Sakhaline: les jeunes filles…

Une nouvelle vie s’organise pendant cette trêve sur Sakhaline. On vient me chercher chaque matin dans mon hôtel en plastique pour m’emmener au Lycée Pouchkine où je fais deux, trois ou quatre interventions chaque matin et puis les après midi, on m’a programmé des excursions, des promenades ou des visites de musée.

Le musée Tchekhov qui raconte les aventures sur l’île de ce dramaturge médecin de la bonne société moscovite qui se demanda un jour comment on pouvait survivre à Sakhaline et partit enquêter sur place. On a gardé  de l’île l’image des photos du musée. Une  caserne, une prison, une église (logique) et autour les petites maisons de ceux qui ont purgé leur peine et deviendront les premiers colons de Sakhaline.  Un siècle plus tard, l’occupation japonaise, l’union soviétique, le pétrole et le gaz ont  bien transformé tout ça. Je visiterai aussi le  musée régional, dernier bâtiment de l’époque japonaise, pour mieux comprendre cette passionnante histoire. On y apprend les guerres, les occupations,  les roches fossiles, les peuples d’avant tout ça, les baleines et les ours.

 De jeunes étudiantes m’accompagnent à chaque sortie, ce sont leurs travaux pratiques, c’est pour les obliger à parler le français dans des situations réelles, en immersion. Pour moi, ce n’est pas désagréable du tout, comme immersion, d’aller voir des terminaux gaziers, des plages grises ou des poissons empaillés en si agréable

compagnie.    Entre deux commentaires sur Tchekhov, elles me parlent de leurs rêves de leurs envies, de leur prince charmant et de Paris… Moi je leur parle de Paname, de Bruxelles et de Montpellier, de Dieu qui n’existe pas  et de la vie d’artiste. Je frime un peu… Comme il doit être difficile d’être professeur dans un lycée de jeunes filles, de devoir parler du carré de l’hypoténuse à ces nymphettes pleines d’illusions…

Galina m’a organisé une émission de télé dans le club de Bikers « Red and White Army », tout un programme …me voilà adoubé et invité à une balade dans l’île ; mais je devrai quitter pour une journée mes chères petites guides pour m’immerger dans un monde que je connais déjà si bien…

One thought on “Sakhaline: les jeunes filles…

  1. Marcel Proust à Sakhaline… Moi j’aurais aimé être aumônier au Crazy Horse Saloon (même -et surtout- si Dieu n’existe pas !). Mais je sens bien que, contrairement au tien, mon rêve ne se réalisera pas…
    Bébert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*