Après Mogotcha

Petit film après Mogatcha :          https://youtu.be/dY2svkfcP6g

Le motel de la dernière étape mériterait d’être oubliable mais c’était  le seul, alors, dans ces cas-là, on n’a pas le choix. Pas de chauffage, pas de douches, les chiottes dehors et  tout ça pour le même prix que chez mes joviales copines de la veille ? Mais ça ne va pas du tout. Heureusement, le cycliste qui s’était juste arrêté pour se restaurer avant de planter sa tente, semble craindre les ours qui ne sont, paraît-il, pas rares et pas craintifs dans ces forêts. Nous négocions donc un tarif pour deux; même sans douche, c’est toujours mieux que de dormir dans les bois au milieu des plantigrades affamés. Je quitte l’Oblatz des Juifs, la morne plaine, pour entrer dans celui de l’Amour. L’Oblatz c’est comme qui dirait le département, la province, le district, la wilaya : un découpage administratif. Celui des juifs fut bien sûr créé par Staline qui aimait beaucoup transférer des populations entières d’un bout à l’autre de son empire. A la fin de l’Union Soviétique, on créa un aéroport avec des vols pour Israël et les marais tristes de l’Oblatz se dépeuplèrent très vite. L’Oblatz de l’Amour a un bien joli nom, c’est celui du grand fleuve Sibérien qui sépare la Chine de la Russie et que seuls les rares derniers tigres peuvent traverser sans visa.

Au pays de l’Amour, les collines boisées sont revenues et leur végétation s’est incroyablement diversifiée; le bouleau a de la concurrence. Il croyait avoir le monopole, l’exclusivité depuis Moscou et ne voit-on pas subitement apparaître d’autres essences ? Des chênes, mais avec des feuilles plus larges, des hêtres mais avec des feuilles  moins lisses et celles des saules sont plus longues, nous les appellerons le chêne de Mandchourie, le hêtre transbaïkalique et les saules de l’Amour. Que voulez-vous, j’aime les arbres, je voue une dévotion infinie aux cathédrales que sont nos dernières allées de platanes centenaires et un certain mépris aux motards qui voudraient les faire abattre. Une allée de platanes se traverse avec respect et humilité, si on veut tirer des bourres, il y a assez de bretelles d’autoroutes… surtout en Russie d’ailleurs et pas beaucoup de radars, ce qui ne gâte rien !

One thought on “Après Mogotcha

  1. Alors tu vis dans le meilleur département, celui qui compte le plus grand nombre de platanes et autres arbres d’alignement, quelque 40 000 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*