préfères) ME FIRST AND THE GIMME GIMME :

http://www.youtube.com/watch?v=RkHUZD2yNRs

         

Les membres du groupe ont pris pour habitude d’adopter à chaque nouvel album une tenue kitsch et fantaisiste différente. Lors de leurs concerts, ils portent le plus souvent tous la même chemise hawaïenne de couleur vive et utilisent des guitares à la forme très spéciale, chaque membre ayant sa couleur attitrée : rouge pour Fat Mike, verte pour Chris et bleue pour Joey.

T’vas wouar, ça envoi !!

Bon, alors, keskizon encore foutu nos motard amerlocs ??!!

Ben les motards, eux rien … ça s’rait bien plutôt une fois encore la police qui fait parler d’elle chez les motards US … et encore une fois ça buzze de tous côtés aux States sur les sites bikers / motards où les réactions vont de la colère à l’écœurement après qu’un police officer ait causé un étonnant accident et s’en tire pratiquement sans aucune sanction (alors qu’un simple citoyen aurait pu lui se voir condamné à 10 ans de jailhouse).

Le verdict est tombé ce lundi 28 octobre.

And the winner is:  the Ohio State Highway Patrol trooper  Jacob Daymon !              

    Ainsi donc, en cette paisible nuit du 17 août 2013,   2__NEWS_Investigates_obtains_dash_cam_cr_141883_20130909222449

Corey and Amy Waldman, sur leur Electra Glide Harley Davidson, « rident » paisiblement sur la US 35 qui les ramène chez eux, à hauteur de New Jasper Township (pas très loin de Cincinnati).

 Ils ne savent pas (encore) qu’ils sont suivis par la voiture de l’officier Jacob Daymon, membre de la patrouille de la route de l’Etat de l’Ohio, dont ils vont faire  … bientôt connaissance.

La base du problème c’est qu’il semble que … Daymon lui non plus ne sait pas qu’il suit le couple Waldman … la rencontre va donc s’avérer inévitable et puisque toutes les voitures de police aux USA filment avec leur dash camera ce qui se passe à leur avant, on peut admirer ladite rencontre depuis notre salon.

Regarde :

http://www.youtube.com/watch?v=EWFRcBNc3FQ#t=13

Incroyable, incompréhensible, effrayant !!!!

Le couple de motards n’a rien compris à ce qu’il lui arrivait (ils se sont réveillés à l’hôpital)

ohio_couple_hit_by_trooper_light_sentence

Mais surtout, comment cela a-t-il pu arriver ?

Que foutait ce couillon de Daymon derrière son volant à ce moment précis ?

On ne le saura finalement pas vraiment …

Même après que l’affaire eut été jugée par la cour de Xenia (Ohio) qui a rendu son verdict ce lundi 28 octobre.

 Xenia Location Map

Avant le jugement, de leur côté, Corey et Amy Waldman avaient déjà communiqué sur cette affaire en assurant qu’ils accordaient leur pardon au Trooper Daymon mais … qu’ils aimeraient tout de même bien qu’on leur explique ce qu’il s’était passé (tu m’étonnes, John !!!).

Finalement, le procureur spécial Seth Tieger

Trooper sentenced

a statué que Daymon soit simplement accusé de n’avoir pas maintenu une distance de sécurité appropriée … Cool n’est-il pas ?

D’après la chaîne de télé 2News, Daymon aurait percuté les Waldman à 80 MPH (sur un tronçon limité à 65mph). Ce qui, pour nous gaulois, correspond, si je ne m’errone, à  … 130km/h.

Tu t’imagines, de nuit, avec ta / ton chéri(e) en selle, brélonant pépère sur départementale pour rentrer at home, te prendre 1,2 tonnes d’estafette de gendarmerie  dans la malle arrière ???? 

L’horreur mon capitaine !!!!

L’enquête a mis en évidence que Daymon n’était pas au téléphone et a conclu qu’il devait être en train de consulter son ordinateur de bord.

De toute façon il s’est refusé à toute déclaration, il n’a rien dit.

L’avait un super lawyer et une hiérarchie qui a fait bloc

 derrière   Et woui, pasken plus, le monsieur très bien noté par ladite hiérarchie avait été désigné comme meilleur policier de l’année 2012 du poste de Xenia.

Daymon a présenté des excuses aux victimes (qui n’ont pu assister à la cession de la cour) et aucune explication.

Il faisait nuit, il roulait sur une route secondaire (comme les Waldman justement pour éviter les grands axes à gros trafic), les conditions météo étaient optimales et  … il n’y a aucun témoin.

Il écope de 150$ d’amende, d’une suspension de permis de six mois (mais conserve la possibilité de conduire dans le cadre de son activité professionnelle) et … a déjà repris le boulot

(il reste néanmoins soumis à une enquête administrative interne et en novembre le « Patrol car Crash Review Comitee » va statuer sur son cas – suis pas trop inquiet pour le garçon. Va écoper d’un mois à la circul’ à coller des PV pour stationnement irrégulier).

Et là, la blogsphère, les forums, les sites biker / motard ont explosé d’indignation. Chacun y allant de son commentaire, rappelant que si un « civil » avait renversé un motard de la police montée il en aurait pris pour une dizaine d’années de taule, des centaines de milliers de $ d’amende et d’indemnité à verser à la victime …

De leur côté, les Waldman n’ont toujours pas pu reprendre leur travail (et l’un d’entre eux est encore hospitalisé). Quant à la communauté biker, elle a adressé aux Waldman de nombreux dons.

Ben didonk, i’en a des remarques à faire dans c’taffaire !!!

-         Même les meilleurs d’entre nous (officier de l’année 2012) peuvent se planter. Restons humbles et attentifs sur la route jour après jour, à chaque instant, guidon ou volant entre les mains 

-          Bonjour le pouvoir de la police aux USA ! ça fait flipper (pour avoir été témoin moi-même en live de certaines actions de la police américaine, je confirme). Mébon, cépo pareil en Gaule hein ??!! Heinnn ????

-         Après l’accident et le jugement, pas la moindre émeute, pas le moindre incendie de banlieue, pas la moindre déclaration assassine reprise par une presse déchainée.

Seul le net buzze.                           Ça fait rêver non ?

-         Les victimes accordent leur pardon et remercient le fabricant de leur casque qui leur a sauvé la vie. Dans un pays où un bon avocat peut t’obtenir des millions de $ en dédommagement c’est beau, ça devient rare …

a.jpg

Finalement, la conclusion de tout ceci s’impose d’elle-même : RIDE SAFE, TAKE CARE et n’oublie surtout pas de renouveler ton adhésion à la Fédération des Motards en Colère / FFMC.

L’Hervé, your Berrichon friend

(woui, je sais c’est du prosélytisme … assumé).