Le docteur et son alambic

On commence à bien me connaître dans le village. La moto ne passe pas inaperçue et quand c’est à pieds que je vais chercher de la connexion, dans les couloirs de l’école, ou dans le bureau de Vassili, on me salue « fransouss, fransouss » oui c’est bien moi, les amis, et je reviendrai bientôt ; il faut juste que je m’organise…

Quand je vais me connecter dans le bureau de Vassili, il me laisse un petit bureau et m’offre du thé avec des gâteaux…difficile d’imaginer la même scène en France… le flic qui verbalise puis invite pour le goûter ; vraiment, le Tchoukotka, c’est une autre planète.Le docteur, à son tour, m’a invité chez lui pour déguster son spiritueux. Il me fait la démonstration de son alambic et commence à trinquer… il m’explique comment fonctionne l’hôpital, la hiérarchie héritée de l’époque soviétique puis les problème d’alcoolisme dans ces régions isolées, puis il me ressert un troisième verre. Il me fait goûter de la viande séchée d’élan, puis de la couenne de baleine séchée et me ressert encore un verre. On vide cul sec et on change de sujet, il me montre sa kalach collector de 1962 avec laquelle il va chasser l’élan et, après s’en être resservi un petit, on fait des selfies devant l’alambic avec la mitraillette… donc, voilà, il y a donc des problèmes avec l’alcool mais bon, on va goûter les pirminis à la viande d’élan et tant qu’on y est on s’en ressert encore un petit…quand je reviendrai la prochaine fois, blindés d’autorisations spéciales, le docteur a proposé de m’héberger à l’hôpital , que j’y serai mieux qu’au garage… ça se tient, il pourra me mettre sous perf pour la gnôle et si je dois me faire rapatrier, on sera sur place pour diagnostiquer le coma éthylique… quand on a eu vidé le carafon, le docteur m’a ramené à fond la caisse sur son scooter de neige… demain, c’est lui qui va m’amener à l’aéroport, je n’ai aucun inquiétude, il est même pas bourré…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*