Généralités sur la route de Magadan


Sur cette route assez peu touristique, je n’ai rencontré, ma foi, que des gens fort aimables, même si parfois ils pouvaient inquiéter un peu. Ils aiment les français, surtout Pierre Richard et Djodassine et puis ils connaissent bien la France qui comprend généralement deux villes, Marcel et Parich. Pas un seul contrôle, d’ailleurs j’ai bouffé la moitié des deux mille bornes sans plaque d’immatriculation. Au début de la piste, deux cent kilomètres plutôt boueux après les averses, il faut choisir son créneau météo.


Une centaine de bornes sableuses avant le bac sur la Lena, pas beaucoup de postes d’essence entre Kandhiga et Sushouman, après ça s’arrange. Cent kilomètres d’asphalte à la fin du parcours, pas un seul motel entre Yakutsk et Magadan ; je pourrais écrire le guide de la Route des Os par la route fédérale. Pour celle de Tomtor, je laisse les initiés consulter les articles de David Zimmerman ou les films de Ewan Mac Gregor…On m’a d’ailleurs rappelé que notre chevalier Jedi était accompagné de plusieurs voitures « tout terrain », d’un camion à six roues motrices et d’une ambulance. Je devrais lui demander de me les refiler pour remonter vers la Tchoukotka. Entre collègues, on pourrait se rendre service…

Une réflexion au sujet de « Généralités sur la route de Magadan »

  1. Quel talent ! Et même : quels talents !
    Ca sent la fin (pardonne-moi, je ne sais pas mettre les cédilles aux C majuscules)… pour cette année car si j’ai bien suivi (et bien compris) Magadan sera, l’année prochaine, votre base de départ, à ta vieille BM, ses skis et toi, pour Naukan et la mer des Tchouktches. Cette fois-ci ne te laisse pas piéger comme Hitler (dont tu es l’un des biographes les moins connus mais des plus autorisés) et Napoléon : pars dès la fin du printemps, l’hiver et la glace viendront bien assez tôt pour vous permettre de passer en Amérique (n’oublie-pas le e-visa !).
    En attendant ce n’est pas le mot FIN qu’il faut écrire pour clore cette série d’articles mais ceux, porteurs de rêve et titilleurs d’impatience
    ( A SUIVRE…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*