L’édito du Moto Magazine 360 de septembre 2019

Beaucoup de bruit pour rien

Après le radar de vitesse, de feu rouge, de passage à niveau et de pollution, voilà que débarque le « radar » de bruit, la fameuse « méduse » installée sur une route prisée des motards en région parisienne (lire page 12). Un système répressif de plus, qui nous cible en particulier, alors qu’il faudrait chercher des solutions à la source pour amenuiser le niveau sonore de certains deux-roues, mais aussi celui des bus et des camions qui sont légion en ville comme sur nos routes…
« Si tu ne supportes plus le bruit, c’est que t’es vieux ! » me lançait un lecteur dans un courrier… Si, dans années 60-70, peu s’émouvaient au passage d’une anglaise vrombissante, d’une japonaise en Devil ou d’un 2-temps hurleur, le contexte a changé. Les villes ont été envahies par l’automobile et les deux-roues motorisés, notamment les scooters. L’environnement sonore a atteint la limite du supportable pour nombre d’habitants ; et les échappements qui sonnent encore à nos oreilles comme une envolée lyrique ou un rock syncopé ne produisent pour eux que des décibels en trop…
Le bruit est ainsi devenu une problématique du monde de la moto et il a fait l’objet d’un atelier de réflexion à la Fédération française des motards en colère, avec un représentant des importateurs, lors de son assemblée générale de juin. Si l’on ne veut pas voir la moto interdite sur certaines routes comme en Allemagne, on ne peut qu’en appeler au civisme ceux d’entre nous qui exagèrent en roulant avec des pots non conformes, mais aussi à la responsabilité des constructeurs dont certaines machines – bien qu’homologuées – font vraiment du raffut.
Toujours est-il que la grande majorité des utilisateurs de 2-roues motorisés,
raisonnable, regrette, qu’encore une fois, la répression précède la réflexion…

Jean-Pierre Théodore, rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*