Mörön

Au petit matin, l’air est vif et le soleil brûle déjà, on a le plaisir de cette sensation étrange uniquement dans les déserts et les hautes montagnes.  La Mongolie, c’est un peu les deux à la fois. Je suis allé, dès le lever du jour, vers le « black market » où, paraît-il, je devais trouver tout ce que je cherche. Le black market c’est un mélange de hangars en béton, de cabanes en bois et de containers ; on y trouve surtout de la nourriture et  on n’aime pas les photographes, surtout au rayon viande. Il y est plus facile de dégoter un quart de bœuf que de la colle à métal mais en déambulant au milieu de tous ces étals aux odeurs puissantes, en se faisant indiquer la direction à prendre  à chaque hésitation, on finit toujours par trouver quelqu’un qui parle anglais et qui pourra enfin filer  le bon tuyau, la petite cabane planquée de celui qui vend de la résine composite chinoise dont l’odeur me rappelle étrangement le cabinet de mon dentiste…Mörön est un  peu plus agréable qu’Ulaangom, une grandes artère ornée de lampadaires très élégants quoiqu’un peu alambiqués, des grands squares un peu poussiéreux entourés d’immeubles officiels plus ou moins kitsch ou totalement soviétique, des statues de Gengis Khan au milieu des ronds point, on y voit déambuler toute une jeunesse en costume d’étudiants, accrochée à ses téléphones comme partout ailleurs. Mörön sent le centre administratif, la ville qui a son importance, même si elle se traverse en quelques minutes.  J’ y fais réparer mon téléphone ; c’est que moi aussi, comme cette jeunesse en uniforme, je suis devenu dépendant de cette verrue en alu brossé. La mutation du siècle ne m’a pas loupé…

One thought on “Mörön

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*