Niet skis

Arrivé à la ville de mon étape finale, je n’en ai pas pour autant fini avec un programme chargé. Il faudrait que j’aille voir les bords du lac Baïkal, même s’il n’est pas encore gelé  mais de toute façon, mes super skis pour moto qu’on a mis tant de temps à mettre au point ont été réexpédiés en France ; à peine arrivés déjà repartis…ce sont les nouvelles mesures de rétorsion en réaction aux sanctions européennes, les dommages collatéraux  du voyageur en quelque sorte, tous les colis personnels envoyés depuis l’Europe sont immédiatement refoulés. Pas les colis commerciaux, rien n’arrête le bizness, non, juste les trucs persos…tout ça n’est pas vraiment grave…j’irai voir le lac quand même et pour ça, il faudrait bien rafistoler l’alternateur. Vitali, depuis Moscou a fait circuler l’info sur le net, motard fransouzki en rade, c’est allé jusqu’à Ulan Oudé, de l’autre côté du lac, presque en Mongolie…Viktor a chopé l’info et m’a envoyé un texto. Pendant ce temps, j’avais contacté Sacha, un pote de Komar le banlieusard, qui commente avec une assiduité remarquable tout mon parcours en se remémorant le sien, presque vingt ans plus tôt. Avec Viktor et Sacha, on forme une équipe de choc pour écumer les zones industrielles à la recherche d’un réparateur d’alternateur…Et puis le soir, je peux rentrer au Baïkaler Hôtel qui ,depuis le départ de la horde de préados ,est devenu un endroit presque paisible…

4 thoughts on “Niet skis

  1. Quand je pense que nous on est bien au chaud à profiter de notre confort et que tu es en train de galérer à des milliers de kilomètres… sauf que tu te fais des souvenirs que nous n’aurons jamais… bonne chance le russe !

  2. Niet skis, niet guénérator !

    Bon bin si t’as pas pu te faire livrer tes skis, je suppose que tu ne peux pas non plus te faire livrer d’alternateur ! C’est clair, faudra que tu rebobines le tien sur place… mais les Russes sont surprenants au royaume de la débrouille !
    Y’ a 20 ans, nous avions réussi à réparer une boîte de vitesses de 2CV perforée après la casse d’un roulement épaulé qu’on a remplacé par un roulement de moto Oural maintenu par une bride en ferraille taillée sur place tandis que le carter vidé de sa tripaille partait se faire ressouder pour boucher le trou dans je ne sais plus quelle usine de supersoniques militaires.

    Profite de tes derniers jours pour aller voir le Baïkal et passe le bonjour à Sacha et aux copains,

    Paka moî brat !

    Komar le banlieusard

  3. Profite, ici c’est dallas en politique et le froid va pas tarder après les pluies tropicales !!
    On se régale à te lire c’est comme çi qu’on y était !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*