MARILYN STEMP : une femme au cœur de la culture biker US – Hall of fame Sturgis 2018


Hervé

Bonjour copain (et copine),

As-tu connu ce magazine américain qui en son temps fût l’une des références de la culture bike / biker aux USA : IRON WORKS ? Non ? Eh bien, pourtant, il fût l’un des titres de presse biker américain qui a compté ; qui s’adressait à tous les Harley-Davidson enthusiasts et custom motorcycle aficionados

L’histoire a bien failli s’arrêter début 2014 lorsque son éditeur annonçait que le dernier numéro d’IRON WORKS sortirait en mars de cette année-là après une parution ininterrompue de 24 années … grosse émotion chez les journalistes de l’équipe, lecteurs, annonceurs, master builders, enfin bref tout le milieu US de la bike culture n’en revenait pasLe magazine avait été créé par Dennis STEMP et son épouse Marilyn en 1989.
A l’origine « simple » business familial, il fût racheté en 1995 par la maison d’édition Hatton-Brown et en devint le titre de presse numéro un.
A l’issue de ce rachat, les STEMP sont restés très présents dans le magazine jusqu’à la mort de Dennis en 2003. Marilyn décida alors de continuer, sans lui, en hommage au travail déjà réalisé. Dès cette époque elle devint un éditeur respecté, apprécié pour sa personnalité, son éthique de travail et ses compétences de rédacteur-photographe. Son fils Vincent l’épaulait en tant que technicien d’édition.
Et vint l’ère du numérique … et Hatton-Brown décida d’arrêter définitivement l’édition papier et de se retirer de cette activité.
Une fois la « surprise » passée, Marilyn eut quasi immédiatement l’intention poursuivre. Elle décide alors de se lancer dans une nouvelle entreprise, une nouvelle publication, toute électronique cette fois-ci, intitulée IRON TRADER NEWS (qui était le titre originel d’IRON WORKS à ses tout débuts)
Dans un post rédigé par Marilyn Stemp sur la page Facebook d’Iron Works ce 15 janvier 2014, elle affirmait vouloir poursuivre avec sa nouvelle entreprise pour continuer à apporter, des informations intelligentes et fiables aux motards de tous horizons : – « C’est avec une certaine tristesse que je vous écris pour vous informer que Hatton Brown, l’éditeur de Iron Works, a décidé de cesser la publication du titre après 24 ans, à compter de l’édition de Mars 2014. Certains d’entre vous ont appris ces nouvelles car il a eu des « fuites » et je m’en excuse. Ce n’est pas ce que je souhaitais. C’est la fin d’une époque pour les Iron Workers, mais c’est également une opportunité … pour nous d’exprimer notre gratitude pour tout cet enrichissant travail avec et parmi vous

Nous avons vraiment apprécié ces bons moments passés en votre compagnie, nos amis du monde de la moto. Vous nous avez permis de raconter vos histoires, de mettre en valeur votre savoir-faire et de jeter un coup d’œil derrière les comptoirs dans vos magasins. Nous apprécions votre soutien et l’intérêt que vous avez porté à Iron Works au fil des années ainsi que les amitiés qui ont ainsi été forgées. Je parle pour l’ensemble du personnel quand je vous remercie pour les nombreuses, divertissantes et enrichissantes expériences qu’Iron Works a permis. Cela dit, je regrette de n’être pas en mesure de donner suite à certains plans de rédaction. Nous faisons de notre mieux pour publier des articles promis et qui restent inédits à ce jour. Visitez notre nouvelle page Facebook IRON TRADER NEWS. Nous faisons revivre le titre original qui a précédé Iron Works pour continuer à apporter des informations aux bikers. “Thanks for your interest in Iron Works. It was a great ride”

Le 05 janvier 2014, Marylin STEMP et son équipe ont mis en ligne le compte Facebook et le site IRON TRADER NEWS. Avec leur toujours magnifique slogan : RIDE HARD STAY HUMBLE
Marilyn Stemp et son mari, Dennis Stemp, ont lancé Iron Works Magazine en 1989. Au début, Iron Works est comme le prolongement naturel d’un passe-temps qui va rapidement accaparer leur vie quotidienne. Iron Works était à la fois collaboratif et inclusif, il se voulait une source d’information de confiance qui divertissait et informait les motards américains (mais aussi hors USA) sur la base d’un travail intègre. Ce qui au début ne fût qu’un passe-temps de motard passionné était devenu un petit business d’édition reconnu par toute la profession.
À la mort de Dennis, en 2000, Marilyn reprend la direction d’Iron Works : – « Cela a été un tremplin pour le reste de ma vie, ouvrant la voie à des opportunités. Développer Iron Works m’a permis de repousser mes limites, pour ainsi dire, et m’a obligé à relever de nouveaux défis».
Après presque un quart de siècle d’existence, Iron Works cesse de paraître en 2014, mais Marilyn reste fière de l’équipe (dont son fils Vincent était aussi membre). En 2014, Marilyn s’est « réinventée » pour rester dans ce secteur de la motorcycle industry qu’elle aimait tant. Elle a créé Iron Trader News en ligne pour poursuivre la mission d’Iron Works

Et l’expérience lui a réussi, Iron Trader News est bien installé sur le Net et Marilyn reste considérée comme l’une des « plumes » américaines pour ce qui est de savoir écrire sur la moto. Elle a donc développé d’autres business (le site Iron trader News ; qui s’équilibre financièrement, ne dégage pas assez de bénéfices pour pouvoir en vivre pleinement). Le site compte presque 5000 visiteurs par jour (ce qui à l’échelle des USA reste modeste) et doit encore développer son audience (dont la moitié provient actuellement des USA, un quart d’Europe et le reste d’Asie et Amérique latine).
Il y a deux années de cela elle a été l’auteur du magnifique livre « Harley-Davidson CVO » publié par Motorbooks International / Quatro Publishing


Elle a ensuite édité « Gloria, A Lifetime Motorcyclist by Gloria Tramontin » (Gloria Tramontin est une célèbre motarde américaine de 93 ans, véritable star dans le milieu biker US, notamment durant les bikes week de Daytona et Sturgis) pour les éditions Wolfgang

La couverture reprend un peinture de David Uhl

Marilyn publie également le bulletin électronique Kiwi Indian et gère en tant que consultante des projets pour le Sturgis Buffalo Chip, notamment le Biker Belles Ride …
… et le Wild Gipsy Tour

Elle organise aussi l’exposition Motorcycles As Art, organisée par le célèbre photographe Michael Lichter


Et comme si ça ne suffisait pas, en 2018 pour la cinquième année consécutive Marilyn est éditrice du Sturgis Rider Daily que nous aimons tant lire avec notre café du matin lors de Sturgis Bike weeks …

En 2015, elle a lancé l’action de bienfaisance Flying Piston, organisé chaque année au Buffalo Chip, au profit des bourses d’enseignement technique et des « Missions pour la moto »

Lors de l’édition 2018, 7 mini vélos customisées par les plus grands master builders ont été dévoilés dans le cadre d’une nouvelle initiative visant à promouvoir l’univers de la moto auprès de la toute jeune génération encore en culottes courtes


Marilyn est engagée en tant que partenaire dans la préservation de la grande collection « Evel Knievel », abritée désormais dans le nouveau musée Evel Knievel, à Topeka, au Kansas



Naturellement IRON TRADER NEWS ne serait pas crédible sans un projet de construction custom une fois de temps en temps. Après avoir été à l’origine de la construction d’un bagger il y a deux ans c’est un Bobber Iron Trader News qui vient de voir le jour. Lancé il y a quelques mois de cela, c’est en octobre dernier que l’engin a été dévoilé (fruit d’une collaboration avec S&S, Avon tyres, Nash Motorcycles, Killer Création pour la peinture et Johnny Mac’s Chopper House de Philadelphia pour l’assemblage)

Et enfin, last but not least comme disent les américains, elle a été intronisée l’été dernier au musée de la moto de Sturgis et a ainsi fait son entrée au fameux Hall of Fame (le temple de la renommée motocycliste aux USA) en août 2018 en même temps que Jeff Decker (artiste sculpteur, collectionneur) et Valérie Thompson (la reine américaine de la vitesse). Le Sturgis Motorcycle Museum & Hall of Fame rend hommage aux personnes (physiques et / ou morales) qui ont eu un impact positif à long terme sur le monde de la moto. Il honore ses membres en racontant conservant et en contant des histoires qui mettent en valeur leurs contributions et leurs réalisations. En faisant cela, le musée nous espérons inspirer ses visiteurs et la communauté des motards. L’exposition comprend divers articles, vidéos et véhicules qui aident à parler de ces gens qui y sont honorés

Inutile de dire que Marilyn Stemp connait absolument tout le monde dans la biker industrie américaine, de Dave Perewitz à David Uhl en passant par Willy G. Davidson, Roland Sand, Rick Fairless, Jeff Decker, Billy Lane, Beanre et consort … qui tous sont ses amis. Pardonnez du peu.
Pour faire vivre IRON TRADER NEWS, Marylin Stemp est entourée de son fils Vincent Stemp et de Jack McIntyre

Marilyn et Vincent

Jack est photographe et spécialiste des médias numériques. Biker, vétéran du corps des Marines, il fait vivre plusieurs sites Web de Biker Lifestyle et compte plus de 20 000 photographies publiées dans le monde entier. Jack est un bénévole. La possibilité de travailler avec Iron Works s’est présentée à lui en 2009 et il a sauté sur l’occasion par pure passion (dans la « vraie » vie Jack dirige une compagnie de trucking). Jack McIntyre parle de Marilyn Stemp comme d’une belle âme. D’après lui, jamais il n’a rencontré plus adorable personne, tout le monde l’adore dans le milieu moto

Jack

Et début 2018, j’ai moi-même rejoint l’équipe d’Iron trader News pour qui je livre (pour la rubrique internationale) du site un ensemble d’articles / posts ayant pour ambition d’exposer aux lecteurs américains comme les français / européens vivent leur passion pour les motocyclettes et notamment pour celles de marques américaines (ce travail a permis récemment de faire la promotion de notre fierté nationale, l’ami Dom’, aka Noir Mat l’artiste peintre français de la custom culture MOTOMAG lui a déjà consacré un article)

Ma pomme et Marilyn

Finalement, Marylin STEMP vit son rêve éveillée : elle poursuit l’œuvre de son époux Dennis en expliquant qu’il lui a permis de vivre sa vraie vie, épaulée de son fils Vincent, secondée par Jack au cœur du milieu biker où, connue et appréciée de tous elle compte de nombreux amis. Jack, Vincent et elle utilisent le site pour obtenir des passes de presse et se rendre sur les évènements biker, faire des reportages, vivre au sein de ce monde qui les passionne tout en sachant qu’ils n’atteindront jamais une audience équivalente à celle d’un magazine comme HOT BIKE aux USA mais ça n’est pas leur objectif

Ils vivent leur passion au quotidien grâce à IRON TRADE NEWS et reçoive du milieu biker une reconnaissance et un respect qui les enchante et les surprend tous les jours. Si cela ne s’appelle pas avoir réussi dans la vie …
Voir le site d’IRON TRADER NEWS : https://irontradernews.com/

Marilyn Stemp

Maryline Stemp réalise dans les années 70 des études de journalisme à la Penn State University (Pennsylvanie) dont elle sort diplômée en 1976.
Depuis 1978 elle est « dans l’écriture » en tant que journaliste et éditeur free-lance sur des sujet variés : voyages, automobile, monde de l’entreprise.
Elle conseille aussi certains auteurs pour qui elle intervient en tant que relectrice de leurs ouvrages dans divers domaines.
En août 1989 elle lance avec son époux Dennis Stemp, la société d’édition Dennis Stemp Publishing Inc. qui publie Iron Works Magazine dont elle sera la rédactrice en chef jusqu’en 2011, année où elle en devient l’éditrice.
En janvier 2014 elle lance Iron trader News en version « électronique »

Depuis janvier 2013, elle est en charge de la publicité et la logistique de la collection Evel Kneivel.

En octobre 2014 Harley Davidson lui confie l’écriture de The Motor Company’s Custom Véhicule opération, une édition limitée dédiée à l’expérience CVO de la MoCo.

Elle est une des figures de l’organisation de la bike week de Sturgis (proche du président du fameux Buffalo Chip) et très impliquée dans diverses organisations telles que Yakin Riverkeeper Inc., Piedmont Environmental Alliance

Aller, la bise.
L’Hervé, your Berrichon friend

Ride around the clock en Avignon : le Défi 999


Hervé

Bonjour copain (et copine),

L’Avignon Bridge Chapter vient de livrer aux passionnés de long distance runs la quatrième édition du DEFI 999

1 (6)

C’est ainsi que ce samedi 08 avril, 240 bikers de toute l’Europe se pressaient dans une joyeuse pagaille sur la ligne de départ (enfin ensoleillé) dans ce charmant petit village des Alpilles, Cabannes, dont la mairie accueillait pour la seconde année consécutive cette épreuve d’endurance moto …

 1 (23)

Le Défi 999 ?

Il s’agit de réaliser 999 kilomètres non-stop en 24 heures dans le sud de la France à travers des plaines, des cols et le long de lacs offrant de jour comme de nuit de superbes paysages …

1 (21)

Ce n’est absolument pas une course. Le départ est donné le samedi à 14h00 et la ligne d’arrivée doit être franchie le lendemain, dimanche après-midi, avant 16h00…

Présenté comme la plus longue épreuve d’endurance sur route au road-book, le Défi 999 attire maintenant plusieurs centaines de motards venant d’une dizaine de pays européens (Allemagne, Angleterre, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse, divers pays de l’Est et même l’an dernier un concurrent venu tout spécialement de …Shanghai)

1 (8)

Les seuls possesseurs de motocyclettes de marques Harley-Davidson et Buell y sont admis. Le carnet de route leur est remis après le briefing de départ puis, au fil des divers check points répartis sur l’ensemble du parcours proposé.

 DSC_1175

Ce défi peut être réalisé seul ou en groupe, il est vivement conseillé d’être doté des cartes routières des régions du sud de la France et d’un GPS. Mais il est tout à fait possible d’y participer « les mains dans les poches » en intégrant l’un des nombreux groupes qui se forment spontanément au départ ou au fil du parcours (ou qui sont arrivés déjà constitués). La convivialité y est telle que l’intégration d’un biker égaré au cœur de la nuit se fera toujours dans la bonne humeur et …force quolibets.

1 (22)

 Pourquoi un tel intitulé pour cette épreuve : le DEFI 999 ?

Et bien d’abord parce que c’est un réel défi. Mille kilomètres non-stop (avec quelques arrêts à la pompe tout de même et un certains nombres de points de contrôle et restauration), uniquement sur routes du réseau secondaire, par monts et par vaux, toutes conditions météorologiques possibles (la pluie est omniprésente, parfois la neige et cette année quelques tornades sur les hauteurs de Saint-Affrique – il est parfois même possible de rouler sous le soleil – si). C’est effectivement un défi, moral et physique. Il s’agit d’une épreuve plutôt réservée à des motards « aguerris », néanmoins il n’est pas rare d’y croiser des permis de conduire d’à peine quelques mois. Si l’épreuve peut amener certains à abandonner, tous (hommes, femmes, jeunes et moins jeunes) en ressortent avec l’impression d’avoir réalisé quelque-chose d’assez unique sur deux roues et surtout d’y avoir pris grand plaisir. Satisfaction et même fierté caractérisent les finishers

DSC_1405

999 : pour les premiers kilomètres qui amèneront finalement le concurrent à franchir la barre mythique du millième. A noter que l’organisation est tellement précise que le motard qui aura respecté le road book devrait franchir la ligne d’arrivée avec un compteur affichant quasiment 1000km. Il n’est pas rare non plus que certains terminent avec 1200 voire 1300km dans les gommes. Car oui, on peut aussi s’égarer sur les routes du 999 (rires assurés lorsque de jour comme de nuit arrivent à un carrefour quatre groupes de motards de quatre directions et repartent chacun dans une direction différente) …

DSC_1067

Quelques plaisantins du Sud (nous tairons les noms) affirment que la vérité du choix « 999 » est due à quelques soirées de réflexion lors de la génèse du projet il y a cinq années de cela. Groupes de travail où d’aucuns cherchant un nom à cette épreuve avaient fait remarquer que si les éléphants peuvent être roses, les petits cochons (HOG) avaient une tendance certaine à grogner « 9 », « 9 », « 9 », quand on leur pinçait les joues /fesses …va comprendre.

Pour la petite histoire, le DEFI 999 trouve ses origines dans une épreuve organisée depuis quelques années déjà par nos voisins belges du Antwerp Diamond Port Chapter : les 500 miles, The hell of a day in paradise(prochaine édition les 27 et 28 octobre 2018 : www.500miles.be ). Les organisateurs avignonnais y ayant participé expliquent que l’idée de créer une épreuve d’endurance dans le sud de la France leur est directement venue du 500 miles. Deux représentants du Antwerp étaient présents cette année sur le 999 …

 JJB_7864

2018 voyait donc se tenir la quatrième édition du genre. En 2015, une trentaine de bikers prenaient le départ. Ils étaient une centaine l’année suivante, 180 en 2017 et 240 ce week-end du 07 et 08 avril …

1 (2)

L’ Avignon Bridge Chapter (et son concessionnaire qui joue le jeu à fond) fait preuve à ce jour d’une maîtrise organisationnelle impressionnante (le travail de préparation est colossal, réalisé par les bénévoles du chapter). Tout est au cordeau, les concurrents sont pris en charge à tous les niveaux (ils n’ont plus qu’à se concentrer sur leur pilotage). Performance d’autant plus impressionnante que ces trois journées se déroulent dans la bonne humeur avec une équipe d’encadrement disponible et toujours souriante. Trois jours d’une belle intensité pour le chapter …

1 (1)

Tout commence le vendredi soir par l’accueil des concurrents au dîner. Les « anciens » se retrouvent (et oui, l’épreuve compte dorénavant ses « vieux fidèles ») et les « nouveaux » découvrent cette convivialité qui est aussi la marque du 999 …

1 (3)

Le samedi matin est consacré à la grass’ mat’ et à l’inscription finale des participants dans les locaux des la concession Harley-Davidson d’Avignon. Formalités administratives, café offert, perception du pack tee-shirt / casquette, pins et patchs commémoratifs et direction le déjeuner qui attend tout le monde sur la place du petit village de Cabannes (à une dizaine de kilomètres de la concession)

1 (12)

La mairie a mis la place du village à disposition : parking, restauration, exposition de véhicules américains, concerts, danseurs country, plusieurs MC tiennent stand, quelques boutiques, tout y est (même le soleil) …

1 (7)

Quand vient l’heure : tous sont détendus, restaurés et fin prêts. Le prêtre n’a plus qu’à bénir les motards sur la ligne de départ et … c’est parti !

1 (13)

Au-delà de l’aspect « endurance », de l’envie de réussir une épreuve exceptionnelle, le 999 offre la possibilité de rouler sur de magnifiques routes et de prendre le temps d’en profiter (même s’il faut reconnaitre que le rythme est soutenu et que la majorité des concurrents reste plus concentrée sur son impératif que sur l’aspect « touristique ». A savoir, terminer l’épreuve) …

 1 (15)

Les conditions météorologiques ont été optimales : ni trop chaud, ni trop froid, quelques pluies éparses. Au milieu de la nuit, à une quarantaine de kilomètres de Saint-Affrique d’incroyables bourrasques ont arraché plusieurs lignes téléphoniques qui n’ont pas manqué de tenter de fouetter les motards au passage. Il fallait « trajecter sérieux » lors de cet épisode, plusieurs motards se voyant violemment déportés de plusieurs mètres par des bourrasques d’une force rare. La participation à une telle épreuve exige un équipement digne de ce nom : l’indispensable « combarde », plusieurs paires de gants / chaussettes, des sous-vêtements sérieux (c’est-à-dire chauds) et tout ce qui peut servir à empêcher l’eau d’entrer …

1 (16)

Et tant pis si le look savage biker en prend un coup (ledit look n’a plus aucune importance à 3 trent’ du mat’ en haut d’un col enneigé, sous la pluie et dans le vent – l’édition 2017 avait été terrible de ce point de vue) …

1 (18)

Le road book a une fois de plus été exceptionnel cette année (après 4 éditions, le chapter d’Avignon est dépositaire d’une superbe collection de road books qui lui permet notamment de modifier le parcours de l’épreuve au cours d’une étape si les conditions météo l’exigent)

1 (4)

La Camargue (avec étape dégustation d’huitres), épreuve de maniabilité juste avant le dîner …

1 (17)

Sur la photo, là, c’est moa … ne le répète à personne mais, à l’issue de l’épreuve j’ai couché la moto, tout seul, comme un bleu … 300 témoins, l’égo renvoyé direct au 22 mètres…

… puis passage au pied des piliers du Viaduc de Millau magiquement éclairés au cœur de la nuit, les gorges du Tarn, les monts Cévenols, les gorges de l’Ardèche (excellente idée d’avoir permis aux concurrents d’y pénétrer au lever du jour ce dimanche matin-là : personne, aucun touriste, pas une voiture, le paysage magnifique offert aux seuls rouleurs du 999), l’ascension vers le mont Ventoux, enfin la descente vers Cabannes par le parc national du Luberon et ses incroyables petites routes sinueuses

1 (19)

Quant à l’arrivée ; les concurrents passent la ligne seuls, à deux, en petits groupes épars. Tous sont chaleureusement accueillis, félicités, applaudis par les spectateurs, les organisateurs, les villageois et, enfin, accèdent au Graal : le PIN’S du DEFI 2018 !!! Et oui, tout cela pour ça !!!

DSC_1158

Tous ont le sourire, tous sont satisfaits et ravis de s’installer à l’une des nombreuses tables ; une dernière collation les attend au milieu des conversations où l’on se narre les anecdotes et autres aventures de ces dernières 24 heures …

1 (20)

Une petite trentaine d’abandons mais tout le monde se retrouve bien à Cabannes ce dimanche pour célébrer l’exploit et se promettre d’être au départ du DEFI 999 l’année prochaine les 06 et 07 avril 2019 …

1 (25)

Le DEFI 999 : un must dans la vie d’un Harleyiste !

Voir : https://www.le-defi-des-999.com/

 Aller, la bise !

L’Hervé, your Berrichon friend

 

 

 

 

 

Daytona Bike Week 2018 : painting tribute par David Uhl


Hervé

Bonjour copain (et copine),

tu es certainement au courant qu’en ce vendredi 09 mars 2018 a officiellement débuté la 77ème Bike Week de DAYTONA / Floride …

Daytona-Bike-Week-2018

A mon grand dam je ne peux m’y rendre cette année, ce qui ne m’empêchera pas de suivre cet évènement via les médias et les amis qui, eux, ne manqueront ça pour rien au monde … Lucky them !!!

Et notamment mon ami David UHL qui exposera son artwork painting à Ormond à la sortie de la concession Harley-Davidson ROSSMEYER

 imagesB

Daytona Dippin’ 

Et comme chaque année David proposera au public une peinture célébrant l’évènement dans la série Daytona Commémorative

in-the-gallery-at-bike-week-2010

Jeff DECKER et David UHL en 2010 sur le stand qu’ils partageaient à Ormond pendant la bike week quand j’ai fais leur connaissance (la photo n’est pas de moi)

Pour mémoire tu te rappelles que David Uhl diffuse son art notamment par le biais de série de peintures : Steampunk Ladies, Sturgis / Daytona Commemorative, Woman of Harley-Davidson, the Graceland Project, Across America,

med_3496_Ruby

Souviens toi de la magnifique The Women of Harley Davidson lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2014/01/27/motorcyle-painting/

Pour ce qui concerne la série commémorative de Daytona, elle a commencé en 2003 avec The Witness

sm_3526_The_Witness

Une œuvre unique créée pour commémorer la célébration du 100e anniversaire de Harley-Davidson à Milwaukee. Son titre (en français, Le Témoin) fait référence à un vieux motard, qui visiblement est imprégné de l’histoire de la Motor Company (la MoCo) ainsi que la fête de Daytona qui la célèbre …

Avec cette œuvre d’art, les Uhl Studios inauguraient une nouvelle approche pour sa sortie. Des tirages de la peinture originale ont été offerts à un prix inférieur à la normale pendant la durée de la bike week. A l’issue, l’œuvre n’a plus jamais été reproduite, protégeant ainsi la valeur de l’investissement des acheteurs. Oui, c’est de l’art et du business …

med_3425_Censored

Censored 1933

L’idée ayant très bien fonctionné auprès de la clientèle, il fût alors décidé de la poursuivre à l’occasion des deux évènements biker majeurs que sont la Daytona Bike Week et le Sturgis Rallye.

david-uhl-censored-1933-harley_1_37490381d91645db064bdd00bcff28c7

C’est ainsi qu’en 2005 David va proposer une peinture intitulée Censored 1933 d’après une photo d’archive qu’il avait dénichée ; qui était à l’origine une séance photographique publicitaire sur les rives du lac Michigan (qui serviront ainsi de référence à la fameuse plage de Daytona). A l’époque, cette photo n’avait pas été retenue pour la publicité car les deux jeunes femmes qui servent de modèles ne posaient pas et avaient été à cet instant précis photographiées au naturel. Leur attitude unposed rendait le cliché impropre à la publicité, mais parfait pour la peinture …
lg_3495_Rhumble_Fish
 Daytona 2006 fût célébré avec Rumblefish.
Un biker qui passe outre les restrictions locales et pêche certainement sans permis dans la rivière Halifax ….
lg_3469_Buried_Treasure
 En 2007, la Daytona bike week est fêtée avec Buried Treasure, où en 1926 un bon samaritain tente d’aider une jolie jeune femme sur la plage …
lg_3449_Babe
En 2008, c’est Babe, une interprétation personnelle par David de Babe Tancrede qui remporta la Daytona 200 race en 1940 …
d6eb5e624c8ddcd1d1b5c3045b1de739
Hommage à tous ces racers qui ont fait la renommée de Daytona …
sm_7728_Daytona_Ink
Avec Daytona Ink en 2009, c’est Elizabeth, l’épouse de David qui lui sert de modèle sur la célèbre jetée de Daytona …
6fb38246778f74b7612a6af514a38633--toledo-ohio-motorcycle-art
 David a régulièrement peint son épouse au fils des années …
du-rebel-yell
En 2010 avec Rebel Yell David voulait illustrer l’esprit de la bike week du point de vue d’une bande de gosses, le cœur libre, rejetant les interdits, un peu imprudents et tellement heureux. La scène se déroule dans les années 40, derrière eux on aperçoit l’archétype du biker de l’époque. Un vétéran de retour de la guerre, attiré par les rallyes moto et l’excitation des courses folles sur la plage. Bien sûr, tout le monde dans la région était affecté par cette énergie, ce bruit, cette ambiance, en particulier les jeunes garçons faisant échos au climat d’euphorie générale …
39df75c0959ab34b99b37b0850b45d7f-682x1024
 Ready to rally
C’est en 2011, année anniversaire symbolique pour la bike week de Daytona (70ème anniversaire), que David Uhl s’aperçoit qu’il n’a jamais peint jusqu’alors quelque-chose qui soit spécifique à ce que l’on peut croiser dans les rues lors de l’évènement … Il peint alors Ready to rally (une nouvelle fois le modèle est Elizabeth son épouse – quand tu la connais, c’est incroyable ce que cette peinture lui ressemble), une motarde devant la concession Harley-Davidson Rossmeyer de Daytona qui nettoie une dernière fois son 1340 avant de prendre la route …
sans-titre
 Above the law
S’étant rappelé une ancienne photographie en noir et blanc, en 2012, et voyant qu’elle était très populaire sur le Net, David la transforme pour nous proposer cette scène qui se déroule cent ans plus tôt en 1912 …
above-the-law-reference
… Hommage à toutes ces femmes qui ne se conforment pas à la règle  …
daviduhldaytona2013painting
Wing and a prayer 
2013 nous ramène dans les années vingt avec un Dale Walksler (sur l’échelle), transformé en cascadeur des années folles …Peu ou pas connu en Europe / France, il est présentateur télé et fondateur du fantastique Wheels Through Time Museum
sans-titre
 En 2015, David Uhl va produire deux œuvres pour commémorer la bike week …
CHdi10s
D’après cette photographie de 1922 il va peindre Lucky dog
Où l’on retrouve une fois encore cette volonté de rendre hommage aux femmes …
4a54c4b683482a321438049ff4eec109--bike-art-motorcycle-art
Et une seconde peinture où l’on peut admirer toute la maitrise de l’artiste dans son rendu des reflets et le réalisme de son travail …
5693dd166974c8ac469fa69536c650d6
Spring break
Cette huile est inspirée d’une photographie prise par Michael Lichter (célèbre photographe américain à qui l’on doit de très nombreux clichés de motocyclettes, hot-rods, évènements biker), ami de David …
0000bike
L’idée était ici de proposer un rappel des couleurs si spécifiques de la Floride dans un style le plus réaliste possible afin d’entrer en résonnance avec une autre oeuvre intitulée :
Autumn Knuckle
sm_9558_Autumn_Knuckle
Retour à l’esprit de la peinture expressive en 2015 avec l’accentuation de l’impression de vent et de mouvement. La peinture à l’huile est le moyen idéal pour peindre des figures ou des mouvements, elle permet d’altérer les bords et d’empêcher les figures d’être des découpes « rigides cartonnées ». Elle fournit également une profondeur et une dimension inégalée avec d’autres médias …
sm_14938_Daytona_Duel
Daytona duel
2016 a marqué le 74ème anniversaire de la Daytona Bike Week. David compose à cette occasion deux pièces pour commémorer l’événement. Love Triangle est l’une de ses œuvres préférées. En 2015, il avait participé à la Race of Gentlemen à Wildwood, dans le New Jersey, et photographié plusieurs belles motos et voitures …
DSC_6137-970x593
L’engin à la superbe patine est  la propriété de Mike Silvio …
12771541_10153428253007475_8838192008162425888_o
 Love triangle
La seconde oeuvre, 75th and Main est une pièce très impressionniste, montrant une scène que beaucoup de participants à la Bike Week ont vécu au fil des années …
56562fe9753e6d1529b4c686eacc63ee
75th and Main
Cette œuvre, par l’atmosphère qui s’en dégage est une de mes préférées de David Uhl … Avec celle intitulée Modesto Motorcylce Club
modesto_motorcycle_club
Œuvre extraite de la série Racing and Hill Climb
J’aurais appelé cette scène Un dimanche à la campagne
David aborde 2017 par une approche totalement différente. Cette fois-ci, il illustre le début du voyage vers Daytona. La moto encore « dans son jus » mais qui fonctionne toujours parfaitement et son vieux biker sont prêts à partir …
28871846_10155406709137475_1432641407356502016_n
Still kickin’

David avait demandé à ses fans de l’aider à trouver un nom à cette œuvre. Après de nombreuses heures de délibérations difficiles avec son équipe, une fois que plus de 1200 personnes aient fait une proposition, Still Kickin’  suggéré par Jeffrey Quesenberry a été retenu …

Et enfin, en ce mois de mars 2018, retour à Daytona et ses plaisirs de la plage. La route a été longue, il est temps d’aller piquer une tête …
6566
Daytona Dippin’
A savoir que David réalise un petit exploit physique avec cette œuvre. Blessé depuis quelques temps il a peint cette œuvre de sa seule main gauche. Artiste ambidextre …

Tu peux voir ici toute la série Daytona de David UHL :

http://www.uhlstudios.com/fine-art/collections/daytona-commemorative/?id=26

Et si tu ne te rends pas à cette 77ème Daytona Bike Week 2019, MOTOMAG te propose le bouquin qui va bien pour tout savoir sur cet évènement mythique  : http://boutique.motomag.com/livres-romans-moto/989-livre-ma-daytona-bike-week-a-moi-de-herve-rebollo.html

989-4474-thickbox

Aller, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend

2018-bike-week-logo1

Culture biker : Motorcycle Attorney


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Je t’ai parlé du monde enchanté de l’assurance moto à les USA (ça n’est d’ailleurs pas terminé, il me reste à te présenter un dernier assureur qui s’implique aussi beaucoup dans le monde de la moto américaine), passons maintenant à celui non moins idylique des juristes z’avocats, les fameux lawyers américains …

2-1

La spécialisation aux USA n’est pas un vain mot. Lorsqu’un individu, une entreprise se spécialise (quel que soit le domaine) en général en Amérique, il / elle ne le fait pas à moitié …

DJ5lq2ZUMAA0W0x

C’est donc la voie qu’a choisi le cabinet RUSS BROWN, MOTORCYCLE ATTORNEYS : la spécialisation dans la défense des motards et du monde de la moto.

Alors du coup, pour otpimiser notre sécurité sur l’autoroute on va s’écouter Highway song de Blackfoot (en live bien sûr) : http://www.youtube.com/watch?v=7g9Kej7W6zI

Blackfoot - Highway Song Live [Rock Candy remaster] front

Surtout tu écoutes jusqu’au riff de Rickey Medlock quand ça s’emballe après 5 minutes …
C’est l’enregistrement RTL au Pavillon Baltard, à Nogent sur Marne le 24 mars 1982 en première partie d’Iron Maiden. J’y étais vieux gars ! ça nous rajeuni pas dis donc. Quand je pense qu’on passait pour des loubards à l’époque … Mais je m’égare là …

Mais késaco ça un ATTORNEY ?

D’abord, c’est d’un ATTORNEY AT LAW dont on parle (et pas d’un attorney general qui s’apparente plus à ce que nous nommons un procureur ici en France). Exactement comme MATT MURDOCK / DARDEVIL ...

11241353_1417910828530077_2074621843_n

C’est un avocat dont la fonction est de défendre ses clients en justice, en plaidant pour protéger leurs intérêts. L’attorney at law que l’on choisit se doit d’être spécialisé dans les différentes catégories de problèmes à affronter. Ainsi donc, cela fait 25 ans que RUSS BROWN & CHUCK KORO sont spécialisés dans le « droit motocycliste » …

Russ_brown_chuck_koro_sponsors_daytona_bike_week1

Finalement, rien d’original à cela …

o

Non, ce qui une fois encore frappe l’esprit du petit motard franchouille que je suis ce sont les moyens que le cabinet met dans sa communication vers ses clients, pour aller à leur rencontre, les convaincre qu’eux aussi dans ce cabinet sont des motards, passionnés qui plus est, et donc qu’eux aussi savent de quoi ils parlent quand il s’agit de moto et de défense des motards  …

inflatable-arches

Le cabinet est présent sur la plupart des grands évènements motards … Sa couverture est nationale, il est représenté dans tous les USA …

sans-titre

A Sturgis, pendant la bike week, sa banderole est toujours bien visible sur main street

Lily Elise Hardrock Cafe Hollywood

Un stand pas forcément imposant mais toujours très fréquenté …

133e2baf-f673-442c-97c8-126901c11e81

… où l’accueil est toujours très professionnel (on est bien ici pour le business et pas seulement pour le show off) … avec de nombreuses girls dans la pure tradition biker US …10847312_940563415977311_4150892035465151102_o

 Vise un peu ce superbe tricycle (qui appartient au cabinet) derrière les deux attachées commerciales (enfin je suppose que c’est leur titre) !!!

A Sturgis, à Daytona, Indianapolis, NYC, etc …

RussBrownBikerTricycleStickerHiRez3inch

En réseau avec des homologues dans tous les USA le cabinet peut traiter géographiquement n’importe quelle affaire liée à un accident de moto …

sans-titre7777777

Son slogan : – « WE RIDE, WE CARE, WE WIN”

sans-titre777Que l’on peut traduite par « Nous roulons, nous prenons soin de vous, nous gagnons« . Même Jules avec son Veni, Vidi, Vici, ne décroche pas le César à côté de ça …

sans-titre7

Et pour vraiment montrer à quel point ils sont motards, aiment les motards et les motos et bien nos attorneys eux aussi investissent dans des Show bikes …

11160626_966223640077955_1899787498489091193_o

J’ai pu voir de près ces deux engins là à New-York lors d’un salon …

sans-titre4

On peut ne pas apprécier le style, il n’en reste pas moins que c’est un superbe travail qui a nécessité des budgets conséquents … Gophersandcheese-011814002

… et pas mal d’audace : coller un panier à un V-ROD Harley Davidson n’est pas a priori un réflexe neuronal absolument logique …

150131-CMCExpo-Sat-IMG_2879

Comme si cela ne suffisait pas le cabinet, ne craignant absolument pas que son sérieux ne soit jugé que sur de seuls critères visuels et  / ou jouant avec l’image de la gente féminine, n’hésite pas à associer son nom / logo aussi à de chauds showbikes

sans-titre222

Mais, aux USA, où l’on juge beaucoup moins les critères professionnels sur l’apparence, ça passe encore sans encombre …

 sans-titre555

Il n’est néanmoins pas interdit de se demander si un tel positionnement « image » sera encore tenable dans les proches années à venir …

sans-titre888

Naturellement, on retrouve aussi le cabinet dans la presse biker / motard …

sans-titre77

Les pages publicitaires y sont régulières …

Le cabinet est de longue date l’un des sponsors importants du NEW YORK RIDER MAGAZINE

 sans-titre666

Ceci dit, une fois le show-off fait, on peut travailler … très sérieusement d’ailleurs …

Et là, ça ne rigole plus du tout …

KAB_lawyer_sticker

TUE UN MOTARD, VA EN PRISON

Le positionnement et le message aux clients motards (et leur famille) est résolument offensif (pour ne pas dire violent) pour qu’ils comprennent bien que le cabinet a vraiment à cœur leur(s) intérêt(s) de motard. Ici, c’est l’Amérique : – « Si tu t’en prends à moi, à ma santé, à ma sécurité de motard / biker, mon attorney va te le faire payer très cher » …

Mike

 … dans absolument tous les sens du terme … Vous êtes prévenus automobilistes et autres truck drivers qui ne faites pas assez attention aux deux roues … Choisi ton camp camarade ! On voit rarement tel positionnement publicitaire (qui oppose « durement » des communautés quel qu’elles soient) en France / Europe …

RussBrownAriveAlive92

RUSS BROWN MOTORCYCLE ATTORNEYS avait connu un beau succès de communication en lançant il y a quelques années (novembre 2012) une campagne spécifique contre l’envoi de sms au volant (quand tu penses qu’en France la première vraie campagne nationale sur ce thème vient à peine de sortir il y a quelques semaines)

2017-RBMA-Keep-Me-Alive-Dont-Text-Sticker

KEEP ME ALIVE, DON’T TEXT AND DRIVE 

Il faut savoir que dans la majeure partie des USA, téléphoner en conduisant est totalement légal. Pour nous français c’est une vrai source d’étonnement. C’est simple, 50% des gens que tu croises en bagnole sont au téléphone. Et pas avec un kit mains libres …

 patch_large

Résultat, la nature ayant horreur du vide, la conséquence directe de cette tolérance est que les automobilistes en question envoient allègrement force sms en roulant. Quand tu ajoutes à cela qu’ils sont tous en train de manger en même temps (aux USA si tu ne manges / bois pas en conduisant ta voiture c’est que tu ne dois pas être américain), tu visualises aisément le carnage potentiel …

imagesAUJXP5HA

Sur le parvis d’une église évangéliste tu peux lire :

– « Mec, si tu aimes Jésus, envoie des sms en conduisant si tu veux le rencontrer« 

Et les stats de la route confirment : c’est l’hécatombe, notamment chez les motards. Strike !

imgres

Le phénomène est tel qu’aux USA le slogan Don’t text and drive ou encore Don’t text driving est devenu aussi célèbre que notre Boire ou conduire Campagne à la télé, à la radio, bords de routes plantés de panneaux de signalisation demandant aux drivers de ne pas rédiger ces sms de la mort … rien n’y fait.

 original.png

Sur les salons et autre rassemblements motocyclistes, le cabinet distribue des milliers de stickers comme celui-ci …Gros succès chez les bikers présents (j’en ai ramené aussi en France mais l’ami Tox Mic m’a tiré le dernier – t’as bien fait lapin)

rb.sticker_2011.0607_460

Tu peux jeter un oeil ici sur le site de RUSS BROWN ATTORNEY : http://www.russbrown.com/motorcycle-attorneys.html

3

Bon, oui, je sais bien que je devrais m’arrêter là mais, en Floride l’été dernier j’avais remarqué FRAN HAASH, la star locale des motorcycle injury attorneys …

sans-titre321

 Elle aussi motarde revendiquée mais au style résolument différent … image lisse et proprette de la juriste qui exerce dans l’un des plus riches Etat des USA, la FLORIDE …

sans-titre123

Ici, le biker est propre et policé, son attorney l’est donc aussi !

Un vraie vedette locale

slider2

Elle et son équipe sont de tous les évènements motards locaux entre Tampa, Largo, St-Petersburg, Daytona …

imagesX0QQY2ZO

Pas un carrefour où il n’y ait pas une affiche avec sa photo

 DSC_3748

C’est après avoir vu sa jolie remorque que je suis tombé amoureux d’elle …

sans-titre

Mais j’ai vite cessé c’est sûr, mon épouse à voulait pô et fallait rentrer à Paname …

http://www.lawfran.com/index.html

Tout à coup je me prends à apprécier les juristes moi … je vieillis.

Et c’est ainsi que ce business spécifique de Motorcycle Attorney se décline dans chaque état américain …

Aller, la bise !

L’Hervé, your Berrichon friend

 

Culture biker : les MC américains et leurs couleurs (2)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu sais que depuis quelques années j’écris tous les mois un ou deux articles pour le NEW YORK RIDER MAGAZINE … Avec ce mag’ tu entres de plein pied dans cette sous-culture (attention un tel qualificatif n’a ici rien de péjoratif) américaine des bikers telle que t’abreuve ton imagination depuis que tu es enfant …

Cover

L’approche est très HDC, beaucoup moins HOG (mais les HOG members sont aussi les bienvenus dans ses pages), un peu MC (autres que Harley), très nationaliste – la grande Amérique, terre des libertés individuelles, qui affiche clairement son soutien aux troupes américaines en opérations dans le monde (Welcome home, Vets!) …
Capture
L’idée : distribuer un mensuel gratuit (financé par la pub locale) à la communauté rider de l’Etat de New-York, dans lequel chacun peut adresser ses propres articles sur sa vie de motard / de club. L’air de rien, selon les mois le tirage se situe entre 10000 et 12000 exemplaires (pour mémoire, cet état compte presque 20 millions d’habitants pour une superficie équivalente à celle de l’Angleterre) …
Capture 2
Mais aussi et surtout le mag’ se veut un moyen de défense des bikers américains et le revendique haut et fort. Et là, grosse surprise : tu n’imagines pas à quel point les autorités (police et FBI) mettent la pression sur les MC locaux. J’ai découvert au fil des mois une situation et une tension qui n’a pas d’équivalent chez nous …
Capture 3
Le mag et ses avocats (spécialisés en affaires « motardes » – on les nomment aux USA les motorcycle attorneys – ont en trouve dans tous les états, je t’en reparlerai bientôt) passent leur temps à représenter les motards victimes d’accident, de discrimination et de ce qu’ils qualifient clairement de harcèlement de la part desdites autorités. Impressionnant !
Capture 5
Tu sens que l’ambiance est … « chaude ». Et comme d’habitude, les américains sont très bien organisés pour répondre à la menace. Notamment autours du mouvement Bikers Against Discrimination / B.A.D. que soutient le mag’ …
sans-tit
BAD cherche à mettre fin à la discrimination contre les bikers par tout moyen légal et veut notamment lutter contre l’idée trop répandue en Amérique du Nord selon laquelle tout membre d’un MC ou Patch wearer (Porteur de pacth ) est au mieux un citoyen de seconde classe et au pire un criminel en puissance. BAD estime clairement que cet état de fait relève d’une propagande erronée du gouvernement …
copblock-wallpaper-badges-dont-grant-extra-right-side-by-side
Quant à Carmella Brown (la proprio du mag’) elle déclare que dans les années à venir, elle espère faire la différence dans ce combat pour restaurer les droits constitutionnels des Bikers / Riders …
La volonté est de faire obstacle à certains débordement de la police américaine vis à vis de nombreux bikers / riders … BAD et COPBLOCK ont un peu le même combat et se sont rapprochés sur certaines actions ces dernières années … COPBLOCK est littéralement une organisation indépendante qui « surveille » la police et ses éventuels abus … en ayant un positionnement qui n’est pas « anti-police » …
 CopBlock-logo-
 Jette un œil ici :
On trouve des organisations BAD aussi dans certains pays d’Europe et en France on pourrait dire que son équivalent est la récente Fédération des Bikers de France :   http://www.federationdesbikersdefrance.fr/
Alors oui, bien sûr, vive le droit des motards, riders et autres bikers, veillons bien à nos droits constitutionnels partout dans le monde … Mais ne soyons pas non plus totalement aveugles ou (pire) naïfs : le mouvement one percenter  est assez impliqué dans le mouvement BAD … D’ailleurs, si tu prends garde aux couleurs (et oui, on en reparle à nouveau de ces fameuses couleurs) reprises par ladite Fédération des Bikers de France … (les initiés me comprendrons) …
 Capture 7
Pour revenir au motorcycle show de New-York dont je te parlais il y a deux semaines de cela, là où ça devient comique à mon petit niveau de touriste français, c’est quand je me pointe sur le stand juste à côté de celui du New-York Rider Magazine …
DSC_3750
Carmella Brown (la petite brune), propriétaire du mag’
DSC_3872
 … sur lequel DAVE BROCK le champion MMA des Hells Angels de New-York signait des autographes … (purée je me tiens une de ces coupes de cheveux sur cette photo avec le champion) …
DSC_3869
… qui se trouve être comme un fait exprès celui de la police de l’Etat de New-York. Gloups !!!!!!!!
a2
 – « Coucou bonjour policemen, j’arrive de Paname, je peux l’awouar ma photo avé le policeman biker ?. No problem sir, you’re welcome ».
 Le sympathique policier à mon côté se prénomme Scott. L’archétype du fonctionnaire de police américain …
Patch_of_the_New_York_State_Police

Ce qui est rigolo c’est qu’en fait, les policiers sur le stand ont vu d’où j’arrivais. C’est-à-dire du stand d’à côté où une dizaine de Hells Angels accompagnent Dave Brock qui est en pleine séance de dédicace.Et là, tu sens bien que les policiers en questions se demandent si je les provoque ou si je suis vraiment un couillon de touriste français un peu niais qui ne sait pas au milieu de quoi il se trouve (alors la réponse c’est : 1) je sais très bien où et avec qui je suis 2) je suis un couillon de touriste français un peu niais – mais ici à NYC je fais passer ça pour ce fameux French style que le mon dentier nous envie) …
DSC_3890
Mais bon, sur le motorcycle show tout se passe bien (et c’est tant mieux parce que je n’ose imaginer un incident ici avec le monde qui se presse sur les stands et dans les allées) …
DSC_3917

Finalement, c’est un membre des Hells Angels qui me résuma bien la situation au sujet des clubs – nouveaux ou plus anciens – me rappelant que tout cela c’est le droit de s’associer – THE RIGHT TO ASSOCIATE. Ce qui est totalement exact dans un régime démocratique …

sans-titre

Et en anglais ça sonne bien : – « THAT’S THE BOTTOM LINE, IT’S ALL ABOUT FREEDOM » (je te laisse traduire sinon à quoi ça sert que Google il se décarcasse ?!)

 DSC_3666

Isson forts ces américains tout d’même n’est-il pas, hein ?!!

Et moi, après 20 années de photographies de Colors, je ne te raconte pas la collection que j’ai …

Aller, à très bientôt pour évoquer d’autres aspects de la culture biker américaine !

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend

David Uhl est à la Daytona Bike Week


Hervé

Bonjour copain (et copine),

16998215_10154399080682475_3057455584337795407_n

Il y a un petit moment déjà que je ne t’ai pas parlé de mon ami David UHL, artiste peintre américain, fameux et émérite …

IMAG2001

Tous les ans, pour chacune des Bike Weeks de Daytona (et Sturgis) David produit une œuvre spécialement dédiée à l’évènement …

56562fe9753e6d1529b4c686eacc63ee

En 2016 on lui devait cette œuvre intitulée 75th and main

Pour Daytona, David n’en n’est pas à son coup d’essai … Depuis 2005 il produit un artwork  à chacune des ces fameuses semaines de la moto en Floride …39df75c0959ab34b99b37b0850b45d7f

Le modèle ici est son épouse Elisabeth …

1c60bbddbd1119db0ca39574e85449a7

Ces derniers temps David nous a gâtés avec quelques aquarelles de gueules de bikers absolument superbes …

16939239_10154388409507475_3011582107507415948_n

Avec ici ce portait de Brian Cannon lors de la dernière west coast Race Of Gentlemen

Ou encore avec …

17190663_10154407930212475_5094489219425718140_n

Mel, lors de la même course …

et SHINYA KIMURA

16995974_10154391409602475_4346690615703608247_n

Pour revenir à la DAYTONA BIKE WEEK 2017David UHL a réalisé cette peinture intitulée …

STILL KICKIN’

17039217_10154399080682475_3057455584337795407_o

Magnifique ce vieux PANHEAD non ?

David avait demandé à ses fans de l’aider à trouver un nom à cette œuvre.

Après de nombreuses heures de délibérations difficiles avec son équipe, une fois que plus de 1200 personnes aient fait une proposition, Still Kickin’  suggéré par Jeffrey Quesenberry a été retenu …

Le tableau sera mis en vente à la fin de la bike week …

Tu peux voir ici toute la série Daytona de David UHL :

http://www.uhlstudios.com/fine-art/collections/daytona-commemorative/?id=26

Et si tu ne te rends pas à cette 76ème Daytona Bike Week 2017, MOTOMAG te propose le bouquin qui va bien pour tout savoir sur cet évènement mythique  : http://boutique.motomag.com/livres-romans-moto/989-livre-ma-daytona-bike-week-a-moi-de-herve-rebollo.html

989-4474-thickbox

Aller, la bise …

L’Hervé, your Berrichon friend

STURGIS 2015 : NOIR MAT, un artiste français aux USA


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Bon, Sturgis, je t’en ai quasiment narré tous les aspects ces derniers mois …

DSC_0898 - Copie

… tu n’as maintenant plus qu’à t’y rendre pour vérifier si je t’ai bobardé ou pas …   : )

Bon voyage, tu vas t’éclater, c’est gagné d’avance !

Ceci dit, il me reste une dernière chose à te raconter qui m’a vraiment plu cette année …IMAG2093

…  la présence de nombreux artistes peintres (je vais te parler ici des plus connus / talentueux mais ils sont vraiment nombreux à venir de toute part pour exposer leurs oeuvres picturales … plus ou moins réussies pour certains d’ailleurs) et surtout pour la première fois de sa carrière, la présence de plusieurs peintures de notre ami, le français Dom’ dit NOIR MAT (en bon américain il nous faut dite : Dom’ Aka NOIR MAT – Aka pour Also Known As …)

IMAG1720 - Copie

Dom’ n’étant pas présent lui-même cette année à Sturgis

Bon je t’ai déjà parlé en long, large et travers de DAVID UHL, j’arrête promis

Saches juste que deux mois avant la bike week David a produit pas moins de cinq oeuvres … un travail incroyable (notamment compte tenu du niveau de qualité de sa production) en un laps de temps aussi court …

SABOTEUR (avec ma pomme en arrière plan) …

IMG_0737 - Copie

TARYN

Taryn

Cette peinture à sa petite histoire … quand tu connais l’oeuvre et le style de David, le Springer que tu vois derrière est  … « bizarre ». ça ne correspond pas totalement à son style et surtout son goût pour la moto vintage … mais, c’était une commande du patron du casino Gold Dust de Deadwood … qui voulait une peinture avec sa copine (qui, pour l’avoir rencontrée est absolument superbe et fidèlement reproduite ici) pour la bike week … il fallait donc faire vite et David ne s’est pas du tout attardé sur la moto … Apparemment le boss en question a du être très satisfait vu qu’il a commandé pour chacune des 100 et quelques chambres de l’hôtel qu’il possède aussi à Deawood un exemplaire d’une des peintures de maître Uhl … Art n’ business te dis-je !!

SMOKIN GUN (toujours avec ladite jolie copine)

Smokin Guns

NEW ARM JERKER

New Arm Jerker

De très grande dimension, cette peinture est magnifique en réalité …

Oui, pas mal de références au monde des cow-boys, nous sommes dans les Black-Hills, berceau de l’histoire US du XIXème et début du XXème siècle …

Et enfin, retour au monde la moto avec la peinture réalisée pour BETSY HUELSKAMP (souviens-toi, je t’ai parlé d’elle il y a quelques mois de cela, j’avais fait les photos qui ont servi à cette oeuvre l’an passé sur les hauteurs de Deadwood avec David : http://lesblogs.motomag.com/tatoue-harley/2015/01/05/welcome-to-sturgis-7-quelques-raisons-daller-a-strugis/ ), intitulée FREE SPIRIT

Free Spirit

Ce fût d’ailleurs très sympa de revoir Betsy cette année …

7 Betsy Huelkamps

A une cinquantaine de kilomètres de Deadwood, dans l’immense concession Black Hills Harley Davidson de Rapid City, c’est SCOTT JACOBS qui exposait ses oeuvres …  quand je dis immense je te laisse te faire une idée par toi même :

Afficher l'image d'origine

Pendant la bike week, c’est littéralement un mini salon de la moto qui se tient ici … J’ai d’ailleurs pu y retrouver Brian KLOCK et son épouse Laura. Ils dirigent KLOCK WERKS depuis un certain nombre d’années déjà et produisent des pièces originales et de grande qualité  … C’est notre pote Ludo qui a un full dresser Klock Werks déniché chez BORIE il y a deux ans de cela … un des seuls que je connaisse en France

Perso’ j’adore …Klock 2 J’ai même eu le plaisir de le piloter … (le full dresser hein, pas Ludo …)

Klock 1

Toute la famille KLOCK est dans la moto jusqu’au cou …

laura1

Les deux filles pilotent en course et Laura détient plusieurs records de vitesse sur le lac salé …

Laura-Klock-Bonneville

Dans leur genre, les KLOCK sont eux aussi une grande famille d’artistes …

3 Laura & Brian KLOCK

Je suis heureux d’avoir pu les revoir ici et les interviewer pour un petit article paru à la rentrée dans le NEW YORK RIDER MAGAZINE

3b Laura Klock

Et moa j’ai uneuuuu jolieeeeee photo avekeuuuu Laurahahaahahaha …

Pour en revenir à Scott Jacobs , il est considéré aux USA comme LA référence en terme de peinture contemporaine moto / auto … Ce qui ne cesse de me surprendre car son style a un côté naïf que l’on ne retrouve par du tout chez David Uhl qui de plus maîtrise bien mieux la lumière que Scott … enfin bon, le débat est ouvert depuis des années entre les fans … je dirais juste que Scott est plus éclectique dans le choix de ses thèmes (il aborde plus les lifestyles, arts de la table et du vin, Venise et ses masques …). Mais pour moi, David est le meilleur des deux.

1

Enfin bon, peu importe … le fait est que grâce à leur art respectif ils sont dans une concurrence permanente et  … millionnaires tous les deux …

1aa

La peinture que tu vois ici, qui était exposée dans la concess’ de Rapid City durant la bike week, s’intitule A CLOSE ENCOUNTER et figure les deux filles de Scott, Olivia et Alexa en Harley devant la fameuse DEVILS TOWER dans le Wyoming …

1aaa

Ce tableau original aurait été vendu 109.000$ durant la bike week à un newyorkais …

1 (602)

Vas te faire un avis sur l’art de ces deux grands artistes sur leur site internet …

Scott : http://www.scottjacobsstudio.com/

David : http://www.uhlstudios.com/

Mais ce que j’ai vraiment adoré ce jour la à Rapid City, c’est de trouver les oeuvres de notre ami NOIR MAT , exposées pour la première fois aux USA … Dom’ m’avait donné toutes les informations pour retrouver Shelley qui s’occupe de lui pour la RALLY FINE ART GALLERY

IMAG1987

C’est notre pote JACK 1340 qui a réalisé ce superbe portrait de Dom’ (qui a énormément plu aux américaines sensibles … au french charm de notre stéphanois ..)

Pour ne rien gâcher, NOIR MAT était carrément exposé avec les plus grands. Notamment l’allemand MICHAEL KNEPPER (‘scusez du peu …) …

IMAG1988

La toile du dessus comme tu le sais est un hyperréalisme de NOIR MAT intitulé AMERICA et juste en dessous tu aperçois le fameux WELCOME TO STURGIS de KNEPPER  

1 (212)

Perso’, suis très moyennement fan de KNEPPER, trop naïf à mon goût sur la forme et sur le fond (les loups, aigles, indiens, toute la panoplie traditionnelle du biker d’Epinal …ça me gave grave … bien sûr, ceci n’engage que moi, il est tout à fait possible d’aimer le genre et être mon meilleur pote tout en étant fan de Johnny Halliday)

Tu peux admirer sa production ici : http://www.michael-knepper.com/

Et pour NOIR MAT ici : http://www.noirmatart.com/

Dom’ n’était pas aux USA cette année, son travail l’y précédait (de fortes chances pour qu’il y soit en 2016 me disait-il en octobre lorsqu’il exposait au Carousel du Louvre sur Art Shopping)

IMAG2406

Jack 1340, Noir Mat … pi’ moa ke j’ai l’air couillon sans surnom …

IMAG2409_1

Pour en revenir (et en finir avec) à Sturgis, Dom’ m’a bien manqué sur place mais j’ai tout de même eu l’immense plaisir d’y voir son travail et surtout l’intérêt que les américains lui portait (notamment Scott Jacobs qui a été … « interpellé »)  …

… et de me faire ce petit selfie souvenir en tant que premier frenchie à finalement l’accueillir aux USA

YES !!…

IMAG1986

Bravo mon Dom’, tous mes voeux de succès t’accompagnent, je n’ai aucun doute sur ta futur réussite sur ce marché américain où à mon humble avis, avec David Uhl tu es le meilleurs dans le genre …

Et toi copain / copine ?  …

C’est quoi ton classement NOIR MAT / UHL /JACCOBS / KNEPPER ?

Aller, la bise.

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

STURGIS BIKE WEEK 2015 : un million de bikers et DYNA / FXR à l’honneur


Hervé

Bonjour copain (et copine),

DSC_0706

Pour la seconde année consécutive cet été, j’ai eu le privilège motard de participer à la Sturgis Bike Week dans le Dakota du Sud …

Afficher l'image d'origine

En 2015, pour cette soixante quinzième édition, les organisateurs avaient vu grand …  … et la chambre de commerce locale confirmait dés le milieu de semaine qu’un million de véhicules étaient attendus … Enorme !

Sturgis® Motorcycle Rally™

Le Département des transports du Dakota du Sud a finalement fait savoir que 965.130 véhicules sont entrés dans la ville de Sturgis entre le 24 juillet et le 9 août

C’est bien simple, l’édition 2015 n’avait rien à voir avec la précédente en terme de fréquentation … à peine imaginable … j’avais déjà été impressionné en 2014 mais alors cette année … je pourrais t’en parler pendant des heures, jamais je ne te restituerai ce que ce fût … il ne te reste plus qu’à t’y rendre pour te faire une idée de la chose …

Afficher l'image d'origine

La photo ci-dessous a été prise le lundi 03 août, jour officiel de l’ouverture du rally qui allait établir un record avec 96.409 véhicules entrant dans la journée à Sturgis

Fort heureusement on pouvait encore assez facilement s’échapper et trouver de merveilleuses routes totalement désertes …

DSC_0891

Je t’ai déjà longuement entretenu de l’édition 2014 et ne vais pas revenir à nouveau sur tout ce que tu pourras y faire lorsque tu t’y rendras …

Néanmoins il y a une ou deux choses que je veux te narrer, c’est très important pour ta culture de base biker (et pas « ta culture de biker de base », tu as vu comme je respecte la nuance en ce qui te concerne)

Ainsi donc, me voici parti de bon matin de Denver, seul, biker frimeur au mieux de sa forme … les chaps, les mitaines en cuir, l’air arrogant et … sans casque sur une moto (Springer 2006) dépouillée au possible … pas d’erreur, chui’ un vrai qui se la pête à les z’USA, moa !!!

IMG-20150731-WA0002_1_1

La 85 plein nord jusqu’à Cheyenne, traversée du Wyoming et ses immenses plaines et enfin, arrivée en milieu d’après-midi dans les Black Hills, à Deadwood à une vingtaine de Km de Sturgis, là où je vais résider avec David Uhl et quelques autres copains …

IMAG1952

Alors, pour ce qui est de la joie (la bêtise ?) de rouler sans casque sous le soleil de feu du Wyoming … bin wouala le résultat … woui, je sais, c’est pô malin … remarque, j’ai tellement dégusté que je ne suis pas prêt de recommencer (35 ans de moto et commettre encore de pareilles erreurs … la honte) … grave cramé le baill’ keur !

IMAG2118

Là j’ai bobo …

Bon, une fois sur place, pas grand chose de plus à raconter que lors de la dernière édition (rien ne t’empêche de relire tout ce que je t’ai déjà écrit sur le sujet), en 2015 c’est toujours la même chose mais en deux fois plus grand avec des embouteillages de motocyclettes titanesques en prime …

DSC_0922

Je voulais plutôt te parler d’une tendance dans le milieu HD aux USA qui est en train de monter et qui concerne un modèle bien particulier :  Dyna / FXR  … et ses adorateurs

DSC_0684

A la sortie de Sturgis, sur la gauche, en direction du fameux Buffalo Ship …

DSC_0626

 … se trouve un lieu dénommé City Park, particulièrement dédié à ce type de motocyclette de la marque Harley Davidson

Afficher l'image d'origine

Tu trouvais ici tous les tenants de la culture Dyna US … des préparateurs (comme l’immense Roland Sandsmy idol, … )  ou Big Bear ChoppersDSC_0724… les casques Simpson, les accessoiristes comme Speed Marchands, FXR Division, FXR or DIE et surtout les fameux clubs vouant un culte sans borne à la DYNA (Dynamite crew, Dyna disciples, Lane SplittersFXR warriors, …) qui se retrouvent pour stunter et participer au fameux FXR SHOW qui va primer le plus bel engin …

Sturgis 2015  FXR Show-Perewitz Bike Show 144

Ici le look c’est : casque Simpson, chaussettes montantes blanches de foot, short bermuda, t-shirt, gilet de cuir, pas de gants, un max’ de tatouages et full throttle

Yes we’re riders !!!!!

Et bien sûr tout ce petit monde exposait son brélon préparé sauce booster. Oui car en plus d’être méga lookées, certaines de ces motocyclettes DYNA / FXR sont préparées pour la vitesse … le stunt, le drift et le wheelie à outrance …

téléchargement

Les gars s’en donnent à cœur joie n’hésitant cramer un embrayage ou péter une courroie / chaîne pour la beauté du geste et les photographies qui vont avec … le must étant de réussir à démolir un fender arrière (si possible en explosant le feu arrière, c’est plus drôle comme ça) tout en posant la main au sol …

Fondus les mecs te dis-je !!!

Mais alors leurs bécanes … j’adore. Et les mecs stuntent avec des custom bikes à 35.000 $ … Ci-dessus les dingos de UNKNOWN INDUSTRIES en action …

wheelie-kevin-slider

On doit ce engin-ci à BIG BEAR CHOPPERS … une merveille

Afficher l'image d'origine

La fameuse batwing du Street ou de l’Electra est bannie. On retrouve des carénages que seul les Rouges et Blancs américains utilisaient jusqu’alors où bien les polices US des années 70 / 80 …

IMAG2026_1

DSC_0690

DSC_0692

A noter un certain nombre de kits WARBIRD (proposée par CORBIN depuis au moins une vingtaine d’année déjà, cette carrosserie au style finalement intemporel est toujours aussi belle sur un FXR)

IMAG2038

 Ces motos sont très loin de faire l’unanimité et comptent nombre de détracteurs qui leur trouvent une laideur toute fonctionnelle … Quant à mettre tant de $ sur un engin pour aller ensuite jouer au cascadeur sur le parking du supermarché d’à côté …

DSC_0682

Effectivement, nous sommes en pleine controverse de l’art … ça se discute …

DSC_0701

Résultat, des bécanes au look affirmé et au style unique … Perso, je like à donf’ !!!

IMAG2037

Cela fait deux ou trois ans que je « suis » ces clubs et leurs motocyclettes et il y en a une en particulier qui m’a fait craquer à l’instant où je l’ai découverte ; la fameuse JAILBAIT (je te laisse traduire tout seul ce que signifie ce nom) de Daniel Dolan

DSC_0710

Et ce jour là, non seulement je retrouve Cyril Huze sur le site mais je tombe sur l’engin et son proprio (à qui l’on doit aussi le magnifique Road King JEFE de JEFES)

IMAG2047

MAGNIFIQUE !!!!!!!

DSC_0707

J’ADOREUUUUUUUUUU ….

Laurent, j’veux la même (t’en fais pas, il se reconnaîtra le bougre) !!!!

DSC_0705

En 2014 l’engin a gagné la troisième place au FXR Show ici à Sturgis

Il a été construit par FRONT RANGE CYCLE à Fort Collins dans le Colorado cette année là

Sinon je te disais que Daniel Dolan était aussi l’heureux propriétaire de l’incroyable Road King JEFE de JEFES. Chance, l’engin était lui aussi exposé ce jour là …

 DSC_0711

La base change donc (FXRT Road King 2004) mais l’esprit est exactement le même avec cet incroyable carennage et sa magnifique peinture

Après les méga baggers hydrauliques, les roues avant surdimensionnées, les turbo-compressions démesurées, les chromes partout, voici la nouvelle tendance HD qui monte aux USA …

IMAG2020

Donc, si tu veux avoir l’air d’être un vrai, dans le move, bin tu sais ce qu’il te reste à faire : commence par ressortir tes chaussette de foot (auquel tu ne joues plus depuis que tu as ce petit bidon … ne nie pas stp !!), c’est un début qui de plus ne te coûtera rien …Afficher l'image d'origine

Et quand tu en sera arrivé à faire ceci avec ta DYNA en off road, appelle-moi je viendrai faire de photos …

7858f20c276ed554be50d6669f5a918f

Aller, à bientôt pour la suite

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

Les motos tout(es) en couleur de STURGIS


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Ça y est, on va causer brélons et on va en wouar maintenant … l’était temps non ?

p

Ainsi donc te disais-je, c’est … le grand retour de la couleur, de la peinture qui déchire son berrichon, colorée, mélangée, partant « dans toutes les directions » … c’est l’avènement de la 30 inch front wheel (la 21 est enterrée) et l’affirmation des baggers « inroulables »  …  C’est l’actuelle mode motarde ricaine sur les rassemblements …

A noter que le style Old School est ici quasi absent (à l’opposé de ce qui se passe à Daytona) …

z15

z11

… d’ailleurs c’est marrant, un des rares stands à te proposer ce genre de customisation vient justement de Daytona, BLINGS CYCLES qui ont en Floride une réputation bien établie déjà …

z13

Quelques un traînent dans les rues … mais avec ce genre d’engin, tu restes scotché sur main street à faire le kakou …

z12

… quasi-impossible d’aller tailler la route des heures dans les Black Hills avec ça …

z14

z15a

… et le vintage est à peine plus présent …

z17

… tu verras quelques très beaux spécimens mais ils seront rares,

z16

ça relève de l’exceptionnel …

z 17

Knuck’ et Pan’ ont toujours la cote

Donc te disais-je, de la COULEUR

l

o

z4

… encore de la couleur …

q

n

w

… jusqu’à l’indigestion (voire, au grand n’importe quoi) …

p

(roule devant, je te suis … de très loin … je préfère qu’on ne nous voit pas ensemble)

z9

… de la GROSSE ROUE …  (mini 30 pouces sinon en dessous tu fais petit joueur)  

z6

z3

y

… et même sur non bagger

z7

Sais pas quoi penser de cet engin là …

… et justement, en parlant de Baggers, alors là c’est l’escalade …

z

Tous plus bas les uns que les autres …

z2

… avec pour nombre d’entre eux système hydraulique incorporé de gestion de la garde au sol …

z5

Quid de la fiabilité, du confort … ???

 x

J’ai des doutes (pas sur le prix dudit système par contre)

v

Les moteurs, bien sûr beaucoup de HD, de S&S et autres marques américaines (on compte de l’ordre d’une quinzaine de fabricants de moteurs en V type HD aux USA), beaucoup sont turbo compressés, les cylindrées sont les plus grosses possibles … toujours plus, c’est l’Amérique !

On relève aussi un gros travail sur l’évolution de la traditionnelle forme avant …

k

… dite Bat Wing

z1

z2a

Alors bien sûr, ce genre de brélon, tu en as plein les stands d’exposants, en veux-tu en woualà … sauf que dans la rue (à part sur main street), t’en woua pratiquement pô. Bin woui … au-delà du prix (on tape dans les 30 mille boulons américains, voire plus, ce qui aux US est très cher) … c’est « inroulable » (échappements libres qui rendent sourd, selles symboliques casse coccyx, guidons casse épaules, amorti réduit, roue avant idéale en ligne droite et bonjours les virages sous la pluie ; tout ceci sans parler de la peur des rayures sur ta peinture à 15.000$)

Quant aux bikers qui sont venus ici avec ce type d’engin (les quelques que tu aperçois en train de rouler), ils sont arrivés en trailer … (tu n’en croises absolument aucun sur les routes alentours).

« Inroulable » te dis-je …

Z9a

… ah bin le monsieur là, malgré un sérieux souci à la jambe gauche il n’est pas d’accord avec moi dis donc …

Bon aller, j’arrête de faire mon critiqueur, la fois prochaine je te parle de les quelques motocyclettes qu’a’ m’ont bien plus à moa à la Sturgis bike week.

La suite bientôt donc …

La Bise.

L’Hervé, your Berrichon friend.

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002

Sturgis Bike Week (9) : DEADWOOD ville de légende


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Mais la vérité vraie en fait c’est que … non, on ne va pas à STURGIS pour la bike week !

On ne va surtout pas à STURGIS !

Bin wouais …

Je te l’ai dit, la ville est laide, surpeuplée et souvent excessive

Non, ceux qui savent ne vont pas à STURGIS même, ils vont à …

1 (803)

Bon, je fais le malin là mais à vrai dire, je n’en savais rien non plus ; j’ai séjourné à DEADWOOD pour la simple et unique raison que c’est là que David UHL résidait et qu’il m’avait collé dans le même hôtel que lui

1 (639)

Et DEADWOOD, ç’a été pour moi la divine surprise dans le DAKOTA DU SUD

DEADWOOD a été fondée illégalement sur un territoire indien concédé par le gouvernement américain par le traité de Fort Laramie en 1868 au peuple LAKOTA

2 (14)

En 1874, le colonel Georges Armstrong Custer annonça la découverte de gisements d’or dans les Black Hills provoquant une ruée vers l’or et la fondation de Deadwood qui devint en 1876 un ville réputée pour ses « bandits-manchots » et ses maisons closes (base du scénario de la série télévisée Deadwood)

1 (130)

En quelques années, la ville devint renommée pour ses prostituées mais aussi pour avoir été le théâtre du meurtre de WILD BILL HICKOK

1 (808)

… et pour être le lieu de sépulture de CALAMITY JANE

1 (882)

Le chop’ de BETSY HUELSKAMP est immatriculé en hommage à cette héroïne de l’histoire des USA

1 (883)

En 1879, la ville fut dévastée par un incendie puis reconstruite

          1 (134)

1 (138)

Elle continua de prospérer, devenant un centre minier important des BLACK HILLS

                          1 (171)

1 (159)

1 (173)En 1961, la ville fût inscrite au patrimoine national américain

1 (256)

DSC_0001

1 (655)

DEADWOOD se trouve dans un écrin de verdure au coeur des montagnes à une vingtaine de kilomètres de STURGIS ; c’est une petite ville superbe et préservée à l’architecture remarquable

Pendant la bike week il y a effectivement du monde, mais l’ambiance y est calme, on y a de la place, on y respire. C’est ici que viennent loger les participants à la bike week qui veulent un peu de calme tout en étant complétement immergés dans la fête mais aussi dans l’histoire des USA.

Comme on dit là-bas : – « This place is a must see / be »

En gros : l’endroit où il faut être …

1 (974)

Bienvenu dans les BLACK HILLS !

Tu y retombes en enfance, tu te remémores tous ces westerns que tu regardais gamin et tu cherches John Wayne à chaque coin de rue … et bien sûr, tu te promets de ressortir toute ta collec’ de vieux PIF GADGET et de PILOTE pour te relire l’intégrale de TEDDY TED et de BLUEBERRY

Surtout … ne viens pas me dire là que tu ignores ignare qui est TEDDY TED !!

(bon, d’accord, là je m’adresse plutôt aux vieux …de mon âge … qui ont encore un peu de mémoire)

 TEDDY TED, une série de BD française, bien de chez nous !

Créée en 1963 par Jacques Kamb (scénariste) et dessinée par Yves Roy. Au bout de trois épisodes, ils cédèrent la place à Roger Lecureux (scénar’) et Gérald Fortonau (dessin) qui en firent la réputation

(le nom du personnage choisi par Kamb s’inspire de l’allitération formée par le nom de Lucky Luke)

On a le droit de lui préférer BLUEBERRY (créé en 1963 lui aussi)

 Enfin bon, tout ça pour te dire dans quelle ambiance tu vas te retrouver à DEADWOOD (ce qui ne sera absolument pas le cas à STURGIS)

C’est simple, pour te permettre de mieux saisir mon enthousiasme concernant cette ville, je dirais que l’on pourrait la comparer à un PROVINS ou un SARLAT en FRANCE (alors que Sturgis m’a beaucoup plus fait penser au parking d’Auchan Fontenay-sous-Bois … qui me fait un effet tout autre … vas comprendre)

1 (220)

C’est pas tout lapinou (non pas toi Gégé) : main street est agréable, bordée de nombreux casinos et de quelques restaurants proprement étonnants dans la mesure où en 30 années d’aller-retours divers et variés aux USA, je n’ai jamais aussi bien mangé qu’à Deadwood …

… et bu !

1 (315)

On s’est notamment trouvé deux restaurants avec une cave incroyable. Un petit Saint-Emilion à tomber … tellement inattendu ici …

              1 (317)

(par contre le prix pas inattendu du tout, je te confirme que ça m’a coûté un œil …)

 Tu te rendras donc au casino MIDNIGHT STAR, sur main street (juste en face du GOLD DUST)

1 (229)

…  et monteras au dernier étage au restaurant ouvert par KEVIN COSTNER, le JAKES

Tu peux arriver en tee-shirt et casquette de base ball et tee-shirt …

… mais n’oublies surtout pas d’une part de réserver avant (c’est blindé de monde) et surtout …

… comme Green Lantern, ton pouvoir vert

 

Donc DEADWOOD, oui da, c’est là où il faut être, qu’on se le dise !

Sinon, à signaler aussi, un peu plus loin plein sud sur la route du Mont RUSHMORE, tu peux loger à HILL CITY (ou à KEYSTONE). Très chouette aussi, plus petit que DEADWOOD

DSC_0003

Pas mal non plus, par contre ça t’éloigne un peu de STURGIS … mais c’est un détail sans importance et ça te fera rouler un peu plus

1 (688)

Une dernière précision

Si l’’envie te prend de séjourner dans ces petites villes, réserves très, très vite.

Les places sont rares et surtout lorsque les bikers quittent les hôtels du coin pour rentrer chez eux une fois la bike week terminée … ils réservent immédiatement leur chambre pour l’année suivante.

Résultat : peu de disponibilité et des prix déments (300$ la nuit … grâce à David j’ai eu ma piaule à 150$ … j’ai dit merci)

1 (766) - Copie

Aller, la bise, la suite bientôt.

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002