Culture biker : les MC américains et leurs couleurs (2)


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Tu sais que depuis quelques années j’écris tous les mois un ou deux articles pour le NEW YORK RIDER MAGAZINE … Avec ce mag’ tu entres de plein pied dans cette sous-culture (attention un tel qualificatif n’a ici rien de péjoratif) américaine des bikers telle que t’abreuve ton imagination depuis que tu es enfant …

Cover

L’approche est très HDC, beaucoup moins HOG (mais les HOG members sont aussi les bienvenus dans ses pages), un peu MC (autres que Harley), très nationaliste – la grande Amérique, terre des libertés individuelles, qui affiche clairement son soutien aux troupes américaines en opérations dans le monde (Welcome home, Vets!) …
Capture
L’idée : distribuer un mensuel gratuit (financé par la pub locale) à la communauté rider de l’Etat de New-York, dans lequel chacun peut adresser ses propres articles sur sa vie de motard / de club. L’air de rien, selon les mois le tirage se situe entre 10000 et 12000 exemplaires (pour mémoire, cet état compte presque 20 millions d’habitants pour une superficie équivalente à celle de l’Angleterre) …
Capture 2
Mais aussi et surtout le mag’ se veut un moyen de défense des bikers américains et le revendique haut et fort. Et là, grosse surprise : tu n’imagines pas à quel point les autorités (police et FBI) mettent la pression sur les MC locaux. J’ai découvert au fil des mois une situation et une tension qui n’a pas d’équivalent chez nous …
Capture 3
Le mag et ses avocats (spécialisés en affaires « motardes » – on les nomment aux USA les motorcycle attorneys – ont en trouve dans tous les états, je t’en reparlerai bientôt) passent leur temps à représenter les motards victimes d’accident, de discrimination et de ce qu’ils qualifient clairement de harcèlement de la part desdites autorités. Impressionnant !
Capture 5
Tu sens que l’ambiance est … « chaude ». Et comme d’habitude, les américains sont très bien organisés pour répondre à la menace. Notamment autours du mouvement Bikers Against Discrimination / B.A.D. que soutient le mag’ …
sans-tit
BAD cherche à mettre fin à la discrimination contre les bikers par tout moyen légal et veut notamment lutter contre l’idée trop répandue en Amérique du Nord selon laquelle tout membre d’un MC ou Patch wearer (Porteur de pacth ) est au mieux un citoyen de seconde classe et au pire un criminel en puissance. BAD estime clairement que cet état de fait relève d’une propagande erronée du gouvernement …
copblock-wallpaper-badges-dont-grant-extra-right-side-by-side
Quant à Carmella Brown (la proprio du mag’) elle déclare que dans les années à venir, elle espère faire la différence dans ce combat pour restaurer les droits constitutionnels des Bikers / Riders …
La volonté est de faire obstacle à certains débordement de la police américaine vis à vis de nombreux bikers / riders … BAD et COPBLOCK ont un peu le même combat et se sont rapprochés sur certaines actions ces dernières années … COPBLOCK est littéralement une organisation indépendante qui « surveille » la police et ses éventuels abus … en ayant un positionnement qui n’est pas « anti-police » …
 CopBlock-logo-
 Jette un œil ici :
On trouve des organisations BAD aussi dans certains pays d’Europe et en France on pourrait dire que son équivalent est la récente Fédération des Bikers de France :   http://www.federationdesbikersdefrance.fr/
Alors oui, bien sûr, vive le droit des motards, riders et autres bikers, veillons bien à nos droits constitutionnels partout dans le monde … Mais ne soyons pas non plus totalement aveugles ou (pire) naïfs : le mouvement one percenter  est assez impliqué dans le mouvement BAD … D’ailleurs, si tu prends garde aux couleurs (et oui, on en reparle à nouveau de ces fameuses couleurs) reprises par ladite Fédération des Bikers de France … (les initiés me comprendrons) …
 Capture 7
Pour revenir au motorcycle show de New-York dont je te parlais il y a deux semaines de cela, là où ça devient comique à mon petit niveau de touriste français, c’est quand je me pointe sur le stand juste à côté de celui du New-York Rider Magazine …
DSC_3750
Carmella Brown (la petite brune), propriétaire du mag’
DSC_3872
 … sur lequel DAVE BROCK le champion MMA des Hells Angels de New-York signait des autographes … (purée je me tiens une de ces coupes de cheveux sur cette photo avec le champion) …
DSC_3869
… qui se trouve être comme un fait exprès celui de la police de l’Etat de New-York. Gloups !!!!!!!!
a2
 - « Coucou bonjour policemen, j’arrive de Paname, je peux l’awouar ma photo avé le policeman biker ?. No problem sir, you’re welcome ».
 Le sympathique policier à mon côté se prénomme Scott. L’archétype du fonctionnaire de police américain …
Patch_of_the_New_York_State_Police

Ce qui est rigolo c’est qu’en fait, les policiers sur le stand ont vu d’où j’arrivais. C’est-à-dire du stand d’à côté où une dizaine de Hells Angels accompagnent Dave Brock qui est en pleine séance de dédicace.Et là, tu sens bien que les policiers en questions se demandent si je les provoque ou si je suis vraiment un couillon de touriste français un peu niais qui ne sait pas au milieu de quoi il se trouve (alors la réponse c’est : 1) je sais très bien où et avec qui je suis 2) je suis un couillon de touriste français un peu niais – mais ici à NYC je fais passer ça pour ce fameux French style que le mon dentier nous envie) …
DSC_3890
Mais bon, sur le motorcycle show tout se passe bien (et c’est tant mieux parce que je n’ose imaginer un incident ici avec le monde qui se presse sur les stands et dans les allées) …
DSC_3917

Finalement, c’est un membre des Hells Angels qui me résuma bien la situation au sujet des clubs – nouveaux ou plus anciens – me rappelant que tout cela c’est le droit de s’associer – THE RIGHT TO ASSOCIATE. Ce qui est totalement exact dans un régime démocratique …

sans-titre

Et en anglais ça sonne bien : – « THAT’S THE BOTTOM LINE, IT’S ALL ABOUT FREEDOM » (je te laisse traduire sinon à quoi ça sert que Google il se décarcasse ?!)

 DSC_3666

Isson forts ces américains tout d’même n’est-il pas, hein ?!!

Et moi, après 20 années de photographies de Colors, je ne te raconte pas la collection que j’ai …

Aller, à très bientôt pour évoquer d’autres aspects de la culture biker américaine !

La bise

L’Hervé, your Berrichon friend

LE PHOTOGRAPHE et les ANGES


Hervé

Bonjour copain (et copine),

Il y a quelques mois de cela j’ai eu le plaisir d’aller passer trois jours, pour la première fois, à Venise …

Je ne connaissais pas et j’étais bien convaincu que pendant quelques heures j’allais effectivement arrêter de penser motocyclettes / bikers toutes les dix minutes … naïf que j’étais !

C’est certain, Venise n’est pas vraiment l’endroit où tu croiseras un deux-roues motorisé … même sans moteur … une simple bicyclette … interdite, carrément (compte tenu du monde, c’est plutôt une sage mesure)

Seule motocyclette visible à Venise …                Et désolé tu n’échapperas pas à la photo « cliché » …

Le photographe et les HELLS ANGELS ..  1

Bon …

Tout comme j’ignorais que même si la température peut être clémente en hiver, la ville dans certains quartiers est inondée, selon l’heure, au rythme des marées …

Aucune importance, les marchands du temple locaux te proposent l’équipement adéquat, ce qu’il faut pour te sauver des eaux et cheminer à sec (la solution s’achète 10 à 15 euros à marée haute, 5 à 8 euros à marée basse : c’est ce que l’on nomme la fluctuation du marché …)

J’ai donc assuré comme une bête ; je m’a acheté lézékipemen adéquat !!!

Note le choix judicieux et l’harmonie des couleurs … orange et noir !!!

DSC_0133

Hahahahahahaha, je la vois la flamme de la convoitise dans ton regard … non … je ne te les prêterai pas mes sur-bottes vénitiennes, takat’en acheter une paire …

Et bien évidemment, pendant que tu fais l’envieux pas beau tout ébloui par mes accessoires dernier cri toi tu n’as rien vu …

… t’as pô remarqué l’affiche au mur derrière moi … et bin wouai !

Regarde bien …  les pieds dans l’eau au cœur de la cité des Doges te voici nez à mur avec le monde biker … le crois-tu ça mon Titi ?

DSC_0130 - Copie

L’exposition RESONANCE présentait une partie de l’œuvre du photographe IRVING PENN (1917 – 2009)  

… 130 chefs-d’œuvre du photographe américain (1917-2009), acquis et montrés jusqu’en fin d’année (2014) par la Fondation Pinault. Ça méritait vraiment (si tu passais par Venise évidement), un détour par le Palazzo Grassi

DSC_0144 - Copie

Occasion quasi unique de voir pareils trésors, détenus dans le cadre d’une collection privée, lorsqu’ils sortent de leurs cartons. En général, on a la chance de ne les voir qu’une fois dans sa vie !

DSC_0160 - Copie

Jusqu’au 31 décembre dernier (je crois qu’elle a été prolongée en janvier) au Palazzo Grassi (Fondation François Pinault – mais si tu sais, celle que l’administration française a été infoutue de permettre qu’elle s’installe en France sur l’île Seguin)

DSC_0148 - Copie

(c’est bien, on ne me reconnait pas ici)

L’exposition présentait donc 130 photographies, de la fin des années 1940 au milieu des années 1980, au deuxième étage du Palazzo. Elle réunit 83 tirages au platine, 29 tirages argentiques, 5 tirages dye-transfer aux couleurs éclatantes ainsi que 17 internégatifs encore jamais montrés.              Magnifique !

DSC_0167 - Copie

DSC_0170 - CopieL’exposition parcourt les grands thèmes chers à Irving PENN, qui, au-delà de la diversité apparente de leurs sujets, ont tous en commun de saisir l’éphémère dans toutes ses facettes

Ainsi en est-il de la sélection de photographies de la série des « petits métiers » réalisée en France, aux États-Unis et en Angleterre dans les années 1950

DSC_0224

Pompier, Paris, 1950                                                        

 DSC_0219 - Copie

Deep Sea Diver, NYC, 1951                                   

 DSC_0209 - Copie

 Sewer Cleaner, New York, 1951                                              

DSC_0162 - Copie

Fishmonger, Londres, 1950

Et le fameux Motorcycle policeman, NYC, 1951 qui ressemble tant à un mussoliniste des années 30 …

DSC_0223 - Copie

De même, les portraits des célébrités du monde de la peinture, du cinéma et de la littérature des années 1950 à 1970, qui côtoient les clichés ethnographiques des habitants de la République du Dahomey, des aborigènes de Nouvelle Guinée et des hommes du Maroc, mettent en exergue avec force la brièveté de l’existence, qu’elle soit nantie ou démunie, célèbre ou inconnue (Oulalalala, comme c’est bien dit ça dis donc, hein, n’est-il pas ??!!!)

DSC_0171 - Copie

Capote

DSC_0165 - Copie

Duchamp

DSC_0172 - Copie

Picasso

Chez Penn, la modernité ne s’oppose pas nécessairement au passé, le contrôle absolu de chaque étape de la photographie, du studio au tirage (auquel il consacre une importance et un soin sans équivalent) lui permet d’approcher la vérité des choses et des êtres, dans un questionnement permanent sur le sens du temps et sur celui de la vie et sa fragilité

Ce qui forcément nous amène  … aux HELLS ANGELS. Logique, non ?

Bonjour l’enchainement là … un peu brutal je le reconnais

Bon, aller, on reprend au début.

Quel rapport peut-il bien y avoir entre Penn et la Red n’ White machine ? Surtout que, même si Penn est aujourd’hui reconnu comme un artiste d’envergure international, il a beaucoup travaillé pour VOGUE, un univers éloigné au possible s’il en est du monde des bikers américains …


C’est dans son livre Worlds in a Small Room /as an ambulant studio photographer, publié en 1974, que l’on trouve la réponse à cette improbable rencontre

En fait, Penn a beaucoup travaillé sur la notion de tribu …Le photographe et les HELLS ANGELS .. épisode 3… de clan,…de sous-culture (cette appellation n’étant absolument pas péjorative) dans les sociétés, au Népal, Nouvelle Guinée, Afrique, etc. et bien évidement aux USA …

Big Brother and the Holding Company and the Grateful Dead

… où en 1967 il va convier des représentants des Hells Angels de San-Francisco à une séance photo …

Il parle justement dans ce livre de ce travail particulier …

Hippies, rockers, bikers,  … des tribus américaines de cette fin des sixties … qui effraient (menacent ?) l’Amérique …

Voici une traduc’ home made by myself, non official  de ce que l’on peut lire dans le livre de Penn sur sa rencontre avec les HA :

En 1967, San Francisco bruissait d’une sorte d’agitation nouvelle  - de nouveaux modes de vie qui étaient exotiques, même pour la Californie faisaient leur apparition. Les gens parlaient d’un nouveau type de jeunes appelés hippies, et d’une zone où ils avaient commencé à se rassembler dénommée Haight-Ashbury. Ils semblaient avoir trouvé une nouvelle vie satisfaisante pour eux-mêmes en laissant de côté la société dans laquelle ils étaient nés, créant la leur propre. Il était question de drogue, de vie communautaire, et de sexe en groupe. Il y avait un nouveau genre de musique, de nouveaux musiciens, accompagné d’une nouvelle forme de prestation visuelle, des shows avec des spectacles de lumière

DSC_0189 - Copie

Ces premiers hippies étaient des créatures douces, très différentes de cet autre groupe également basé dans la région de la baie de San-Francisco, les Hells Angels. Ces rudes motards n’étaient pas tout à fait nouveaux sur la scène – il y avait déjà eu des films inspirés par eux, et de nombreux jeunes dans tout le pays idéalisaient leur mode de vie-outlaw, libre, violent. Ils étaient les «out» qui ont trouvé la force en se regroupant

L’envie a grandi en moi d’examiner les visages de ces nouvelles personnes à San Francisco à travers la lentille d’un appareil photo, à la lumière d’un studio, sur un fond simple, loin de leurs propres vies quotidiennes. J’ai suggéré aux éditeurs du magazine Look qu’ils devraient s’intéresser à un tel sujet. Ils ont immédiatement accepté. Leur journaliste des tendances sur la côte Ouest, George Leonard, avait déjà écrit une histoire à propos de ces nouveaux modes de vie. J’ai rencontré Leonard, notre collaboration a été immédiate et sympathique. Notre idée était que le seul texte qui accompagnerait les photos serait la stricte reprise des paroles prononcées par les personnes qui seraient photographiées

(tu peux voir ici une reprise du texte de l’article publié à l’époque sur les Hells Angels dans Look : http://selvedgeyard.com/2011/01/20/from-hells-angels-to-hitchcock-irving-penn-shot-them-all/ )

DSC_0177 - Copie

HELLS ANGELS (SAN FRANCISCO), 1967

En 2008, ce tirage (numéroté 27/50) se vendait 27.500$, chez Christies à NYC au Rockefeller Center Plaza

 J’ai alors loué un vaste espace au deuxième étage d’un bâtiment à Sausalito dont la structure était assez solide pour supporter les lourds engins des Hells Angels. Il y avait un monte-charge pour les motos. L’exposition était orientée plein nord, comme je le souhaitais

 Choisir des individus /sujets parmi les hippies a donné lieu à des conversations sans fin.  A l’opposé, les Hells Angels eux ont rapidement accepté de venir – tout simplement pour une bonne rémunération. Ce fût plus rapide et plus facile. Nous nous sommes rencontrés un jour à midi dans un parc et l’affaire a été faite

Au cours de la séance de photos les hippies et les groupes de rock m’ont surpris par leur degré de concentration. Leurs yeux sont restés rivés sur l’objectif de la caméra ; ils étaient patients et doux. La « coolitude » typique que je redoutais de ce nouveau genre de personnes n’a finalement pas été un problème du tout

DSC_0214 - Copie

Avec les Anges ç’a été autre chose. Ils étaient comme des ressorts tendus prêts à dépoter et à faire mal. Être enfermés à l’intérieur d’un bâtiment avec leurs précieuses motos (avec femmes et enfants, que je leur avais demandé d’amener) frustrait leur tendance naturelle à mettre la pagaille. Les retards et les provocations étaient sans fin. Pourtant, l’objectif hypnotique de la caméra et le confinement de l’atelier les ont tenus en échec assez longtemps pour que les photos soient finalement faites. Lorsque la séance fût terminée et que leurs motos hurlantes descendirent la route, je laissais échapper un profond soupir

DSC_0194 - Copie

HELLS ANGEL (DOUG), SAN FRANCISCO, 1967

DSC_0202 - Copie

En 2010,chez Phillips à NYC ce tirage (numéroté 20/ 40) était estimé entre 25.000 et 35.000$

J’ai adoré voir cette exposition … par hasard … découvrir cet artiste dont je ne connaissais que ces deux fameuses photos des Anges de Frisco en 67 … j’ai fait des recherches sur ces bikers, j’aurais aimé découvrir qui ils étaient, à quel Chapitre ils appartenaient, ce qu’ils était devenus … je n’ai rien trouvé. Si tu as des infos, penses à me les transmettre mon pioupiou, d’avance merci

DSC_0235 - Copie

Quand je te dis que la moto ça nous mène à tout : à destination et à la culture                  Hummmm, c’est bon d’être un biker à Venise !

Aller, la Bise.

L’Hervé, your Berrichon friend

Et si tu veux voir DAYTONA, un clic ici tinyurl.com/Daytona002