repartir à nouveau…

J’ai eu l’impression de tourner en rond à Irkustsk ? Mais que dois-je donc dire de la suite quand pour la troisième fois, je me tape la route qui rejoint Ulan Ude ? En même temps, il faut bien reconnaître que c’est à chaque fois une nouvelle expérience. L’année dernière, les forêts empestaient la cendre froide déposée par les incendies du nord, la semaine dernière,  par une chaleur estivale, on ne voyait que le bleu du Baïkal à travers les bouleaux…et puis, là, subitement, avec cette brume blafarde qui campe sur la région depuis deux jours, l’été des femmes  a fait place à un automne triste et gris, l’automne des croque-mort, des fossoyeurs, des archiprêtres…le lac est à peine visible, il est devenu, sous les vagues de brumes, le dernier terrain vague : la mer du nord… Je roule vers l’Est, avale les quatre cent cinquante bornes jusqu’à l’entrée de la ville où ne trouvant aucune hôtel de bord de route qui me fasse envie pour la nuit, je me résous à contacter le club de motards de l’année précédente, pensant encore squatter le local au bout de l’allée de garage en ruines. Mais pour mon retour, j’ai eu droit à une promotion, on a pas oublié les dessins de l’an dernier…(moi, si) … Après avoir attendu une petite heure à côté de la statue de Lénine, Stass arrive sur sa GoldWing et vingt minutes plus tard, je me retrouve  en famille, dans une maison de bois au bout d’un chemin de terre à parler de choses et d’autres…Banya et petit coup de gnole avant d’aller dormir, j’aurais pu tomber plus mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*