Dernière longueur de piste

Il ne restait que quatre vingt kilomètres pour arriver à Mörön, sur une piste avec mention \ »route nationale\ », le risque de se perdre était dérisoire, il me fallait juste gérer le trou dans le moteur. Je me suis levé à l’aube, la somptuosité de ma chambre n’incitait pas à la grasse matinée. Le gérant, appelons-le comme ça, était déjà debout. Il ne réside pas dans l’établissement, on peut le comprendre. Comme il devait aller, en camion, livrer quelques vaches à la ville, il m’a laissé un cadenas et demandé de verrouiller la porte en partant. J’ai donc commencé à nettoyer le moteur à l’essence puis scotché consciencieusement un pansement sur la plaie béante du moteur et je suis parti comme ça, en priant tous les Bouddhas de Mongolie, qu’il n’ y ait pas de passage à gué sur cette route. Très vite je me suis rendu compte que ça se décollait mais il venait de l’intérieur du moteur une aspiration qui maintenait vaguement la compresse. Après vingt bornes, le trou s’est retrouvé à l’air libre mais finalement peu d’huile s’en échappait, j’étais en train de me demander combien de temps je pouvais tenter ma chance quand un tangage bien connu mais toujours malvenu vint me rappeler que sur les pistes caillouteuses, il faut toujours prévoir les crevaisons. Après avoir maudit ma race et, par delà, la race de la race, je me suis calmé ; réparer une crevaison ce n’est pas si grave, j’arriverai juste un peu plus tard que prévu sous la douche. Quand un minibus s’est arrêté pour savoir si tout allait bien, je ramais à décoller le pneu de la jante, j’avais fait retomber la moto et je commençais à désespérer un peu. Ils sont sortis de la bagnoles, quatre lascars rigolards qui ont voulu prendre les choses en mains tout de suite… et pendant que deux s’activaient fébrilement sur la roue, les autres me servaient quelques coups de vodkas accompagnés de nouilles aux oignons. Ils étaient bien excités de voir la moto redémarrer, quant à moi, légèrement bourré, je me disais qu’il ne fallait surtout pas me vautrer une fois de plus. Je suis tranquillement reparti en évitant soigneusement les cailloux sailllants pour arriver à boucler cette putain d’étape jusqu’à Mörön. Des touristes Coréens hilares m’ont croisé un peu plus loin, ils voulaient faire des photos, savoir d’où je venais… ils sont repartis, leurs rires tonitruants et le gros moteur de leur tank à pneus résonnèrent longtemps dans la vallée, puis le calme est revenu…et moi, j’ai continué mon petit chemin avec une légère ivresse qui me donnait l’impression de survoler les bosses… sauf pour les dix derniers kilomètres, là elles étaient terribles les bosses ; quand toute les pistes parallèles se rejoignent pour une entrée de ville, c’est toujours l’horreur. Je suis arrivé au centre. Autour du seul carrefour avec feux de la ville, il y a trois hôtels du même calibre. J’ai visité les trois, j’ai choisi celui où l’hôtesse d’accueil était la plus souriante…elle souriait d’ailleurs beaucoup moins quand elle a vu la flaque d’huile que j’avais larguée sur le sol de son garage. J’ai remis la moto dehors et elle m’a vite pardonné…Après une énorme soupe pleine de légumes, de viande et d’épice brûlantes, et une pause aux toilettes parce que j’ai un problème avec les épices brûlantes, je me suis effondré sur le plumard, hélas un peu trop dur, mais je devrais m’y remettre d’aplomb quand même …

One thought on “Dernière longueur de piste

  1. Salut Ptiliouke,
    bin mon vieux ! Comment t’a fait pour crever à c’point-là un couvre-culasse malgré les pare-cylindres ? Fais-gaffe à pas perdre ton huile quand même, déjà qu’il n’y en pas beaucoup dans ces moteurs.
    Sinon, ça va avec les clébards ? Parait que les clebs de la steppe sont plutôt agressifs avec les piétons (les mecs qui ne sont pas à cheval)…
    Et raconte-nous un peu l’accueil sous la yourte, les histoires de place pour l’invité, les points cardinaux, la place des esprits, tous ces trucs qu’on entend parler à propos de la Mongolie…

    à te lire,
    Komar le banlieusard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*