un appart à Palatka

Les hôtels russes, dans les petites villes, qu’ils s’appellent hôtel où auberge, fonctionnent toujours un peu de la même façon. On paye à l’avance, puis on s’installe dans une chambre collective où, généralement, on peut être seul mais c’est plus cher. Les douches et les toilettes sont souvent au fond du couloir. Dans la chambre, draps et serviettes sont soigneusement rangés sur chaque lit qu’il faut donc faire soi-même. Il y a une cuisine commune et parfois, comme à Sushuman, la douche donne dans la cuisine… on peut parfois sortir ruisselant de ses ablutions , emmailloté dans sa serviette, et traverser un groupe en treillis en train de se faire réchauffer des saucisses en caoutchouc avec des pirminis, les raviolis russes. Dans les motels, au bord des grands axes, le registre est approximativement le même mais il y a toujours un kafé au premier étage, qui est donc, en Russie, le rez de chaussée… mais il n’y a pas de motel sur la route de Magadan. La déclinaison des étages commence à « un »…le rez de chaussée, l’étage zéro, ça n’existe pas… le zéro, au mieux, il est dans le plancher, sous le lino.

Saint Cyril, quand il a inventé l’alphabet russe a délibérément omis, quand il est passé aux chiffres, de garder le zéro, qu’il devait sans doute considérer comme une putain d’invention de ces chiens d’infidèles Sarazins.

Dans les hôtels d’immeubles soviétiques, un étage ou deux sont réservés à l’hôtellerie, mais jamais tout l’immeuble. Souvent c’est au quatrième, qui, même s’il correspond au troisième, est quand bien haut pour celui qui doit monter tous ses bagages de motard. Parfois, ils sont restés à l’heure soviétique et il faut montrer son passeport chaque jour pour se faire et refaire enregistrer à l’immigration…mais parfois aussi, tout le monde s’en fout… de toute façon, on ne m’a jamais réclamé de note d’hôtel à chaque départ de Russie. A Palatka, la ville n’est pas du tout en ruines mais il n’y a pas d’hôtel, ni d’auberge , alors on m’envoie à l’épicerie du coin qui, après quelques coups de fil, me trouve un appartement. Mon nouveau taulier débarque dans une Toyota à échappement mégasport et m’invite à suivre le vrombissement de son bolide. Il travaille la nuit, il peut donc, jusqu’à l’aube, louer son appartement tout équipé. C’est un système assez courant pour arrondir son salaire pas toujours mirobolant, il y a louer son appart ou vendre des gourmettes plaquées or, lui il fait les deux… mais j’ai  vraiment plus besoin d’un plumard que d’une gourmette…

3 réflexions au sujet de « un appart à Palatka »

  1. Merci pour ces beaux voyages. J’ai été quelques fois en Russie et autres pays de l’ex URSS et il y a une app’ appelée  » MAPS.ME » qui fonctionne très bien là-bas ( à voir pour ce voyage, je n’ai jamais été aussi à l’est) : elle a été faite par des russes, est très complète, les mises à jours sont assez régulières ( bâtiments publiques, etc…et surtout les hôtels et les chambres d’hôte…), et cerise sur le gâteau la carto est téléchargeable et consultable hors connection. Elle m’a été très utile pour trouver 1 logement quand il fait tard…
    @ bientôt sur votre blog qui me rappelle des souvenirs et la poursuite de vos aventures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*