A l’école de Glabovesheng…

Le lendemain, il fait beau et presque tiède, je peux bricoler un peu dehors avant d’aller à l’école ; on m’y a organisé quelques rencontres avec les classes de français et, comme à Sakhaline, des petites visites touristiques avec des jeunes filles pour guides. En trois ou quatre jours, j’ai parcouru presque la moitié du trajet séparant Vladivostok de Yakutsk, j’accepte donc volontiers cette pause, sachant que pour la dernière longueur, les choses sérieuses commenceront  à un moment donné, inévitablement, avec l’arrivée du froid…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>