présent recomposé

Un mois de vacances… on leur aurait dit ça il y a quelques semaines encore, les mômes, il n’y auraient jamais cru. Un mois sans école, un mois à la maison, qu’est-ce que j’en aurais rêvé quand j’étais petit. Mais certaines choses, dans la précipitation des mesures confinatoriennes, avaient été mal expliquées… y’ savaient pas tout les mômes ; qu’ils seraient tout le temps avec leurs parents, sans leurs copains, sans aller faire les andouilles dehors, ni au parc, ni sur le parking ou le terrain de basket ; nulle part, en fait. A force de ressortir les vieux jeux de société de quand les parents étaient p’tits, les « Mille-Bornes », les « monopoly » et les « sept familles » tout jaunis, ils en arriveraient presque à regretter l’école, les mômes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*